• Fight to survive de Kaya C.

    Editions :

    Sortie : 12 Juillet 2019

    Je m’appelle Sullivan Chapman, je suis le photographe le plus poissard de New York. Après avoir été trompé par mon ex, j’ai été foudroyé par des yeux bleu lagon, qui m’obsèdent. Je suis irrésistiblement attiré par Amaury, forcément il est marié, et son mari est un mec adorable, par contre lui, quel abruti ! Aussi beau qu’imbuvable, à chaque fois que je le croise on se saute à la gorge. Pourtant il est là qui me hante, je suis perdu, je l’ai dans la peau. Je dois quitter New York, m’éloigner de lui pour l’oublier. Je vais reprendre mon premier métier de reporter-photographe de guerre, partir au bout du monde, et essayer de reconstruire ma vie sans lui. Je n’imaginais pas que j’allais mettre directement les pieds en enfer. Comment supporter l’indicible, quand tout est chaos ? Quand l’horreur se déchaîne, quand les ténèbres menacent de m’engloutir, il ne me reste que son regard pour seul espoir...

     

    @@@@@

     

    C'était avec une certaine impatience et émotion que j'attendais la sortie de ce volume, l'histoire de Sullivan et Amaury vu par Sullivan, sa vie, son parcours, ses sentiments, ses tourments, ses calvaires et son amour. J'ai dévoré le livre à vitesse grand V, tellement j'étais impatiente de découvrir le point de vue de Sullivan.

    Commencé par une douche froide voir glacée, la rencontre d'Amaury et Sullivan reste, pour ce dernier, le coup de foudre immédiat et irrémédiable qui va très vite balayer tout ce qu'il a ressenti auparavant. Mais avant que ces deux-là ne se retrouvent et s'ouvrent l'un à l'autre, bien de l'eau aura coulé sous les ponts avec des hauts, et des bas surtout des bas assez violents et intenses pour les deux hommes.

    Dans Without you, c'est Amaury notre héros de cœur, un homme bon et doux qui va sombrer suite au décès de son mari bien-aimé et va tenter de remonter la pente comme il peut afin de tenir sa promesse à Eden. Dans ce volume, c'est au tour de Sullivan, mon petit photographe de guerre d'affronter son crush pour un homme marié sans y succomber et par conséquent s'éloigner pour reprendre la main sur ses sentiments. Il va se retrouver aux prises avec la misère que des gens peuvent infliger à d'autres au nom du pouvoir, de l'argent et de la drogue. Il va subir le pire du pire de l'humiliation, des tortures et des sévices avant de tenter de reprendre le fil de son destin.

    La plume de Kaya m'a autant ému que dans le précédent tome, on ne vit pas les mêmes tourments, j'ai beaucoup moins versé de larmes, par contre mon cœur a subi et vécu beaucoup plus de pressions, des tensions, de détresses face au destin de Sullivan. Elle nous emporte dans l'univers de ce photographe de guerre mais aussi urbain,dont les deux facettes se complètent parfaitement. On se voit presque parcourir les endroits où il va faire ses reportages, prendre ses photos, voir par son regard le monde extérieur, un geste, une posture, un être humain, un événement à un instant T. On vit vraiment avec lui tous ses élans de cœur, son amour familial, ses passions, son travail... Rien n'est oublié, le livre est assez conséquent mais à aucun moment on ne s'ennuie, les épreuves se succèdent de moments drôles, savoureux à d'autres prenant vraiment aux tripes. Dés le premier tiers, j'ai su que Sullivan allait supplanter Eden et Amaury, il est tellement lumineux, entier avec des sentiments intenses, immédiats et flamboyants, il est cash et ne s'en cache à personne . D'un bout à l'autre de son histoire, il reste constant et honnête avec lui même, sa personnalité m'a séduite irrémédiablement. Le voir se débattre nous rend triste, le voir aimer nous émeut, le voir rire, et enfin revivre nous comble de bonheur et de soulagement.

    Et pour parfaire le tout, il est entouré d'une ribambelle d'amis truculents qui prennent des places énormes dans sa vie et qu'on apprend à aimer, à attendre leurs réparties, leurs remarques acerbes ou sarcastiques, à espérer le meilleur pour eux aussi tellement qu'on finit par les adorer. Les suivre donne le sourire -voir des rires- de part leur personnalité mais aussi leur fidélité à tout épreuve. L'amitié prend alors tout son sens et pratiquement la même importance que l'amour dans les écrits de Kaya. Comme vous l'aurez compris, j'ai été conquise par la flamboyance de Sullivan, l'auteure arrive par ses mots à nous emporter dans une histoire d'amour hors du commun comme on aimerait tous en vivre. Merci à Kaya pour ce merveilleux SP qui m'a encore une fois bouleversé. A lire, relire et re-relire. Rose Taylor


    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un titre clinquant plutôt cliché, une couv presque trop évidente (pas forcément attrayante à mon gout) et pourtant une excellente surprise avec ce roman de Wade Kelly paru chez Dreamspinner Press en Mai 2019.

    Mon coloc est un sportif ? Achevez-moi ! (JOCK t. 1) de Wade KellyLe pitch: 
    Il est facile de devenir cynique quand la vie ne va pas comme on veut.

    Cole Reid mène une vie de reclus depuis ses quinze ans, âge auquel son homosexualité a été révélée au grand jour par son équipe de baseball. Depuis, son comportement obsessionnel compulsif et sa nature sarcastique ont fait fuir une bonne partie de la population. Quant aux autres, ils le détestent parce qu’il est homosexuel. Selon lui, il est voué à faire fuir n’importe quel ami potentiel – ne parlons même pas d’un petit ami –, alors à quoi bon faire des efforts ?

    Quand Cole entre à l’université, il est devenu un homme solitaire et maniaque. Cela ne lui cause aucun problème jusqu’au jour où son colocataire décroche son diplôme et que le service des logements annonce à Ellis Montgomery qu’il peut prendre sa place. Ellis est bordélique, magnifique, hétérosexuel et encore pire : un sportif !

    Pendant une année universitaire où se côtoient les amis bruyants, les mésaventures en camping et les parents intrusifs, Cole et Ellis développent un lien amical qui change la vision de Cole sur la vie. Ellis est bien plus qu’un sportif qui aime s’amuser – et l’attirance que Cole ressent pour lui ravive son espoir de trouver chaussure à son pied.

                                                                         ⇑ ⇑ ⇑ ⇑ 


    Deux étudiants, la fac, du sport et un geek ...on pensait de suite savoir à quoi s'attendre et de quoi s'émouvoir ! Et bien non, raté ! Il s'agit ici d'une de ces romances au double effet KissKool ( désolée pour toi, le ou la djeunss, mes références datent un peu je le concède!). 
    ,
    Premier effet: une lovestory feelgood qui passe drôlement bien, toute en douceur et sans heurts entre deux jeunes gens plutôt bien dans leurs baskets et leur mental. Un récit tranquillou mais pas planplan (vous noterez, j'en suis sure , la puissance de mon vocabulaire littéraire) qui nous présente Cole et sa maniaquerie du contrôle, de la propreté et de ses habitudes, un psychorigide qui s'assume pleinement dans ses "phobies" comme dans sa sexualité. Un Geek, allergique aux sportifs à cause de son passé,  qui se voit contraint de partager son appartement universitaire avec un nouveau colocataire. Nouveau colocataire qui, bien sur, déboule sous la charmante forme d' Ellis, un joueur de foot très sympathique et encore plus charmant: le drame! 

    On passe donc un très bon moment de lecture à découvrir en meme temps qu'Ellis les joies d'un partage des communs avec un obsédé du ménage et de l'ordre, à suivre leurs interactions assez savoureuses et surtout à lire une histoire pleine de positif ! 
    Le roman est en effet bourré de charge joyeuse, que l'on pourrait presque trouver naïve d'un premier abord, qui donne une vraie bouffée d'air frais face à tous ces romans concentrés sur la souffrance d’être gay. Certes, Cole a eu son lot de déconvenues mais l'auteur fait clairement le choix de nous présenter son histoire et ses personnages sous un jour optimiste. Là où tout parait parfois facile, elle sait nous embobiner avec des amis et une famille aussi attrayants que dynamiques qui occupent une place très importante dans le livre comme dans l'histoire de ce couple. Elle manie les petites ficelles des codes avec justesse, sans en abuser, et les situations s’enchaînent avec beaucoup de naturel pour nous garder captifs jusqu'au bout.
    En gros, une vraie romance comme on les aime avec de l'amuuuur du vrai, de la complicité et de la joie de vivre.

    Le deuxième effet serait qu'elle y aborde beaucoup de sujets qui, la plupart du temps, sont exposés sous un jour assez négatif. La jeunesse et son approche de l'autre quand il est gay, la religion et ses adeptes qui, ici, se montrent sous le visage de l'ouverture et de la tolérance, la réaction des autres face à la bêtise et la violence subie, la maternité trop tôt arrivée, la part accordée aux personnages féminins, le monde des étudiants sportifs pas si brutus que ça, ... Un vrai panel redistribué sous un jour plus favorable qui va a l'encontre totale de nos cliches habituels et change totalement la donne sur nos personnages. Cole se révèle être la victime c'est vrai mais aussi le grand gars qui dépasse les bornes, celui qui juge et se méprend avec ses certitudes quand Ellis et ses amis sont tout en ouverture d'esprit et gentillesse. Et cette nouvelle donne fait un bien fou, elle nous rafraîchit et nous réconcilie avec une idée de la vie qui peut parfois aussi simplement bien se passer parce que les gens ne sont pas tous des abrutis de base. Elle nous démontre avec brio que l'on peut aborder bien des thèmes difficiles sans pour autant tomber dans le pathos meme si cela ne reste qu'une exposition légère des faits.
     
    L'approche d'une première sexualité et de la virginité (c'est pas si courant que ce soit aussi exposé et revendiqué après tout) est elle aussi toute en sensibilité et ne tombe pas dans les écueils de la surperformance de harder et rien que ça, ça en dit long ! Le lecteur a droit à son quota de petites scènes épicées qui titillent sans en faire de trop, le tout habilement mêlé à un déroulement amoureux qui de toute évidence n’était pas si assuré que ca.
    J'ai personnellement (en tant que femme, maman et gayfriendly) beaucoup apprécié les personnages féminins que l'auteur a crée. La maman dans son rôle de femme imparfaite, parfois agaçante, mais toujours pleine de sensibilité qui doute énormément ; la soeur et sa copine qui exposent une autre vision d'un couple amoureux et de femmes compréhensives qui tentent comme elles peuvent d'aider un jeune frère qui se découvre. Pour une fois on nous épargne la "salope" qui détruit tout et surtout cette image de femme presque génératrice de retournement de genre chez nos chers héros de MM.

    L'histoire en elle même, se tient bien, elle se suit avec beaucoup de plaisir dans sa simplicité et sa bonhomie. On devine bien sur le happy-end à la clé et on se réjouit comme des midinettes de ces quelques moment chauds qui éclosent au milieu du tumulte de leur découverte mutuelle. L’écriture est très agréable, pleine d'humour et de raillerie affective et surtout servie par une excellente traduction qui je pense rend une parfaite justice à la plume et au style de l'auteur.
    Un roman donc qui assure plaisir, surprise et gaieté avec deux jeunes hommes auquel on s'attache à la vitesse de l’éclair et qui nous font naviguer entre les sarcasmes de Cole que l'on adore résolument et la douceur bienveillante d'un Ellis sexy et émouvant. A lire absolument pour se sortir des ornières du MM trop préformaté sans en quitter ce qui nous y attire tant! Yop.

    Merci à Dreamspinner Press pour ce SP.

    Mon coloc est un sportif ? Achevez-moi ! (JOCK t. 1) de Wade Kelly


                                                                            

    Vous le trouverez ici : Mon coloc est un sportif ? Achevez-moi ! (JOCK t. 1)


    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La pire chose de J.E Birk

    Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 06 Juin 2019

    Islande, Stonehenge, Londres, Paris...

    Pour l’observateur occasionnel, cela ressemble à un voyage de rêve. Pour Tate O’Reilly, c’est tout sauf ça. C’est un homme en mission qui doit réparer une grave erreur, et rien ne le retiendra – certainement pas ses amis ou sa famille. Pour lui, tout se résume à une chose simple : il doit réparer ce qu’il a cassé.

    Ce sur quoi il ne compte pas, c’est de rencontrer Gabriel Carillo. Gabriel est gentil, mystérieux et semble avoir pour mission de veiller à ce que leurs chemins continuent de se croiser. Mais Tate cache un très grand secret – un secret qu’il est certain que même Gabriel ne peut pas pardonner.

    Le passé d’un homme doit-il déterminer son avenir ? Au milieu de villes chargées d’histoire, Tate va le découvrir.

     

    *****

    Petite nouvelle toute courte sur une bien belle histoire, bien qu'un peu triste.... C'est le récit d'une rencontre fortuite, salvatrice, libératrice, celle de Tate et Gabriel. Tombant l'un sur l'autre lors d'une escale en Islande, les atomes crochus apparaissent de suite et se retrouvent même à Londres qui est une des destinations de Tate dans son périple européen. Tate était prof de chimie avant, dans une autre vie, avant l'accident qui a bouleversé sa vie, son univers. Ce voyage, c'est un peu sa quête de rédemption, de soulagement. Il ne s'attendait pas à Gabriel, ce bel homme qui vient entrer en orbite autour de lui de façon fracassante et pile au bon moment.

    Le roman n'est pas très long mais très efficace, on passe au fil des pages par un ensemble d'émotions difficiles, c'est pas drôle mais tellement juste dans l'écriture d'une situation qui pourrait arriver à tous. L'accident de Tate est là pour nous  montrer que rien n'est acquis, que tout peut tourner court, très court et très vite, une leçon de vie, d'entre-aide et d'estime de soi.  Tate vit un calvaire depuis cet événement et là arrive le beau Gabriel, comme une lumière au bout du tunnel.

    L'auteure a su retranscrire avec beaucoup de douceur, de réalité, de vérité ce qu'on pourrait ressentir lorsqu'on est de l'autre côté de la barrière. Le choix du récit est aussi de parler de la culpabilité, de l'horreur d'être de l'autre camp, de l'estime de soi que l'on doit affronter au quotidien. L'enfer de Tate , ses remords, ses cauchemars, nous broient le cœur, on le suit dans une sorte d'errance psychologique douloureuse dont Gabriel va vite devenir la bouée de sauvetage, son essentiel. Une rencontre anodine qui se transforme en coup de foudre, en sauvetage.

    Une histoire qui ne laisse personne indifférente, qui m'a beaucoup ému quand à sa fin, une vraie lecture plaisir même si le sujet abordé est vraiment difficile. A découvrir vite. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce SP.


     

    Vous le trouverez ici : La pire chose

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un roman policier en deux tomes, parus chez Textes Gais en Juin 2019, qui mêle avec tout le savoir faire de la romance des moments aussi sensuels que sombres et deux personnages charismatiques.


    Manhattan District: Kelyos & Jared 1 et 2 de Onyx
    Tome 1 et 2 le pitch:
     
    Mis à pied pour violences, Jared Conrad n'imaginait pas, en acceptant ce poste au département de la police de New York, qu'il plongerait de nouveau dans les ennuis

    Désespérément attiré par le sublime lieutenant Kelyos Sullivan, il met tout en œuvre pour le soutenir dans sa mission d'infiltration du milieu mafieux. Et quand cette dernière tourne mal, il n'hésite pas à s'impliquer auprès du jeune homme.
    Kelyos est immédiatement captivé par le sombre personnage. Son aide est inespérée.
    Durement touché lors de l'infiltration, il trouve en Jared un soutien solide.
    L'affaire connaît un rebondissement inattendu et oblige le jeune lieutenant à accepter l’impensable. Jared doit alors braver tous les interdits.






    Edit: L'auteur nous a signalé que des modifications et réajustements ont été apportés sur une dernière version sortie il y a peu donc aucune raisons de bouder son plaisir.

    Un roman policier parfait pour une lecture d'été, c'est addictif, sombre et sensuel  et ça va droit à l'essentiel : l'intrigue, qu'elle soit policière ou amoureuse.

    Nos deux flics se croisent donc au cours d'une infiltration où Kelyos investit beaucoup de lui-même. Seul depuis un long moment parmi une tripotée de collègues homophobes ou simplement silencieux face à ses problèmes, Sullivan a pris l'habitude de se débrouiller seul et d'aller jusqu'au bout de ses convictions. C'est un homme doux qui s'assume au quotidien et qui ne lâche pas une affaire quand il la flaire dangereuse mais nécessaire.
    Jared arrive pile au bon moment pour l'aider à mener à bien ses projets, projets qui semblent en contrarier plus d'un et qui ont donc mené le jeune flic vers de sérieux ennuis.

    L'intrigue est fort bien menée, toujours trépidante et terriblement angoissante. Le récit se focalise sur le suspens, distille habilement, et justement, les instants d'horreur dans lesquels viennent se nicher des moments d'amour qui rendent respirable l'atmosphère très glauque de cette enquête. Le fil narratif tient vraiment bien la route, même s'il enfile comme une perle après l'autre des scènes évidentes, et il sait garder son lecteur en haleine ça c'est certain. Les sujets évoqués sont assez douloureux et le héros lumineux doit passer par un véritable parcours du survivant au milieu de types mafieux tous plus horribles les uns que les autres. L’histoire se déroule sur deux tomes prenant une dimension plus personnelle dans le second. Si le premier plante le décors, les personnages et l'ambiance, le deuxième volet, plus introspectif sur les conséquences de cette enquête, nous entraîne dans une lutte acharnée contre les hommes du mal et contre la perte de tout ce que Kelyos avait jusqu’à ce jour. Toute l'histoire ne souffre d'aucun temps morts, le timing semble avoir été parfaitement géré pour le déroulement des événements et chaque passage délivre son lot d'information ou de vérités. On a vraiment du mal à lâcher le fil, bien qu'il n'ait rien de transcendant, tant le rythme y est soutenu et tant la "présence" particulière de chaque personnage y est prépondérante.

    La relation amoureuse entre nos deux hommes occupe elle aussi un terrain très important dans l'histoire, elle en devient même le moteur principal très vite et ça n'est pas pour déplaire à une addict dans mon genre. Leur histoire, pour une fois, ne passe pas des retournements amoureux insensés  même si on a droit au petit "mais pourquoi moaaaaa je suis pas assez bien" "et "est-ce qu'il m'aime vraiment" alors que c'est évident même pour le chat de l'histoire !   Bon ce n'est pas bien grave je vous l'accorde. Je tique un peu plus quand nos deux hommes de l'ordre deviennent un peu trop fleur bleue dans leur dialogues et leur comportement au point que cela en devient parfois un peu surréaliste dans le contexte. Je n'ai rien contre la tendresse et l'amour mais les câlins dans le cou dans les couloirs du bureau et un peu partout sur leur lieu de travail ça rend le coming out automatique sans même qu'on nous l'annonce. 
    Les deux hommes sont de nature assez douce en fait et peuvent justifier ainsi ce romantisme un peu trop exacerbé qui me régale par moment mais me hérisse à d'autres. Leur relation se développe, il est vrai, sans autre heurts que les horreurs de leur métier et si j’apprécie cette langueur et cette douceur entre eux, j'aime moins la propension qu'elles occupent dans l'histoire reléguant les faits importants de l'intrigue au second plan. On ne peut s’empêcher cependant de craquer pour l'alchimie qui existe entre eux, d’apprécier le bien être que cela génère au milieu d'un parcours sombre et définitivement lié à la souffrance des héros comme des victimes.

    Heureusement toute une galerie, plus ou moins originale, complète le tableau policier  entre les collègues supermen de Jared et ceux plus "gays " de Kelyos. Chacun amène ainsi une petite part d'autre chose, de l'humour avec Shura, du mystère et de l’émotion avec Noah, de l'assurance avec Isahys et ... beaucoup d'autres choses très prometteuses avec les futurs couples qui se dessinent. Les méchants n'ont rien à envier à un bon psychopathe de base, un travail aussi sobre que sérieux est réellement présent sur eux ; les gentils sont vraiment des gentils comme on rêve d'en avoir autour de soi en cas de problème. J'ai beaucoup aimé la personnalité trouble de l'agent Filling et je suis assez pressée de le retrouver dans son histoire perso même si je sais que d'autres héros passeront en priorité sur lui bien sur. 

    Le point noir qui m'a réellement dérangé est le problème de compréhension sur certains passages. On a parfois du mal a distinguer qui parle dans les dialogues, il y a même je pense des inversions de prénoms par endroits qui font que l'on se sent vraiment perdu. Quelques passages semblent montrer un certain relâchement dans le texte tant au niveau de l'expression que de la clarté pour ensuite reprendre le rythme assez équilibré du roman. Cet aspect, combiné à plusieurs poncifs romanesques (beaucoup de sexe des fois ça nuit au sexe ...OMG et c'est moi qui dit ça !!) et scénaristiques un peu trop faciles, fait que l'ensemble perd un peu d'impact sans pour autant  vraiment nuire à son effet addictif.

    En conclusion, c'est une bonne lecture mm, le genre qu'on dévore très vite grâce à tous ces personnages choupinets vs vilains et une bonne dose de sexe sur laquelle on ne crache pas ... même en période de canicule !  A quand la suite, à qui le tour, on ouvre les paris ? Yop.

    Merci à Textes Gais pour ce sp.

     

    Manhattan District: Kelyos & Jared 1 et 2 de Onyx

     

    Vous les trouverez ici : Manhattan District: Kelyos & Jared #1   Manhattan District: Kelyos & Jared #2

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire