• Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless

    C'est pas toujours facile de parler d'un livre qui semble pour le moment obtenir l'aval général et ça l'est encore moins quand le dit livre ne comporte pas d'autre défaut majeur que celui de ne pas m'avoir accroché .
    Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless publié en Mai 2018 chez MXM Bookmark m'a fait cet effet et je dois avouer que cela faisait longtemps que je n'avais pas eu cette impression de vide émotionnel face à un livre (je précise bien que je parle de MON vide et pas de celui du livre qui est plutôt bien écrit dans l'ensemble).


    Ethan qui aimait Carter  de Ryan LovelessLe pitch:

    À vingt-quatre ans, Carter Stevenson est atteint de timidité maladive, due à son bégaiement et ses tics. Sans l’aval d'amis qui lui reprochent de laisser sa maladie de Tourette dicter sa vie, Carter déménage de Los Angeles et rejoint une petite ville tranquille de Californie où il compte faire profil bas et éviter les gens. Il n’avait pas prévu que son nouveau voisin, Ethan Hart, s’immiscerait dans sa bulle de solitude et le forcerait à sortir de chez lui pour vivre sa vie.

    Depuis le début, Ethan s’est montré clair au sujet de ses sentiments pour Carter. Mais il redoute que ce dernier ne soit pas en mesure de voir au-delà de son cerveau endommagé, même si cela fait de lui quelqu’un de bien plus en accord avec ses émotions que la plupart des gens. Le problème pour Carter ne vient pas de là : il s’est déjà brûlé les ailes aux côtés de ‘parfaits’ petits amis et ne veut pas risquer de se faire briser le cœur une fois de plus.
    D’une manière ou d’une autre, Ethan est déterminé à montrer à Carter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Du moins, jusqu’à ce qu’il reçoive de tragiques nouvelles, qui l’obligent alors à se tourner vers lui pour puiser force et soutien. Carter sera-t-il en mesure d’épauler Ethan dans la tourmente ?

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless

     

      Nous avons donc un Carter, fraîchement débarqué de L.A, qui emménage dans une ville plus familiale dans l'espoir de mieux vivre avec ses TCC ! En face de chez lui vit Ethan, victime quotidienne de ses troubles cérébraux, plein d'entrain et qui au premier abords ferait aisément penser à un enfant coince dans un corps d'adulte .
     Une immersion directe dans le monde d'Ethan et Carter par le biais de leurs pathologies, un quotidien évoqué au plus juste avec des manifestations qui font parties intégrantes du récit au même titre que n'importe quel décors ou paysage.Certaines tournures m'ont parues parfois étranges mais le style prosaïque qui enchaîne phrase courte sur phrase courte comme les perles d'un sautoir permet d'alterner le point de vue des deux jeunes gens de manière aléatoire et pas forcement d'un chapitre a l'autre.
      L'histoire entre ces deux la est tendre et toute mignonne. La singularité des séquelles d'Ethan paraissent tour à tour cocasses ou tragiques et s'il est assez difficile de se mettre a sa place on arrive plus facilement à se transposer sur son entourage et sur les difficultés liées à l'acceptation et la prise en charge adéquate d'une vie qui se transforme d'un coup sans prévenir .
     
      Carter est un jeune homme dont les réflexes corporels le trahissent.Un esprit complètement présent mais totalement freiné par un mécanisme physique perturbant le bon déroulement des choses pour lui. Ethan lui, a pu relativement conserve cette liberté corporelle malgré sa jambe, un corps qu'il peut maîtriser mais trop souvent sous le joug de l'interruption soudaine de son évolution émotionnelle et psychique.
      Si leur première rencontre est assez perturbante pour l'un comme l'autre , c'est un amour immédiat qui naît pourtant entre eux et peu à peu les tics de l'un deviennent la musique apaisante de l'autre .Carter a besoin d’évaluer les risques , les possibilités, les enjeux quand Ethan lui doit apprendre à mitiger , à trouver le centre des choses, le juste milieu entre le noir et le blanc.


      La croisée de leur chemin donne lieu à une rencontre surprenante même si elle apparaît évidente depuis le début du récit et on sent beaucoup de sincérité , de recherches sur les perturbations cognitives de la part de l'auteur. Les troubles du langage par exemple , présentés par petites touches presque anodines, les quelques informations si précises , de celles que seuls les parents concernés se voient confier dans l'antre des cabinets spécialisés, sont amenés avec beaucoup de réalisme et de naturel. Leurs ébats sexuels eux même sont emprunts de cette particularité déformant définitivement la norme banalisée de la romance .Une vision peu académique des choses qui pousse le lecteur malgré lui à pénétrer la réalité d'Ethan et de Carter ,une réalité ou les non dits n'ont pas lieu d’être .

      Un roman qui présente beaucoup de qualité: le texte est assez bien écrit, pas d’incohérence autre que les affres de l’hésitation de Carter (qui est pourtant amoureux ), très peu de coquilles , le tout offrant une lecture agréable avec de l'humour bien dosé, une présentation des personnages sans pathos mais au contraire avec une histoire personnelle assez touchante et pourtant, malgré toutes ces qualités certaines c'est un roman qui m'a laisse complètement à coté.
      J'ai eu un mal fou (voir une absence totale ) à ressentir une autre émotion que de l'empathie : peut être est-ce dû à cette évidence immédiate de leur histoire laissant très peu de place au suspens émotionnel? Peut être est-ce dû à cette vision trop idyllique du happy end en toute circonstance quand on sait combien le quotidien (et ce même avec tout l'amour que l'on peut trouver autour de soi) des personnes dites différentes reste quelque chose de douloureux ? Etant mère d'un enfant à handicap je connais la lutte ordinaire face au regard de l'autre , le combat perpétuel face aux organismes les plus spécifiques soient-ils, les paroles répétées jour après jour pour expliquer, prouver que l'amour pour tous c'est plus qu'un concept pour certaines familles et recommencer le lendemain parce que il y aura de nouveaux regards , de nouveaux organismes avec qui batailler et de nouvelles preuves  à fournir encore et encore . L’inquiétude constante du futur, du bien être , du respect c'est peut être cela qui m'a manque pour me convaincre et oui, si je sais que j'ai lu une romance et non un témoignage, je pense sincèrement que ces options là manquaient vraiment à l’équation et qu'elles n'auraient pas nuit à la puissance des sentiments .

      Un livre donc , réjouissant par la qualité de son contenu, par l'originalité de son approche thématique et que bien entendu je me garderai de déconseiller (il n'y aurait aucune bonne raison autre qu'un ressenti très personnel pour le faire ) laissant à chaque lecteur la curiosité de le découvrir sous ses propres critères .Yop.

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless




    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2L2ozIu

       

     

    « Sauvage d'Adrienne WilderLes jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)-Mary Calmes »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :