• Feu de joie d'Amy Lane

    Une histoire avec deux quinqua c'est assez rare pour qu'on se jette dessus à corps perdu, dans un genre où la jeunesse est quasi omniprésente au point où on se demande si, passé les quarante ans, les êtres humains ne cessent tout simplement pas d'exister. Je me suis donc lancée dans feu de joie d'Amy Lane sorti en juillet 2018 chez Dsp en espérant vivement que ce ne soit pas qu'un feu de paille.

     

    Feu je joie d'Amy LaneLe pitch:
    Dix ans auparavant, le Shérif adjoint Aaron George a perdu sa femme et a déménagé à Colton, pensant qu’il serait mieux pour ses enfants de grandir dans une petite ville. Il a appris à connaître sa communauté, y compris monsieur Larkin, le sympathique et dynamique professeur de sciences. Lorsqu’on l’oblige à prendre un poste de direction, Larx arrête d’entraîner l’équipe de course à pied et commence à courir en solitaire. Aaron, qui pensait que la vie commençait et se terminait avec ses enfants, est distrait par une poitrine brillante et un principal courant sur une route dangereuse.
    Larx a vécu, lui aussi, pour ses enfants… et ses étudiants du lycée de Colton. Il n’est pas prêt à être charmé par Aaron, cependant, lorsqu’ils commencent à courir ensemble, il apprécie la solidité du représentant de la loi, son humour et sa compréhension parfaite de ses priorités : les enfants d’abord, le travail ensuite et enfin, arrivant tristement en dernier, ses propres intérêts.
    Il suffit d’un baiser pour que les deux hommes, approchant de la cinquantaine, commencent à se comporter comme des adolescents amoureux, même avec toutes leurs responsabilités. Puis un acte violent met en danger leur relation naissante. Leurs responsabilités sont maintenant essentielles pour empêcher leur ville d’exploser. Lorsque les choses deviennent critiques, ils réalisent que leur famille nouvellement forgée pourrait être ce qui empêche leur monde d’échapper à tout contrôle.

     

    Feu je joie d'Amy Lane

     


      L'impression de départ fut plutôt mitigée à cause d'un texte souvent étrange : on a du mal a savoir si cela vient de la traduction ou des corrections mais  cela rend le tout parfois embrouillé et parfois lourd au point d'avoir le besoin de relire.
    Passé ce détail, qui n'est pas non plus gênant au point de pénaliser complètement la lecture (de toute façon, chez les addicts comme je le suis, tu pourrais lire une daube écrite sur une boite de claquos que tu serais pas dérangé pour autant), le sujet sur deux cinquantenaires est en revanche très intéressant et on crève juste de savoir comment vont être abordées les ficelles habituelles sur cette tranche d'age (surtout quand, comme moi, t'as déjà depuis pas mal d'années, 33 ans et quelques brouettes -ok ça va! ... beaucoup de brouettes).
    Le premier choix semble s’être porté sur celui de la dévotion complète à ses enfants au détriment de sa vie affective personnelle, c'est en tout cas le cas pour Larx comme pour Aaron même si chacun d'eux a vécu ce passé commun d'une manière différente.

      Deux hommes donc, privés depuis pas mal d'années d'une vie maritale dite ordinaire et conventionnelle , qui se sont consacrés à leurs enfants et à leurs boulots.
    Les sentiments liés au fait de vieillir (rigole pas, jeune padawan qui sautes partout en forniquant 4 fois de suite, tu vas y passer aussi je te l'affirme), de se lancer dans une nouvelle relation sont très attendrissants et surtout exprimés très naturellement. Les angoisses, les désirs et les attentes font monter crescendo la tension entre nos deux héros, alors qu'en parallèle cela nous donne le temps de les voir s'apprivoiser, se découvrir et se faire confiance. Le plus inexpérimenté n'est pas le plus timide et la chaleur de leurs émotions est une vraie sensation douce amère baignée dans les diatribes d'une petite ville américaine qui s'ouvre doucement aux valeurs du XXI eme siècle. 

      Larx avec son coté hyperactif est un personnage drôle et attachant. Son amour pour les jeunes qu'il entoure, comme ses élèves, le rend irrésistible et ce surtout aux yeux d'Aaron qui jusqu'ici se contentait de mater le sexy jogger tous les matins sur son parcours. Aaron, représentant en uniforme lui même âgé de 48 ans et non moins sexy (bah oui hein! on est dans la romance on va pas te refiler deux quinqua bedonnants non plus), vit toujours dans une sorte de regret de cet équilibre trouvé auprès de sa femme, aujourd'hui décédée, tout en se sachant complètement attiré par Larx. Il est aussi plein de cette certitude d'avoir trouvé une autre personne pour partager sa vie, un partenaire qui comme lui a déjà vécu la partie famille et l'a perdue. Deux hommes qui, loin de l'effervescence de leur première fois, se rapprochent ensemble de ce merveilleux sentiment d'avoir trouvé celui que l'on attendait depuis si longtemps. C'est hyper prenant dans le sens où on est pas dans la valse des peut être, des hésitations et de tous ces rebondissements qui cloisonnent d'ordinaire les chapitres d'une romance. Ils sont prêts et font seulement les choses avec soin sachant qu'ils ne sont pas seuls dans leurs enjeux.

      On a en bonus (et c'est bel et bien un bonus car c'est a peine une trame parallèle) une intrigue qui vient se nouer à leur histoire, plus prétexte à explorer le monde autour d'eux et la communauté dans laquelle ils vivent qu'autre chose. C'est pourquoi la légèreté de la tentative ne sera pas vraiment un bémol dans la cohérence globale du livre. Une enquête qui n'en est pas vraiment une et qui est plutôt traitée sous l’œil du fait divers local qui s'entrecroise avec le quotidien hésitant de nos deux amoureux.

      Ça reste doux, ça fond comme une guimauve dans un feu de camp en conservant sa touche de réalisme. C'est assez porté sur l'homophobie alors que j'aurais préféré voir le coté changement de vie plus exploité que la version, encore une fois visitée, du regard des autres dans une petite ville qui noie un peu le poisson.
      On reste sur une bonne impression à propos de l'amour entre nos deux cinquantenaires (à quand les soixantenaires ? Après tout j'ai un boucher hyper sexy bardé de tatouages de cet âge et quand on est dans sa boutique on regarde pas ses chipo de la même façon qu'ailleurs) avec tout de même une légère impression de petit manque d'approfondissement sur les questions qu'on se pose ou les problèmes qu'on rencontre dans ce cas de figure .Yop.

     

    Feu de joie d'Amy Lane

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2MK9H6i
       

    « La parade nuptiale des bestioles à fourrure: Les tricots de l'amour, T1 d'Amy LaneMon enfer dans tes yeux . Tome 1et 2. Ayleen Night »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :