• En bonne fan de Mary Calmes , je me jette toujours plus ou moins rapidement sur ses sorties. Venant juste de finir avec frénésie son On ne sait jamais , j'ai donc enchaîné avec Les jours Bleus sorti en Avril 2018 chez Dreamspinner Press, une nouvelle de 99 pages traduite par Zoé Callaghan.

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)Le pitch:
    Tomber amoureux d’un collègue est rarement une bonne idée, surtout pour un homme qui obtient une dernière chance de sauver sa carrière. Mais dès l’instant où Dwyer Knolls rencontre le beau Takeo Hiroyuki, socialement inadapté, il semble destiné à ne prendre que de mauvaises décisions.
    La vie de Takeo est une série d’échecs pour tenter de plaire à son père, un Japonais très conservateur. Malheureusement, prendre sa succession dans les affaires s’avère aussi difficile pour Takeo que de devenir hétéro. En fait, il n’excelle que dans un domaine : remarquer Dwyer Knolls.
    Quand Dwyer et Takeo se rendent à Mangrove, en Floride, pour un voyage d’affaires en vue d’acheter un domaine, leur amitié hésitante s’enflamme et prend une tout autre dimension. Leur soudaine connexion sera-t-elle suffisamment solide pour jouer leur futur, ou devraient-ils mettre cela sur le compte d’un étourdissement inspiré par la brise bleue de l’océan ?

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)

    On est plutôt agréablement surpris au départ par le choix du personnage inhabituel chez Mary Calmes : un héros asiatique, Takeo, timide et maladroit, loin des yakuzas surmembrés que l'on croise souvent, aux antipodes de ses héros charismatiques (jusqu'à l’écœurement parfois), musculeux énergiques et carrément bandants dès la première ligne.
    Ici, on a certes le gentil américain bourré de ..tout en fait comme toujours et on a ce fameux Takeo directement sorti de l'imaginaire graphique d'un boys-love de base et on va pas forcement s'en plaindre .
    Passons donc à l'histoire : heu... mais elle est où au fait l'histoire ?
    On a deux beaux mecs, un voyage , un B&B pittoresque , une chambre louée (bah oui quoi faut que ça chauffe hein !! ) et voilaaaaaaaaaaaaa! Tadaaaamm ! Là, tu sais déjà tout ,lecteur et j'ai même pas le temps de spoiler quoique ce soit !!

       On ne sait clairement pas où on va avec ce roman (qui a dit droit dans le mur?? )! Deux personnages, visiblement déjà amoureux depuis un moment qui passent bruyamment leur temps dans leur chambre d’hôtel, un papa pdg pas content et toujours pas la trace d'un fil conducteur digne de ce nom. On tombe donc rapidement dans un "parkour baise " effréné qui , même si je ne crache jamais dessus, ne se justifie en rien si ce n'est pour noircir des pages .
       Des dialogues à répétition (on trouve ça souvent chez l'auteure et la plupart du temps, c'est plutôt bien fait ) qui me laisse supposer parfois un problème de surdité chez nos deux chéris.
      Un récit où l'idéal est le maître mot: on tombe son patron comme une mouche, on démissionne et on retrouve dans la foulée un taf de rêve, on achète une jolie maison en bord de plage parce que, quand même, la proprio est super cool et qu'a tous les coups elle va te faire un super prix! Alors oui, je lis pour rêver, parfois c'est vrai, mais la plupart du temps j’espère aller plus loin que le pays des bisounours.
    J'aurais beaucoup apprécié une présence plus importante de l'un des personnages de la saga Question de temps mais là encore ,il est à peine évoqué.

      Une nouvelle qui se lit rapidement, toujours bien écrite, on ne peut jamais reprocher à Mary Calmes un quelconque problème de ce coté là, avec une fin précipitée (à ce stade on en est même plus surpris) , un petit opus qui te laisse le même arrière gout qu'une chanson de Laurent Voulzy, ça sent bon la vanille, c'est lent et limite un peu chiant.Reste qu'il s'agit ici d'un premier tome et que j'ai grand espoir que la suite s’améliore, MC est toujours surprenante!! 
     
      Un petit truc que je retiendrai quand même sera sur le sens de la mode des américains (ou de leurs auteures en tout cas ) : depuis quand des boots à pointe dorées avec un costume Armani c'est sexy?? Et surtout, cette manie de nous citer, marque après marque, pour décrire un homme, comme un gage de bon gout alors qu'à force, moi je finis par y voir au mieux  une limite esthétique (quand on voit les mêmes marques citées de livre en livre)  et au pire comme un sponsoring maladroitement dissimulé.
    Je suis une grande fan de Mary Calmes donc totalement subjective à son sujet et je lui pardonne bien sur, surtout après m'avoir régalé avec son Hagen, mais faudrait pas que ça se répète de trop ce genre d'accident!! Yop.

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)

     

     

    Vous le trouverez ici:  https://amzn.to/2xr0NUJ
      

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est pas toujours facile de parler d'un livre qui semble pour le moment obtenir l'aval général et ça l'est encore moins quand le dit livre ne comporte pas d'autre défaut majeur que celui de ne pas m'avoir accroché .
    Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless publié en Mai 2018 chez MXM Bookmark m'a fait cet effet et je dois avouer que cela faisait longtemps que je n'avais pas eu cette impression de vide émotionnel face à un livre (je précise bien que je parle de MON vide et pas de celui du livre qui est plutôt bien écrit dans l'ensemble).


    Ethan qui aimait Carter  de Ryan LovelessLe pitch:

    À vingt-quatre ans, Carter Stevenson est atteint de timidité maladive, due à son bégaiement et ses tics. Sans l’aval d'amis qui lui reprochent de laisser sa maladie de Tourette dicter sa vie, Carter déménage de Los Angeles et rejoint une petite ville tranquille de Californie où il compte faire profil bas et éviter les gens. Il n’avait pas prévu que son nouveau voisin, Ethan Hart, s’immiscerait dans sa bulle de solitude et le forcerait à sortir de chez lui pour vivre sa vie.

    Depuis le début, Ethan s’est montré clair au sujet de ses sentiments pour Carter. Mais il redoute que ce dernier ne soit pas en mesure de voir au-delà de son cerveau endommagé, même si cela fait de lui quelqu’un de bien plus en accord avec ses émotions que la plupart des gens. Le problème pour Carter ne vient pas de là : il s’est déjà brûlé les ailes aux côtés de ‘parfaits’ petits amis et ne veut pas risquer de se faire briser le cœur une fois de plus.
    D’une manière ou d’une autre, Ethan est déterminé à montrer à Carter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Du moins, jusqu’à ce qu’il reçoive de tragiques nouvelles, qui l’obligent alors à se tourner vers lui pour puiser force et soutien. Carter sera-t-il en mesure d’épauler Ethan dans la tourmente ?

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless

     

      Nous avons donc un Carter, fraîchement débarqué de L.A, qui emménage dans une ville plus familiale dans l'espoir de mieux vivre avec ses TCC ! En face de chez lui vit Ethan, victime quotidienne de ses troubles cérébraux, plein d'entrain et qui au premier abords ferait aisément penser à un enfant coince dans un corps d'adulte .
     Une immersion directe dans le monde d'Ethan et Carter par le biais de leurs pathologies, un quotidien évoqué au plus juste avec des manifestations qui font parties intégrantes du récit au même titre que n'importe quel décors ou paysage.Certaines tournures m'ont parues parfois étranges mais le style prosaïque qui enchaîne phrase courte sur phrase courte comme les perles d'un sautoir permet d'alterner le point de vue des deux jeunes gens de manière aléatoire et pas forcement d'un chapitre a l'autre.
      L'histoire entre ces deux la est tendre et toute mignonne. La singularité des séquelles d'Ethan paraissent tour à tour cocasses ou tragiques et s'il est assez difficile de se mettre a sa place on arrive plus facilement à se transposer sur son entourage et sur les difficultés liées à l'acceptation et la prise en charge adéquate d'une vie qui se transforme d'un coup sans prévenir .
     
      Carter est un jeune homme dont les réflexes corporels le trahissent.Un esprit complètement présent mais totalement freiné par un mécanisme physique perturbant le bon déroulement des choses pour lui. Ethan lui, a pu relativement conserve cette liberté corporelle malgré sa jambe, un corps qu'il peut maîtriser mais trop souvent sous le joug de l'interruption soudaine de son évolution émotionnelle et psychique.
      Si leur première rencontre est assez perturbante pour l'un comme l'autre , c'est un amour immédiat qui naît pourtant entre eux et peu à peu les tics de l'un deviennent la musique apaisante de l'autre .Carter a besoin d’évaluer les risques , les possibilités, les enjeux quand Ethan lui doit apprendre à mitiger , à trouver le centre des choses, le juste milieu entre le noir et le blanc.


      La croisée de leur chemin donne lieu à une rencontre surprenante même si elle apparaît évidente depuis le début du récit et on sent beaucoup de sincérité , de recherches sur les perturbations cognitives de la part de l'auteur. Les troubles du langage par exemple , présentés par petites touches presque anodines, les quelques informations si précises , de celles que seuls les parents concernés se voient confier dans l'antre des cabinets spécialisés, sont amenés avec beaucoup de réalisme et de naturel. Leurs ébats sexuels eux même sont emprunts de cette particularité déformant définitivement la norme banalisée de la romance .Une vision peu académique des choses qui pousse le lecteur malgré lui à pénétrer la réalité d'Ethan et de Carter ,une réalité ou les non dits n'ont pas lieu d’être .

      Un roman qui présente beaucoup de qualité: le texte est assez bien écrit, pas d’incohérence autre que les affres de l’hésitation de Carter (qui est pourtant amoureux ), très peu de coquilles , le tout offrant une lecture agréable avec de l'humour bien dosé, une présentation des personnages sans pathos mais au contraire avec une histoire personnelle assez touchante et pourtant, malgré toutes ces qualités certaines c'est un roman qui m'a laisse complètement à coté.
      J'ai eu un mal fou (voir une absence totale ) à ressentir une autre émotion que de l'empathie : peut être est-ce dû à cette évidence immédiate de leur histoire laissant très peu de place au suspens émotionnel? Peut être est-ce dû à cette vision trop idyllique du happy end en toute circonstance quand on sait combien le quotidien (et ce même avec tout l'amour que l'on peut trouver autour de soi) des personnes dites différentes reste quelque chose de douloureux ? Etant mère d'un enfant à handicap je connais la lutte ordinaire face au regard de l'autre , le combat perpétuel face aux organismes les plus spécifiques soient-ils, les paroles répétées jour après jour pour expliquer, prouver que l'amour pour tous c'est plus qu'un concept pour certaines familles et recommencer le lendemain parce que il y aura de nouveaux regards , de nouveaux organismes avec qui batailler et de nouvelles preuves  à fournir encore et encore . L’inquiétude constante du futur, du bien être , du respect c'est peut être cela qui m'a manque pour me convaincre et oui, si je sais que j'ai lu une romance et non un témoignage, je pense sincèrement que ces options là manquaient vraiment à l’équation et qu'elles n'auraient pas nuit à la puissance des sentiments .

      Un livre donc , réjouissant par la qualité de son contenu, par l'originalité de son approche thématique et que bien entendu je me garderai de déconseiller (il n'y aurait aucune bonne raison autre qu'un ressenti très personnel pour le faire ) laissant à chaque lecteur la curiosité de le découvrir sous ses propres critères .Yop.

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless




    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2L2ozIu

       

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La couverture de Sauvage d'Adrienne Wilder (sorti en 2018) me titillait depuis un moment (des beaux yeux et du poil, tu penses!!!) ; son résumé à tendance "deja vu" me retenait jusqu'à ce qu'un dimanche pluvieux m'ait donné l'occasion de tomber dedans à bras raccourci !

     

     

    Sauvage d'Adrienne WilderLe pitch:
    August Vallory possédait tout : une carrière de mannequin, un homme qu’il aimait et une famille étendue qu’il s’était construite au sein de sa profession. Puis le monde tel qu’il le connaissait lui a été arraché, lorsque l’avion dans lequel il se trouvait s’est crashé alors qu’il était en route pour un photo-shooting. Perdu dans l’étendue sauvage de l’Alaska, August n’a pas la moindre chance.

    Aucun homme sain d’esprit ne choisirait de vivre sur ces terres, à moins d’avoir quelque chose à cacher. Et Keegan Brooks renferme des secrets plus sombres que la nuit, plus dangereux que les loups, plus brutaux qu’un hiver en Alaska. Chaque jour est un combat pour sa vie, jusqu’à ce qu’il tombe sur un avion écrasé avec un seul survivant : August.
    Désormais, ce n’est plus seulement la vie de Keegan qui vacille pour sa survie. C’est aussi son cœur.

                        Sauvage d'Adrienne Wilder

      Et c'est finalement sur un très bon roman à tendance "survie" que j'ai passé ce fameux dimanche humide, un livre qui a été une très bonne surprise entre The revenant et Séraphim Falls avec bien sur ,notre petite touche de romance gay.

     Un récit nourri d'un style dynamique, clair et succinct qui ne s’étouffe pas de fioritures, qui plonge son lecteur dans une ambiance à la fois soutenue et sombre tout en laissant de véritables espaces de tendresses et d'intimité.
      La narration nous porte entre un présent morne mais plein de dangers et un passé sous formes de souvenirs incisifs pour nos deux héros, deux espaces dans le temps qui s’enchevêtrent et nous permettent de mieux cerner Keegan et August.

      L'auteur nous plonge dans un monde glacé et difficile ,un univers où la nature fait loi et où l'homme doit s'y soumettre pour survivre.Un paysage âpre et féroce où Keegan trouve l’échappée dont il a besoin pour oublier .Un monde inconnu et totalement aux antipodes du confort et du luxe habituels qu'August côtoie au quotidien.Un monde froid et blanc ,exempt de toute vie humaine ,dans lequel Keegan essaie de fuir les horreurs commises dans une vie passée sans jamais vraiment en oublier les images.Un monde où la neige et la glace règnent, où la présence accidentelle du jeune mannequin laisse apparaître peu à peu les fissures d'un homme devenu sauvage, martyrisé par la vie et un destin déjà tout tracé par son père.

      Des personnages très bien construits qui, même si l'auteure nous les expose  à la loi (immuable??) de la Magik Prostate,sont malgré tout loin des cliches et des attitudes codifiées de la romance M/M. Un August qui reste logique bien que perdu , qui ne tombe jamais dans les aléas faciles du citadin capricieux et qui semble découvrir son sauveur en même temps qu'un autre mode de vie et sa faculté à s'y adapter.
    Face à lui, Keegan semble renaître dans son amour pour Vallory, se servant de ces gestes et de ces connaissances qui ont tant fait souffrir pour sauver enfin une vie et laisser sortir de lui des sentiments qui n'avaient jamais pu naître vraiment. Keegan ,un être meurtri aussi bien par les autres que par lui même, qui ,outre son aspect sauvage, est la vraie touche de tendresse de ce roman dans chacun de ses mots et de ses sentiments .


     Les scènes d'amour (parce que malgré le sexe c'est bien d'amour et de besoin réciproque qu'il s'agit) sont particulièrement intenses ,sans vulgarité, parfois crues parfois sensuelles mais toujours judicieusement placées dans le contexte (quota scenes de sexe :check) ; certaines d'entre elles permettent également d’établir comme un état des lieux de la vie et du passé sentimental d'August.
      Les petites touches d'humour de ce même August sèment ici et là de petits moments qui assouplissent la dureté de l'histoire, et créent de vrais petits îlots de souffle frais au milieu d'une ambiance pesante, froide, solitaire et pourtant sensuelle.

      Un des plus gros points forts de ce roman est sans équivoque la restitution de cette nature figée et dangereuse , cette immensité loin de tout et ces décors que l'on visualise autant qu'on les imagine .Un vent glacial que l'on sent presque nous frôler , une ourse acharnée (et même si on sait que Maman Winnie a peu de chance de se la jouer vengeresse acharnée dans la réalité) qui fait frémir à chacune de ses interventions, une Daisy dont on pourrait presque sentir l'odeur (cœur cœur pour toi Daisy!!).L'ambiance d'un quotidien feutré dans une cabane de rondin d'ou s’échappe un fumet de ragoût et de fourrures mouillées.On y est carrément !

      Un récit qui n'est pas sans laisser penser à Protection rapprochée de Jane Séville par la psychologie de ses personnages, l'ambiance et l'amour qui règnent au milieu d'un bourbier violent.

     J'ai personnellement apprécié que l'auteure nous prévienne des libertés choisies pour écrire ce roman même si le coté hollywoodien est assez fort ,la structure du roman est assez efficace pour qu'on se laisse avoir comme on le fait avec n'importe quel blockbuster.
      Un M/M intriguant qui nous offre un final haletant ,bourré d'action et de suspens (et pourtant on la sentait  arriver cette fin hein ,on est pas des quiches non plus !) avec ce qu'il faut de justesse pour que ça glisse comme un traîneau sur la glace et un épilogue ,qui tout en faisant son boulot correctement , nous donne une curieuse envie de graver un cœur sur un rondin de bois et surtout d'en savoir plus sur leur nouvelle vie.
     Yop

     

    Sauvage d'Adrienne Wilder

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2smhTOL
            

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Résumé:

    Noël est une période de bienveillance pour tous, mais le propriétaire de Colliers et Menottes Thomas Williams reçoit un cadeau inattendu qui lui fait froid dans le dos. Un Dom d’un autre club de Manchester lui demande de l’aider à sauver un soumis “ abusé ”, Peter Nicholson. Thomas prend alors sous son aile le jeune homme, faisant une faveur à son ami, lui offrant du temps et de l’espace pour guérir, mais il fait savoir qu’il n’a jamais eu de soumis et n’en veut pas.

    Peter trouve la maison de Thomas calme et paisible, mais son passé l’a rendu frileux pour faire confiance à un autre Dom. Quand Thomas ne se comporte pas comme Peter l’attendait, ses cauchemars commencent à s’effacer et il décide qu’il aimerait en savoir plus sur la vie D/s. Maître réputé de soumis, Thomas commence à instruire Peter, mais quand le nouveau soumis s’ouvre à lui, Thomas se rend compte qu’il tient à Peter plus qu’il ne le devrait. Juste lorsqu' il décide qu’il est temps de trouver un Dom pour Peter, ils découvrent que le tourmenteur de celui-ci est toujours après lui. Avec leurs vies en danger, Thomas ne peut plus nier ses sentiments envers Peter. La question est désormais de savoir si Peter pourra sortir de la cage aux lions en vie, afin que Thomas puisse dire à son homme qu’il l’aime 

    Date de parution: Juin 2017    Publié par: Juno Publishing

    Croire en Thomas   -Colliers et Menottes tome 2-    de K.C. Wells

     

    Je ne peux cacher mon enthousiasme suite à cette lecture. Et je n’exagère rien en disant que j'ai littéralement dévoré ce volume. Attention, ma vitesse de lecture ne veut pas dire que je ne l'ai pas apprécié. C'est tout le contraire. Cela s'est avéré addictif et intense. Ce second tome de la série 'Colliers et Menottes' est d'une grande richesse. 

    Il y a ce coté action que l'on sent présent dans les faits et gestes de certains personnages. Les décisions prises le sont dans le but de sauver d'autres personnes. L'injustice ne passe pas. Sans compter le personnage de Curtis Rogers, être absolument infâme, qui contribue à cette touche d'action de par son rôle dans  les sévices subis par Peter mais aussi par ses actions (passées, présentes et futures) qui donnent l'envie et le courage de le mettre hors d'état de nuire.

    En parlant personnages, quel plaisir de revoir à nouveau Leo et Alex. On sent une évolution plus que positive pour ce dernier. J'ai apprécié le fait d'entrer chez Thomas, de le découvrir et de voir l'homme autant que le Dom dans son quotidien. Un mot pour le qualifier: bonté. C'est un homme attentionné, à l'écoute et pourvu d'un grand cœur. J'ai particulièrement aimé le voir remettre d'aplomb tout en douceur Peter. Ce jeune homme durement meurtri au cours des quelques années passées aux côté de Curtis. On a plaisir et bonheur à le voir renaître et dépasser peu à peu les démons qui le hantent. Peter a tant de fragilité en lui et de douceur. On devine, lors de brefs moments, un caractère plus appuyé que l'on ne pense. 

    Un roman qui se défait lentement de l'obscurité de ses débuts pour nous mener sur un chemin plus lumineux fait de reconstruction et d'espoir. Voila un récit qui ne peut vous laissez indifférent et qui vous touche de bien des façons.

                                                                                                                              Manon

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2GSVSeL

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je crois bien que je viens de me taper mon premier AVL (accident vasculaire littéraire ) avec un roman M/M. L'objet du délit ? La Noirceur Des Etoiles - livre1 Les yeux noirs de Jessica Naide.


     La Noirceur Des Etoiles -livre1 Les yeux noirs  de Jessica Naide. Le pitch:

    L’univers est vaste, la Nature n’y a plus sa place, et la Deuxième Ethnie n’y voit que source de profit et de conquêtes. N’étant plus le bienvenu dans la plupart des galaxies, le capitaine Iwata Kazuya arpente l’univers en compagnie de son équipage à bord de son vaisseau, le Sekai. Jusqu’au jour où son voyage lui fait croiser la route d’un vaisseau en perdition et qu’il sauve d’une mort certaine un jeune homme à la mémoire évanouie.
    Le passé à ses trousses, et confronté à lui-même, Kazuya peut-il faire confiance à cet homme qui ignore d’où il vient et ce dont il est capable ?
    Des souvenirs douloureux aux visions prophétiques, Kazuya tentera à ses côtés de trouver la réponse à la question qui le hante depuis toujours : dans un univers où la Nature n’est plus qu’une légende, pourquoi celle-ci continue-t-elle de l’appeler sans relâche ?

     

     

     La Noirceur Des Etoiles -livre1 Les yeux noirs  de Jessica Naide.

     

    De la pure Sf mm à la française, 305 pages de space opéra a mi chemin entre Star Trek et Battlestar Galactica avec un soupçon de l’ésotérisme de Dune !! Tout un programme n'est ce pas ? Ce livre est un vrai paradoxe (non, non pas spatio-temporel je ne vais pas la faire celle-la !!); paradoxe qui est bien sur la cause de ma récente pathologie. 

      Je m'explique: l'écriture de Jessica Naide est plutôt simple, propre et concise et j'irai même jusqu’à dire qu'elle n'a rien d'extraordinaire sans avoir pour autant de défaut particulier à soulever.
      Mais alors, comment réussit elle à nous livrer une histoire aussi captivante, passionnante, enivrante (ça marche aussi avec plein d'adjectifs ou tu peux coller un ante a la fin) , une intrigue qui dès les premières pages t'emporte littéralement, te prive de toute notion du temps qui passe ? J'ai eu beau me creuser la tête, je n'ai pas trouver la réponse et je me suis juste laisser séduire par l’épopée du Sékai et de ses occupants ! C'est bien simple  , dès la dixième page je savais déjà que j’étais foutue, que je serais totalement accro au capitaine Kazuya et son équipe, que je serais complètement ensevelie dans cette ambiance spatiale sombre et ce contexte futuriste que l'on devine  lourd de pertes pour l'humanité! Une dystopie bordel , elle a osée , elle l'a fait ! Un space opéra dystopique donc, par le biais de l'errance d'un vaisseau dans l'espace (où personne ne vous entendra crier #paietacultureduneautreepoque) à la recherche de minerais et de vivres , éléments vitaux à la survie de l’équipe et à l’avènement de leur quête .

      Un début de récit en huis clos très haletant avec ce qu'il faut de mystère et d'humour, des scènes d'actions sobres et scénarisées avec la minutie d'un story board qui ne croulent pas sous des effets explosifs pour simuler une montée d’adrénaline. D'autres passages plus calmes, plus profonds qui peu à peu laissent la vraie intrigue et ses secrets se révéler au lecteur: la quête du Sékai et de son capitaine visionnaire.
      Un univers très bien construit et des personnages sobrement décrits, avec des noms d'origine asiatique qui au départ me perdaient un peu (l'auteur ayant vécu au Japon on sent pointer la finesse de cette culture dans les échanges et les comportements des divers protagonistes), mais qui peu à peu prennent vie d'une façon magique.L'auteur a visiblement pris le parti de livrer un roman presque nu de description , nous laissant créer nos propres codes et nos propres critères esthétiques sans jamais nous priver de la moindre information nécessaire à la cohésion du récit. Pas un seul passage n'est superflu ou même juste "moins bien", c'est hallucinant ce rythme constant qu'elle parvient à maintenir du début à la fin, je n'ai pas trouvé un seul moment que j'aurais aimé lire autrement ,pas une seule phrase de trop , pas une seule expression malvenue ou maladroite , rien, nada zero défaut de consistance dans le contenu!!

     

     La Noirceur Des Etoiles -livre1 Les yeux noirs  de Jessica Naide.



     Les personnages? Parfaits aussi , pas de surhommes, pas de souffreteux que t'as envie de secouer ,pas de héros anabolisés qui se mord la lèvre inférieure et dieu merci , alléluia ,dans l'espace il n'y a pas de papillons non plus et rien que de l’écrire j'en jouirais presque!!

       Iwata Kazuya et Sotcha se découvrent peu a peu , au même rythme que nous, lecteurs, découvrons les mystères des tatouages du capitaine et des forets légendaires qui ont disparu , qui semblent même ne jamais avoir existé. Deux hommes aussi différents que semblables , deux êtres aussi normaux qu'exceptionnels (je vous le dis elle est très forte cette Jessica), deux personnages aussi jeunes qu'ils sont déjà vieux d'une vie à la fois belle, normale, difficile ou cruelle ,deux héros qui enfin se croisent dans un monde galactique  parfumé du gout de notre Histoire et de ses chaos.
       Kazuya, qui aurait tout du ténébreux habituel, est au contraire bourré d'humanité , de douleurs mais aussi de joies à travers ses souvenirs, un être blessé mais toujours volontaire et déterminé à œuvrer pour un futur.
      Sotcha , d'emblée le mystère de l'histoire, est celui par qui les questions arrivent aussi bien pour nous que pour l’équipe .Il est jeune, fragile et éternel à la fois , tranquille et sauvage dans la recherche de sa propre histoire . Il est la part de mystère qui réveille celle qui sommeille en Iwata et qui la rejoint dans une douceur amoureuse timide au départ puis plus profonde ,plus certaine, avec des scènes d'une douceur et d'une poésie plutôt rares dans un mm.

     La Noirceur Des Etoiles -livre1 Les yeux noirs  de Jessica Naide.


       Yui , la pilote, est vive et malicieuse , pleine d'entrain, c'est la part de lumière qui réchauffe un vaisseau perdu dans l’obscurité des galaxies, la part féminine de l’équipe (même si elle n'est pas la seule femme du roman), elle est a la fois sœur, amie , amante, guerrière , elle est la somme de plusieurs aspects de la Femme enfermés dans un même corps avec une personnalité beaucoup plus riche qu'il n'y parait .Ses échanges avec Shijiro le cuisinier mécano du vaisseau sont plutôt drôles; une vraie bouffée d'air frais dans cette ambiance pesante où règne pourtant l'amour des uns pour les autres .

      Taika le second ,mais on pourrait le voir comme un frère pour Kazuya, est l'aspect purement réfléchi , philosophique et pourtant il est l’étincelle qui sort le capitaine d'une vie toute tracée, qui  nous donne aussi envie d'en savoir beaucoup plus sur lui et son passé .
       
       Puis vient le moment crucial où le capitaine Iwata, au passé trouble encombré d'actes de guerre et de renoncements à des croyances illusoires, livre son histoire et celle du Sékai à Sotcha , l'histoire de la résistance qui tout en le plongeant dans une fuite perpétuelle lui ouvre les portes de sa destinée , de leur destinée . Ce moment qui lance définitivement l’épopée née sous les doigts de Jessica Naide et qui ,toi lecteur/trice te piège complètement dans un nouvel univers qui tient ses promesses du début à la fin.

       Un destin dans lequel j'ai plongé avec une surprise énorme , un roman qui m'a donné ,je ne saurais même pas dire pourquoi vraiment ,une des plus grosses claques du moment , je songe sérieusement à supplier l'auteure pour qu'elle me confie les prochains tomes de sa saga à chroniquer ( je suis prête à dealer ma réserve personnelle de chocolat #clindoeilsubtil ) !! Un premier tome très abouti ( quelques très légères maladresses ou erreurs de correction surfent encore ici ou là sans que ça ne gêne en rien ) qui ne laisse pas sur sa faim et qui en plus te donne l'envie fulgurante de harceler l'auteur pour avoir la suite ( et non je n'avouerai pas si je l'ai fait ou pas ..)

    Si vous avez pu lire mon pavé ampoulé alors vous n'avez aucunes excuses pour ne pas lire La noirceur des étoiles qui lui est une vrai découverte !Yop.

    NB: Le seul bémol  (faut bien que j'en trouve un sinon on va croire que je suis payée) pour moi serait la couv alors que je préfère nettement l'illustration choisie par l'auteure pour son site. 

     

     

                                              La Noirceur Des Etoiles -livre1 Les yeux noirs  de Jessica Naide.

     

     

    Pour le trouver c'est ici: https://amzn.to/2kk6YAm

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Résumé:

    Une tempête de neige dans le sud, le jour du Nouvel An, est la recette parfaite pour une catastrophe. Après deux incidents dévastateurs, Kirk attend qu'un troisième désastre se produise lorsque, tout naturellement, deux chats errants arrivent sur son palier durant la tempête et décident de faire comme chez eux dans sa maison. Kirk et son grand cœur les laissent rester, même s'il y a décidément quelque chose de bizarre avec ces nouveaux félins bien trop amicaux.

    À l'abri du mauvais temps et remplis de thon, Dolf et Tal sont contents d'être blottis dans la maison de Kirk. Mais ensuite, leur humain se rend à l'extérieur à la recherche de bûches pour la cheminée et fait une chute violente qui le laisse inconscient. Les deux chats n'ont plus d'autres choix que de révéler leur identité.

    Kirk se réveille et découvre que les deux chats sont en réalité Dolf et Tal ; deux chats métamorphes qui sont ses partenaires destinés. Faire partie d'un trio félin est déjà suffisamment difficile à encaisser pour Kirk, mais il apprend rapidement qu'ils viennent d'un clan qui ne croit pas que les humains et les métamorphes devraient se mélanger. Kirk a conscience que ces deux chats sont sur le point de faire basculer sa vie. Cependant, il ne sait pas que les vraies difficultés se trouvent devant lui.

    Date de parution: Août 2016       Publié par: Dreamspinner press

    Jamais deux sans trois     de M.A. Church

     

    Une lecture légère, agréable et qui tient son lecteur en haleine. Une histoire fantastique dans laquelle il est question de métamorphes, de trio, d'acceptation inter espèces. 

    Kirk a été revendiqué par ses partenaires, Dolf et Tal qui ont la particularité de se transformer en chat. Ces trois-là sont parfaitement complémentaires. On ne peut nier l'équilibre évident des personnalités dans ce trio. Dolf est le futur alpha du clan. Un homme fort, têtu qui dirige. Tal est la douceur, l'idée que l'on peut se faire d'un prince timide et fragile (pas si fragile que ça mais..). Et il y a Kirk. Cet humain qui se retrouve happé dans un monde dont il ne soupçonnait pas l'existence mais qu'il accepte rapidement. Son caractère oscille entre ceux de ses partenaires. Pour résumer: un trio qui fonctionne avec un naturel déconcertant. Chacun y trouve sa place. C'est simple et sans heurts. 

    Le Livre a quelques bons mots et moments qui m'ont fait rire. Quant au découpage des chapitres, il essaie de se focaliser sur le point de vue d'un des membres du trio. Ce qui tente de renforcer l'équilibre de ce trouple. 

    J'avoue m'être laissée emporter par cette lecture qui m'a fait passé un délicieux moment même si j'ai trouvé celle-ci trop rapide à mon goût. J'en aurai aimé un peu plus. Heureusement pour moi que d'autres titres font suite à ce premier tome.

                                                                                                                                    Manon

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2IKCNRT

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Résumé:

    Depuis la mort de son amant et soumis deux ans auparavant, Léo ne vit pas – il se contente d’exister. Il se concentre pour faire de Collars & Cuffs, un club BDSM dans le village gay de Manchester, une réussite. Cela change la nuit où son associé et lui se retrouvent pour leur réunion hebdomadaire au Severinos. Leo ne peut pas détourner le regard du nouveau serveur. Le timide jeune homme semble déterminé à éviter celui de Léo, mais c’est comme agiter un chiffon rouge devant un taureau. Leo aime les défis.

    Alex Daniels travaille au Severinos afin d’économiser de l’argent pour vivre seul. Il a du mal à sortir du placard, mais il est attiré par Leo, le superbe homme aux yeux bleus glacés qui mange presque tous les soirs dans sa zone de service.

    Leo ne laissera pas l’hésitation d’Alex s’interposer. Il le garde même loin du club afin de ne pas l’effrayer. Et lui dire qu’il est un Dom ? Mauvaise idée. Un rendez-vous devient deux, mais ce deuxième rendez-vous mène dans la chambre de Leo... et Alex découvre des choses sur lui-même qu’il n’avait jamais réalisées – et n’avait jamais voulu que quiconque voit.

    Date de parution: Mars 2017     Publié par: Juno Publishing

    Un cœur déverrouillé      -colliers et menottes tome 1-     de K.C. Wells

     

    Une belle histoire que j'ai aimé lire et relire. On peut se dire que ce qui unit Leo et Alex semble simple. C'est ce qu'il y a autour d'eux qui compliquent les choses, créant des épreuves à traverser. Mais ces aspects renforcent encore plus les sentiments qu'ils partagent. Un parcours simple et pimenté à la fois.

    J"ai adoré voir ces deux hommes me surprendre quant à leurs caractères respectifs. Alex est d'un naturel docile, qui n'aime pas faire de vagues et évite les confrontations. En fait, c'est un jeune homme courageux. Quant à Leo si sûr de lui, j'avoue que le voir patauger un peu après sa proposition d'emménager avec son jeune amant me l'a rendu plus humain. Non pas qu'il soit quelqu'un de dur, mais cet événement montre une fragilité touchante. Les autres personnages croisés ne sont pas en reste et il me tarde de les voir réapparaître dans les tomes suivants. 

    Il y a quelques passages décrivant des scènes sexuelles dans ce roman. Celles-ci n'ont pas dérangé ma lecture car elles se fondent dans le récit tout en l'enrichissant. Ces passages importent dans le sens où ils rapprochent nos deux héros. Celles de peu d'importance ne sont évoquées que brièvement

    Une lecture qui s'est révélée fluide et prenante. Un de ces romans que j'ai eu du mal à laisser de côté. 

                                                                                                                                     Manon

    Pour le trouver, c'est par là!!

    https://amzn.to/2IE5C22

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Merci à la charmante (oui elle l'est, suffit de la suivre sur sa page pour apprécier une vraie feelgood attitude) Lora Ly pour m'avoir confié son Coalition sorti en mars 2018 chez Men Over the Rainbow.

     

    Coalition de Lora Ly Le pitch:
    Quand le Président de l'Europe Unie révèle l'existence des métamorphes à la population, l'alpha de la meute d'Ambre et le chef des équipes d'interventions spéciales humaines en profitent pour créer un corps d'élite, mélangeant hommes et garous. L'adjudant Kyle Derril était l'un des meilleurs snipers au monde. Suite à des problèmes familiaux, il décide d'arrêter les missions pour occuper un poste d'instructeur militaire. Lorsque le colonel Varat lui propose de faire partie de l'unité inter-espèces, l'étincelle dans ses yeux se rallume. Sa rencontre avec le bêta de la meute d'Ambre bouleverse toutes ses attentes. Vinceslav est volontaire pour faire partie de cette coalition. Travailler avec des humains peut permettre à sa meute de s'intégrer en douceur. Ce défi lui offre également une bouffée d'oxygène bien nécessaire. Il émet cependant un doute quant à la rapidité d'exécution des hommes.Le caractère et le physique de Kyle l'attirent d'emblée. Son loup s'agite et montre des signes d'intérêt pour la première fois depuis bien longtemps. Est-il possible que cet humain soit le compagnon qu'il attend depuis si longtemps ?

    Coalition de Lora Ly


      Pour vous parler de ce métamorphe je choisis moi même de laisser sortir les deux cotés de mon âme lectrice: la première à s'exprimer sera la lectrice addict , celle qui se roule sans remord dans tous les romans mm possibles, celle qui se pâme honteusement en se bâfrant de chocolat noir 85% (très important de se déculpabiliser avec le pourcentage du chocolat, je vous assure !!) devant un doublé de six packs, celle qui tombe lamentablement dans tous les codes les plus sournois de la romance gay.

      Ce roman , paré d'une très belle couverture(un vrai plus pour moi), présente un univers fantastique intéressant et bien pensé tant sur la partie militaire et entrainement que sur la partie anticipation où même les aspects écologiques et moraux sont bien évoqués sans trop en faire non plus.
     Des que l'histoire se concentre sur l’équipe intergenre, on y plonge avec une facilité déconcertante ; on prend très vite un grand plaisir à découvrir les différents personnages et à attendre les interactions des différents duos formés. L’épisode de la rencontre humain /garous est franchement hilarante ( j'ai vraiment,vraiment ,vraiment éclaté de rire ) et on tombe sous le charme de l'humour de Christophe comme sous celui de la simplicité et de la douceur de Kyle . Les divers  protagonistes ont tous une personnalité bien définie mais une psychologie peut être pas encore assez mise en valeur (cela peut se justifie  pour un premier tome introductif ) .

      Le schéma d'attraction immédiate entre Vince et son destiné sur fond de provoc marche plutôt bien , ça nous promets des moments très chauds et ils le sont !! Vince est bien sur un pur métamorphe du genre, séducteur imparable ,râleur par moment mais aussi charmant dans son approche . Kyle quand à lui ,j'en remercie l'auteur ,ne tombe pas dans le piège de la résistance inutile à un amour déjà certain mais reste néanmoins sur la réserve quand au coté définitif de la revendication , ce que l'on peut comprendre et donne donc au personnage une certaine logique fortement appréciable.

      Même si la narration parfois maladroite pèse sur le rythme de certains passages, tout ce qui concerne la vie militaire est rudement bien retranscrit, posé sur un travail de recherche évident et les épisodes sur la vie commune des hommes et des métamorphes sont très prenants regagnant ainsi le rythme perdu un peu plus tôt. L'auteur nous laisse déjà deviner d'autres possibilités pour ses personnages (j'ai hâte de voir ce qu'un Mika peut faire à un Christophe, ça va promettre du lourd!! ) et les événements qui se déroulent au fil des pages conservent tous une bonne logique , un attrait qui s’accroît au fur et à mesure de la lecture.
    Beaucoup d'humour et de clin d’œil, que ce soit à Twillight ou Kipling, que j'ai particulièrement apprécié , des petits mots tendres qui tombent plutôt bien dans un contexte habituellement trop "virilisé" . Un beau final tout en suspens avec The scène ou chacun risque de perdre sa moitié, nous garantissant ainsi un happy end réjouissant.

    Mon autre cote, par contre, celui de la lectrice critique, je l'avoue , a tiqué sur plusieurs points.
      Il s'agit certes d'un premier roman  et l'on sent bien l'influence des lectures mm et la passion pour le genre de l'auteure. On en retrouve d'ailleurs certains des cotés que j’apprécie le moins avec des phrases déjà lues, des terminologies maladroites et non adéquates avec les héros , une narration parfois naïve et un peu trop axée sur un descriptif inutile qui malheureusement ont eu, pour moi,l'effet de nuire au rythme et à la cohésion du récit.
      Les scènes familiales ,par exemple, sont un peu trop longues , un peu trop fades , les dialogues trop châtiés à mon gout et pas toujours adaptés à leurs personnages .
    Si le coté classique du genre métamorphe ne m'a pas dérangé du tout, les quelques lourdeurs citées plus haut, les petites incohérences, le coté sitcom familiale des années 80 en revanche me font dire que le roman manque d'une bonne relecture finale qui aurait pallié à ces désagréments.

    Un premier tome donc qui se laisse lire agréablement mais sans surprise, qui j’espère poussera l'auteure (dans les suites prévues que je lirais certainement ) à s’émarger des habitudes et des codes trop convenus du mm et à laisser enfin sortir sa vraie plume qui ,j'en suis certaine , dort tranquillement sous une petite couche de timidité d'écrivain. Yop.

     

    Coalition de Lora Ly

     

    Vous le trouverez ici. 

    https://amzn.to/2IFBymR

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Participant aux sp de NetGalley ,c'est assez rare d'y trouver des MM c'est pourquoi je me suis jetée sur Not easy, tome 4: Take me de Pascale Stephens édité par BMR et sorti début mai 2018.


    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens  Le pitch:
    Connor, James, Vale et Travis. Ils étaient les quatre mousquetaires, les quatre tombeurs, et il ne reste plus que lui, Travis, à être célibataire. Ce constat lui donne l’impression de faire du surplace.
    Alors quand on lui propose un travail de six mois à Glasgow – l’occasion rêvée pour impressionner Andrew, son patron, et, pourquoi pas ? rencontrer une belle Écossaise –, Travis n’hésite pas une seconde. Voilà qui donnera un nouvel élan à sa vie !
    Seul problème, en plus de la supervision d’un chantier, Andrew confie à Travis la surveillance de Tommy, son neveu tête-brulée de 22 ans.
    Face à ce gamin aussi insupportable que craquant, Travis, homme à femmes s’il en est, perd pied.La cohabitation promet d’être électrique, et de faire voler en éclats tous les plans de Travis.

    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens

    Et je dois avouer que j'aurais mieux fait de me jeter sur le bac de glace au chocolat qui m'attendait dans mon congélo.
    Je n'ai pas beaucoup d'excuses , le titre et le résumé auraient du me mettre la puce a l'oreille mais non, étant en général plutôt un public facile je me suis dit ça va le faire!
    Et bien non, ça le fait pas du tout!

    Une narration au présent qui d'emblée me donne l'impression de lire une fiction d'ado sur une quelconque plateforme d’écriture au service d'un gay for you représenté avec un manque de subtilité total. Un roman ou la vulgarité et la redondance se donnent la main des les premiers chapitres pour enchaîner les questionnements stériles du héros principal qui vont durer quasiment sur tout le récit.
    Les "bordel mais pourquoi moi, pourquoi lui, pourquoi pas elle, pourquoi le vent ,pourquoi les oiseaux, pourquoi ...(rajoutes ce que tu veux fais toi plaisir lecteur!!) ca va bien 5 minutes , construire tout un roman la dessus c'est juste bon a te faire tourner a l'aspirine pour éviter la migraine . J' ai même pensé un moment à en faire le compte et ouvrir des paris avec les copines lectrices mais la encore, j'ai perdu le fil .

    Pensant être arrivée (péniblement) à la moitié du livre je découvre avec horreur que je n'en suis qu'a 19% et je songe sérieusement à remplacer l'aspirine par la cocaïne pour être sure de tenir le choc. Ecrire un livre de 400 pages quand tu ne fais que répéter les mêmes choses sans jamais le nourrir de contenu qui tienne la route ou qui ressemble à un semblant d'histoire, parait tout de suite moins compliqué.

    Des personnages sans saveur, cliches à souhait avec le tatoué, le couple d'ami gay , les femmes des potes qui ont tout "bouleversifié" sur leur passage , l'homme a femme (à chatte devrait on dire ) qui n'est jamais tombé amoureux , des situations faciles et sans attraits, aucune intensité dans le récit et cela même dans les scènes de sexe.
    On a quand même deux types qui en guise de boulot passent leur temps dans une maison de luxe avec piscine privée tout frais payés pour ensuite passer leurs journées dans un entrepôt (qui devra être la dernière boite a la mode) à regarder des croquis d'architecte puis sagement retourner (épuisés par ce dur labeur) dans leur villa pour repiquer a nouveau un petit plongeon et mater un match de rugby (il semblerait qu'il y ait un match de rugby tous les soirs en Ecosse). Passionnant!
    On a bien sur une période de rupture (après une courte relation parsemée de sexe débridé) qui n'est qu'une lente série de monologues atermoyants et répétitifs et à plus de 50% du livre, ça commence à me piquer le cervelet!
    Une fin pliée en dix secondes avec un drama familial dont on n'a que faire tant il y a eu peu d'interactions avec la dite famille qui ne se justifie que pour nous coller sous les yeux le quota respectable d'homophobie et de connerie humaine de tout MM de base.

    Un roman pour moi , qui est presque un pastiche du MM , un semblant de romance MF qu'on aurait passé au mixer avec un zeste de piment de mauvais choix qui t'arrache les yeux et ne relève en aucun cas la saveur du truc .Un livre dont on peut aisément se passer quand on est un lecteur averti (ça vaut aussi pour un non averti ) de romance gay (et non je ne dirais pas qu’éventuellement tu peux toujours caler un meuble avec et que ça serait toujours ça de gagné ). Il me semble plus  sage que l'auteur reste dans son domaine de prédilection . Yop.

     

         

    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens

     

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2s5fIin

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Duncan Andrews, détective privé, a un avantage de poids quand il s’agit de résoudre des crimes d’origine paranormale : sa meilleure amie, Gina, est une sorcière de plusieurs centaines d’années. Son chien est un zombie. Et son petit ami, Robbie, est un fantôme.

    Il a désormais du pain sur la planche avec sa nouvelle affaire. Quelqu’un utilise le crâne d’un puissant sorcier pour contrôler les animaux, et qui que soit cette personne, elle ne l’utilise pas pour faire une ferme éducative. Pour Gina, cette affaire la touche personnellement : elle sait à quel point cela est dangereux, car ce sorcier était son père.

    Alors même qu’il pense se rapprocher de la vérité, la tragédie frappe et Gina se retrouve dans le coma. Puis, après dix ans sous forme de fantôme, Robbie décide qu’il est temps de passer dans l’au-delà, laissant Duncan seul pour protéger Ashton Marsh, victime d’étranges attaques animales. Tout à coup, Duncan se retrouve à travailler sans son filet de sécurité surnaturel. Sans ses amis, Duncan pourra-t-il vaincre le pouvoir du crâne d’Eleazar et garder Ashton en vie ? Ou sa lutte pour la survie finira-t-elle avec des os aussi brisés que son cœur ?

    Date de parution: Mai 2017     Publié par: Sidhpress

    Instinct animal   -Duncan Andrews-   de Stephen Osborne

    On se replonge avec plaisir dans l'univers du détective privé Duncan Andrews. Et ça commence bien puisque, dès le début du livre, on atterrit directement au cœur de l'action et des bizarreries qui font le monde du privé. Créatures étranges et autres phénomènes surnaturels. 

    On retrouve également presque tous les personnages du tome un. Quelque part, ils apparaissent encore plus humains. Duncan et Robbie font face à une réalité que ni l'un ni l'autre ne souhaite affronter mais il leur faut faire un choix. Gina ne peut aider son ami puisqu'elle se voit forcer de se maintenir dans un état proche du coma. Nick, homme parfait du premier tome, nous apparaît plus humain. On retrouve même le lieutenant Carson qui commence à se rapprocher d'un ami pour Duncan. 

    Les bonnes répliques et l'humour sont toujours présents. Ça tombe bien parce que certains passages m'ont paru bien ... écœurants. Ces répliques légères ont fait passer l'image de certaines scènes. Oui, je ne regarderai plus jamais les écureuils comme de mignonne petites créatures, type Tic et Tac. 

    Le petit plus: j'ai lu le tome précédent il y a quelques mois, me lancer dans la lecture du deux ne m'a posé aucun problème quant à la compréhension de l'univers de la série. J'attends patiemment la suite des aventures de notre héros et de son entourage.  

                                                                                                                                     Manon

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2GKYvPK

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires