• FU: Fixer Uppers: Étape 1: Rebâtir de Devon McCormack

    Dans la série "fais péter la couv de rugbyman", Devon McCormack,  FU: Fixer Uppers publié en 2019, une romance un brin comédie qui m'a laissée sur ma faim.

     

    FU: Fixer Uppers: Étape 1: Rebâtir de Devon McCormackLe pitch:
    J
    e n'ai jamais couché avec un mec. Pas que parce que les hommes ne m'ont jamais attiré. Simplement parce que l'occasion ne s'est jamais présentée.
    C’est nu dans un couloir que Mikey fait la connaissance de Scott, le meilleur ami et colocataire de son frère, après une sauvage partie de jambe en l’air avec une fille rencontrée dans un bar. Scott semble furieux d’avoir été dérangé par le bruit de leurs ébats et cette colère excite Mikey encore plus que le souvenir de sa récente chevauchée. Il n’a qu’une envie, agripper les boucles brunes de Scott et l’entendre crier son nom pendant qu’il lui donne du bon temps.

    Pourtant, Scott ne veut rien avoir à faire avec lui. En tout cas, c’est ce que pense Mikey, jusqu’au soir où ils finissent par s’arracher mutuellement leurs vêtements avant de se précipiter dans la chambre. 
    Ce qui aurait pu n’être qu’un plan cul devient bien plus : ils découvrent l’un chez l’autre les mêmes fragilités, les mêmes faiblesses. Quand le séjour de Mikey s’achève, cette amitié perdure, jusqu’à son retour.
    Alors qu’ils restaurent la maison de Kate, la sœur de Mikey, ils découvrent qu’ils peuvent combler leurs failles, renforcer leurs fondations, devenir plus solides, ensemble.
    Parce que, parfois, dans la vie, la première étape est simplement de rebâtir.

                                                                           # # 

    On a là une histoire sympathique avec  deux garçons sympathiques et un style sympathique. Un roman aux procédés plutôt classiques mais "addictifs" et donc forcément parfaits pour de la romance.

    Mais alors pourquoi ai-je passé la moitié de mon temps à lever les yeux au ciel ou à grincer des dents ? Et bien parce que tout est fait pour que l'alchimie ne fonctionne pas avec moi. Une trame qui n'en est pas une (enfin si mais de l'épaisseur d'un élastique de boxer #clindoeilsubtil), une fois c'est la rencontre torride du colloc, une autre fois la mission sauvetage de la frangine et sa casba à rénover en trois mois montre en main et parfois l'histoire de cul d'amour entre les deux héros.

    Un style assez neutre qui a le mérite d'être clair mais répétitif, qui enchaîne les chapitres dans le seul but de faire se succéder les deux questions redondantes du pitch et les scènes de lit, matelas, table ou comptoir (tu peux cocher t'as aucune chance de perdre). Alors je ne crache pas dans la soupe du torride ou du sexe soyons clair la dessus mais un roman où les héros passent leur temps à remarquer "qu'ils bandent dur dans leur boxer" c'est un chouia léger pour une psychologie de personnage et ce même pour une comédie. Le déroulé en devient presque adolescent dans les dialogues et les situations mais comme ça baise beaucoup (je me fais beaucoup de soucis pour les sphincters de ce brave Scott) on sait qu'ils ont dépassé la vingtaine. 
    On a droit au grand trauma des deux garçons, l'un fils de famille désunie qui conserve les apparences et l'autre fils de veuf qui n'accepte qu'à contre cœur le choix de carrière de son rejeton graphiste. A ce stade mes sourcils n'ont jamais autant travaillé et je commence à trouver les choses presque risibles. Mikey, hétéro, se lance sans aucune retenue dans sa relation avec Scott, aucun problème d'adaptabilité et ça c'est clairement pas le problème dans la mesure où ça reste  totalement plausible mais voilà-t'y pas que leur amour est impossible car chacun habite un état différent. Et, semble t-il, c'est le méga problème à résoudre !!! Ho my god, mais quel monde cruel où de vilains kilomètres luttent avec vice pour séparer deux hommes qui vivent avec bonheur leur histoire ne présentant aucun nuage à l'horizon !
    Première question redondante donc "notre amour survivra t-il alors qu'il va devoir partir ? "  No comment ! 

    Deuxième redondance assez formidable tout de même, vivre les meilleurs moments de sa vie avec quelqu'un, les meilleures parties de sexes, se sentir en harmonie, avoir toujours envie d'être  ensemble  et conclure chaque baise torride par "Mikey est juste mon ami". Well well ricaner en grinçant des dents devient un sport de compet.

     Alors oui c'est mignon et ça repose le cerveau mais ces deux options peuvent aussi exister avec une histoire un peu plus adulte, avec un minimum de fond et surtout un peu de corps à ses personnages parce que là on est pas loin du vaudeville quand même. Le méchant papa abjecte qui a fauté, la maman lâche qui abandonne son rejeton à une enfance coupable, le papa exigeant et obsessionnel qui réfute sans le dire les choix de son fils parce qu'il veut qu'il gagne plus de sous, la sœur et le frère...heu je cherche encore une once de personnalité à ces deux là. Bref un cheptel complet d'esquisses de personnages qui font que j'ai plus eu l'impression de lire une présentation de roman agrémentée de sexe qu'autre chose.
    Des incohérences du genre mais pourquoi les frères et sœurs ayant vécu dans le même environnement de disputes et de rancœurs semblent en ressortir parfaitement indemnes  (pas grave on te rajoute un poil de secret pour expliquer le tout, le secret c'est bien ça marche à tout les coups), ou sont les fameux modèles de frères et sœurs de Scott, présents à chaque repas, si pénibles et si portés sur l'argent ?
    Moi je vois un grand garçon de presque 30 ans qui pense comme un ado de quinze quand ce n'est pas qu'avec sa queue et un colloc tout mou qui à part tendre les fesses et être canon en bidouillant photoshop n'exprime pas grand chose. Ah si, il est dur assez souvent 'scusez moi ! En quoi l’éducation ou le manque de confiance de son père ont pu lui l’empêcher d’évoluer selon son bon vouloir puisqu'au bout du compte il mène la vie qu'il s'est choisie ? En quoi Mickey, lui aussi, doit-il rebâtir quoique ce soit en ayant une vie faite de job plaisant, de réussite financière faisant de lui un homme séduisant, adonis et enjoué apprécié de tous ? J'ai pour le coup un peu de mal à saisir la notion de "reconstruction" évoquée autre que celle de la maison de sa sœur parce que même la dite sœur semble plutôt bien s'en sortir.

    Un des seuls points positifs que j'accorde  à ce roman c'est, pour contrebalancer mon propos antérieur, d'avoir justement pris en compte l'impact que des famille toxiques mais dites non violentes peuvent avoir sur leurs enfants et leurs effets à long termes. En gros ce qu'on a tous plus ou moins vécu hein parce que la famille parfaite à l'écoute on la cherche tous.  Ce point positif étant malheureusement presque minoré par l'adulescence des personnages, il en perd du coup beaucoup de sa valeur. L'autre point serait cette facilité à rentrer dans le cadre addictif de la romance par son coté facile qui sait utiliser les bonnes ficelles même si elles se répètent un peu trop (le questionnement introspectif, l'amour tellement si fort jamais rencontré avant, la peau qui brûle tout partout..) et les bonnes scènes de sexe indispensables à la romance érotique qui évitent certains clichés textuels habituels (mais quand même respect pour la souplesse des sphincters de ces messieurs !!)

    La fin est à la hauteur avec le "toutquivabien" qui explose comme une jolie chanson de Katy Perry, le coming out de tout le monde ou presque, la famille qui se sert les coudes en l'espace de deux minutes bref... L'auteur nous offre le petit sursaut de recul indispensable à tout bon suspens émotionnel qui relève l'intensité du roman et un Happy End habillé d'un prologue qui laisse présager un avenir radieux. C'est dynamique et ça se lit très vite, ça a le mérite au moins de ne pas lasser le lecteur.

    Vous l'aurez compris j'ai été personnellement extrêmement déçue par ce récit  qui avait tout pour être sympa, attachant et vivant et qui se contente de vouloir rendre compliquées des choses très simplistes. Je reste persuadée  qu'il  trouvera son public et je pense que c'est déjà fait au vu de ses critiques et c'est tout le mal que je lui souhaite. Yop. 

    Ndlr: cet article a été écrit sans jamais penser une seule fois au Mickey de Bernie, c'est promis!


    FU: Fixer Uppers: Étape 1: Rebâtir de Devon McCormack






    Vous le trouverez ici : FU: Fixer Uppers

     
    « Les prémices de la Blackbird: Yliès et Onyx de NM MassMike Tucker & Le charmeur de loup de David Lange »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :