• Le biker est le second volume de la série Les hommes de l'ombre de Rain Carrington, publié  dans la collection Dark de MOR.


    Le Biker (Les Hommes de l'Ombre t. 2) de Rain CarringtonLe pitch:
     Lorsqu’un jeune homme est vendu contre de la drogue le jour des funérailles de sa mère, il pense que sa vie est finie. Ce n’est pas comme si celle de Malcolm Sandoval était un long fleuve tranquille jusqu’à présent, surtout avec une mère toxicomane, un père qui l’a quitté avant ses trois ans et un beau-père qui cogne d’abord et pose les questions ensuite.Kirk est un biker, comme TJ, le beau-père de Malcolm, conduisant une Harley et dealer de drogue. C’est tout ce qu’il peut voir… au début. Cependant, le corps incroyable de Kirk et sa gentillesse brusque, plus étonnante encore, détruisent peu à peu la conviction de Malcolm que personne ne veut de lui. Il se sent tomber amoureux de l’homme silencieux et létal, mais comme tous les chemins qui jalonnent sa vie, de nouveaux obstacles le plongent dans le désespoir.Kirk doit purger une peine de prison et Malcolm se retrouve à devoir faire face au monde sans lui. Pourra-t-il sortir à temps pour sauver Malcolm ou le voyage que ce dernier entreprend afin de le venger sera-t-il leur dernière virée ?


                                                                        + + + +

    Si " La famille" était très sombre et très dur, celui ci est tout de même plus soft bien que les aventures de Kirk et de Malcolm ne soient pas de tout repos.
    Malcolm a un début de vie plutôt catastrophique et l'avenir qui se profile avec Kirk ne semble pas meilleur.  Etre vendu  comme un simple objet pour une histoire de dette de drogue à un  membre de club de bikers, plutôt versé dans le trafic et le crime, ne laisse présager rien de bon. Comme annoncé, le genre est certainement plus orienté sur la Dark que sur le rose bonbon avec une histoire qui conserve tout de même sa part de romance. On est en effet loin des modes non consentis et des histoires de mauvais traitements mais plus dans du bdsm qui n'est pas clairement  exprimé.
    La relation dom/soumis s'instaure depuis le départ entre Mal et Kirk qui pense d'abords avoir un simple plan cul à domicile pour un temps donné. Bien sur, face à la soumission pleine de ferveur du jeune homme, Kirk développe très vite un  attachement contre lequel il lutte. Le jeune soumis lui en revanche se satisfait rapidement de cette relation et de ses sentiments qu'il éprouve dès les premiers jours.

    L'histoire est  assez bien ficelée, peuplée de tout un univers de bikers, de "chiennes" qui savent tenir leurs rôles, de vengeance et de trafics concurrentiels entre gangs. Sans être  haletante, on la suit avec plaisir si on est pas trop rebuté par toute cette imagerie de motards dopés à la testostérone et à la bière. Si ces fameux bikers sont un brin caricaturaux et très suffisants, le personnage de Malcolm lui est assez travaillé en ce qui concerne sa douleur et son passé construit sur le manque parental et l'humiliation d'un  beau-père très violent. Il est cependant dommage de ne pas avoir poussé sa découverte de son besoin de soumission et ses impressions face à ça surtout pour un jeune puceau qui découvre la sexualité. Le personnage de Kirk est malheureusement peu fourni, nous laissant juste un squelette de gay dominant qui malgré la blessure d'un premier amour déçu ne laisse jamais entrevoir le véritable chemin qu'il a parcouru du jeune homme rejeté à l'homme bâti comme un chêne. Il en devient ce biker à bandana que j'ai du mal à supporter, cette vision mi-fantasme mi-gang qui pour moi n'existe que dans les romans.

    Si la thématique mafia était assez logique, plausible et relativement cohérente dans son fil rouge le thème motards surmembrés est en revanche un peu lourd alors que le reste du club au contraire passe assez bien. J'attendais plus d'exploration des codes de ce milieu et il est à peine effleuré ce qui est dommage car il n'en ressort que ce sentiment étrange que provoquent ces idées sur les femmes, la propriété de l'autre, les valeurs morales toutes relatives....
    C'est  un récit chaud plus que brutal que je classerais plus dans de la romance érotique que de la vraie Dark et on a même notre happy-end pour finir avec un sourire. Il est plus abordable que le premier tome, plus facile d'accès et peut-être tout simplement plus acceptable. Ce fut un des premiers écrits  de l'auteur, si j'ai bien compris sa préface, et dans ce sens on peut dire que c'est bien construit et assez bien écrit pour un premier bébé. Je suis donc en balance car j'ai préféré la "facilité" de cette histoire plus en concordance avec ce que je suis capable de lire et d’accepter mais je conserve quand même une préférence pour la profondeur et le traitement du premier volet. 

    "Le biker" c'est  une balade qui n'est pas de tout repos, une balade qu'il faut être prêt à faire car le chemin est difficile. Un tome qui continue de poser les marques d'une saga sombre avec des hommes de l'ombre qui nous présentent d'ors et déjà un aperçu sur les personnages d'un des tomes suivants. Yop
    Merci à MOR pour ce sp.

                                                                               

    Le Biker (Les Hommes de l'Ombre t. 2) de Rain Carrington

     

     

    Vous le trouverez ici: Le Biker (Les Hommes de l'Ombre t. 2)
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gun a sauvé la vie de la Reine, et sa récompense sera son propre esclave, choisi parmi tous ceux disponibles sur le marché. Mais il ne souhaite pas avoir un esclave ordinaire, il en veut un qui soit beau et fort. Mais le plus important est que ce soit un esclave qui ne soit pas déjà soumis et obéissant – il veut un homme qui a besoin d’être discipliné…
    Quand il aperçoit Maddox, il se rend compte immédiatement que c’est le genre d’esclave qu’il recherchait. C’est celui qu’il veut. Par chance, la Reine est prête à dépenser n’importe quelle somme pour le rendre heureux…
    Maddox avait été capturé et réduit en esclavage seulement deux semaines plus tôt, et il n’oserait jamais se soumettre sans se battre, mais tandis qu’il apprend à connaître son nouveau Maître, quelque chose en lui change, et peut-être que la liberté n’est pas la seule chose qui compte…
    Deux hommes forts qui doivent apprendre à se connaître et se respecter trouveront un terrain d’entente et une compréhension mutuelle…

     

    ********

    L'histoire se déroule dans un monde fictif mais à une époque similaire à la notre. Il y a de la technologie de pointe, mais aussi des esclaves et même des rangs à l'intérieur de cette caste. On se retrouve au sein d'une royauté régie par une reine, plutôt bienveillante, ayant sous ses ordres tout un bataillon d'hommes qui forment son harem mais dans laquelle elle n'a tout de même pas droit à l'erreur.....Ça peut sembler un peu ambivalent le rapport technologie - esclave - harem - reine, mais ça fonctionne vraiment très bien, on a vraiment l'impression d'être dans un autre monde comme un univers parallèle.

    Dans ce tome un, on suit l'histoire de Gun, un dieu blond aux yeux verts, premier concubin de la reine qui se voit offrir Maddox, jeune noble capturé et mis en esclavage quelques semaines auparavant. Autant dire que ce dernier a du mal à accepter cette condition toute nouvelle pour lui qui le prive de sa liberté et de son libre arbitre. Il tente donc de se rebeller contre cet état de fait -et on le comprend bien - mais se retrouve, sans pouvoir rien y faire, sous la coupe de Gun. Gun est lui aussi un esclave, mais c'est le haut du panier car la reine l'adule, le comble de tout et il possède même beaucoup de pouvoir  par rapport à son statut.

     Le mode "dressage" de Maddox par Gun nous le fait appréhender en temps que maître, un maître relativement tendre et qui s'attache très vite à son jouet, en plus de sa position, son rôle où lui-même est confronté aux règles de l'esclavage qu'il ne peut éviter. Il se retrouve souvent tiraillé entre son statut, sa place et ses désirs.

    L'accent est mis sur la psychologie des deux personnages - l'opposition esclave / non esclave est bien pointée du doigt,comme sur le fonctionnement des rangs d'esclaves et un peu sur la politique de ce royaume dominée par une reine. Le côté BDSM est présent mais reste léger et émoustillant - enfin surtout pour le lecteur - car les fesses de Maddox ne seraient peut-être pas du même avis. En général, je ne suis pas une très grande fan du genre mais là, j'ai bien aimé le style de l'auteure,elle aborde le sujet de façon sympa - j'avais presque envie d'y participer, explicite mais sans vulgarité ni mots crus, ça donne presque - j'ai dit presque - envie d'essayer on se laisse bien porter par l'histoire. On découvre  un Gun en maître plutôt attentif et tempéré, un Maddox très rebelle au départ mais qui va, petit à petit, découvrir des choses sur lui-même et sur le monde nouveau qui l'entoure. Ils sont assez fougueux ensemble et ça marche bien, très bien sur moi ....

    Ce fut une bonne découverte qui va me faire attendre le 2nd volet avec une certaine impatience  .... Rose Taylor

    Je remercie beaucoup l'auteure Taylor Kinney pour ce SP.

     

     Vous le trouverez ici : Maddox

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Résumé :

    Dès le moment où l’inspecteur Gavin DeGrassi met un pied dans le monde BDSM afin de résoudre le meurtre brutal du Dom George Kaiser, le cours de sa vie ne lui appartient plus. Fasciné par la façon dont vivait la victime et les images imprimées dans son âme, Gavin doit trouver un moyen de naviguer dans ces eaux inconnues. Avec sa vie personnelle en plein bouleversement à cause d’un divorce, et sa vie professionnelle incertaine avec l’affectation d’une nouvelle partenaire, Gavin a besoin de toute l’aide possible pour comprendre l’affaire.

    Entre Ben Haverson, un psychologue et un Dom reconnu. Avec l’aide de Ben comme consultant sur l’affaire et son attention concentrée sur Gavin lui-même, ce dernier s’immerge plus profondément qu’il l’aurait cru dans le monde des restrictions et des fessées. Forcé d’examiner de plus près sa vraie nature et ses désirs les plus intimes, Gavin a le choix : garder la peur de se soumettre à distance, ou plonger et résoudre l’affaire avec les connaissances qu’il acquiert. Lorsqu’une autre victime est découverte, le choix de Gavin est fait pour lui, et il plonge la tête la première dans le voyage le plus profond et le plus émotif de sa vie.

    Malheureusement pour Ben et lui, le tueur a remarqué, examiné et jeté son dévolu sur le couple D/s. Gavin peut-il le surpasser ou son premier échange de pouvoir sera-t-il le dernier ?

    Date de parution : Juin 2017                        Edité par : Juno Publishing

    Echange de pouvoir   de AJ Rose

     

     

     Encore une lecture ayant pour thème le BDSM, me direz-vous. Oui et non. Oui parce qu'indéniablement on y traite du sujet dont on effleure seulement la surface et qui sert de cadre à ce roman. On découvre en même temps que le personnage de Gavin ce monde. Un univers, émergeant de faits macabres, mais qui s'ouvre doucement à nous en même temps que l'officier de police s'y laisse immerger. Et non, "Echange de pouvoir" n'est pas basé que sur le BDSM. Il comporte une enquête policière qui amène nos personnages à s'interroger. Je dirais qu'à l'image de mes lectures préférées touchant à ce thème, ce roman est équilibré, pour ne pas dire savamment dosé. 

     L'histoire est elle-même partagée entre le coté policier, l'acceptation d'être soi et de ses désirs, le fait de vivre tout ça, et le regard porté par l'entourage. N'oublions pas qu'une enquête est en cours concernant des faits atroces. Il y a un sentiment d'impuissance qui enrage les policiers chargés de régler cette affaire. Les personnages sont brillants. Bien sûr qu'ils sont intelligents mais j'aime le fait que pas un ne ressemble à l'autre. Chacun a son propre caractère bien défini, ce qui me donne un sentiment de complémentarité face à leur interactions.  

     Le personnage qui nous narre l'histoire n'est autre que l'inspecteur De Grassi. Gavin. Il est issu d'une famille de policier et est destiné à cette carrière depuis tout petit. Il doit supporter beaucoup de pression de la part de sa famille qui, voulant son bonheur, aimerait le voir avec des enfants. Mais aussi de la part de son épouse qui cherche à travers lui les honneurs. Et de ce secret, si bien enfoui au fond de lui, et dont il ne veut révéler la nature à personne. Sa rencontre avec le Dr. Haverson va changer tout cela. Ben Haverson est un consultant sur l'affaire que traite Gavin. C'est aussi un Dom. 

     Un plus quant à cette lecture, pour moi, a été la manière de traiter le temps. Dans les premiers chapitres, le temps s'écoule très rapidement mais, paradoxalement, lorsque Gavin rencontre Ben, le temps qui passe dans la tête de notre narrateur nous semble plus long. Je pense que c'est dû au cheminement des pensées du personnage. Alors d'accord la relation des deux hommes évolue très vite mais le mécanisme de réflexion de la part de Gavin est très intense. Ce qui finit par nous rendre le temps écoulé plus long que ce qu'il n'est. Ne passons pas non plus à côté du fait que l'auteur ne soit pas entrée plus que nécessaire dans des détails gores. J'apprécie cela : savoir, lire en peu de mot une horreur que j'aurais eu beaucoup plus de mal à gérer en plusieurs pages. 

     Ce qu'il faut en retenir est que ce livre mérite d’être lu. Je l'ai apprécié et y reviendrais probablement mais au delà de ça, le thème abordé l'y est d'une manière ingénieuse. On pourra dire que je suis une lectrice facile mais est-ce ma faute si je lis selon mes envies et pas forcément le dernier roman à la mode ? 

     "Echange de pouvoir" c'est une enquête policière avec une histoire d'amour qui se consolide et rend plus fort en ne s'embarrassant pas de lourd secret.

    Manon

    Vous le trouverez ici : Échange de pouvoir: Échange de pouvoir #1

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Dark vous avez dit dark ? Bienvenu dans la dark romance de Rain Carrington avec La Famille (Les Hommes de l'Ombre t. 1) paru chez MenOvertheRainbow en 2017 que je remercie pour ce SP.


    La Famille (Les Hommes de l'Ombre t. 1) de Rain CarringtonLe pitch:
    Cette série comporte des personnages qui vivent dans l’ombre des hommes qu’ils aiment, des individus qui ne font guère de différence entre le bien et le mal, des êtres qui ont une conception bien à eux des lois et de la morale.

    Ces hommes de l’ombre ne sont en aucun cas silencieux. Leurs puissants amants peuvent être sur le devant de la scène, mais, dans les coulisses, leur amour est leur force. Peut-être sont-ils plus forts dans l’ombre que d’avoir à se battre pour la lumière qui brille si facilement sur leurs compagnons dangereux.
    Mauvais garçons, bons amants et cœurs brisés ne manquent pas, mais l’amour illumine même les recoins les plus sombres.
    Blaine tombe amoureux d’un homme abusif qui, sous prétexte du BDSM, blesse celui qu’il est supposé aimer. Lorsqu’il rencontre Dante, le frère d’un baron de la pègre, le danger ne lui fait pas aussi peur que ses sentiments.
    POUR PUBLIC AVERTI - Ce roman fait partie de notre collection « Dark » et contient donc des sujets pouvant heurter la sensibilité de certains lecteurs,. Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains.

      

    La Famille (Les Hommes de l'Ombre t. 1) de Rain Carrington


    Le pitch nous en dit déjà beaucoup sur les gants à prendre avant de se lancer dans ce roman. Un livre prenant et très chaud où de vrais vilains garçons font de plus vilaines choses encore à des pauvres types innocents. Rain Carrington propose un monde mafieux constitué de vrais salauds sans remords pour qui le crime est une activité aussi naturelle que de respirer.

    Certains seront plus attachants que d'autres comme Blaine, l'une des jeunes brebis innocentes, pris entre les feux de dangereux criminels qui l'aiment, le martyrisent et le protègent. Blaine, ce jeune garçon qui n'est qu'amour et simplicité, qui fait de mauvais choix tant il est en demande d'affection mais qui, heureusement pour lui, a l'art d'attirer aussi les meilleurs sentiments autour de lui. Ce jeune homme qui rêvait de fleur bleues, et qui est plutôt tombé sur un sac d'orties en guise de premier amour, pourrait apparaître naïf voir stupide si ce n’était sa fraîcheur juvénile et sa candeur touchante qui en font au contraire un personnage fragile. Blaine qui va mûrir à coup de soumissions et de menaces pour finalement trouver le vrai maître de son cœur avec Dante le frère mafieux d'un chef de clan qui réussit à le sortir des griffes de son premier amant psychopathe. Dante est probablement la part acceptable du récit avec sa représentation d'un dom attaché à ses soumis. Il est séducteur, dangereux et pourtant bien plus attirant que la plupart des hommes que l'on croise ici par sa façon d'aimer et de traiter les autres.

    Troy le terrible, ou le personnage que tu vas immanquablement haïr au point d'imaginer toutes sortes de morts plus ignobles les unes que les autres, est un être abjecte, associé au frère de Dante. On a un peu de mal à comprendre que ses actes soient aussi facilement validés par le reste du clan sous prétexte de sens de la "famille" mais c'est aussi une vraie réussite en terme de création de personnage. Tout comme on explique pas très bien la totale soumission de Dustin qui pourrait trouver une protection auprès de cette même famille et surtout auprès de Blaine. Mais les personnages, soumis ou dominants, étant plus complexes qu'il n'y parait, rien n'est vraiment surprenant.

    La famille est un roman très dur, presque "pénible" mais en même temps logique et cohérent. En effet, on ne peut s'attendre à une quelconque morale ou charité de la part d'un milieu qui fait sa fortune sur la souffrance des autres et sur la dominance par la violence. Des mafieux au cœur sensible c'est pas des mafieux, faut pas se leurrer!
    L'auteur a en plus mélangé le bdsm et la violence du grand banditisme ce qui amplifie encore la notion dark de cette histoire. Elle réussit à concevoir  des scènes de SM aussi chaudes et torrides chargées d'amour que chaudes et malsaines bourrées de haine selon les couples. C'est avec une écriture simple, dynamique et directe qu'elle parvient à rendre ce récit vraiment prenant, presque angoissant, et on reste vraiment ,malgré nous, suspendu au fil des pages qui suintent du coté de chez Scarface. On est pas noyé dans le sexy mais bel et bien dans le meurtre et la dominance que ce soit celle des territoires ou celle des corps.
     On assiste à un combat au sein du clan plus qu'à une rivalité des familles, à un combat des hommes, les uns pour leur familles, pour leurs frères et les autres pour leur être aimé.

    La fin, à l'image du récit entier, est très violente et donc bien sur très dark, mais l'auteur nous offre (et heureusement pour moi qui ne suis fan ni de bdsm ni de dark) tout de même un épilogue heureux pour nos héros principaux. J'ai en revanche, plus de mal à accepter la reconversion de Devin dans un cauchemar dont il est a peine libéré comme sa validation d'un milieu qui se livre ni plus ni moins au trafic d’êtres humains et à l'esclavage sexuel.

    Il est toujours difficile de rester objectif sur une lecture qui heurte nos sensibilités, de parvenir à tout de même mettre en exergue la qualité d'un écrit qui froisse sérieusement nos croyances et la romance dark est l'exemple typique du débat houleux du "peut on tout écrire ou du moins tout romancer"? J'aurais tendance à croire que oui, que des mots couchés sur le papier, illustrant les fantasmes les plus sordides, seront toujours mille fois mieux que des actes accomplis dans une réalité encore plus sordide.
    Même si à titre personnel, je pense que l'entrave sexuelle ou sentimentale, la soumission, l'humiliation et la souffrance non consenties ne s'apparentent pas à de la romance, force est de constater que cela a son public. Alors si Rain Carrington ne cautionne à aucun moment ce type d'actes, elle nous livre juste un univers sombre et détestable qu'elle parvient à dépasser dans un récit dont on ne peut nier l'impact prenant et envoûtant. Si je ne comprendrais jamais l'envie de porter un collier et d’être considéré comme un animal (en ayant parfaitement conscience que c'est loin d’être l'aspect unique du bdsm en général ), je peux par contre apprécier la tentative réussie de créer de l'amour au sein d'un monde très glauque.

    C'est un roman à prendre avec de grosses pincettes, à tenter si l'on a l'esprit ouvert ou du moins curieux et le cœur pas trop sensible tout de même. Si par contre, on aime les lectures difficiles et plus tortueuses, les personnages pas si clairs que ça (que ce soit du cote des soumis ou des doms) et les situations plutôt violentes alors lancez vous. Je sais que je lirai sans nul doute la suite, car Rain Carrington a su titiller un je ne sais quoi qui dérange mais qui intrigue aussi énormément et je suis très curieuse de découvrir quel chemin elle va prendre avec ses hommes de l'ombre. Yop.

     

                                                                            

    La Famille (Les Hommes de l'Ombre t. 1) de Rain Carrington

     



    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2whwInp
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Encore une bonne petite surprise sortie en 2018, Le Malamour d'Alec Nortan, paru aux Editions Textes Gais, avec sa belle couverture simple mais totalement en osmose avec le roman.

     

    Le Malamour d' Alec NortanLe pitch:
    Depuis toujours, Abe vit un amour par procuration avec Kelly, son idéal masculin, bien que le seul lien avec l’objet de son affection soit le poster du dernier film de l’acteur, accroché dans sa chambre.
    Physiquement, Stephen est l’exact opposé de la star de cinéma. Pourtant, lorsqu’Abe le rencontre, quelque chose se passe qui l’incite à reconsidérer ses sentiments.
    Stephen entraîne Abe dans une découverte de sexe effréné : sex-clubs, séances masochistes... Abe n'arrive pas à définir leur relation. Jusqu’au jour où Kelly débarque en chair et en os dans la vie de Abe, qui découvre enfin les joies d’une véritable relation amoureuse, simple et épanouissante.
    Entre un amour destructeur et un amour tendre et entier, Abe devra faire un choix qui s’avère moins facile qu’il n’y paraît.

     

    Le Malamour d' Alec Nortan


    J'ai passé un très bon moment avec ce roman original et très addictif.
    Une composition judicieuse en trois parties qui nous révèle les points de vue des deux protagonistes sur les deux premières puis la suite de leur histoire sur la troisième. Comme deux chemins distincts qui se finissent sur une seule même route.

    On commence avec Abe, jeune programmeur, amoureux depuis sa jeunesse d'un ancien copain de camp d'été devenu star. Un amour, inconditionnel et irréel, qui le maintient loin de toute vie sentimentale concrète. Abe est cependant heureux avec ses amis, son boulot et sa petite routine de sportif, retrouver son poster et les beaux yeux de Kelly lui suffisent .
    Mais un jour c'est le petit caillou dans la chaussure qui surgit devant la porte d'un bar gay, cette attirance inexpliquée pour un autre homme qu'il entrevoit à peine, Stephen.
    Une partie d'intro qui nous plante non seulement le décor, mais aussi les sentiments et impressions d'Abe face à un Stephen déroutant qui l’entraîne dans une découverte du sexe gay à laquelle il n'est fondamentalement pas prêt. Assez romantique et classique, Abe cherche plutôt un compagnon et pas un partenaire de jeu, pourtant il est très attiré et déjà pratiquement amoureux de cet homme qui nous parait froid et indifférent. Effrayé par ce monde du bdsm, c'est donc en toute logique qu'il finit par fuir Stephen au moment où se concrétise son rêve le plus fou: vivre une histoire avec le tendre et idéal Kelly.

    La deuxième partie m'a vraiment faite craquer avec un Stephen tellement attachant et tellement tordu dans sa conception de l'amour. Une conception que l'on comprend tout de suite bien sûr, martelée à coup de violences quotidiennes par son passé. Ce personnage et sa psyché déformée m'ont emballée par leur tendresse pure, camouflée sous un dehors brutal et déviant. On le redécouvre sous un nouveau jour, qui explique énormément la première partie, et on se surprend à réévaluer nos propres impressions qu'on avait totalement calquées sur Abe. C'est dur et touchant à la fois, l'auteur parvient à merveille à restituer le regard d'un petit garçon qui intègre de manière logique, et pourtant erronée, toute une éducation parentale complètement à la ramasse. C'est triste et entièrement attaché à Stephen qu'on poursuit l'histoire page après page limite en se rongeant les ongles.

    Le style est très simple et va vraiment à l'essentiel sans pour autant négliger les éléments composant un récit qui tient drôlement bien la route. En peu de mots, on parvient à avoir une petite brochette de personnages secondaires qui nourrissent un peu plus le contenu, et la vie d'Abe et Stephen, par de petites touches drôles ou dramatiques.
    La troisième partie nous emporte sur l'histoire d'Abe et de l'adorable Kelly et sur la prise de conscience de Stephen. Le quatrième personnage de l'histoire, la petite voix incessante qu'Abe traîne partout avec lui, n'a de cesse de le faire évoluer de l'un à l'autre sans jamais comprendre où cela le mène. Un Jiminy Cricket dont j'ai un peu de mal à saisir la réelle teneur mais qui se situerait entre un alter ego d'Abe, plus direct et beaucoup moins romantique, et un aspect moins cool de Kelly si parfait en tout point.
    Cette troisième partie est aussi celle des choix à faire, des choses à comprendre et à accepter pour avancer.

    Si j'ai beaucoup aimé cette histoire, le final trop rose à mon goût, et surtout peu crédible pour des traumas aussi importants, sera ma seule petite déception. J'aurais préféré conserver cette aura de difficulté, qui les séparait et les liait en même temps, et avoir un aperçu sur un avenir pas forcement radieux mais certainement tout aussi plein d'amour.
    Le Malamour c'est un roman surprenant, agréable dans son approche de sujets douloureux sans trop nous plomber, détonnant dans ses explorations de certains clubs gays et surtout très émouvant dans le personnage de Stephen, homme-enfant qui redécouvre la définition du mot amour. Yop.

                                                                            

    Le Malamour d' Alec Nortan





    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2MDWGbb
       

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Résumé:

    Noël est une période de bienveillance pour tous, mais le propriétaire de Colliers et Menottes Thomas Williams reçoit un cadeau inattendu qui lui fait froid dans le dos. Un Dom d’un autre club de Manchester lui demande de l’aider à sauver un soumis “ abusé ”, Peter Nicholson. Thomas prend alors sous son aile le jeune homme, faisant une faveur à son ami, lui offrant du temps et de l’espace pour guérir, mais il fait savoir qu’il n’a jamais eu de soumis et n’en veut pas.

    Peter trouve la maison de Thomas calme et paisible, mais son passé l’a rendu frileux pour faire confiance à un autre Dom. Quand Thomas ne se comporte pas comme Peter l’attendait, ses cauchemars commencent à s’effacer et il décide qu’il aimerait en savoir plus sur la vie D/s. Maître réputé de soumis, Thomas commence à instruire Peter, mais quand le nouveau soumis s’ouvre à lui, Thomas se rend compte qu’il tient à Peter plus qu’il ne le devrait. Juste lorsqu' il décide qu’il est temps de trouver un Dom pour Peter, ils découvrent que le tourmenteur de celui-ci est toujours après lui. Avec leurs vies en danger, Thomas ne peut plus nier ses sentiments envers Peter. La question est désormais de savoir si Peter pourra sortir de la cage aux lions en vie, afin que Thomas puisse dire à son homme qu’il l’aime 

    Date de parution: Juin 2017    Publié par: Juno Publishing

    Croire en Thomas   -Colliers et Menottes tome 2-    de K.C. Wells

     

    Je ne peux cacher mon enthousiasme suite à cette lecture. Et je n’exagère rien en disant que j'ai littéralement dévoré ce volume. Attention, ma vitesse de lecture ne veut pas dire que je ne l'ai pas apprécié. C'est tout le contraire. Cela s'est avéré addictif et intense. Ce second tome de la série 'Colliers et Menottes' est d'une grande richesse. 

    Il y a ce coté action que l'on sent présent dans les faits et gestes de certains personnages. Les décisions prises le sont dans le but de sauver d'autres personnes. L'injustice ne passe pas. Sans compter le personnage de Curtis Rogers, être absolument infâme, qui contribue à cette touche d'action de par son rôle dans  les sévices subis par Peter mais aussi par ses actions (passées, présentes et futures) qui donnent l'envie et le courage de le mettre hors d'état de nuire.

    En parlant personnages, quel plaisir de revoir à nouveau Leo et Alex. On sent une évolution plus que positive pour ce dernier. J'ai apprécié le fait d'entrer chez Thomas, de le découvrir et de voir l'homme autant que le Dom dans son quotidien. Un mot pour le qualifier: bonté. C'est un homme attentionné, à l'écoute et pourvu d'un grand cœur. J'ai particulièrement aimé le voir remettre d'aplomb tout en douceur Peter. Ce jeune homme durement meurtri au cours des quelques années passées aux côté de Curtis. On a plaisir et bonheur à le voir renaître et dépasser peu à peu les démons qui le hantent. Peter a tant de fragilité en lui et de douceur. On devine, lors de brefs moments, un caractère plus appuyé que l'on ne pense. 

    Un roman qui se défait lentement de l'obscurité de ses débuts pour nous mener sur un chemin plus lumineux fait de reconstruction et d'espoir. Voila un récit qui ne peut vous laissez indifférent et qui vous touche de bien des façons.

                                                                                                                              Manon

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2GSVSeL

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Résumé:

    Depuis la mort de son amant et soumis deux ans auparavant, Léo ne vit pas – il se contente d’exister. Il se concentre pour faire de Collars & Cuffs, un club BDSM dans le village gay de Manchester, une réussite. Cela change la nuit où son associé et lui se retrouvent pour leur réunion hebdomadaire au Severinos. Leo ne peut pas détourner le regard du nouveau serveur. Le timide jeune homme semble déterminé à éviter celui de Léo, mais c’est comme agiter un chiffon rouge devant un taureau. Leo aime les défis.

    Alex Daniels travaille au Severinos afin d’économiser de l’argent pour vivre seul. Il a du mal à sortir du placard, mais il est attiré par Leo, le superbe homme aux yeux bleus glacés qui mange presque tous les soirs dans sa zone de service.

    Leo ne laissera pas l’hésitation d’Alex s’interposer. Il le garde même loin du club afin de ne pas l’effrayer. Et lui dire qu’il est un Dom ? Mauvaise idée. Un rendez-vous devient deux, mais ce deuxième rendez-vous mène dans la chambre de Leo... et Alex découvre des choses sur lui-même qu’il n’avait jamais réalisées – et n’avait jamais voulu que quiconque voit.

    Date de parution: Mars 2017     Publié par: Juno Publishing

    Un cœur déverrouillé      -colliers et menottes tome 1-     de K.C. Wells

     

    Une belle histoire que j'ai aimé lire et relire. On peut se dire que ce qui unit Leo et Alex semble simple. C'est ce qu'il y a autour d'eux qui compliquent les choses, créant des épreuves à traverser. Mais ces aspects renforcent encore plus les sentiments qu'ils partagent. Un parcours simple et pimenté à la fois.

    J"ai adoré voir ces deux hommes me surprendre quant à leurs caractères respectifs. Alex est d'un naturel docile, qui n'aime pas faire de vagues et évite les confrontations. En fait, c'est un jeune homme courageux. Quant à Leo si sûr de lui, j'avoue que le voir patauger un peu après sa proposition d'emménager avec son jeune amant me l'a rendu plus humain. Non pas qu'il soit quelqu'un de dur, mais cet événement montre une fragilité touchante. Les autres personnages croisés ne sont pas en reste et il me tarde de les voir réapparaître dans les tomes suivants. 

    Il y a quelques passages décrivant des scènes sexuelles dans ce roman. Celles-ci n'ont pas dérangé ma lecture car elles se fondent dans le récit tout en l'enrichissant. Ces passages importent dans le sens où ils rapprochent nos deux héros. Celles de peu d'importance ne sont évoquées que brièvement

    Une lecture qui s'est révélée fluide et prenante. Un de ces romans que j'ai eu du mal à laisser de côté. 

                                                                                                                                     Manon

    Pour le trouver, c'est par là!!

    https://amzn.to/2IE5C22

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Tobias est un Dom expérimenté, capable de gérer même le plus hésitant des soumis. Noah est un homme qui a besoin de cela. Il veut se soumettre, mais il n’a pas encore trouvé quelqu’un qu’il croit capable de l’emmener où il doit aller. Au cours d’une rencontre dans le monde du bondage et de la discipline, Noah révèle pourquoi il a du mal à faire confiance, pourquoi il a besoin d’une main ferme et stable. Tobias peut se permettre de dominer, mais il a du mal à se laisser aller à aimer. Pourtant, il ne peut pas résister au charme de Noah, et les deux hommes mettent en place une scène, une qui fonctionne pour eux et leurs problèmes. Ils apprennent à aimer, mais peuvent-ils rester ensemble alors qu’ils explorent les secrets de l’un et l’autre, dans un monde où tout est mis à nu et où les émotions sont intenses ?

    Date de parution: Octobre 2017       Publié par: Juno Publishing

     

    Un premier tome que j'ai beaucoup aimé. L'histoire racontée ne nous emmène pas tout de suite sonder les secrets de ces deux personnages. On apprend ici à connaître Tobias et Noah. Ces deux hommes se sont rencontrés dans un club BDSM dans lequel Tobias est connu pour être un excellent dom. C'est un homme qui donne l'impression que tout autour de lui doit être tiré à quatre épingles et même sous contrôle. Noah, lui, pense ne pas avoir de limite quant à sa tolérance à la douleur. C'est une rencontre dont on pressent qu'elle poussera chacun d'eux à se remettre en question.

    Ce premier livre me semble être un premier chapitre. On y voit les personnages se rapprocher, commencer à définir ce que sera leur relation. Tout cela nous met l'eau à la bouche, non pas à cause d'une curiosité malsaine, mais simplement parce qu'on désire vraiment  en savoir plus sur eux. On effleure à peine la surface lors de la lecture de ce tome et on devine tellement de remous à venir sur tous les plans.

    Je crois qu'une seul passage n'est pas suffisant. J'ai hâte de voir quels autres aspects une deuxième lecture me montrera. 

                                                                                                                                     Manon

     

    Vous le trouverez ici:
    https://amzn.to/2IJZO35

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    À vif

     

    Vingt ans les séparent, la passion les réunira. 

    Se remettant péniblement d'une rupture, Laurence Dalziel a bientôt quarante ans et en a marre des relations BDSM, jusqu'à ce qu'il rentre Toby Finch. Dix-neuf. Intrépide, féroce, vulnérable. Toby ignore quoi faire de sa vie, mais il sait une chose : il veut Laurie. Il le veut à genoux. Le faire souffrir, le voir supplier et tomber amoureux. Mais si Laurie consent à s'abandonner dans ses bras, son coeur reste imprenable. Car Toby est trop jeune, trop intense, trop facile à blesser. Ce qu'ils partagent ne peut pas durer… ne peut pas être réel.

    Quand Laurie rentre dans ce club BDSM avec deux amis, il n'attend rien de particulier. Depuis sa rupture avec Robert, il n'attend pas grand-chose de la vie et rien des relations. Mais ce soir-là, sans savoir vraiment pourquoi, il se met à genoux pour Toby, dix-neuf ans, dominateur sans expérience. Ça ne peut qu'une histoire d'un soir… N'est-ce pas ?

    À vif, Toby, dix-neuf ans sûr de n'avoir aucun avenir et d'être condamné à travailler dans un restaurant, bien en deçà de ses capacités culinaires.

    À vif son désir de domination qui le pousse dans ce club, ses sentiments pour Laurie, bruts et sans pudeur.

    À vif sa souffrance, son désir, sa sincérité.

    À vif, Laurie, son vernis de cynisme et de lassitude de la vie qui cache bien mal sa douleur d'avoir perdu Robert, son ancien amoureux dominateur avec qui il partageait le gout des jeux BDSM. 

    À vif le torrent qui l'emporte quand Toby arrive dans sa vie et lui arrache toutes ses défenses.

    À vif l'écriture d'Alexis Hall, nerveuse, électrique, sans artifice.

    À vif mon coeur qui n'oubliera jamais Toby et Laurie. 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Vingt ans les séparent, la passion les réunira.

    Se remettant péniblement d’une rupture, Laurence Dalziel a bientôt quarante ans et en a marre des relations BDSM. Jusqu’à ce qu’il rencontre Toby Finch. Dix-neuf ans. Intrépide, féroce et vulnérable. Toby ignore quoi faire de sa vie mais il sait une chose : il veut Laurie. Il le veut à genoux. Le faire souffrir, le voir supplier et tomber amoureux. Mais si Laurie consent à s’abandonner entre ses bras, son cœur reste imprenable. Car Toby est trop jeune, trop intense, trop facile à blesser. Et ce qu’ils partagent ne peut pas durer… ne peut pas être réel.

    Date de parution: 2017     Publié par: Bragelonne-Milady

    A vif   de Alexis Hall

    Je ne sais pas pour où commencer alors faisons au plus simple. Je suis complètement et absolument bluffée par ma lecture. Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais lorsque j'ai choisi ce livre. Pas à grand chose je crois. Mais là, je suis irrémédiablement conquise par son tout. C'est pour moi une merveilleuse découverte. Il s'agit de ma première lecture comprenant du BDSM. Et il se trouve que j'ai beaucoup apprécié ce titre. Quel résultat!

    Je me doute que tout cela semble un peu de parti pris mais ...

    J'ai trouvé une certaine profondeur au fil de ma lecture. Les personnages principaux me semblent tellement justes.Ils n'appartiennent pas à la même génération, n'ont pas les même préoccupations, ils n'auraient pas dû se croiser. Et pourtant, leur rencontre dans ce club va changer leurs vies.  Les événements se suivent avec une certaine logique. Nos deux héros se dévoilent peu à peu l'un et l'autre. On ne peut que tomber sous le charme de ce lien qui se construit entre les deux personnages principaux: Toby et Laurie. 

    Petit plus pour ma part, les scènes de sexes se fondent dans le récit sans jamais alourdir ce dernier.

                                                                                                                                     Manon

    Pour le trouver: https://amzn.to/2konbVn

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique