• Pour une fois c'est une couv sympa et un titre plutôt créatif (on a assez de truc de mauvais gout dans le domaine faut se l'avouer hein!) qui m' avaient titillé le cortex et guidé mon choix vers la lecture d' Egotique Romantique de Flor Abril publié en 2017 chez MxM Bookmark .

    Egotique Romantique de Flor Abril

     Le pitch:


    Diego Vidal est le fils du PDG de Vidal DITEX Industry, une importante entreprise à la pointe au niveau marketing. Et forcément, lorsqu'on est riche, beau, et particulièrement imbu de sa personne, on ne peut que s'attirer des détracteurs. Mais Logan, un étudiant en dernière année de Marketing en stage chez Vidal Industry, semble voir chez lui une facette de sa personnalité qui échappe aux yeux les moins aguerris. Il le trouve amusant.Commence alors un étrange jeu de séduction.

     

     

    Egotique Romantique de Flor Abril

     

     

    Le charme principal de cette histoire, outre la romance que l'on attend toujours bien évidemment, réside essentiellement dans la personnalité atypique de son héros principal.
    Un Diego Vidal ,pas si libre que ça dans sa tête et à l'ego surdimensionné qui de prime abords pourrait laisser imaginer un être détestable alors que nous avons affaire à un jeune homme attachant et déstabilisant dans son rapport à lui même et aux autres .

    On assiste, par le biais d'une écriture plutôt classique et sans surprise , au début de sa relation avec Logan (décidément ce prénom semble planer définitivement dans le monde de la romance) qui peu à peu tombe sous le charme de cette intelligence hors norme que présente Diego.

    Un Logan qui me surprend tant son passage d’hétéro à homo semble se faire sans se poser aucune question ,un peu comme toi tu vas passer du thé au café en fait .Son attirance pour un homme ne semble pas vraiment être traitée dans le livre (ou alors j'ai loupé un truc sur une relation gay de son passé) et c'est assez dommage car sans forcement tomber dans le drame shakespearien du questionnement ,il est toujours intéressant de lire une découverte d'un personnage sur ses aspirations et désirs . Une ou deux scènes ou ce cher stagiaire cherche des explications sur le web suffiront à parfaire ses connaissances dirait on!

    La nature asociale de Diego et son tempérament d'enfant à haut potentiel sont un alibi suffisant pour que les normes officielles de la romance soient tolérables même si on retrouve à mon grand regret tout le dresscode de la romance M/F (la méchante fifille que l'on croit être sa rivale entre autre ou le héros pas prêt ,pas encore prêt ,bientôt prêt mais pas tout a fait par exemple ).
    Si Logan est plus distant et plus discret qu'un héros super sexy habituel (et on apprécie aussi cet aspect) , on a cependant un peu de mal a lui trouver une vraie personnalité .Ce coté montagnes russes au moindre prétexte , choix pas toujours heureux d'un point de vue scénario, rend le tout un peu moins prenant et le coté facile de la trame romanesque , à nouveau, renforce une impression de déjà vu qui m'a poussée à arrêter la romance M/F .
    Diego,héros flamboyant et étouffé à la fois, nous parait du coup, par ses faiblesses et ses qualités, plus proche et plus humain et on se laisse aller à vite ressentir une certaine tendresse pour lui.

    On pourra également trouver un cote un peu immature à nos deux héros , surtout sur un plan relationnel et amoureux alors qu'ils sont à un age ou on saute sur tout ce qui bouge mais le fil de l'histoire rend les choses toutefois assez plausible. Il est également dommage que les personnages secondaires soient un peu laissés en carafe car l'auteur avait fait  le choix ,pourtant, d'en créer avec des personnalités plutôt intéressantes.

    De la chaleur, du paroxysme, du cœur fébrile c'est à la fois mignon comme tout et en même temps ça a ce petit cote suranné sur lequel on ne crache pas toujours. Ça se répète, sans jamais vraiment monter en tension, et si l'on n'est pas véritablement transporte , on se laisse quand même bercer par cette grosse histoire bien romantique, bourrée de frisson, de battements de cœur, de hoquets et de fièvres corporelles. Yop.

     

    Egotique Romantique de Flor Abril

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2Jci61j


      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Davo est un type assez moyen. Il a un travail décent, possède sa propre maison et passe ses week-ends au pub. Il accepte pleinement son homosexualité, mais ne veut pas être un de ces gays qui sont girly. Il aime le football australien et d’autres activités masculines et évite fermement tout ce qui pourrait être considéré comme féminin, y compris les relations qui durent plus de quinze minutes.

    Puis, son ami et idole gay se trouve non seulement un petit-ami, mais adopte également une petite fille. Davo est sérieusement effrayé et se précipite au pub. C’est là qu’il rencontre Lee, mignonne de ses cheveux auburn à sa jolie petite robe et ses chaussures rouges pointues. Davo est charmé, mais comment est-ce possible? Il est gay, n’est-ce pas ?

    Puis, Lee lui dit qu’il est en fait un homme, qu’il aime juste porter des vêtements de femme de temps en temps. Tout à fait confus au sujet d’une attraction si éloignée de son caractère, Davo entame le long voyage pour apprendre à s’accepter sans se soucier de l’opinion des autres.

    Date de parution: septembre 2017       Publié par: Dreamspinner Press

     

    Seulement pour toi    de Renae Kaye

     

    Une lecture qui n'a rien d'extravagant ou de tapageur. Une lecture qui se lit tranquillement. Un récit dans lequel les personnages sont attachants, surtout pour le personnage principal de cette histoire Dave. Dave qui préfère que ses amis mâles l'appellent Davo. Davo qui est gay mais qui se refuse à côtoyer tout un monde de roses et de froufrous par peur d'être contaminé par une gay attitude qui le priverait de sa virilité au yeux des autres. Un personnage qui pourtant se remet en question grâce à une rencontre. Lee. Et, c'est seulement pour lui,que son monde commence à basculer. Pas dans quelque chose de sombre, bien au contraire. Dave accepte peu à peu Lee et sa façon d'être, Lee et ses robes. Enfin, c'est Dave lui-même qui accepte peu à peu les facettes plus colorées de sa propre personnalités qu'il avait si profondément enfouies en lui dans son enfance. Lee, qu'il considère comme son petit ami, l'amène à se retrouver. 

    il y a un humour bien présent dans ce roman. Cela commence par Dave qui ne peut s'empêcher d'interroger madame magic 8 ball sur tous les aspects de sa vie. En passant par quelques moments de baby-sitting mémorables. Oui, ce roman comporte de bons moments.  D'ailleurs, je n'ai pas fait attention en jetant mon dévolu sur lui mais c'est un hors série d'un titre nommé 'Le Tav'. Je ne connaissais rien des antécédents des personnages gravitant autour de Dave. Aucun soucis niveau compréhension de lecture. 

    Pour résumer: une lecture sympathique qui m'a fait passer un bon moment. Une lecture facile, légère et ça fait toujours du bien.

                                                                                                                              Manon

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2LWwwjE

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • En bonne fan de Mary Calmes , je me jette toujours plus ou moins rapidement sur ses sorties. Venant juste de finir avec frénésie son On ne sait jamais , j'ai donc enchaîné avec Les jours Bleus sorti en Avril 2018 chez Dreamspinner Press, une nouvelle de 99 pages traduite par Zoé Callaghan.

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)Le pitch:
    Tomber amoureux d’un collègue est rarement une bonne idée, surtout pour un homme qui obtient une dernière chance de sauver sa carrière. Mais dès l’instant où Dwyer Knolls rencontre le beau Takeo Hiroyuki, socialement inadapté, il semble destiné à ne prendre que de mauvaises décisions.
    La vie de Takeo est une série d’échecs pour tenter de plaire à son père, un Japonais très conservateur. Malheureusement, prendre sa succession dans les affaires s’avère aussi difficile pour Takeo que de devenir hétéro. En fait, il n’excelle que dans un domaine : remarquer Dwyer Knolls.
    Quand Dwyer et Takeo se rendent à Mangrove, en Floride, pour un voyage d’affaires en vue d’acheter un domaine, leur amitié hésitante s’enflamme et prend une tout autre dimension. Leur soudaine connexion sera-t-elle suffisamment solide pour jouer leur futur, ou devraient-ils mettre cela sur le compte d’un étourdissement inspiré par la brise bleue de l’océan ?

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)

    On est plutôt agréablement surpris au départ par le choix du personnage inhabituel chez Mary Calmes : un héros asiatique, Takeo, timide et maladroit, loin des yakuzas surmembrés que l'on croise souvent, aux antipodes de ses héros charismatiques (jusqu'à l’écœurement parfois), musculeux énergiques et carrément bandants dès la première ligne.
    Ici, on a certes le gentil américain bourré de ..tout en fait comme toujours et on a ce fameux Takeo directement sorti de l'imaginaire graphique d'un boys-love de base et on va pas forcement s'en plaindre .
    Passons donc à l'histoire : heu... mais elle est où au fait l'histoire ?
    On a deux beaux mecs, un voyage , un B&B pittoresque , une chambre louée (bah oui quoi faut que ça chauffe hein !! ) et voilaaaaaaaaaaaaa! Tadaaaamm ! Là, tu sais déjà tout ,lecteur et j'ai même pas le temps de spoiler quoique ce soit !!

       On ne sait clairement pas où on va avec ce roman (qui a dit droit dans le mur?? )! Deux personnages, visiblement déjà amoureux depuis un moment qui passent bruyamment leur temps dans leur chambre d’hôtel, un papa pdg pas content et toujours pas la trace d'un fil conducteur digne de ce nom. On tombe donc rapidement dans un "parkour baise " effréné qui , même si je ne crache jamais dessus, ne se justifie en rien si ce n'est pour noircir des pages .
       Des dialogues à répétition (on trouve ça souvent chez l'auteure et la plupart du temps, c'est plutôt bien fait ) qui me laisse supposer parfois un problème de surdité chez nos deux chéris.
      Un récit où l'idéal est le maître mot: on tombe son patron comme une mouche, on démissionne et on retrouve dans la foulée un taf de rêve, on achète une jolie maison en bord de plage parce que, quand même, la proprio est super cool et qu'a tous les coups elle va te faire un super prix! Alors oui, je lis pour rêver, parfois c'est vrai, mais la plupart du temps j’espère aller plus loin que le pays des bisounours.
    J'aurais beaucoup apprécié une présence plus importante de l'un des personnages de la saga Question de temps mais là encore ,il est à peine évoqué.

      Une nouvelle qui se lit rapidement, toujours bien écrite, on ne peut jamais reprocher à Mary Calmes un quelconque problème de ce coté là, avec une fin précipitée (à ce stade on en est même plus surpris) , un petit opus qui te laisse le même arrière gout qu'une chanson de Laurent Voulzy, ça sent bon la vanille, c'est lent et limite un peu chiant.Reste qu'il s'agit ici d'un premier tome et que j'ai grand espoir que la suite s’améliore, MC est toujours surprenante!! 
     
      Un petit truc que je retiendrai quand même sera sur le sens de la mode des américains (ou de leurs auteures en tout cas ) : depuis quand des boots à pointe dorées avec un costume Armani c'est sexy?? Et surtout, cette manie de nous citer, marque après marque, pour décrire un homme, comme un gage de bon gout alors qu'à force, moi je finis par y voir au mieux  une limite esthétique (quand on voit les mêmes marques citées de livre en livre)  et au pire comme un sponsoring maladroitement dissimulé.
    Je suis une grande fan de Mary Calmes donc totalement subjective à son sujet et je lui pardonne bien sur, surtout après m'avoir régalé avec son Hagen, mais faudrait pas que ça se répète de trop ce genre d'accident!! Yop.

     

    Les jours bleus (Histoires de mangrove t. 1)

     

     

    Vous le trouverez ici:  https://amzn.to/2xr0NUJ
      

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est pas toujours facile de parler d'un livre qui semble pour le moment obtenir l'aval général et ça l'est encore moins quand le dit livre ne comporte pas d'autre défaut majeur que celui de ne pas m'avoir accroché .
    Ethan qui aimait Carter de Ryan Loveless publié en Mai 2018 chez MXM Bookmark m'a fait cet effet et je dois avouer que cela faisait longtemps que je n'avais pas eu cette impression de vide émotionnel face à un livre (je précise bien que je parle de MON vide et pas de celui du livre qui est plutôt bien écrit dans l'ensemble).


    Ethan qui aimait Carter  de Ryan LovelessLe pitch:

    À vingt-quatre ans, Carter Stevenson est atteint de timidité maladive, due à son bégaiement et ses tics. Sans l’aval d'amis qui lui reprochent de laisser sa maladie de Tourette dicter sa vie, Carter déménage de Los Angeles et rejoint une petite ville tranquille de Californie où il compte faire profil bas et éviter les gens. Il n’avait pas prévu que son nouveau voisin, Ethan Hart, s’immiscerait dans sa bulle de solitude et le forcerait à sortir de chez lui pour vivre sa vie.

    Depuis le début, Ethan s’est montré clair au sujet de ses sentiments pour Carter. Mais il redoute que ce dernier ne soit pas en mesure de voir au-delà de son cerveau endommagé, même si cela fait de lui quelqu’un de bien plus en accord avec ses émotions que la plupart des gens. Le problème pour Carter ne vient pas de là : il s’est déjà brûlé les ailes aux côtés de ‘parfaits’ petits amis et ne veut pas risquer de se faire briser le cœur une fois de plus.
    D’une manière ou d’une autre, Ethan est déterminé à montrer à Carter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Du moins, jusqu’à ce qu’il reçoive de tragiques nouvelles, qui l’obligent alors à se tourner vers lui pour puiser force et soutien. Carter sera-t-il en mesure d’épauler Ethan dans la tourmente ?

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless

     

      Nous avons donc un Carter, fraîchement débarqué de L.A, qui emménage dans une ville plus familiale dans l'espoir de mieux vivre avec ses TCC ! En face de chez lui vit Ethan, victime quotidienne de ses troubles cérébraux, plein d'entrain et qui au premier abords ferait aisément penser à un enfant coince dans un corps d'adulte .
     Une immersion directe dans le monde d'Ethan et Carter par le biais de leurs pathologies, un quotidien évoqué au plus juste avec des manifestations qui font parties intégrantes du récit au même titre que n'importe quel décors ou paysage.Certaines tournures m'ont parues parfois étranges mais le style prosaïque qui enchaîne phrase courte sur phrase courte comme les perles d'un sautoir permet d'alterner le point de vue des deux jeunes gens de manière aléatoire et pas forcement d'un chapitre a l'autre.
      L'histoire entre ces deux la est tendre et toute mignonne. La singularité des séquelles d'Ethan paraissent tour à tour cocasses ou tragiques et s'il est assez difficile de se mettre a sa place on arrive plus facilement à se transposer sur son entourage et sur les difficultés liées à l'acceptation et la prise en charge adéquate d'une vie qui se transforme d'un coup sans prévenir .
     
      Carter est un jeune homme dont les réflexes corporels le trahissent.Un esprit complètement présent mais totalement freiné par un mécanisme physique perturbant le bon déroulement des choses pour lui. Ethan lui, a pu relativement conserve cette liberté corporelle malgré sa jambe, un corps qu'il peut maîtriser mais trop souvent sous le joug de l'interruption soudaine de son évolution émotionnelle et psychique.
      Si leur première rencontre est assez perturbante pour l'un comme l'autre , c'est un amour immédiat qui naît pourtant entre eux et peu à peu les tics de l'un deviennent la musique apaisante de l'autre .Carter a besoin d’évaluer les risques , les possibilités, les enjeux quand Ethan lui doit apprendre à mitiger , à trouver le centre des choses, le juste milieu entre le noir et le blanc.


      La croisée de leur chemin donne lieu à une rencontre surprenante même si elle apparaît évidente depuis le début du récit et on sent beaucoup de sincérité , de recherches sur les perturbations cognitives de la part de l'auteur. Les troubles du langage par exemple , présentés par petites touches presque anodines, les quelques informations si précises , de celles que seuls les parents concernés se voient confier dans l'antre des cabinets spécialisés, sont amenés avec beaucoup de réalisme et de naturel. Leurs ébats sexuels eux même sont emprunts de cette particularité déformant définitivement la norme banalisée de la romance .Une vision peu académique des choses qui pousse le lecteur malgré lui à pénétrer la réalité d'Ethan et de Carter ,une réalité ou les non dits n'ont pas lieu d’être .

      Un roman qui présente beaucoup de qualité: le texte est assez bien écrit, pas d’incohérence autre que les affres de l’hésitation de Carter (qui est pourtant amoureux ), très peu de coquilles , le tout offrant une lecture agréable avec de l'humour bien dosé, une présentation des personnages sans pathos mais au contraire avec une histoire personnelle assez touchante et pourtant, malgré toutes ces qualités certaines c'est un roman qui m'a laisse complètement à coté.
      J'ai eu un mal fou (voir une absence totale ) à ressentir une autre émotion que de l'empathie : peut être est-ce dû à cette évidence immédiate de leur histoire laissant très peu de place au suspens émotionnel? Peut être est-ce dû à cette vision trop idyllique du happy end en toute circonstance quand on sait combien le quotidien (et ce même avec tout l'amour que l'on peut trouver autour de soi) des personnes dites différentes reste quelque chose de douloureux ? Etant mère d'un enfant à handicap je connais la lutte ordinaire face au regard de l'autre , le combat perpétuel face aux organismes les plus spécifiques soient-ils, les paroles répétées jour après jour pour expliquer, prouver que l'amour pour tous c'est plus qu'un concept pour certaines familles et recommencer le lendemain parce que il y aura de nouveaux regards , de nouveaux organismes avec qui batailler et de nouvelles preuves  à fournir encore et encore . L’inquiétude constante du futur, du bien être , du respect c'est peut être cela qui m'a manque pour me convaincre et oui, si je sais que j'ai lu une romance et non un témoignage, je pense sincèrement que ces options là manquaient vraiment à l’équation et qu'elles n'auraient pas nuit à la puissance des sentiments .

      Un livre donc , réjouissant par la qualité de son contenu, par l'originalité de son approche thématique et que bien entendu je me garderai de déconseiller (il n'y aurait aucune bonne raison autre qu'un ressenti très personnel pour le faire ) laissant à chaque lecteur la curiosité de le découvrir sous ses propres critères .Yop.

     

    Ethan qui aimait Carter  de Ryan Loveless




    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2L2ozIu

       

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La couverture de Sauvage d'Adrienne Wilder (sorti en 2018) me titillait depuis un moment (des beaux yeux et du poil, tu penses!!!) ; son résumé à tendance "deja vu" me retenait jusqu'à ce qu'un dimanche pluvieux m'ait donné l'occasion de tomber dedans à bras raccourci !

     

     

    Sauvage d'Adrienne WilderLe pitch:
    August Vallory possédait tout : une carrière de mannequin, un homme qu’il aimait et une famille étendue qu’il s’était construite au sein de sa profession. Puis le monde tel qu’il le connaissait lui a été arraché, lorsque l’avion dans lequel il se trouvait s’est crashé alors qu’il était en route pour un photo-shooting. Perdu dans l’étendue sauvage de l’Alaska, August n’a pas la moindre chance.

    Aucun homme sain d’esprit ne choisirait de vivre sur ces terres, à moins d’avoir quelque chose à cacher. Et Keegan Brooks renferme des secrets plus sombres que la nuit, plus dangereux que les loups, plus brutaux qu’un hiver en Alaska. Chaque jour est un combat pour sa vie, jusqu’à ce qu’il tombe sur un avion écrasé avec un seul survivant : August.
    Désormais, ce n’est plus seulement la vie de Keegan qui vacille pour sa survie. C’est aussi son cœur.

                        Sauvage d'Adrienne Wilder

      Et c'est finalement sur un très bon roman à tendance "survie" que j'ai passé ce fameux dimanche humide, un livre qui a été une très bonne surprise entre The revenant et Séraphim Falls avec bien sur ,notre petite touche de romance gay.

     Un récit nourri d'un style dynamique, clair et succinct qui ne s’étouffe pas de fioritures, qui plonge son lecteur dans une ambiance à la fois soutenue et sombre tout en laissant de véritables espaces de tendresses et d'intimité.
      La narration nous porte entre un présent morne mais plein de dangers et un passé sous formes de souvenirs incisifs pour nos deux héros, deux espaces dans le temps qui s’enchevêtrent et nous permettent de mieux cerner Keegan et August.

      L'auteur nous plonge dans un monde glacé et difficile ,un univers où la nature fait loi et où l'homme doit s'y soumettre pour survivre.Un paysage âpre et féroce où Keegan trouve l’échappée dont il a besoin pour oublier .Un monde inconnu et totalement aux antipodes du confort et du luxe habituels qu'August côtoie au quotidien.Un monde froid et blanc ,exempt de toute vie humaine ,dans lequel Keegan essaie de fuir les horreurs commises dans une vie passée sans jamais vraiment en oublier les images.Un monde où la neige et la glace règnent, où la présence accidentelle du jeune mannequin laisse apparaître peu à peu les fissures d'un homme devenu sauvage, martyrisé par la vie et un destin déjà tout tracé par son père.

      Des personnages très bien construits qui, même si l'auteure nous les expose  à la loi (immuable??) de la Magik Prostate,sont malgré tout loin des cliches et des attitudes codifiées de la romance M/M. Un August qui reste logique bien que perdu , qui ne tombe jamais dans les aléas faciles du citadin capricieux et qui semble découvrir son sauveur en même temps qu'un autre mode de vie et sa faculté à s'y adapter.
    Face à lui, Keegan semble renaître dans son amour pour Vallory, se servant de ces gestes et de ces connaissances qui ont tant fait souffrir pour sauver enfin une vie et laisser sortir de lui des sentiments qui n'avaient jamais pu naître vraiment. Keegan ,un être meurtri aussi bien par les autres que par lui même, qui ,outre son aspect sauvage, est la vraie touche de tendresse de ce roman dans chacun de ses mots et de ses sentiments .


     Les scènes d'amour (parce que malgré le sexe c'est bien d'amour et de besoin réciproque qu'il s'agit) sont particulièrement intenses ,sans vulgarité, parfois crues parfois sensuelles mais toujours judicieusement placées dans le contexte (quota scenes de sexe :check) ; certaines d'entre elles permettent également d’établir comme un état des lieux de la vie et du passé sentimental d'August.
      Les petites touches d'humour de ce même August sèment ici et là de petits moments qui assouplissent la dureté de l'histoire, et créent de vrais petits îlots de souffle frais au milieu d'une ambiance pesante, froide, solitaire et pourtant sensuelle.

      Un des plus gros points forts de ce roman est sans équivoque la restitution de cette nature figée et dangereuse , cette immensité loin de tout et ces décors que l'on visualise autant qu'on les imagine .Un vent glacial que l'on sent presque nous frôler , une ourse acharnée (et même si on sait que Maman Winnie a peu de chance de se la jouer vengeresse acharnée dans la réalité) qui fait frémir à chacune de ses interventions, une Daisy dont on pourrait presque sentir l'odeur (cœur cœur pour toi Daisy!!).L'ambiance d'un quotidien feutré dans une cabane de rondin d'ou s’échappe un fumet de ragoût et de fourrures mouillées.On y est carrément !

      Un récit qui n'est pas sans laisser penser à Protection rapprochée de Jane Séville par la psychologie de ses personnages, l'ambiance et l'amour qui règnent au milieu d'un bourbier violent.

     J'ai personnellement apprécié que l'auteure nous prévienne des libertés choisies pour écrire ce roman même si le coté hollywoodien est assez fort ,la structure du roman est assez efficace pour qu'on se laisse avoir comme on le fait avec n'importe quel blockbuster.
      Un M/M intriguant qui nous offre un final haletant ,bourré d'action et de suspens (et pourtant on la sentait  arriver cette fin hein ,on est pas des quiches non plus !) avec ce qu'il faut de justesse pour que ça glisse comme un traîneau sur la glace et un épilogue ,qui tout en faisant son boulot correctement , nous donne une curieuse envie de graver un cœur sur un rondin de bois et surtout d'en savoir plus sur leur nouvelle vie.
     Yop

     

    Sauvage d'Adrienne Wilder

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2smhTOL
            

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Participant aux sp de NetGalley ,c'est assez rare d'y trouver des MM c'est pourquoi je me suis jetée sur Not easy, tome 4: Take me de Pascale Stephens édité par BMR et sorti début mai 2018.


    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens  Le pitch:
    Connor, James, Vale et Travis. Ils étaient les quatre mousquetaires, les quatre tombeurs, et il ne reste plus que lui, Travis, à être célibataire. Ce constat lui donne l’impression de faire du surplace.
    Alors quand on lui propose un travail de six mois à Glasgow – l’occasion rêvée pour impressionner Andrew, son patron, et, pourquoi pas ? rencontrer une belle Écossaise –, Travis n’hésite pas une seconde. Voilà qui donnera un nouvel élan à sa vie !
    Seul problème, en plus de la supervision d’un chantier, Andrew confie à Travis la surveillance de Tommy, son neveu tête-brulée de 22 ans.
    Face à ce gamin aussi insupportable que craquant, Travis, homme à femmes s’il en est, perd pied.La cohabitation promet d’être électrique, et de faire voler en éclats tous les plans de Travis.

    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens

    Et je dois avouer que j'aurais mieux fait de me jeter sur le bac de glace au chocolat qui m'attendait dans mon congélo.
    Je n'ai pas beaucoup d'excuses , le titre et le résumé auraient du me mettre la puce a l'oreille mais non, étant en général plutôt un public facile je me suis dit ça va le faire!
    Et bien non, ça le fait pas du tout!

    Une narration au présent qui d'emblée me donne l'impression de lire une fiction d'ado sur une quelconque plateforme d’écriture au service d'un gay for you représenté avec un manque de subtilité total. Un roman ou la vulgarité et la redondance se donnent la main des les premiers chapitres pour enchaîner les questionnements stériles du héros principal qui vont durer quasiment sur tout le récit.
    Les "bordel mais pourquoi moi, pourquoi lui, pourquoi pas elle, pourquoi le vent ,pourquoi les oiseaux, pourquoi ...(rajoutes ce que tu veux fais toi plaisir lecteur!!) ca va bien 5 minutes , construire tout un roman la dessus c'est juste bon a te faire tourner a l'aspirine pour éviter la migraine . J' ai même pensé un moment à en faire le compte et ouvrir des paris avec les copines lectrices mais la encore, j'ai perdu le fil .

    Pensant être arrivée (péniblement) à la moitié du livre je découvre avec horreur que je n'en suis qu'a 19% et je songe sérieusement à remplacer l'aspirine par la cocaïne pour être sure de tenir le choc. Ecrire un livre de 400 pages quand tu ne fais que répéter les mêmes choses sans jamais le nourrir de contenu qui tienne la route ou qui ressemble à un semblant d'histoire, parait tout de suite moins compliqué.

    Des personnages sans saveur, cliches à souhait avec le tatoué, le couple d'ami gay , les femmes des potes qui ont tout "bouleversifié" sur leur passage , l'homme a femme (à chatte devrait on dire ) qui n'est jamais tombé amoureux , des situations faciles et sans attraits, aucune intensité dans le récit et cela même dans les scènes de sexe.
    On a quand même deux types qui en guise de boulot passent leur temps dans une maison de luxe avec piscine privée tout frais payés pour ensuite passer leurs journées dans un entrepôt (qui devra être la dernière boite a la mode) à regarder des croquis d'architecte puis sagement retourner (épuisés par ce dur labeur) dans leur villa pour repiquer a nouveau un petit plongeon et mater un match de rugby (il semblerait qu'il y ait un match de rugby tous les soirs en Ecosse). Passionnant!
    On a bien sur une période de rupture (après une courte relation parsemée de sexe débridé) qui n'est qu'une lente série de monologues atermoyants et répétitifs et à plus de 50% du livre, ça commence à me piquer le cervelet!
    Une fin pliée en dix secondes avec un drama familial dont on n'a que faire tant il y a eu peu d'interactions avec la dite famille qui ne se justifie que pour nous coller sous les yeux le quota respectable d'homophobie et de connerie humaine de tout MM de base.

    Un roman pour moi , qui est presque un pastiche du MM , un semblant de romance MF qu'on aurait passé au mixer avec un zeste de piment de mauvais choix qui t'arrache les yeux et ne relève en aucun cas la saveur du truc .Un livre dont on peut aisément se passer quand on est un lecteur averti (ça vaut aussi pour un non averti ) de romance gay (et non je ne dirais pas qu’éventuellement tu peux toujours caler un meuble avec et que ça serait toujours ça de gagné ). Il me semble plus  sage que l'auteur reste dans son domaine de prédilection . Yop.

     

         

    Not easy, tome 4: Take me  de Pascale Stephens

     

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2s5fIin

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une jolie (plus encore)  découverte que j'ai dévorée comme une gloutonne , Sous la surface de Kate Sherwood publié chez Dreamspinner Press en 2014, avec pour une fois une couverture assez proche du contenu ,c'est pas beau ca?


    Sous la surface de Kate SherwoodLe pitch:
    Quand la compagnie de Peter Carr l'envoie dans le sud-ouest de l'Ontario pour amadouer la population d'un village et lui faire accepter un projet d'exploitation minière, il se réjouit de relever le défi. Techniquement, il est avocat, mais son rôle, c'est de résoudre les problèmes. Il ne s'était juste pas attendu que le problème s'appelle Caleb Sinclair, l'artisan-ébéniste passionné mais introverti qui vit à côté du site proposé pour la carrière.
    Connais ton ennemi'. C'est la philosophie de Caleb. Et essayer de convertir une terre fertile en carrière de gravier vaut à Peter le titre d'ennemi. Caleb aime cette terre, et s'il doit faire la paix avec ses voisins homophobes pour faire la guerre à Peter, qu'il en soit ainsi. Sauf que connaître son ennemi ne se passe pas du tout comme prévu. Peter n'est pas le méchant des contes de fées? Il pourrait même être le prince charmant.

     

    Sous la surface de Kate Sherwood

      Un roman avec une écriture sarcastique,parfois acerbe, dans lequel on plonge à vitesse grand V, une plume que j'ai eu énormément de plaisir à lire (et même à relire ,certains passages sont vraiment trop bon pour ne pas les relire encore) . Je ne m'en cache pas j'adore les histoires ou ça fight avant de se bécoter et encore plus quand ça ne commence pas avec une tribu de papillons et autres émois intempestifs qui tirent vers les envolées lyriques .

      On a donc un Caleb taciturne, sans être insensible loin de là, fraîchement sorti de son coming out dans une petite ville proche de Toronto, ou les gays ne courent pas les rues ( ou ils auraient même tendance à se cacher). Annonce qui lui vaut une certaine réticence de la communauté qu'il côtoie depuis toujours. En face ,nous avons Peter ,avocat citadin sûr de lui et de son charme indéniable, habitué à séduire tout être humain qui croise sa route , un espèce de serial manager tout droit sorti de Madmen , équipé d'un sourire ultrabrite cachant un appétit de requin , gentil mais requin tout de même. La rencontre est comme une explosion souterraine , forte et avec une raisonnance étouffée mais ô combien chargée d'intensité dans une rivalité qui s'annonce passionnante.

       Caleb , un être véritablement connecté à son éco-système , est empêtré dans une relation familiale avec son frère aîné assez compliquée ,faite de remords , de mépris et de rancœur.
    Peter ,lui, est résolument un joueur, un bluffeur au grand cœur qui vit son métier comme une partie de poker ou celui qui sourit et jouit le plus de cette effervescence est forcement le vainqueur.
      J'ai particulièrement apprécié les scènes d'approches d'un Peter tout en maladresse et sincérité , de vraies scènes actuelles, pleines de cet embarras rougissant qui retient encore une attirance qui pourrait le mettre en mauvaise posture vis a vis de son travail. Voir Caleb sortir de sa zone de confort pour se livrer à un bras de fer avec une multinationale sans qu'ils ne deviennent ennemis pour autant est un vrai pari pour le jeune avocat , espérer que le jeune ébéniste nourrisse les mêmes sentiments que lui en est un autre plus dangereux tant cela risque de l'amener à revoir les principes sur lesquels il bâtit jour après jour sa vie et sa réussite. On a un succulent paradoxe quand Peter toujours franc et sincère dans ses actes, essaie de l’être moins de peur de l’être trop aux yeux de Caleb

      Leurs interactions sont tellement naturelles, sonnent tellement vraies qu'on réalise à quel point on manque souvent de cette réalité dans nos lectures. Exit les coups d'un soir a répétition du citadin frénétique , exit les sempiternels bars gay qui ne seraient que la seule optique de rencontre pour le pauvre gay isolé en campagne, exit la plupart des cliches bien encrés sur nos pages .
      Et quand les événements bousculent les sentiments nouveaux qui peinaient à s’établir , cela renforce au contraire leur volonté de faire abstraction de ce qui n'est plus essentiel, de ne pas tomber dans les codes drama sur-utilises jusqu’à la lie.

      Une écriture intelligente des hommes et de leurs actes au service d'une très belle histoire servie également par un autre personnages très réussi, Riva , la binôme ingénieur de Peter.
      Leurs échanges professionnels et amicaux sont une vraie participation à la réussite du récit, c'est subtilement écrit avec des dialogues aussi drôles qu'instructifs sur leurs méthodes de communication. Elle est un élément clé du livre, discrète et pince sans rire mais toujours attachée à partager ouvertement son questionnement avec Peter l'ambitieux. On comprends vite qu'elle est son Jiminy Cricket , la petite voix qui s’élève pour énoncer les choses sous un aspect plus humaniste. Si sa rencontre avec Caleb le pousse à prendre une autre direction , un autre choix de vie , la présence de Riva est sans nul doute le déclencheur d'une nouvelle prise de conscience.

    Une grosse tendresse pour ce roman tout en douceur , sans sexualité débridée, qui exprime une passion fraîchement éclose dans une ambiance très feuilles d'automne. L'histoire d'un retour à l'essentiel pour chacun de nos héros qui ont su creuser  sous la surface pour trouver la bouffée d'air frais qu'ils attendaient depuis des années. YOP


    Citation:
    Riva avait bien sur remarqué son comportement, même si elle ne connaissait pas encore le raisonnement derrière.
    -Tu ne peux pas utiliser le même bol deux fois ,maintenant? Jusqu’ à quel point es-tu une princesse?
    -Je suis totalement une princesse, dit Peter, et il bava un peu de lait et de céréales qui retombèrent dans son bol.
    -Beurk, rigola Riva. Mon neveu de six ans fait ce genre de choses.
    -Ton neveu de six ans s’apprête à devenir un mec comme on n'en fait plus.Ou alors, un peu une princesse. Difficile à dire.

     

    Sous la surface de Kate Sherwood

     

    Vous le trouverez ici 

    https://amzn.to/2xbYhla

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Besoin de lecture rapide entre deux sp ,je fouillasse (il est temps que l'ortograffe evolue non?) donc dans ma Pal et tombe sur Confiance aveugle  de N.R.Walker sorti en 2013 .


    Confiance Aveugle, tome 1 de N.R.Walker

    Le pitch:
    Commençant un nouvel emploi dans une nouvelle ville, le vétérinaire Carter Reece se rend à une consultation à domicile pour un client spécial.
    Arrogant, de mauvaise humeur et totalement magnifique, Isaac Brannigan est aveugle depuis l’âge de huit ans. Après la mort de sa chienne-guide et meilleure amie Rosie, son partenariat avec son nouveau chien, Brady ne se passe pas bien.
    Carter tente d’aider à la fois le maître et le chien à traverser cette phase d’initiation, mais au juste… Qui dirige qui ?

     

     

    Confiance Aveugle, tome 1 de N.R.Walker


    Un roman qui commence avec un style narratif basé sur une certaine simplicité (attention rien de péjoratif à ce terme) et une clarté du propos allant droit au but dans une ambiance feutrée de petite vile américaine. Les deux perso principaux sont à peine détaillés mais cela ne parait pas vraiment indispensable ,l'intrigue étant seulement basée sur leur couple: cela laisse donc liberté à toute imagination quand à la visualisation d'un aveugle sexy mais bougon et d'un vétérinaire plus sociable et non moins attachant.
    L'histoire donc, d'une rencontre entre deux hommes assez différents à la base mais qu'une attirance rapide va vite réunir. Je ne vais pas revenir sur le contenu sans avoir à spoiler donc je vais m'en tenir au contenant.

    La révélation de leur homosexualité est rapide, peut être trop pour deux personnes qui ne se connaissent qu'à travers un filtre professionnel et un chien guide. Carter découvre un peu vite aussi qu'il plait à Isaac nous coupant  l'herbe sous le pied pour un suspens émotionnel.
    Leur série de rdv platoniques, blindée de baisers mouillés, nous change des scènes trop précipitées du début, on sent un lent apprivoisement des sensations de chacun et par chance pour Isaac et sa peur du changement , de l'inconnu ou de l'imprévu ,Carter se révèle assez proche d'un demi-sexuel donc enclin à une grande patience amoureuse.
    Certains de leurs échanges sont un peu surfaits avec des mécanismes trop classiques (on se fâche pour pas grand chose pour mieux se retrouver) et au chapitre cinq un nouveau personnage fait son apparition: Mme Redondance , en effet on a pas franchement besoin de relire ce que l'on vient de parcourir dans le chapitre précédent.

    Le texte est un mélange tantôt harmonieux et tantôt déroutant de de mots bien masculins et de termes  d'inspiration plus  romantiques sans arriver à la surdose; ce sont plutôt les scènes qui défilent qui distillent  une douce atmosphère de séduction sensuelle et progressive.
    La scène du premier baiser raté est touchante toute en douceur à peine effleurée.
    Le roman contient de bon passages , d'autres plus mièvres et plus mornes , c'est une histoire certes émouvante et sympathique mais quand le fil conducteur ne  se résume qu'à l'acceptation d'un nouveau chien d'aveugle nouvellement arrivé dans l' univers d'Isaac cela fait quand même un peu pale figure pour être véritablement tenu en haleine.

    Une lecture "sympa" (qui a le mérite de contenir une des plus belles phrase que j'ai lu dans le domaine m/m ces derniers temps) qui aurait gagné a être beaucoup plus approfondie et ne méritait peut-être pas ce final un peu trop pathos ou trop de larmes tue les larmes .Yop.

    Citation:
    -Je ne veux pas repousser les gens,dit-il doucement.
    -Isaac...répondis-je en murmurant.
    Je pouvais presque respirer ses mots. (Raaaah là, j'ai fondu!!!)
    -Ne me repoussez pas.

     

    Confiance Aveugle, tome 1 de N.R.Walker

     

    Vous le trouverez ici. 

    https://amzn.to/2s9GFk3

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    À vingt-quatre ans, Sydney est un graphiste renommé qui vit comme un ermite, reclus dans son appartement de Poughkeepsie avec son doudou, Burton. Sa phobie du monde extérieur et de ceux qui le peuplent l’a poussé à se retrancher à l’intérieur de lui-même, loin des autres.

    Jusqu’à ce que son métier l'oblige à faire appel aux services de l’imprimeur du coin, Thayne Adams. Ce dernier est quant à lui déterminé à faire sortir Sydney de sa coquille, à lui montrer tout ce qu’il a à gagner en cessant de s’enfermer.

    Un événement inattendu va les amener à se rapprocher tous les deux, à ouvrir les yeux, et à faire chacun quelques pas l’un vers l’autre, pour finir par se rencontrer à mi-chemin. Ensemble, ils vont redéfinir les contours de la relation qui les unit depuis le début sans qu’ils le sachent vraiment…

    Mais Sydney sera-t-il assez fort pour surmonter ses appréhensions et se libérer ? Ou renoncera-t-il à sa seule chance de conquérir Thayne par peur ?

    Deux hommes. Un doudou. Une histoire pas comme les autres…

    Date de parution: Février 2016    Publié par; Rose Darcy

     

    Wanted doudou    de Rose Darcy

     

    En quelques mots: un livre qui fait du bien. C'est adorable et réconfortant. Ça se lit bien trop vite et ça passe tout aussi facilement. Une fois quelques pages lues, impossible de poser ce roman. Pour vous dire la vérité, j'ai juste envie de comparer son contenu à un arc-en-ciel, à quelque chose qui nous apporte bien-être et bonheur. 

    Il fallait penser à prendre pour excuse la disparition de ce pauvre Burton comme déclencheur. Et je ne peux que m'incliner devant les efforts de Sydney pour retrouver son ami de toujours. Ce personnage là est mignon à croquer. Un enfant qui se cache sous l'apparence d'un adulte. On les apprécie dès le début lui et ses drôles d'idées. Sans compter l'humour de scènes qui m'ont faite éclater de rire le nez sur les pages de ce roman qui vous réchauffe le cœur. 

    Les autres personnages ne sont pas en reste et tout aussi délectables à connaître. Eux ont d’avantage les pieds sur terre que Sydney. Blair et Max sont tout autant ses amis que ses protecteurs. Et il y a Thayne, l'imprimeur avec qui le jeune graphiste travaille. Un vrai prince charmant contemporain cet homme! J'apprécie qu'il se fraie un chemin à travers le cocon de protection de Sydney tout en douceur. Il  a compris l'importance de prendre le temps d'apprivoiser le jeune homme fragile pour gagner le cœur et la confiance de ce dernier. Ces deux là vous font rêver de contes de fées. 

    Voici venu le temps d'une petite confidence juste entre vous et moi ... j'adore ce livre et je vais prendre plaisir à le relire encore et encore.

                                                                                                                                     Manon

     

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2GNhI30

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Est-ce possible de tomber amoureuse d'un livre? Il y a peu encore je t'aurais dis "arrete de te chatouiller les synapses au coton tige et atterris " et aujourd'hui je te réponds clairement oui , on peut ! En tout cas c'est mon cas aujourd'hui grâce à Comment se comporter comme une personne normale de TJ KLUNE publié en 2018 chez MxMbookmark (décidément ils nous sortent du très lourd en ce moment!!).

     

    Comment se comporter comme une personne normale de TJ KLUNELe pitch:

    Gustavo Tiberius n'est pas normal. Il en est conscient, tout comme le reste des habitants d'Abby, petite ville de l'Oregon. Il lit des encyclopédies chaque soir avant de dormir, a un furet de compagnie qu'il a baptisé Harry S. Truman, possède un vidéoclub où personne ne met les pieds, et ses plus proches amis sont Lottie, une dame dont les cheveux ressemblent à ceux d'une drag-queen, et un trio de vieilles motardes chevauchant de Vespa répondant au nom des "Nous, les trois Reines". Gus n'est pas normal. Et ça lui va très bien. Tout ce qu'il demande, c'est qu'on le laisse tranquille Jusqu'au jour où entre dans sa vie Casey, un hipster asexuel défoncé et accessoirement le nouvel employé de chez Lottie's Lattes. Pour une raison qu'il ne comprend pas, ce dernier pense que Gus est l'être le plus fabuleux sur Terre. Et il se pourrait bien que Gus commence à penser la même chose de Casey, même si celui-ci passe sa vie à poster des photos de sa nourriture sur Instagram. Mais Gus n'est pas normal et Casey mérite quelqu'un qui l'est. Voulant soudain être ce quelqu'un, Gus sort de sa zone de confort et formule un plan pour devenir la personne la plus normale au monde. Après tout, qu'est-ce qui pourrait bien clocher ?

     

    Comment se comporter comme une personne normale de TJ KLUNE


       Me voila donc embarqué dans la découverte de Gus ,personnage dit "atypique" qui parcourt sa vie en se forçant à ne pas aimer et encore moins à se laisser aimer aussi fortement qu'il combat son attraction /répulsion pour les allitérations. Un humour décalé dès les premières lignes qui j'avoue m'a laissé perplexe au départ ; en effet je trouvais un poil prétentieuse cette dérision sur la prétention ce qui créait en moi un paradoxe qui peinait à faire mouche.

      Mais c’était sans compter sur l'apparition de Casey ,notre emblème hipster , qui par sa seule présence mettra encore plus en relief la personnalité hors cadres de Gustavo . Gus n'est pas plus atypique qu'une bonne partie des humains que nous croisons chaque jour, il est certes particulier par son comportement mais beaucoup plus proche des haut potentiels à tic ou toc que j'ai pu croiser qu'un être "anormal" . C'est malheureusement une société régie par des codes illusoires de normalisation qui projette une vision atypique des personnes qui ne rentrent pas, volontairement ou non, dans un certain moule.
    Malgré cette personnalité étrange , notre héros reste toutefois un personnage fictif tributaire (au moins au départ ) des règles de la romance (je veux mais je veux pas , je pense mais je ne dois pas penser à lui alors que si t'y penses c'est déjà fait mon gars!!) et ce sera à peu près le seul bémol que j'aurais trouvé à ce livre.

      Le démarrage de la relation Casey/Gus sur joutes verbales mi-défoncées , mi-laconiques est plutôt créatif par le choix lexical et te renverse de suite dans ce qui sera un doux cheminement vers un récit époustouflant, aux dialogues hallucinants au pur sens du terme ,ponctué ça et là de courtes phrases qui majorent l 'intensité de leurs échanges.
      L'auteur semble avoir une idée bien précise (et j'avoue que l'on doit être beaucoup à partager sa vision ) sur la mouvance hipster , idée probablement aussi remplie de clichés que ceux décrits pour ces chères têtes barbues résolument penchées sur leurs smartphones. On a l'impression qu'une part de TJ Klune s'est glissée dans Casey tandis que l'autre se profile dans Gus sans savoir pour autant qui est réellement le plus équilibré ou le plus "normalisé " des deux .
     Les monologues mentaux de Gustavo sont juste extra, on se shoote littéralement en se plongeant dans son esprit particulier et en même temps très proche de ce que tout un chacun pourrait cogiter. Son onemanshow interne est hyper agréable à suivre et si on n’éclate pas de rire systématiquement, on sourit tout le temps ,c'est donc agréable d'un bout à l'autre mais attention aux lieux publics où comme moi tu vas indéniablement attirer les regards goguenards ( et comme moi tu vas t'en foutre je te rassures !).
      Gus est un personnage fantastique et je pense sincèrement que pour un auteur ce doit être une fierté de l'avoir créé, il n'est pas hors normes (la norme étant quelque chose de bien singulier à définir pour un esprit ouvert),il est hors clichés ,hors déjà vu, hors déjà lu. Comme il joue souvent une scène dans la scène, il est un personnage dans le personnage et on se demande qui  pourrait ne pas tomber amoureux de ce type à la psyché complètement dingue et hypralucide à la fois.

    Comment se comporter comme une personne normale de TJ KLUNE


      La douceur de Casey , son envie de percer la carapace de Gus , de le séduire provoquent des échanges surréalistes (on les croirait tous les deux naturellement défoncés ) que je rêverais de voir adaptés au cinéma; le trajet en voiture et les tentatives de conversations insignifiantes ,pour ne citer qu'un exemple, sont une tuerie et TJ klune m'a définitivement achevé avec ses hashtags. L'asexualité du jeune  hipster n'est pas ,contrairement à ce que j'aurais pu croire , tant mis en avant que ça ; cela reste assez discret même si cela pose question (en tout cas chez moi) sans y trouver forcément les réponses . Le respect et l'acceptation naturelle de l'autre par contre sont évidents; ce truc qui fait que peu importe ce que fait ou soit ton prochain tu le prends tel quel parce que le reste tu t'en fous, tu vois, tu aimes , sans filtre, sans code moral juste ce que tu ressens : si tu aimes le chocolat tu te demandes pas plus que ça pourquoi , tu l'aimes et tu apprécies sa saveur, point.

      En matière de personnages secondaires ,nous avons droit à la bande de pote de Casey,bien sur caricaturaux à souhait, bien sur ridicules comme un citadin peut l’être parfois confronté à un bon sens populaire (ou un préjuges de péquenauds au choix ) . Une présentation de Gus en bonne et due forme ,à cette famille de substitution ,qui ne fait qu'accentuer la flopée de menaces/références/clichés concernant les hipsters , flopée qui réserve de pures trouvailles!! Le trio des trois reines par contre n'a que peu fonctionné avec moi, mis a part quelques scènes (et oui tout n'est pas parfait, je le concède) mais il a son utilité comme prétexte à d'autres scènes et surtout comme générateur de tout un monde mental chez notre Gus.Le tout est bien sur toujours aussi délirant et fascinant.

      La construction du récit m'a rappelé celle qu'utilise Bernard Werber la plupart du temps ,une partie consacrée à l’intrigue et l'autre à des données plus "spécialisées" et j'admets volontiers que le jour où je tombe sur le même site internet que Gustavo, je le colle d'office dans mes favoris! La plume de TJ Klune est plutôt discrète et simple , elle n'a rien d'extraordinaire en soit ,son talent à poser des mots sur les situations et les émotions qu'il crée de toute pièce est en revanche indéniable, efficace et percutant!
    Je dois dire que c'est un des rares livres dans lequel je ne changerais aucun mot, aucune phrase , aucune péripétie, un roman qui jamais ne m'a fait le poser si ce n'est le temps qui défilait et un ours couché à côté de moi qui considère que lire à 4h du mat est cause de meurtre avec circonstances atténuantes .

    Alors est ce qu'un mm sans même un baiser mouillé avec la langue c'est possible? Résolument oui . Si le coté asexuel de la romance parait frustrant c'est qu'on ne sait pas se décoller l'esprit de toutes les autres formes d'amour qui peuvent se vivre ; je ne prétends pas avoir compris fondamentalement le fonctionnement ( j'ai fait appel à la nouvelle sainte trinité internet/google/Wikipedia pour faire quelques recherches sur le sujet et à ma collègue Antha ) mais je ne pense pas qu'il soit nécessaire de comprendre pour accepter l'idée mais plutôt d'aimer la diversité comportementale du genre humain pour en apprécier chaque parcelle de richesse . Apres tout rien ne nous garantit que nous ne vivrons que la forme d'amour ou de sexualité que nous connaissons ou pratiquons à l'heure actuelle .

    Comment se comporter comme une personne normale est assurément parti pour être un des meilleur m/m de l'année 2018 , un vrai roman feelgood et j'attends comme une forcenée la suite puisque l'auteur s'y serait déjà mis . Une délicieuse douceur à découvrir, déguster ,digérer et disséminer dans son entourage ( je savais que je résisterai pas a l'appel de l'allitération!!) Yop.


    Citation:

    Il détestait cette sensation.Elle semblait inutile et sans importance.
    Gus pouvait le faire.Il pouvait rester cool.
    -Tu te l'es tapé? demanda Gus.
    Gus ne pouvait pas le faire.Il ne pouvait pas rester cool.

    Comment se comporter comme une personne normale de TJ KLUNE

     

     

    Petit lexique  succin , le sujet est assez vaste pour mériter des recherches plus approfondies:

    Attraction romantique:  Un sentiment de "Je voudrais être impliqué dans une relation amoureuse avec cette personne". (S'il vous plaît noter que "romantique" dans ce contexte ne signifie pas nécessairement des fleurs et des couchers de soleil sur la plage et des dîners aux chandelles.)

    Orientation romantique:  Une description du genre ou des genres (ou l'absence de celui-ci) que l'on ressent vers l'attraction romantique.

    Attraction sensuelle:   Un sentiment de «Je voudrais pratiquer une activité physique non sexuelle avec cette personne».

    Attraction sexuelle:  Un sentiment de «Je voudrais m'engager dans une activité sexuelle avec cette personne».

    Orientation sexuelle:  Une description du genre ou des genres (ou l'absence de celui-ci) que l'on ressent vers l'attirance sexuelle.

    Aromantic:   Une orientation romantique caractérisée par un manque persistant d'attraction romantique envers tout genre.

    Asexualité:  Une orientation sexuelle caractérisée par un manque persistant d'attirance sexuelle pour tout genre.

    Bisexuel: Une orientation sexuelle caractérisée par l'attraction sexuelle indépendamment du sexe.

    Demiromantic: Un demiromantic n'éprouve pas l'attraction romantique à moins qu'ils aient déjà formé un lien émotif fort avec la personne.

    Demisexuel: Un demisexuel n'éprouve pas d'attirance sexuelle à moins d'avoir déjà tissé  un fort lien émotionnel avec la personne. Le lien mai mai ou ne pas être de nature romantique. S'il vous plaît noter qu'il existe une différence entre la démisexualité, ce qui implique l'attraction, et "Je n'ai pas de sexe sauf si j'aime quelqu'un", ce qui a un rapport avec le comportement.

    Gris-Asexué:   Un gris-asexué peut rarement éprouver une attirance sexuelle, il peut ne pas savoir s'il a ou peut avoir un faible désir sexuel, mais il sera généralement identifié comme proche de l'asexué. Les gris-asexuels diffèrent des demisexuels en ce sens que les demisexuels auront besoin d'un lien affectif avant d'éprouver de l'attirance, mais les grâces n'exigent pas nécessairement un lien. Le mot "gris" vient de la "zone grise" entre l'asexualité et la non-asexualité.

    Hétéroromantic:   Une orientation romantique caractérisée par l'attraction romantique à un genre différent.

    Hétérosexuel:  Une orientation sexuelle caractérisée par une attirance sexuelle envers un sexe différent.

    Homoromantique: Une orientation romantique caractérisée par l'attraction romantique au même sexe.

    Homosexuel:  Une orientation sexuelle caractérisée par une attirance sexuelle pour le même sexe.

    Panromantic: Une orientation romantique caractérisée par l'attraction romantique indépendamment du sexe (genre).

    Pansexual: Une orientation sexuelle caractérisée par l'attraction sexuelle indépendamment du sexe (genre) .

    Lithromantic:   Quelqu'un qui éprouve l'attraction romantique, mais ne désire pas la réciprocité.

     source: http://www.asexualityarchive.com/

     

    Vous le trouverez ici.

    https://amzn.to/2IHlbpL

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique