• Le retour de Leith de Leta Blake

    Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 10 Septembre 2020

     

    La mémoire est tout.

    Après une blessure sur le ring, le boxeur amateur Leith Wenz se réveille pour découvrir que ses plus récents souvenirs ont trois ans de retard. Déconnecté et luttant pour affronter sa nouvelle réalité, Leith doit de nouveau faire face à des révélations douloureuses sur sa famille. Son frère est là pour le soutenir, mais c’est le visage familier de Zach, un homme qu’on lui présente comme son meilleur ami, qui lui fournit le calme dont il a besoin. Jusqu’à ce que la présence de Zach commence à attiser des sentiments que Leith ne peut pas expliquer.

    Pour Zach, être oublié par son amant est atroce. Il cache soigneusement la vérité à Leith afin de les protéger tous les deux d’une douleur supplémentaire. Son désarroi réprimé trouve un exutoire dans le vlogging – un blog qui utilise des vidéos numériques au lieu de texte – où il avoue ses craintes et sa douleur à un Internet sans visage. Mais quand Leith commence à s’ouvrir à lui, les choix de Zach reviennent le hanter.

    Au bout du compte, Leith doit poser à son cœur les questions auxquelles sa mémoire ne peut plus répondre.

     

    # # # # #

     

    Perdre une partie de sa mémoire suite à un combat de boxe qu'il était sur le point de gagner, équivaut à un immense trou noir dans ses sentiments, dans ses amitiés, dans sa vie pour Leith. Perdu dans la recherche de ses sensations, il essaie de trier toutes les pensées qui l'assaillent, tous les non-dits que son entourage lui tait pour son soi-disant bien-être.

    Les rencontres avec les spécialistes se succèdent mais rien n'en sort, il faut que Leith se rende à l'évidence, trois années manquent à sa mémoire notamment Zach, son soi-disant meilleur ami. Il est très troublé par la présence de cet homme, lui qui se pensait, se sentait hétéro, réagit physiquement et aussi mentalement à Zach. Sans comprendre pourquoi, mais plein de questions, il va se rétablir sous les yeux de son frère et ses amis jusqu'au moment où il va bien falloir rentrer chez lui.

    Ce n'est pas ma première lecture de Leta Blake mais j'ai aimé retrouver sa plume pour aborder ce sujet très dur qu'est la perte d'une partie de son soi, de son existence. J'ai suivi le parcours de Leith surnageant dans sa lutte pour "boucher les trous" , pas vraiment avec pitié mais plutôt avec la même peine et la même hantise que lui, qu'il ne retrouve rien de sa vie. D'un côté, vivre la douleur de Leith de ne plus se connaitre et d'un autre, vivre la détresse immense de Zach face à son amour perdu a tourmenté, malmené mon tit cœur dans tous les sens.

    Se mettre alternativement à la place de chaque personnage, ressentir leurs peines déclenchent différents sentiments dont le plus fort est surement de ne jamais avoir à vivre une telle épreuve. Notre passé, tel qu'il puisse être, nous appartient en propre et  fait de nous ce que nous sommes, une accumulation de moments plus ou moins intenses, plus ou moins heureux, d'expériences diverses et variées contribuant à forger notre caractère présent. Perdre tout ça doit être une épreuve traumatisante, déroutante... que l'auteure a su retranscrire efficacement mais sans violence, elle décrit des cas qui rendent tristes, qui tirent quelques larmes. On ne sort pas vraiment indemne de cette belle lecture.

    Je n'ai qu'un conseil, lisez- le pour Leith et Zach, leur amour plus fort que tout. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce chouette SP.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • HeartBreak Station de Marie HJ

     

    Une route sans début ni fin. Une rencontre au milieu de nulle part.
    RD 66.
    Le désert, le soleil.
    Une terre de poussière ne ressemblant à aucune autre.
    Le vent qui balaie les douleurs.
    Un autostoppeur sans but ni espoir.
    Un père de famille esseulé, enseveli sous les débris de son passé.
    Deux cœurs perdus sur cette terre aride, cherchant en vain leur chemin.
    L’âme désabusée de l’un suffira-t-elle à soulager les blessures du second ?

     

    &&&&&

     

    Bien voilà encore une fois prise dans le tourbillon de l'auteure, ça le fait à chaque fois, ça me ne surprend plus quoique. J'adore découvrir dans quel univers elle va me faire voyager, me prendre dans ses filets, m'entrainer.

    Pour cette histoire à la Bagdad café, il a fait chaud, je pouvais sentir la chaleur, il fait sec, la poussière s'immisce partout malgré les tee-shirts blancs des personnages enfin non d'un personnage : Florian. Un astre brillant qui déboule, un beau jour, au cœur de la petite vie bien rangée et triste de Cal, ses trois enfants et sa maman. Ils vivent tranquillement aux portes du désert amércain, au cœur d'une station qui a perdu son éclat faute des touristes en goguette et qui a tendance à tomber en ruine.

    Le venue, un peu au hasard de Florian, fuyant lui-aussi sa vie, va bousculer les habitudes de cette petite famille, remuer des sentiments enfouies sous des couches de non-dits, de poussières et ébaucher le début de sourires sur tous les visages qu'il va approcher. Non seulement , il va redonner vie, éclat à la HeartBreak Station à la demande de la mère de Cal, mais il va embellir le quotidien des enfants, les faisant voyager sans vraiment bouger.

    Ce roman est l'histoire d'un réveil, comme à la suite d'une longue hibernation, pas de maladies, mais des traumatismes de la vie courante, des refoulements identitaires, des mises entre parenthèses de sentiments qui vont se transformer au fil des pages en bonheur, joie, humour, amour, et équilibre.  L'auteure a couché une suite de mots tendres, dépaysants, sincères qui prouvent qu'il peut toujours y avoir du bon, du lumineux après les épreuves.

    Même si je n'aime ni le soleil, ni la chaleur et encore moins la poussière, j'ai plongé avec délice dans ce coin de paradis pour suivre l'épanouissement de Cal. Voir la station revivre de façon plus qu'improbable au départ, les liens qui se tissent entre tous les personnages m'ont fait dévorer les pages.

    Toujours en émotion, je fonce bille en tête pour comprendre les maux de chaque protagoniste, leur envies, leurs rêves et déguster la chambardement que provoque Florian dans tout ce mélange de tranquillité, de pseudo-sérénité. Même si tous les personnages sont plus qu'attachants, c'est vraiment de lui dont je suis tombée méga fan, de son tempérament, de sa force, de sa vitalité, de sa joie de vivre. C'est un aimant à amour.

    Bref tout ce blabla pour dire qu'encore une fois l'essai est transformé, plus que réussi et addictif au possible. Un moment de détente parfait sur un transat ou les pieds dans l'eau, car toute cette chaleur, ça rend dolant et nonchalant, idéal pour la romance. Rose Taylor

    Merci à Marie HJ pour ce chouette SP.

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Roméo cherche Roméo de Justin Myer

    Éditions : J'ai Lu

    Sortie : 07 Novembre 2018

    La vie de James n'est plus du tout gay-friendly à Londres. Il gâche son talent à écrire dans un journal à ragots, et tourne en rond dans son studio depuis qu'il s'est séparé d'Adam. Pour lui éviter de se laisser couler, sa meilleure amie le propulse d'un grand clic sur les sites de rencontres, et voilà James lancé dans des blind dates plus ou moins réussis, qu'il raconte sur son blog avec humour et romantisme, sous le mystérieux pseudo «Romeo». Et ce qui était destiné à tromper l'ennui lui apporte soudain la célébrité : sur la Toile, on ne parle plus que de Romeo! Qui est¿il? Comment le démasquer? Ravi mais dépassé, James perd carrément le contrôle quand son prince charmant 2.0 se présente enfin, sous les traits d'une star du sport qui ne peut se permettre de sortir du placard... Une comédie gay d'aujourd'hui, qui parle d'amour, de romantisme et de sexe à l'ère des sites de rencontres et des réseaux sociaux. Subtilement drôle comme les Anglais savent l'être, acérée et pourtant tendre, sincère et pleine d'émotion!

     

    @@

     

    Je viens juste de terminer ce bouquin qui trainait dans mes piles de livres à lire, j'avais été interpellée par la couverture, le résumé et l'ensemble me donnait très envie. Une envie qui s'est un peu beaucoup flétrie -hélas - au fil des pages. C'est la première fois que je reste très mitigée sur un roman. Non qu'il ne soit pas bien écrit mais je pense que le thème qui m'avait titillé m'a en fait vite gêné.

    James est un tit gars sympa au départ qui vit dans un monde de critiques de stars, sur leurs comportements plus ou moins opportuns et il traverse son boulot d'un œil objectif et avec des principes. Enfin jusqu'à ce qu'il décide de créer un blog parlant de ces rencontres sous le nom de Roméo, il se prend au jeu de la célébrité et enchaine les rendez-vous pour l'alimenter. Des rencontres vont plus le marquer que d'autres au point de presque détruire des vies.

    Si au départ, James est léger, gentil et frivole, le personnage tombe vite dans l’excès à mon goût, l'auteur montre un  bon nombre de clichés qui ont vite été redondants. Les sorties tous les soirs dans des bars plus ou moins glauques, les fins de soirée où tout le monde vire bourrer comme si c'était la règle à Londres -ce qui m'a beaucoup fait penser à Bridget Jones- , la succession de rencards plus ou moins lugubres se finissant plus ou moins au fond d'un lit.

    L'histoire commence sur du timide, doux et un peu addictif et au fil des rencontres ça tourne à des espèces de sordides compte-rendus négatifs, noirs... et même si le roman finit sur un presque happy end assez expéditif, il me reste comme un petit quelque chose d'inachevé. C'est dommage car j'aime bien le style de l'auteur, il n'utilise pas de mots pompeux, ni vulgaires, juste surement une histoire qui ne m'a pas touché ni amusé. Rose Taylor

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sortie : 01 Juillet 2020

    Oublier la disparition d’un être cher.
    Pleurer son frère.
    Depuis sept ans, Simon s’acharne à suivre le chemin qui le mènera loin du deuil et de la tristesse. Cependant, les tortures qu’il s’inflige ne sont plus assez fortes. Son esprit, épuisé de se battre contre les fantômes, réclame plus, toujours plus, sans pour autant réussir à fuir cette réalité noire bien trop présente…
    Lorsque certains détracteurs s’en mêlent, le fil sur lequel il jouait l’équilibriste menace de céder et le gouffre se rapproche. Trop pour lui.
    La dernière étape.
    S’en sortir ou se perdre définitivement ?
    Cet homme, surgi de son passé, comme un spectre qu’il ne cesse de croiser, ne serait-il pas son unique porte de sortie ?
    Retomber amoureux de cet inconnu nommé Romuald. Mais cette fois, oser l’approcher.
    Peut-être lui parler.
    Simplement pour tenter d’exister

     

    # # # # #

     

    A chaque fois je le dis, je le pense et il en arrive un autre tout aussi fort et addictif, et encore une fois, je plonge et j'adore. Second volume de la série Men Soul qui, après Jonah's Words, a fait trembler mon cœur, pleurer mes yeux, adorer Simon et Romuald.

    Dés le départ, je suis tombée amoureuse de Simon -attention d'un amour pas sexuel - mais les premiers mots couchés de l'auteure sur son personnage m'ont chamboulé, le reste du livre m'a conforté dans le fait qu'il était le vrai héros de cette histoire à la fois tragique, romantique, amoureuse et oui même si c'est paradoxale pleine d'espoir et de vie.

    Simon a dans sa vie un jumeau Léo qu'il aime plus que tout, par-dessus tout, et  même si leurs caractères sont totalement différents, ils sont plus soudés que les doigts d'un main depuis leur naissance. C'est d'ailleurs Léo qui va le premier se rendre compte du coup de foudre, du tremblement de terre, du tsunami émotionnel que ressent Simon la première fois qu'il voit Romuald dans leur jeunesse. Il va d'ailleurs tout faire pour que Simon aille vers Romuald.

    Première grande émotion pour moi car lire ce coup de foudre, ce fut presque le vivre en direct, et là, Simon est vraiment devenu mon préféré..... Attention, la suite est tout de même un peu plus dure et compliquée. Simon est bon, gentil mais vit dans son monde, trop introverti, doué d'un talent rare pour l'écriture qui va l'entrainer vers l'âge adulte un peu vite  et une introspection quasi continuelle sur lui-même. Seul Léo le comprend, le "sauve" de ce monde un peu trop rude, trop réel pour lui. Jusqu'à ce que cet équilibre presque parfait se fissure, mettant à mal Simon.

    Au fil des pages, le malaise s'installe, on ressent tous les sentiments qu'éprouvent Simon pour son frère qui s'éloigne sans en connaitre la raison, ne lui parle plus et qui disparait tragiquement sans avoir pu épancher son cœur. Commence un long calvaire pour Simon qui lutte contre lui-même, contre ses pulsions, et contre ce frère qui l'a abandonné sans lui avoir parlé de ce mur dressé entre eux.

    Comprendre Léo sont les derniers souhaits de Simon et ça va aussi le ramener à Romuald, l'élu de son cœur depuis l'âge de quinze ans.

    Je pensais naïvement que l'histoire de Romuald ne pouvait pas être plus dure, plus émouvante que celle de Jonah vu qu'il apparait en toile de fond dans ce premier volume, mais que nenni je m'étais bien trompée, elle est aussi émouvante peut-être même plus à mon humble avis.

    Traverser les épreuves, tout le monde le fait, vivre des instants tragiques tout le monde le vit, mais cumuler encore et encore les douleurs sans en comprendre l'origine est l'enfer dans lequel Simon se débat et par extension Romuald. Le récit de leur histoire va les guérir tous les deux, les lier à jamais et les faire s'aimer pour toujours.

    Ce n'est pas un roman noir, des pages sont tristes, voir très tristes mais ce qui en ressort c'est l'espoir, le renouveau et finalement le bonheur, l'amour, la passion, et plus que tout la sérénité et Léo. Je suis passée par une sacrée palette d'émotions allant de la joie à la tristesse, de la rancune à la compréhension et surtout aux larmes pour l'espoir qu'a fait naître ses successions de mots formant une histoire dont on ne sort pas indemne. Ma chronique m'a d'ailleurs pris du temps, le temps sans doute de digérer et de comprendre les émotions que le livre de Marie HJ a encore une fois créé en moi.... Autant dire que je ne peux que le conseiller fortement. Rose Taylor 

    Merci à Marie HJ pour ce merveilleux SP.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sortie : 01 Juin 2020

    Éditions : Homoromance

     

    En un an, Laurent a découvert que l’amour avait plusieurs facettes : fraternelle, amicale, bienveillante. Qu’une famille ne se définit pas par les liens du sang mais par les actes et l’acception de ceux qui l’aiment. Mais surtout, Laurent a découvert que l’amour peut se jouer sur un simple regard. Que l’amour avec un grand A, ne se définit pas par les apparences mais par les sentiments.Alors qu’il s’accepte enfin, il est décidé de ne plus laisser sur le bord de la route toutes ces personnes qui l’aiment. Il arrête de fuir et vit, tel qu’il est, sans faux semblants.À l’aube de la vie, Laurent aura besoin de tout cet amour pour le guider à travers les ténèbres qui l’attendent. Car une chose est sure, rien n’est jamais acquis.

     

    @@@@

     

    Laurent a enfin réussi à accepter son virage sentimental, il a beaucoup réfléchi, discuté avec ses proches et son cercle d'amis, il est serein et maintenant en phase avec lui-même. Il rentre donc dans le sud pour retrouver Gabriel et vivre au grand jour son amour pour lui. Tout semble se déroulait comme il le désirait même au boulot où son patron est un modèle de tolérance  et de soutien.

    Mais voilà, c'est à ce moment que Gabriel décide de fuir, sans savoir tous les pas que Laurent a fait vers lui. Et ce dernier en pâtit, il veut tout faire pour montrer sa détermination à Gabe mais la route pour se retrouver sera semer d'embûches.

    J'ai retrouvé avec grand plaisir cette petite tribu d'amis, d'amoureux, de copains, de parents interagissant tous ensemble autour de Laurent. Laurent qui reste au centre de ce volume avec un virage complet dans sa sexualité, qui découvre la tolérance chez les autres ou pas. Emy Bloom raconte leur histoire à Laurent et Gabe avec une grande tendresse, et un amour infini comme on aimerait bien tous partager. On n'a moins la découverte de leur univers mais plus l'approfondissement de leurs liens. Les amis sont encore plus proches et doucement le cercle s'élargit, la famille est mieux comprise et plus apte à elle-aussi tolérer les différences. Le roman s'oriente sur l'acceptation des différences quelles qu'elles soient.

    Dans la seconde partie du livre, une fois que l'amour est installé, le quotidien paisible et tranquille bien ancré, une  nouvelle tourmente va bouleverser leur vie. Ils vont devoir puiser dans toutes leurs ressources pour affronter une des plus dures épreuves de leur vie. On part donc dans un tout autre domaine de peines et de tristesse: la maladie. L'auteure aborde encore un sujet très douloureux qui n'arrive pas qu'aux autres et qui peut débouler dans une existence sans préavis.

    Au fil des pages, on ressent tout le chagrin qui en découle, à la simple pensée de l'issue possible, de l'espoir qu'on essaie de ressentir malgré la tourmente. Cette seconde partie est bien moins légère que le premier volet, elle creuse plus dans les méandres des facéties qu'apportent la vie.

    Malgré tous les sentiments qu'apportent la lecture aux vues des détresses des différents personnages, le roman reste une ode à l'amour, à la compréhension, à la tolérance qui boucle l'histoire de cœur de Laurent et Gabriel.  On passe un très bon moment avec eux, donc n'hésitez pas à aller à leur rencontre. Rose Taylor

    Merci à Emy Bloom pour son SP.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Et bien on pouvait dire que je l'attendais celui la!! Et pas qu'un peu! 

    Sorti le 21 Mai 2020 chez Mix Editions, Tout aimer de toi de Claire Some me tombe dans les mains, les neurones et le coeur ...comme son prédécesseur, il me chamboule et fait de moi une véritable obsessionnelle compulsive de cette auteure.



    Tout aimer de toi de Claire SomeLe pitch: 

    Paris, 2020. Probabilité de rencontrer l'homme de sa vie en allant faire des courses au supermarché en bas de chez soi ? Plutôt minime.

    C'est ce qui arrive pourtant à Raphaël et Arthur, un vendredi soir, entre deux packs de bière et une salade au prix exorbitant. Un coup de foudre, un coup de cœur, le genre de truc évident qu'on espère sans y croire vraiment. Ça pourrait devenir une histoire d'amour comme une autre si Raphaël n'était pas un homme particulièrement à l'aise au lit, tandis qu'Arthur, lui, est asexuel et ne compte pas changer.

     

     

     

     

                                                                            *****

      

    En premier lieu, je vais m'excuser  par avance pour cette chronique surement un peu longue (quand on aime on ne compte pas dit-on ) et surtout parfois assez brouillonne car pas mal de points que je souhaite aborder peuvent être également un risque de spoil, cela va donc être assez délicat d'en parler ! 

      Tout d'abords, et pour ne laisser aucun suspens, j'ai adoré ce roman: retrouver presque le même engouement que dans son premier bébé était pour moi presque inenvisageable et pourtant c'est le cas. J'ai aimé exactement les mêmes caractéristiques  qui pourtant ici n'ont pas les mêmes traits ou saveurs et rien que cela, ca m'a complètement subjugué. Je le disais d'une façon plus légère dans ma première chronique mais je suis réellement tombée en amour pour la plume de Claire. 
      Sa façon de la faire glisser sur le papier comme sur mes émois, cette poésie (ici beaucoup plus urbaine) sous jacente qui dresse décors, personnalités, événements, constats et intrigue d'une manière toujours très vaporeuse et en même temps tellement incisive. La finesse du propos est toujours présente tout comme la visualisation de sa narration intuitive. J'entends à nouveau cette voix off tout du long et je retrouve l'ongle de mon pouce que j'avais dévoré pendant son dernier écrit. Elle me séduit avec beaucoup et me captive avec très peu. Il est parfois difficile de parler des mots de quelqu'un d'autre quand ceux ci vous pénètrent sans que vous puissiez mettre le doigt sur le pourquoi. Sa plume est de facture classique avec ce quelque chose de vivant qui anime les personnages et leur histoire au delà d'un déroulement , d'un enchaînement ou de la profondeur d'un scénario. Elle accrochait nos coeurs avec ses points d'interrogation dans 15/30/45 et ici elle scotche nos sentiments à coup d'étiquettes. 

    Aborder la thématique d'un couple sexuel/ asexuel est un pari risqué. Risqué parce les préférences sexuelles aujourd'hui sont diverses, plus ou moins reconnues , acceptées, comprises ou jugées. Moi même en tant qu'hétéro sexuelle je porterai forcément un jugement, une vision codifiée par mes propres conceptions ou préjugés. C'est pourquoi j'ai décidé de parler de cette thématique uniquement sous l'angle choisi par l'auteur, sous le prisme des personnages concernés et décrits. Je ne suis en aucun cas habilitée à poser une réflexion sur un sujet que je ne maitrise absolument pas. Donc comme pour tout roman je me contenterai de juger le contenu romanesque, et fictif, du sujet (après tout c'est aussi ce que je fais pour les autres je ne vois pas pourquoi ici je devrais déroger à la règle). Je comprendrais en revanche que les catégories concernées aient un tout autre regard sur ce roman tout en espérant qu'il reste bienveillant comme l'est cette histoire.

      Arthur est donc asexuel, assumé, plutôt bien dans sa vie et son quotidien. Raphaël est sexuel, tout aussi bien dans sa vie et sa propre routine. Une caisse de supermarché, une marque de bière commune et voilà qu'une histoire improbable aux yeux de beaucoup commence. Une histoire douce, de coup de foudre, de complicité et d'un amour que l'on envisage sous une autre forme, un autre concept, une autre expression. Un amour fort, puissant, naturel et pourtant de ceux qui vous demande de déplacer vos montagnes intérieures de certitudes pour pouvoir lui donner une chance d'exister. 
    L'auteure nous dessine deux beaux personnages, sympathiques et attachants, émargés des contingences physique ou sportives trop souvent évoquées pour faire dans la masculinité oue le gay de fiction Il est difficile de se projeter sur l'un ou sur l'autre et cette équité est assez plaisante de sorte qu'on se détache un peu de nos propres désirs pour ne se plonger que dans ce qu'elle nous propose. La petite étincelle de la rencontre et de l'attente de soir de fête de Raphaël est un pur moment de vie, de réalité et de sentiments à peine esquissés et pourtant si percutants. Claire Some c'est la douceur des choses, des mots , des frissons : de ceux qui vous font sursauter à lire un simple regard sur une lèvre mordue discrètement!
    Chaque personnage a bien entendu son histoire faite de troubles ou de bonheur, un passé qui les construits sur des bases plus ou moins équilibrées mais qui dressent des adultes accomplis et réalistes quand à leurs travers. Arthur semble presque parfait comme il peut l'être aux yeux de Raphael et cela laisse un gout troublant que j'espere pouvoir affiner dans le second tome. 

      Cette dualité sexuel/ asexuel on sait tous les questions qu'elle amène (et je ne parle des faux problemes de gens coincés ou traumatisés mais de vraies natures pleinement revendiquées ou ressenties) quand on est ignorant comme moi dans le domaine et je dois dire que le roman de Claire Some aborde beaucoup de ses question avec naturel et délicatesse. Elle évite aussi l'écueil du jugement hâtif et des comportements agressifs pour rester au coeur du sujet. La grosse question qui tue? Comment est ce que ca peut marcher ? Et c'est toute l'intensité du livre. 
      Là où nous sommes habitués à une tension amoureuse, sexuelle ou purement romanesque ici c'est la pure survie du couple dont il est question. Et c'est drôlement prenant je l'avoue je n'ai pas laché le truc avant de l'avoir fini. J'avais eu cette terrible addiction dans son dernier roman et j'en avais été tellement surprise que j'en avais parlé pendant des jours autour de moi. Comment peut on maintenir en haleine avec si peu de rebondissements?  De l'adaptabilité de chacun, de l'impact des autres et de ce que l'on est soi même prêt à accepter par amour. Et je dois dire qu'elle sait merveilleusement créé cette tension et nous tenir captif au fil de ses phrases magiques. Arthur, comme il est dit, ne cède pas, Raphaël n'est pas dans une optique de forcing et tout l'enjeu du fil narratif est de comprendre la délicatesse des concessions qu'il est acceptable de faire ou non. 

    Sur ce point je pourrais m'étendre et poser beaucoup de questions mais malheureusement ce serait également, à mon sens, en reveler beaucoup sur l'intrigue. C'est un premier tome qui donne le beau rôle à Raphaël sans pour autant écorner la fraîcheur  et la sincérité d'Arthur. J'espère voir un tome 2 avec une balance un peu plus juste (comment cela sera possible est toute la question) car ici on a clairement un des deux personnages qui pâtit plus que l'autre de la difficulté de la situation malgré tout son amour. on attend de voir une approche moins autocentrée sur Arthur et une réelle révelation sur la résolution de leur construction amoureuse.

    Pour conclure c'est un roman d'une grande douceur, d'une belle sincérité et une tentative courageuse qui nous permet de découvrir tout un panel de possibilité et d'approche du couple, le tout habilement mené par une histoire qui ne faillit pas, ne faiblit pas et vous laisse la sensation d'être pire qu'une junkie arrivée à la dernière page. 

    Ca sera le seul point noir pour moi d'avoir à attendre plusieurs mois pour avoir la suite, je crois détester de plus en plus d'attendre surtout quand je tombe amoureuse à ce point  d'une auteure. 

    Claire Some, c'est mon ovni à moi dans le MM, de ceux que je montrerai avec fierté dans ma bibliothèque et de ceux qui reste encore et toujours à graviter dans mon petit cerveau nébuleux ! Je vous le conseille,  je vous le recommande, on a de bons auteurs français et on a parfois de vraies merveilles parmi eux, il est grand temps de les sortir d'une discrétion trop injuste. Yop

    PS: oui je suis fan , mega fan même, mais je ne suis absolument pas une copine de l'auteure sinon j'aurais déjà la fin de l'histoire entre les pattes vous pensez bien. 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre : Premier Pas (Coastal Carolina #1)

    Auteure : Shira Anthony 

    Éditeur : Juno Publishing

    Sortie : Avril 2020

     

     

    Pitch : 

    Le premier pas est le plus difficile. Après un scandale, le journaliste politique New-Yorkais Reed Barfield se terre sur la côte de la Caroline du Nord, écrivant une histoire sur l’industrie des fruits de mer. Mais ce sont les pilotes du port de la rivière Cape Fear qui captent son intérêt – des hommes qui sautent par-dessus trois mètres de vide dans l’océan pour saisir une échelle de corde et guider d’énormes porte-conteneurs dans le port. Les hommes comme Justin Vance, sexy mais irritable.

    Après avoir survécu à une enfance violente et à un engagement dans la marine, Justin n’est pas perturbé par son travail dangereux – c’est certainement plus facile à affronter que les questions agaçantes de Reed. Il n’est pas sorti du placard au travail et il n’a pas besoin que Reed se penche sur sa vie personnelle ou son passé.

    Mais Reed est habitué à user de son charme considérable pour obtenir ce qu’il veut, et lorsqu’il a Justin à l’usure, ils se rendent compte qu’ils ont beaucoup en commun et qu’ils aiment passer du temps ensemble. Cependant, aller au-delà signifie que Justin avoue sa sexualité et fasse confiance à Reed pour garder ses secrets – si ce dernier décide de rester. Les deux hommes veulent un avenir ensemble, mais peuvent-ils trouver le courage de faire le premier pas ?

     

    Voilà un pitch qui ne met pas vraiment en valeur les atouts de ce roman…  Au contraire de ce que l’on pourrait penser à la lecture de cette intro, « Premier pas » n’a rien d’une romance banale, transposée dans un univers un peu « spécifique », juste pour offrir la pointe d’originalité indispensable.

    Shira Anthony a su parfaitement renouveler ce qui peut être considéré comme un choc culturel entre deux personnages issus de milieux très différents et cela, sans tomber dans les clichés habituels à ce genre d’improbables rencontres. 

    Tout d’abord, Reed Barfield, un journaliste en délicatesse avec la sphère politique où il évolue d’ordinaire et qui se voit envoyé dans un lieu paumé pour un reportage a priori sans envergure. La première caractéristique du personnage est d’être un véritable professionnel, à la fois enquêteur et photographe : il ne se limite pas à des bribes susceptibles d’offrir un scoop, et travaille au contraire son sujet à fond… Alors, oui, Reed est curieux, peut-être un peu fouineur, mais il sait aussi où s’arrêter. Une très bonne surprise ce personnage : intuitif, honnête, capable de se fourrer dans les difficultés, de se mettre en danger sans le réaliser. Chanceux, il va croiser à plusieurs reprises un « bon » et très séduisant samaritain : Justin Vance. L’homme, doté d’un sale caractère, n’apprécie pas qu’un inconnu l’étudie de trop près. Passionné par son métier de pilote, immergé dans cette activité qui l’expose au danger à chaque sortie en mer, Justin dissimule aussi des failles. 

    Et bien sûr, mis en présence de Justin l’irascible, Reed l’intrépide va s’intéresser à ce métier de pilote, exercé dans des conditions parfois extrêmes. S’accrocher à une simple échelle de corde pour grimper sur un énorme navire et le guider dans des eaux difficiles, réclame plus que des nerfs d’acier. Sommé par sa hiérarchie de coopérer avec le journaliste, Justin ne lui facilitera pas la tâche et les entretiens donneront lieu à de savoureux échanges. Rien qui puisse décourager un journaliste de la trempe de Reed. 

    Comme dans toute romance qui se respecte, l’attirance entre les deux hommes va s’affirmer, mais en douceur, sans précipitation. La retenue de Reed, la pudeur de Justin, des aspects qui offrent du relief à des personnages pas exempts de sensualité, qui sauront tout d’abord faire taire des envies primaires pour construire une relation sur des bases saines.

    Shira Anthony est parvenu à déployer un décor crédible, un environnement riche, avec des personnages secondaires intéressants et des situations stressantes, décrites sans fausses notes. L’auteure se sera sans aucun doute appuyée sur de solides recherches et les exploite avec finesse pour nous proposer, entre autres, la découverte d’un milieu peu connu.

    L’on achève ce roman avec le sourire, une forte envie de grands espaces, d’embruns, d’air marin, de soleil, mais aussi la conscience que face à la puissance de l’océan, un homme n’est rien qu’un fétu de paille.

    À noter une traduction tout à fait correcte qui valorise le texte, mais une couverture pas assez en correspondance avec l’histoire : elle aurait gagné à plus de luminosité.

    Claire

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Gayscort Agency #1 : Owen de Marie HJ

    Sortie : 01 Mai 2020

    GayScort Agency.
    Notre désir : Votre plaisir.

    Tout le monde poursuit un rêve dans la vie.
    Celui de Lou se résume en quatre lettres : O.W.E.N.
    C’est peut-être la solution la plus simple, finalement. Fantasmer sur l’inconnu, idéaliser sans risque,
    rêver de cet homme sans le connaître, si ce n’est son goût prononcé pour le Latté Noisette, spécialité de Lou.
    Cependant, lorsqu’une carte de visite tombe entre les mains de meilleurs amis bien intentionnés, l’utopie se rapproche dangereusement du champ des possibles et le monde du jeune étudiant menace de basculer.
    Toucher du doigt (ou de plusieurs, si possible) son idéal, tomber follement amoureux (comme si ce n’était pas déjà le cas), perdre pied (ça, ce n’est pas vraiment une nouveauté non plus), tout en espérant une happy end ?
    L’histoire est-elle réellement envisageable, franchement ?

     

    @@@@@

     

    Ce que j'adore, en premier lieu, chez cette auteure c'est sa capacité à changer de genre d'un livre à l'autre, de passer d'un sujet difficile comme le handicap, le mal-être adolescent à un camp de vacances, ou  encore à un journaliste abonné au russe et au bonne sœur  et toujours, toujours tombée à pieds joints dans ses mots. Et cette nouvelle histoire ne fait pas exception.

    Même si le titre met en exergue Owen, mon cœur va balancer pour Lou l'autre moitié de ce duo qui sur le papier au départ semble plus qu'improbable. Lou est à la fois étudiant et spécialiste du latte noisette dans un petit café, il est jeune, timide sauf avec ses amis, un peu gauche quant à nouer des relations amoureuses et en manque d'affection et d'amour. C'est ce qui va pousser ses amis à lui offrir une soirée avec un membre de la gayscort agency. Cette agence est tenu par le canon qui prend tous les matins un latte noisette à Lou et qui aimerait le connaitre mieux.

    Mais aux yeux de Lou, Owen est l'archétype du mec bien dans ses baskets, sûr de lui, de son charisme et quasiment inatteignable, il ne peut que fantasmer sur lui au point de se frustrer lui-même. Quelle n'est pas sa surprise quand il découvre, dans le catalogue de la gayscort agency, son profil là à porter de clic ...

    Ce qui, à première vue ne pourrait être qu'une histoire d'attraction, de phéromones, de chaleur se révèle aussi une tranche de vie sur les apriori, la notion de famille et les liens qu'on peut ou ne pas avoir avec elle.  Comme à chaque fois, le roman mêle pleins de sentiments, mais ce qui ressort de ce livre -surtout en cette période un peu trouble et triste- c'est de la joie, des situations dans lesquelles se fourre Lou sont souvent tellement drôles, que le rire devient le sentiment principal de cette histoire.

    Je ne peux que vous conseiller cette lecture pour passer un excellent moment, le bonheur qui en ressort est plein d'amour, d'humour et de sourires.Idéal pour se changer les idées de la meilleure manière qui soit. Rose Taylor

    Merci à Marie HJ pour ce chouette SP.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 02 Avril 2020

     

    Griff

    J’ai appris très tôt que le moyen le plus simple d’éviter un cœur brisé est de toujours être le premier à franchir la porte. Prendre soin de quelqu’un ou de quoi que ce soit implique d’être déçu. C’est pourquoi j’évite les relations et je cours après les contrats freelances – écrivant des critiques culinaires en prête-nom et des articles sur l’efficacité des phrases de dragues ringardes – au lieu de courir après mes rêves.

    En outre, les rêves ne se réalisent pas pour des gens comme moi. Et personne, pas même le barman sexy en diable du club ne peut me convaincre du contraire. Parce que je ne mettrais plus jamais mon cœur en danger.

    Sam

    En tant que barman, j’ai vu un million de dragueurs à l’œuvre, mais aucun n’a autant de talent que Griffin Marian. C’est un charmeur, promettant du bon temps. Sortir avec lui était censé n’être qu’une aventure. Je n’étais pas censé me soucier de son passé fracturé ou de ses rêves enfouis. Je dois seulement m’inquiéter de mon propre avenir, surtout après que ce stupide critique culinaire a sabordé mes espoirs d’ouvrir enfin mon propre restaurant.

    Mais plus je passe de temps avec Griff, plus je commence à réaliser que mes projets ne signifient rien sans lui. Si seulement je pouvais le convaincre de nous donner une chance de poursuivre nos rêves ensemble.

     

    @@@@@

     

    Quatrième volume d'une série dont je suis bien fan, bourré d'humour, de personnages haut en couleur tant dans le délire que dans les souffrances ayant des tas d'interactions loufoques tirant les rires .

    Griffin -Griff - est un journaliste free-lance qui écrit sur tout un tas de sujets différents un peu comme ça tombe. En ce moment, il enquête dans les bars sur des techniques de drague plus ou moins lourdingues, enfin les bars surtout un où il fait la connaissance du barman grand et sexy Sam. Si Griff a repéré Sam, ce dernier est lui-aussi intrigué par le manège de Griff  tant par son comportement que par ses façon peu subtiles d’appâter les hommes.  Petit à petit, une connivence s'installe, une intimité se crée à tel point que Sam tombe très vite dans les filets de Griff. Lui a plus de mal à se livrer, à envisager du sérieux et même à mettre un nom sur l'étrange relation qu'ils développent tous les deux.C'est avec persévérance et abnégation que Sam va percer, petit à petit, la carapace de Griff tout en se mettant à nu lui-même. La confiance sera le point d'orgue de cette relation.

    C'est la suite de cette série familiale faite d'une tribu de neuf enfants et où l'on apprend à connaitre Griff l'un des enfants adoptés par les Marian. Du fait de son passé difficile, il tente de cacher ses blessures, ses cicatrices et son manque de foi en lui aux yeux de tous, de sa famille comme de ses amis. Mais l'avènement de Sam va changer la donne.

    L'auteure nous embarque dans un univers un peu moins rose, moins protecteur que pour les précédents tomes. Bien que Griff soit désormais un Marian, il a d'abord été l'enfant d'autres parents qui l'ont rejeté, maltraité et amené à des extrémités pour survivre telles qu'il en porte encore des séquelles. Apprendre à comprendre les souffrances de Griff est la mission que se donne Sam même si il redoute les révélations qui lui seront faites, il est bien décidé de se battre pour porter vers le haut cet homme qui l'a chamboulé tout entier.

    Même si l'humour inhérent à cette famille complètement déjantée et addictive est bien présent et apporte toujours sourires et fous-rires lors de la lecture, le sujet principal reste tout de même pesant à savoir l'isolement, la faim, l'abandon, la solitude, la peur au ventre... Un tome bien émouvant pour les deux personnages au parcours douloureux et difficiles pour l'un comme pour l'autre mais dans des registres différents. On y trouve tout de même son lot de bonheur, de chaleur et d'amour.

    La dynamique des Marian est toujours le point culminant du bouquin avec une famille qui ne fait que s’agrandir pour mon plus grand plaisir. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce SP

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • À cœur brisé rien d'impossible de Mathieu Bastien

    Editions : MXM Bookmark

    Sortie : 8 avril 2020

    En cette fin d’été, fuyant la chaleur écrasante de la Californie, Tom et son petit ami Dylan font route vers Trenton quand le destin en décide autrement. À quelques kilomètres de leur destination, le pire se produit.
    L’embardée. Les tonneaux. Le choc. Le néant. Quelques jours plus tard, Tom se réveille. Dans une chambre d’hôpital. La douleur se fait plus insupportable encore lorsqu’il apprend que Dylan est plongé dans un profond coma.
    Tiraillé par la culpabilité, le chemin vers la guérison sera longue et difficile. En plus des blessures physiques, les plaies béantes de son âme auront aussi besoin d’être pansées.
    Entouré des proches de Dylan et soutenu par Matthew, un infirmier aussi jovial qu’intrigant et bien décidé à le pousser dans ses derniers retranchements, Tom va devoir se reconstruire.
    Mais sera-t-il prêt à livrer bataille contre ses propres sentiments et à accepter un avenir bien différent de ce qu’il avait jusqu’alors imaginé ? Quand un os se fracture, on l’immobilise pour qu’il se répare. Quand un organe est atteint, on opère, on traite, on suture.

    Mais quand le cœur se brise, se réduit en miettes, existe-t-il un remède ?

     

    &&&&&

    Je savais que ce serait un livre triste, que ça parlerait de perte et d'accident. J'ai quand même eu des difficultés à le terminer. Peu ou pas de joie, mais l'histoire d'une reconstruction difficile d'un homme qui a tout perdu. C'est peut-être l'immersion du point de vue exclusif de Tom qui m'a épuisée je sors un peu mitigée de cette lecture.

    D'un côté, on a un récit dramatique bien écrit, qui explore les conséquences d'un accident terrible. L'auteur parle du deuil, de la famille, de la maladie, du coma, ce sont des sujets que je n'avais jamais lu en romance et c'est l'aspect le plus réussi du roman. Il y a de nombreux flash-back sur la vie de Tom qui viennent s'intercaler entre les chapitres, sa vie d'avant avec Dylan, leur rencontre et leur vie de couple. C'est bien dosé. La romance arrive plus tard, elle est bien décrite hormis certains passages qui m'ont fait rager (oui, rager), tout se tient, il n'y a pas d'incohérences. Je ne suis pas non plus experte du milieu médical pour juger toute la première partie qui m'a paru correcte. En revanche, j'ai était choquée par le début du livre et la retranscription de l'accident, des visions de Tom et son réveil. C'est vraiment un passage bien écrit, très marquant.

    Par contre, il y a des choses qui m'ont agacée. Une accumulation de détails qui passe par des expressions toutes faites et éculées (virilité triomphante, etc...), des dialogues sirupeux, un peu pompeux, qui ont l'air formatés, le sexe très présent dès le début comme s'il fallait placer des scènes ici et là encore et encore comme si on ne pouvait pas montrer autrement la complicité des personnages, les monologues de plusieurs pages de Tom qui m'ont fait lever les yeux au ciel (je déteste les hommes trop bavards) et surtout : la fin. Enfin, un élément de la fin, un truc facile et décevant pour moi dans un livre de ce genre.

    Je dirais que c'est un livre bien écrit, relativement bien rythmé, assez réaliste (le fond est bien traité même si la forme m'a parfois déplu) avec des personnages secondaires attachants. Ça reste quand même sombre, très sombre, triste en dépit du message d'espoir (accrochez-vous ) et je regrette l'absence de légèreté ou d'humour qui aurait allégé l'histoire, apporté un peu d'oxygène à ce récit très sombre et émotionnellement très dur.

    Mathieu Bastien est un auteur que je prendrai plaisir à relire, j'ai vraiment adhéré à certains passages, moins à d'autres, mais "À cœur brisé rien d'impossible" reste une lecture éprouvante qu'il faut être dans le bon état d'esprit pour apprécier.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique