• Lors d'un aprem papote avec une amie, nous partagions notre sentiment quand a la lecture du Squatteur de céline Mancellon. A notre grande surprise , nous avions l’impression de ne pas avoir lu le même livre et pour cause.Quand moi j'avais lu la nouvelle sortie en 2013 , elle, avait lu le roman remanié paru en 2014. Hop hop hop échange de tablette et me voila donc partie a découvrir ce qu'une de mes auteures préférée nous avait pondu.


    Le squatteur de Céline Mancellon, nouvelle et romanLe pitch: Cael Morgan est un trentenaire accompli qui ne doit toutLe squatteur de Céline Mancellon, nouvelle et roman qu'à lui-même : un excellent job, un superbe loft, des costumes sur mesure…Sauf que, dans sa vie sentimentale, c'est le désert de Gobi !
    Et pour cause, depuis son adolescence, il est fou amoureux de son ami d'enfance, le très charismatique et viril Marc Killant.
    Un soir, après avoir fêté le énième mariage de ce dernier, il rentre chez lui et découvre un inconnu dans son appartement…

    Qui est ce jeune homme blond au regard indolent ?!

                                                                   ******

    Ce roman, pourtant M/M, m'a, tout d'abords , laissé le même arriere gout d'écriture a tendance m/f que la nouvelle, à travers ses expressions bien définies à ce genre là. J'y ai retrouvé ces quelques défauts que j'avais remarqué lors de ma précédente lecture , a savoir, des expressions récurrentes parfois un peu lourdes, quelques situations "faciles" et trop simplistes a mon gout.La nouvelle , il est vrai, etait traitée sur une schéma yaoi quand le livre ,lui, se trouve travailler sous la fomre d'une vraie romance.


    Cependant , ce roman m'a apporte ce que je cherchais depuis un grand moment c'est a dire un retournement de situation , un twist inattendu et en cela ce livre m'a grandement comblé. Pour une fois, et cela faisait des lustres que je cherchais ça, un auteur nous crée un bouleversement dans la trame convenue d'une romance ! Quel pied! Jusqu'au bout je me suis dit qu'elle n'oserait pas et bien si!


    Une histoire simple a la base qui peu a peu se complexifie avec succès. Des personnages principaux soit trop fades soit trop improbables ( a mon sens) qui muent en véritables personnalités riches de surprises! Des protagonistes secondaires qui deviennent principaux et non des moindres .


    Concrètement , on assiste a l’évolution de la maturité sentimentale et émotionnelle de Caël , qui serait presque le héros unique de la romance, a travers son histoire avec Ian, Marc et Stan . Nous avons une première partie de mise en place ,un brin convenue et placide même si elle fait son petit effet ,avec un personnage trop pudibond qui se fait "hacker " le cœur par un jeune trublion .Déjà, certains dialogues trop littéraires me dérangent , j'aime trouver de la vraie vie dans les échanges verbaux surtout venant de la part d'un jeune punk mais cela ne freine pas suffisamment mon plaisir pour autant.


    Puis s’enchaîne une série de chapitre vu selon chaque protagoniste et la, les choses commencent vraiment .Le twist se mets en route doucement mais surement, après une séparation douloureuse, avec une attraction particulièrement prenante. Les interactions de Stan , vu sous un autre jour, avec Caël m'ont passionnées et un nouvel élan dans l'arc narratif apparaît soudainement. La suite est un vrai délice, alternant entre espoir, crainte et frémissement pour cette nouvelle orientation des personnages! Des hommes qui mûrissent a travers leur douleur, d'autres par le biais de la découverte d'un amour qui les dépasse prêts a risquer leur cœur, leurs amitiés et leur avenir. D'autres encore qui vivent le juste retours de leurs actes et qui n'en souffrent pas moins. Une vision de l'amour idéalisé que l'on croyait parfait et que l'on doit laisser partir pour voir naître quelque chose de plus grand.

    J’étais partie d'une lecture plutôt simple a laquelle je m'attachais a trouver des imperfections ici et là, et au final me voila accro a ces hommes, tous aussi touchants les uns que les autres a leur manière, et leur façon d'aimer.On trace son chemin au fil des pages , parallèlement a l’évolution de nos héros, pour en sortir soupirant de plaisir.
    Une grosse mention spéciale au personnage de Geko qui est tordant a souhait et qui aurait mérité une place plus importante! Et une grosse préference pour la couverture de la nouvelle à celle choisie pour le roman.


    Je ne cache pas que Céline Mancellon est une des auteures qui me touche le plus par sa faculté a explorer plusieurs genre et ce , avec une écriture ciselée, précise, littéraire parfois,maladroite à mon gout de temps en temps touchante souvent mais toujours captivante .
    Je me retrouve au point de départ: j'avais aimé la nouvelle mais trop courte, trop simple mais qui m’était resté en tête comme une ritournelle et j'ai aimé ,vraiment , ce roman retravaillé qui a su m'emporter vers une autre fin. Yop

     

    Le squatteur de Céline Mancellon, nouvelle et roman

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    La meilleure amie du détective privé Duncan Andrews, Gina, est une sorcière. Son chien, un zombie. Et son défunt petit ami, Robbie, est un fantôme. Ce n’est donc pas une bien grande surprise qu’il se serve de ses connexions avec le surnaturel pour résoudre ses enquêtes. D’ailleurs, c’est une bonne chose, car Duncan est débordé. Janice Sanderson, la femme la plus riche d’Indianapolis, veut qu’il retrouve sa stripteaseuse de fille, Brenda, et une autre cliente connaît quelques ennuis à cause d’un spectre hantant la demeure familiale. Pour couronner le tout, Duncan a décidé de se remettre à fréquenter, bien qu’il ne soit pas certain d’être prêt après la mort de Robbie.

    En suivant une piste menant au petit ami de Brenda, Duncan rencontre Nick ; mettant ses doutes de côté, il accepte de sortir avec lui. Robbie ne lui facilite pas la tâche, se pointant lors du rencard pour ruiner ses chances, mais c’est bien là le dernier des soucis de Duncan : car le mari d’une de ses clientes a disparu et un tueur en série rôde dans les parages… un meurtrier qui pourrait ne pas être humain.

    Année de parution: 2015             Publié par: Sidh Press

    Aussi pâle qu'un mort  de Stephen Osborne

     

    Que dire de cette lecture, sinon que je prends toujours autant de plaisir à m'y plonger. Il y a de l'humour, de l'action, des personnages hauts en couleurs qui gravitent autour de Duncan Andrews. Ce personnage dont l'entourage est loin d'être ordinaire. Il fallait penser à une telle distribution des rôles. Le tout offre tant de possibilités. Je ne saurais pas dire qui m'a le plus séduite parmi ces différents personnages car chacun apparaît différent. Sans compter ceux qui sont liés aux deux enquêtes que mène Duncan Andrews. 

    Le couple Duncan/Robbie n'occupe pas ici tout le devant de la scène. Pour ce premier tome, c'est intéressant puisqu'on 'voit' ce qui entoure ces personnages, de quoi leur quotidien est fait. 

    L'humour est présent tout au long des pages. Je ne sais pas comment vous le décrire autrement que par 'humour de privé'. C'est l'idée que je m'en fais. Et j'avoue que j'y ai trouvé quelques bons mots.

    C'est un petit roman. Petit mais très bien nourri. Entre la profusion de personnages, les enquêtes, la vie privée de notre détective, pas de quoi s’ennuyer!

                                                                                                                                   MAN-on

    Pour le trouver: https://amzn.to/2KTRVIV

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Parce que j'estime qu' il faut savoir parler de tout, il faut également savoir lire de tout; du pire jusqu'au meilleur.
    Je suis tombée sur deux petites nouvelles de K.S Angvert plus ou moins "trash" on va dire, mais la deuxième contient une fin très violente !

    Voleur 

     2 nouvelles de K.S Angvert 

    Le pitch: 

    Lansselo est un homme comblé : il est jeune, ambitieux, athlétique et brillant. Dario travaille pour lui, en silence. Lorsqu'il découvre un nouveau vol de sa part, Lansselo, bien que flatté par ce qu'il prend pour des marques d'admiration, décide de réagir. Mais Dario ne se laissera peut-être pas faire, cette fois.

    Attention, récit impudique pour un public averti.Cet ouvrage contient des descriptions de scènes de relations homosexuelles des plus explicites.

     

     

    Clairement pas dans mes goûts habituels, cette nouvelle très courte , qui se lit en 5 minutes, nous présente plus une situation qu'une histoire. Un patron hétéro, a qui tout réussi qui se retrouve à recevoir une "punition" par un de ses domestiques qu'il soupçonne de vol. Voila ni plus ni moins, on ne cherchera pas dans ce genre d’écrit le prologue d'une histoire possible car il n' a vraiment pas lieu d'être. On pourrait comparer ca a un sketch d'impro au théatre, c'est court, c'est pas forcément plus mal écrit qu'un autre roman (mais faut pas compter non plus passer un bon moment ce serait largement exagéré), la relation dominant/dominé est le but de l'affaire et la dite affaire s’arrête ici .Le genre de lecture qu'on valide a condition de déjà plus ou moins adhérer au genre un peu trash, même si cette nouvelle reste encore dans un style bdsm relativement soft.Le style est plutôt flou surfant entre le coté acceptable de l'écriture, si on est pas trop difficile, et un vocable  parfois bancal. Bref, dans mon cas , on ne peut pas dire que j'aime ou pas , ca ne me touche tout simplement pas . Une nouvelle surement aussi vite oubliée qu'elle aura été lue.

     

    Pascal au skatepark

     2 nouvelles de K.S AngvertLe pitch:

    Pascal, un homme mûr, quitte son bureau pour un dîner tardif.Ses pas le conduisent jusqu'à un skatepark arboré, où des jeunes sont regroupés. Pensif, il les observe, jusqu'à l'arrivée de Toma, de loin le plus doué de la bande. Pascal se sent alors irrésistiblement attiré par le garçon et demeure interdit, fasciné...

    Attention, récit impudique pour un public averti.Cet ouvrage présente des actes de violence physique et contient des descriptions de scènes de relations homosexuelles explicites.

     

    Alors pour celle ci, attention registre nettement plus dérangeant!
    C'est ici qu'on aborde le cote trash de l'auteur: une fin carrément malsaine farcie de violence gratuite a tendance psychopathe sévère. C'est la première fois que je lis ce style de nouvelle dans le genre M/M , ce sera peut être pas la dernière je n'en sais rien (on lui fera grosso modo les mêmes reproches qu'à la nouvelle précédente) mais une chose est sure, c'est que je ne la conseillerai pas . A part peut être a mon voisin que je pourrais soupçonner de meurtre ou autre activité joyeuse du genre. C'est quand même perturbant pour ma zone de confort d'utiliser cette thématique violente a finalité érotique mais je tenais cependant a en parler.

    Je reste intimement persuadée qu'en matière de lecture , tout est à découvrir comme il est possible dans l'absolu de tout écrire. Je ne ferai certes pas une promo positive de ces deux opus (heureusement très courts), mais je ne vois pas pourquoi je n'en parlerai pas , débattrai pas ou jetterai aux oubliettes cet aspect plus sombre et glauque de la littérature. C'est aussi une des facettes (certes pas la plus représentative ni la plus exemplaire) du genre érotique quand il flirte avec plus ou moins de bon gout avec un style porn/trash. Il existe et semble correspondre à son public  (averti c'est mieux) je ne regrette pas de l'avoir lu mais  je n'en ferai certainement pas une habitude .

    Yop

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2GU8nGL

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Résumé:

    Quand les vestiaires deviennent un terrain de jeu...

    Dix ans après la cérémonie des diplômes, Jake Campbell, le sportif adulé, et Brandon Bartlett, l'intello, se retrouvent à enseigner au même lycée, séparés par les mêmes barrières qu'à l'adolescence. Lorsque Brandon est obligé de coacher l'équipe de base ball avec Jake, ils doivent dépasser les préjugés solidement ancrés en eux et se surprennent l'un l'autre par la profondeur de leur amitié subite. Une amitié qui, en dépit des craintes de chacun, a tout le potentiel de devenir bien plus...
    Publié chez Milady en 2015

    Après l'effort  de Madeleine Urban et Abigail Roux

    Pour une fois, je m'avoue vaincue. Il faut bien, de temps en temps; glisser tout au creux de la vague avant d'en chevaucher de nouveau la crête. Et là, c'est un creux. Je pense sincèrement que le moment était mal choisi. Si j'avais lu ce mignon petit roman dans un espace temporel différent, je l'aurais probablement apprécié. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Ô rage, ô désespoir... bon peut -être pas quand même. 

    Le début était prometteur pour le coup. Un lycée. Des profs anciens élèves. Un humour mordant ... qui ne m'a touché qu'une ou deux fois.... Un couple qui se forme sans véritables complications extérieures. On a là une harpie prête à tout pour mettre le grappin sur Jake et ..rien????? J'aurais aimé que lui et Brandon soient surpris ensemble, confondus. Qu'ils se passent quelque chose en somme. Mais aucun rebondissement n'a fait battre mon petit cœur. On va mettre ça sur le compte de la météo de ces derniers jour.

    Après, soyons juste. Il y a quand même de belles petites choses à retenir. Des clichés qui s'effacent peu à peu et laissent place à une autre réalité. Une jolie histoire d'amour trop lisse à mon goût. Je suis désolée, je ne peux pas m'en empêcher. La seule vraie dispute entre Jake et Brandon n'en est pas une.

    Je reste néanmoins confiante. Je me dis qu'un jour lointain, lorsque ma mémoire de poisson rouge (... instant de recueillement pour Sam, ce joli poisson tout noir et tout en voile, qui me réveillait la nuit  au son d'un grand 'bam' après avoir cogné le seul petit arbre aquatique de l'aquarium....) aura fait son office, et que je m’arrêterai devant ce petit roman oublié sur les étagères bien remplies de la bibliothèque, je le lirais à nouveau. Et qui sait? Peut-être aurais-je une révélation.Une bonne cette fois.

                                                                                                                                   MAN-on

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2Lux7Jc

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Amoureux d'un highlander, Tome 1 : Jacques & Keir : Troublant highlander

    Amoureuses des kilts ? C'est parti mon kiki pour un roman tout en saveurs des landes et des châteaux d'Ecosse. C'est mon premier V.D. Prin qui, il faut l'avouer , est une auteure très prolifique et je pense sincèrement que ce ne sera pas le dernier .

    JACQUES & KEIR : troublant highlander. (Amoureux d'un highlander t. 1)Le pitch: Jacques De Beauchesne, médecin et deuxième fils de comte, accompagne sa soeur Amélie en Écosse, où elle a été promise à Keir Mac Leod, héritier du laird du clan du même nom.
    Jacques, opposé à cette union, est ravi lorsqu'il constate que la magie n'opère pas entre les deux fiancés. En revanche, il se sent attiré et troublé par l'insupportable Keir.
    De son côté, Keir, qui ne souhaite pas se marier, est enchanté de voir que la jeune Amélie semble trouver son frère cadet, Duncan, à son goût. Tout va donc pour le mieux, si ce n'est l'émoi mal venu qu'il ressent pour le médecin français.
    Pourtant, tout en cet homme l'énerve au plus haut point, car il déploie une incroyable propension à lui donner l'impression de n'être qu'un sauvage idiot et sans cervelle.L'improbable se produit ! Jacques et Keir cèdent à l'attirance insensée qui les pousse inexorablement l'un vers l'autre.
    Au quinzième siècle, période trouble où « les bougres » étaient brûlés sur la place publique, leur amour semble voué à l'échec. Alors, entre raison et passion, ce qu'ils voudraient et ce qu'ils peuvent faire... ils devront faire des choix.

                                                                * * * * * * * * *

    L'opposition évidente de personnalité entre les deux protagonistes est un des éléments clés du livre et du plaisir qu'il procure! Nous avons un futur laird limite" barbare" mais non moins sexy et un jeune médecin de bonne famille issu du continent tout aussi attirant . Le froid et la dureté du roc guerrier vs la classe et la préciosité de l'éducation toute en finesse. Un combat que je ne pouvais pas rater!

    Je ne perdrais mon temps a décrire les personnages , leurs qualités , leurs défauts, leurs attraits cela serait voler le plaisir du lecteur et surtout l'orienter.
    Mais je vais m'attarder, en revanche , sur un point qui m'a frappé, c'est la richesse du nombre de personnages secondaires qui n'en sont presque pas tant leur participation au fil de l'intrigue est quasi essentielle et ca j'aime vraiment. Cela donne corps et vie à une histoire complète ,précise , enrichie et pas juste un échange amoureux avec un j'te veux , un j'peux pas et un happy end "baisons comme des oufs"!


    Grace a cela, on se perd dans les dédales de ce roman avec délice et sans aucuns ennuis, chaque chapitre amenant son lot d'evenements et d'informations savamment ordonnés pour que l'on tourne sans cesse la page suivante jusqu'au prochain...et ainsi de suite avec beaucoup de mal a stopper sa lecture ( j'ai même fait mes pauses pipi et clopes avec ma liseuse ...oui je sais , ami/e mmiste, ça, tu t'en serais passer mais j'aime partager !).


    La narration est souple, simple , précise et efficace sachant ramener des touches du passé par les échanges sous formes de lettres qui jalonnent le livre .Un choix de vocabulaire complètement compatible entre un lecteur du monde moderne et des héros d'une période plus éloignée, qui par bonheur n'alourdit ni ne ridiculise pas le propos.
    Un gros plus pour la "visualisation" des lieux et paysages créée par l'auteur qui vous plonge avec une facilité déconcertante dans cette ambiance des Highlands. Je dois avouer qu'au fil de mes lectures , l'importance accordée au "décor " n'est pas forcement systématique, ni même réussie parfois, certains auteurs se cantonnant a l'essentiel de la romance sans autre fioritures . C'est donc pour moi, une tres grosse accroche en terme de lecture, il faut que je la vois cette scène que l'on me décrit et pas seulement que je la comprenne.

    Le livre est habillé d'une couverture alléchante (si, si je t'assure!! quand tu la vois tu as envie de faire glisser ton doigt lubrique le long de cette colonne vertébrale tentatrice!) par contre je ne suis pas fan des titres a rallonge ,j'aurais préféré un seul titre parlant et éventuellement un sous titre moins proéminent (mais bon je ne suis pas éditrice moi , et mes goûts ne valent que pour moi)

    Alors, bien sur , on pourrait parler de crédibilité sur le theme de l’époque , du lieu et de l'acceptation rapide de l'homosexualité que ce soit pour le héros (hétéro au départ) lui même ou sa famille. Mais la encore , je trouve que VD Prin a bien géré la chose nous fournissant ça et la quelques explications bien placées au cœur du roman . Il faut bien savoir que lorsque l'on est dans la fiction, si le tout est bien amené ,tout est possible pour celui qui l’écrit ou celui qui le lit. C'est du roman, c'est de la fiction, c'est du mm on ne s'attends pas a ce qu'on nous dise a la 15ème page que "non c pas possible messieurs vous n’êtes ni dans le bon lieu ni à la bonne époque", on lit aussi ce genre de roman pour se faire du bien. Et moi, ca m'a fait du bien!! Un bon moment de lecture puisque je l'ai lu il y a déjà plusieurs mois et qu'il fait toujours parti de ceux dont je me souviens avec tendresse.

    Et pour finir sur une touche d'humour pourri (c'est un peu ma marque apres tout hein!!) je dirais que vu qu'il est annonce comme le tome 1 et que j'aimerais bien une suite, il ne peut pas en rester qu'un! (ah ben oui, je vous avais prévenu )!

    Yop

     

    JACQUES & KEIR : troublant highlander.

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2LyUKAj

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ceci est un second avis!

     

    Résumé:

    Placé depuis sa petite enfance dans des familles d’accueil, Tiago est une tête brûlée. À quelques jours seulement de sa majorité, alors qu’il fugue du foyer dans lequel il est placé, il rencontre sur sa route le marshal Grant. Grâce à lui, il découvrira l’entraide, l’amitié et ses premiers émois amoureux. Pourtant, malgré la main tendue, il s’enfuira à nouveau dès qu’il apprendra son surprenant secret.

     

    Six ans plus tard, Tiago est désormais devenu un membre de l’unité K9. Avec son demi-loup Bud, il assure des missions anti-drogue couronnées de succès. Lorsqu’au hasard de l’une d’elles, les deux hommes se retrouveront face à face, tout ne se passera pas comme l’un et l’autre l’imaginaient, bien au contraire.

    Année de parution: 2017   Publié par: Auto-édition

    Unité K9 de Eva Justine (ceci est un second avis!)

    Après en avoir encore et encore entendu parler, je l'ai enfin lu. Et ... je l'ai dévoré. Mais totalement. Impossible de le lâcher tant chaque page s'est révélée plus addictive encore que la précédente. Je voulais savoir ce qu'il allait advenir de Lukas et Tiago. Ces personnages aux caractères bien trempés qui, pourtant, s'accordent parfaitement. On aurait pu croire que deux caractères aussi forts provoqueraient des intécelles et non. Il va sans dire qu'en tant que lecteur on ressent tous de manière différente ce qu'on lit. Ici, c'est ce que je perçois. Et j'ai d'autant plus apprécié que les personnages portent un bagage issu de leur passé. Quelque chose qui a forgé leurs présents. Quelque chose qui a fait d'eux ce qu'ils sont maintenant. 

    Ce roman se lit avec une telle facilité. Il est fluide et agréable. Pas d'indigestion en vue! Heureusement qu'une suite est prévue parce que je dois bien avouer avoir regretté d'être arrivée au point final tant j'aurais voulu faire perdurer cette lecture. 

    Donc, deux livres que je lis de cette auteure et à coup sûr il y en aura d'autres.

                                                                                                                                   MAN-on

    Vous le trouverez ici:https://amzn.to/2saferf

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Résumé:

    Habitué à ce que rien ni personne ne lui résiste, Nys gère d’une main de maître son club privé le Gay Power. Son assurance vacille néanmoins le jour où Sandro en pousse la porte par hasard. Son tempérament de fonceur prend aussitôt le dessus. Ce mec lui plaît. Il le veut. Mais, comment le convaincre ? Quel est le meilleur atout de séduction pour conquérir ce pompier… persuasion ou romantisme ?

    Année de parution: 2017   Publié par: Auto-édition 

     

    Bi or not bi?   de Eva Justine

     

    Dans les premiers temps de ma lecture, j'avoue avoir eu du mal à entrer dans l'histoire. Il me semblait que les deux héros principaux, Nys et Sandro, succombaient bien trop vite au charme de l'autre. Peut-être avais-je l'esprit ailleurs ... peut-être avais-je peur de voir s'envoler bien trop vite les mots de ce récit. Puis, j'ai compris que mes lectures précédentes m'avaient habituée, jusqu'ici, à voir lentement s'élever les sentiments avant qu'ils ne se transforment en une belle romance, me mettant au supplice page après page. Cet aspect là a brisé cette habitude et m'a permis d'essayer autre chose, de sortir de cette zone trop confortable pour mon côté lecteur. Et j'en suis plus qu'heureuse! Parce qu'encore une fois, j'ai eu la joie de refermer un livre avec un immense sourire sur les lèvres.

    Quel bon moment de lecture passé! J'ai apprécié chacun des personnages rencontrés. Evidemment, Sandro et Nys ont une place particulière. Le beau pompier toujours prêt à rendre service et l'homme d'affaires dur qui cache un coté tendre. Et puis, ils se ressemblent assez tous les deux surtout en tant que grands frères sur qui peuvent s'appuyer tant Norman que Jana.

    Et cet humour présent qui m'a tant fait rire! Mention spéciale pour les lingettes, je ne m'en suis toujours pas remise. Je ne m'y attendais tellement pas!

    Je peux aussi assuré, sans l'ombre d'un doute, que ce livre sera lu de nouveau tant l'écriture, l'histoire, les personnages sont addictifs. 

    Reprends des forces au calme sur l'étagère de la bibliothèque petit livre, car bientôt tu seras de nouveau entre mes mains!

                                                                                                                                  MAN-on

    Vous me trouverez ici: https://amzn.to/2kt2He2

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • C'est avec une petite larme que je tourne la dernière page (que je glisse devrais -je dire en adepte du numérique) de cette touchante nouvelle de Yan Robel, Mon plus beau Noël. La narration, exprimée sous forme de lettres lyriques et poétiques, m'a de suite rappelé le plaisir que j'avais eu avec "Un long dimanche de fiançailles" de Jeunet.


     Le pitch:  Ne pas oublier. Cette phrase tourne dans ma tête comme un refrain quand je me souviens des horreurs de la guerre. Tant d'hommes sont morts pour notre liberté, laissant derrière eux bon nombre d'épouses et de mères éplorées... Personne ne peut rester insensible aux sacrifices de ces héros anonymes. Mon histoire vogue parmi les autres, mais je tenais à vous faire partager ces lettres que j'ai retrouvées. La détresse et l'amour. Les deux sentiments qui guidaient la plume de ce jeune Américain. Un soldat bien plus proche de moi que je ne l'aurais cru...


    Dans l'amour d'Adam et d'Odile, transparaît douloureusement l’évolution du jeune homme a travers le destin du soldat .L'auteur retranscrit avec justesse les préjugés et les antagonismes de cette époque difficile et l'on voit mûrir a chaque lettre les simples interrogations d'un soldat plongé dans l'obscurité de l'horreur, on les sent muer en en questions existentielles plus profondes comme la question de dieu, la justesse de la cause, la peur de mourir...


    Chaque missive est un vibrant hommage à Odile, à leur amour, à l'espoir de cet avenir possible entre eux relié a l'espoir de la fin de cette guerre meurtrière, comme un fil d’Ariane qui permettrait a Adam de rester en vie.  Parfois, par le biais des mots de soutiens d'Odile qui emplissent les souvenirs du soldat, on sent ce paradoxe d'un même événement vécu sous deux angles distincts: l'un est en sécurité au pays, l'autre est au cœur du conflit .L'une exprime un mot de courage, d'amour universel quand l'autre vérifie au quotidien l'impossibilité de voir se réaliser ces espoirs d'un monde meilleur.


    Lettre après lettre, l'amertume et la tristesse de la fatalité s'abattent sur Adam en même temps que l’inquiétude et la tension gagne le lecteur: mais pourquoi Odile ne répond-elle pas? Les détails de leur histoire s'affinent quand enfin, ce courrier tant attendu arrive avec les mots tout aussi chargés d'amour et de poésie de la belle adulée.


    Yan Robel a compris qu'une happy end ,dans ces temps obscurs, n'avait peut être pas sa place sans sombrer pour autant dans la romance tragédienne ni perdre la finesse de son écriture sensible.


    Un final émouvant, vrai , juste, comme ceux que chaque homme ou femme peut avoir dans sa propre histoire familiale. Ces années troublantes et douloureuses ont laissé des morts par millions, des blessures a jamais gravées, des traumatismes ,stigmates de la souffrance sans nom qu'ont vécu les hommes qui se sont battus. Mais au milieu de tout ça , toute une génération (celle du narrateur) est née de ces quelques instants de lumières volés a l'obscurantisme barbare comme pour laisser à ces hommes et femmes la possibilité de marquer autrement le monde.


    Ce court récit est un hommage doux et sincère , chargé d'amour et de reconnaissance envers ces hommes qui sont tombés dans la boue d'une guerre assassine .
    Pour avoir moi meme quelques lettres datant de ces années la , je peux confirmer que l'auteur est dans une parfaite maitrise des mots, dans une justesse tres fine des expressions donnant a son récit et a sa narration une réalité trés sensible.Un trés joli moment de lecture.
    Une question me reste: pourquoi William a-t-il le même prénom que William?

    Yop

    Adam: "A chaque instant que Dieu m'accorde, je contemple la photographie que j'ai emportée. je connais dorénavant la moindre courbe de tes traits.La malice de ton rire est une chandelle qui illumine mes cauchemars les plus noirs."


    Odile:"Tes bras m'ont serrés comme ils l'ont toujours fait, à l'ombre de cette vie ou d'une autre. Parce que , c'est incontestable, tu es l'âme sœur de toutes mes existences"

    Sur Amazon

    Mon plus beau Noël de Yan Robel

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé: 

    1986. Ce qui aurait dû être le meilleur été de la vie de Nate Bradford prend une tournure bien aigre lorsque ses parents décident soudainement de divorcer. Aujourd’hui, au lieu de passer sa dernière année de lycée dans sa ville natale, Austin, au Texas, il vit avec son père à Warren, dans le Wyoming. Population : 2 833 (et Nate trouvait cette estimation bien généreuse). Pas de piscine, pas d’équipe de tennis, pas de centre commercial – pas même MTV à la télé. L’école tout entière est plus petite que son ancienne classe, et dans une ville où les passe-temps préférés des ados sont le sexe et la drogue, Nate ne se sent pas à sa place.

    Puis, il rencontre Cody Lawrence. Fauché, issu d’une famille brisée, et clairement du mauvais côté de la barrière. Le père de Nate dit que Cody n’apporte que des problèmes ; les autres gamins disent que c’est un vaurien. Mais Nate sait que Cody est un bon garçon qui n’a jamais été. En fait, il commence même à se demander si sentiments pour Cody ne vont pas au-delà d’une simple amitié.

    Admettre qu’il pourrait être gay est déjà difficile, mais entre les préjugés d’une petite ville et la progression du SIDA qui faisait la une des journaux, il n’y avait pas de place pour deux jeunes hommes tombant amoureux l’un de l’autre dans un endroit comme Warren, Wyoming.

    Année de parution: 2016   Publié par: MxM Bookmark

     

     

    J'ai vraiment eu l'impression de 'voir' ce vent du Wyoming souffler au travers des pages de ce livre. Un vent destructeur qui balaie tout sur son passage et qui renforce ce sentiment de désespoir associé à la ville de Warren. Mais c'est pourtant là que Nate et Cody vont se rencontrer. Ils n'ont rien en communs sauf leur dernière année de lycée et l'ennui du temps qui s'écoule. 

    Nate se désole d'avoir dû suivre son père suite au divorce de ses parents. Cody est le paria du lycée pour être différent.

    Il faut faire face aux jugements, railleries et autres, aux interrogations puis aux certitudes. Viennent ensuite la confiance et l'amour. Une note d'espoir qui s'élève peu à peu et chante plus fort que le vent dévastateur.

    Une petite chose a cependant perturbé quelque peu ma lecture. Lorsqu'un personnage s'exprime, une description est placée en plein milieu de sa tirade. Ces deux choses là ne sont pas forcément bien démarquée. Ceci étant, ça ne m'a pas empêché d’apprécier ma lecture bien au contraire. 

     Manon

    Vous le trouverez  ici:   https://amzn.to/2ILwYU5
                                                                                                           

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ce n'est pas du Shakespeare d 'Amy LaneLe Pitch:

    James Richards est un professeur universitaire et mène une vie routinière. Il déménage en Californie du Nord pour fuir la rupture qu’il vient de subir, mais, à part l’adoption d’un Boston terrier, Marlowe, sa nouvelle vie ne lui apporte rien de plus.

     Un jour, son élève la plus coriace lui arrange un rendez-vous avec son meilleur ami, Rafael Ochoa. Ce dernier ne semble rien avoir en commun avec James, ils viennent de milieu culturel différent et n’ont pas la même philosophie de vie. Cependant, Rafael est également beau, gentil et fait l’effet d’une piqure d’adrénaline dans le cœur d’homme approchant la quarantaine de James. Ensemble, ils formeront un pont entre les habitudes de la Côte Est de James et l’attitude décontractée de la Côte Ouest de Rafael.

    Leur relation basée uniquement sur les sentiments survivra-t-elle au fait que James ne semble plus croire aux happy ends ?

                                                                     * * * * * *

    Alors , la première chose que l'on pense quand on referme ce livre c'est qu'il porte parfaitement son titre, on est ,en effet ,  à des lieues de William!
    La deuxième chose qui vous vient c'est "mais qu'est que c'est que ça ???"

    J'ai pensé un moment que notre cher Emmett Brown s’était glissé entre les pages pour foutre son bordel dans l'espace temps des chapitres puis plus simplement je me suis dis que ce livre souffrait d'un gros problème de relecture, de correction et peut être même de traduction.

    Des mots oubliés,des conjugaisons douteuses,des traductions bancales, des passages en totale contradiction voire complètement a coté de la plaque: on a quand même une grand mère américano-mexicaine géolocalisée aux USA qui "parle trés bien le français"  ouch !! Çà pique !

    La thématique sur la différence d'age était alléchante mais bien vite réduite a néant quand elle se voit résolue au 1er baiser a la deuxième rencontre .Check!

    L'aspect inter racial est un peu plus prononcé mais guere plus soutenu que ça, si ce n'est dans l'acceptation de l'homosexualité de Rafael par sa famille (qui est tout de même relativement assez cool avec ce problème qui ne semble pas en être un )!

    Un héros , la quarantaine entamée, sensé être taciturne et blasé sans en avoir aucune des particularités caractérielles, qui se retrouve a un moment du drama rejeté par son amoureux sans que tu comprennes vraiment pourquoi.D'un coup , après une belle journée , plouf plus rien ne va! Alors je veux bien que la romance ait des codes bien précis (je t'aime mais je peux pas donc je te quitte donc je reviens pour le happy end) mais on est pas obligé non plus de prendre le lecteur pour un lapin appâté avec une carotte moisie!

    L’écriture est pourtant fluide (#lemotleplususitésurlesblogslitteraires ah! ah! ah!..pourtant je m’étais promis de pas m'en servir ...) mais neutre, trop neutre a mon gout.Vous savez, un peu comme ce vin qui ne reste pas en bouche et que tu vides d'un trait ou que tu laisses croupir dans son verre.Certaines scènes s’enchaînent presque "brutalement" passant d'une danse supposée sensuelle a " je te suce la bite"  alors que t'as même pas eu le temps de t’émoustiller sur une braguette qui glisse! Ça déraille, ça zigue-zague  et ça part a vélo (oui bon d'accord c'est pourri... a volo!)


    On peut difficilement se raccrocher au couple quand le premier héros(qui semble être le héros principal de l'histoire) parait  suffisamment construit mais un peu  tiède et quand le deuxième , ben , il reste le deuxième en fait! On sait qu'il est un beau latino aux gros bras tatoués qui collectionne les débardeurs; passés ces détails vitaux les aspects pourtant séducteurs de sa personne comme sa perspicacité et son sens de l'humour sont à peine effleurés.

    Des personnages secondaires prometteurs que l'on explore que trop peu,des scènes hot parfois trop crues pour le contexte ,parfois même difficiles à visualiser (va falloir que je revoie mes manuels d'anatomie ou que je me penche sur le contortionnisme ).

    Heureusement, il y a les passages sur le boulot de prof universitaire de James  au travers de ses échanges littéraires avec son élève fétiche Sophie la gothique. Interressants, bien construits, ils ponctuent agréablement le déroulement de l'histoire. 

    Un pré-final rocambolesque avec un amoureux transi comme sorti d'un chapitre oublié suivi d'un final plié en deux temps trois mouvements , le tout saupoudré de toujours autant d'erreurs, d'oublis, de fautes , de traductions à mon avis erronées.
    Bref, l'exemple typique de roman qui avait tout pour bien aller, une couv sympa un pitch attirant même si déjà vu... et qui finit par devenir une lecture laborieuse.
    Cela mérite certainement une réédition revue et corrigée pour être correctement appréciée à sa vraie valeur!

     Yop

    Ce n'est pas du Shakespeare d 'Amy Lane

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2sao48p

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires