•  

    Toon's king tome 3 - avant que la dernière étoile ne tombe - Nadeim de M.G.H.

     Sortie prévue : Novembre/ décembre 2019 (en attendant les deux premiers volumes font une nouvelle apparition pour notre plus grand plaisir)

    Edité par : Le Lys Bleu

     

    Ce troisième volet s’avère être encore meilleur que les deux volumes précédents. On sent bien qu'une étape est franchie et que la barre s'est encore élevée d'un cran tant en ce qui concerne les personnages eux-même que l'histoire dans laquelle ils évoluent. 

    Si l'on en revient aux deux personnages que nous suivons depuis le début, Damien nous montre un aspect plus fort et volontaire de sa personne. Solah, lui, laisse se fissurer sa belle apparence pour nous laisser entrevoir une légère faiblesse. On voit donc ce petit roi se défaire, peu à peu, de ses croyances néfastes qui l'empêchent de devenir un acteur volontaire de la quête qui lui a été assignée. Sans compter un chevalier de la lumière, soufflant le chaud et le froid, qui a du mal à lâcher du leste quant il s'agit de Damien qu'il sert et protège. La relation des deux jeunes adultes est faite en dents de scies. Elle reste assez conflictuelle. Tout va pour le mieux, Damien et Solah s'entendent à merveilles, se chamaillent et, tout à coup, ce n'est plus que dispute aux mots blessants. Les liens qui unissent ces deux là prennent un tournant plus prononcé dans ce tome. Jusque là cet amour était non-dit comme si il devait être acceptés par ses protagonistes. Et le tome donne corps à ces sentiments. On y observe plus de descriptions, de moments qui viennent à souligner cet amour plus que naissant car déjà établi dans le cœur de Damien. 

    Les toons restent toujours aussi présents dans ce nouveau dans ces nouvelles aventures. On prend véritablement conscience qu'ils se révèlent être une lueur de joie et de rire tant pour les personnages que pour le lecteur. Ils sont le parfait contrepoids pour permettre une qualité de récit amenant le lecteur à souffler. Il y a un très bon dosage d'actions, d'humour face à ce côté sombre omniprésent. Le narrateur-auteur de cette histoire n'est pas en reste. Il conte son histoire en y insufflant des petits intermèdes pour nous permettre de plonger encore plus dans ce voyage. Il nous emmène à sa suite, nous fait rire et nous met dans la confidence de certains éléments. 

    L'intrigue de ce roman, et je devrais dire de toute cette histoire, est un vrai régal. On ne peut que souligner le talent de conteur, plus qu'évident, de son auteur. Les fils de la toile, qui tissent le récit, sont si bien entrelacés que cela en est époustouflant. Les choses semblent au premier abord sans aucun lien entre elles jusqu'à ce qu'on comprennent ce qui les lie. Les révélations exposées dans ce nouveau roman de Toon's King sont admirablement maîtrisées et surprennent son lecteur qui en reste pantois.

    C'est un tome 3 beaucoup moins innocent que les autres, avec un langage légèrement plus cru que ses prédécesseurs, mais toujours avec cette pointe d'humour qui permet au lecteur de traverser les pages les plus sombres. 

    Ce roman (autant que les précédents) est tout simplement passionnant. Il y aurait tellement plus à dire sur cette lecture que la tête me tourne. Entre un Damien qui progresse à sa façon, des personnages qui nous intrigue au plus haut point, des révélations parfaitement amenées, des batailles loufoques, graphiques et réalistes dans leur dureté : on ne peut que sombrer de plaisir dans cette lecture. Il faut le reconnaître, c'est un univers unique en son genre qui gagne à être connu. Plonger sans retenue dans ces lignes est fortement conseillé. 

    Un énorme merci à l'auteur pour cette lecture en avant-première qui, j'espère, saura ravir d'autres lecteurs comme je l'ai été et plus encore. 

    Manon

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé : 

    Vincent Hudson est un chasseur de vampires et sa vie se trouve sur le point d’être anéantie lorsqu’une chasse se termine en tragédie. Il est forcé d’accepter l’impensable : se réfugier au Sanctuaire de Hope, où chaque famille doit nommer un membre afin qu’il fasse partie du conseil de la ville. C’est apparemment un prix infime à payer en échange d’une aide médicale et d’un abri. C’est aussi un piège dangereux et, inconscient de la triste réalité, Vincent se porte volontaire afin de sauver ses compagnons.

    Désormais, une vie de guerre l’attend… et de captivité auprès d’un maître vampire connu sous le nom de Maddox Caine.

     

    AVERTISSEMENT : Ce roman fait partie de notre collection DARK, il n'est donc pas à mettre entre toutes les mains. Âmes sensibles s'abstenir !

    Date de parution : Avril 2019       Publié par : Men over the Rainbow

    Faim funeste   -Bloodstream- Tome 1  de Katze Snow   (second avis)

     

    Un récit qui se déroule dans un monde post apocalyptique. Des êtres ayant soufferts et qui tentent de survivre par tout les moyens. Mais l'humanité reste pourtant égale à elle-même puisqu'elle a son lot de détraqués et de criminels. Les vampires ont pourtant pris le dessus. Ce point n'est pas encore défini mais ce sont eux qui ont construits ces villes refuges qui accueillent les survivants,  ceux-ci devant faire face à un monde devenu plus que hostile. 

    Vincent incarne une sorte de justice pure qui vit pour soutenir au mieux les individus de son groupe et leur assurer un avenir même si pour cela il doit sacrifier le sien. Ce leader doit faire face à son "parrain" qui se révèle être un vampire et pas n'importe lequel. Maddox, en charge de la ville. Le vampire est très puissant. Il est une menace mais au fil de la lecture le danger qu'il représente s'efface. Même si Vincent se méfie toujours de lui. En gros, on a cette sensation tenace que ce  n'est pas aussi simple qu'il y paraît. 

    Voila un récit prometteur dont le goût accompagne merveilleusement bien le cadre de son évolution. Il y a de la violence, du sang, des meurtres mais dans cette histoire : ça semble presque nécessaire. Ces événements ne tombent pas comme un cheveux sur la soupe. 

    Comme annoncé, il ne s'agit pas d'une histoire à mettre entre toutes les mains. La lecture de certains passages s'avèrent difficilement supportable que l'on soit ultra sensible ou non. Pourtant, l'auteur a su traiter ces scènes là presque de manière clinique et surtout rapide. Ce qui empêche le lecteur de s'empêtrer dans un ressenti qui pourrait lui faire abandonner sa lecture. Il faut juste retenir que tel fait se déroule, certes, mais il servira tôt ou tard l'histoire. Cette violence n'est pas gratuite. Lorsque Maddox s'adonne à des moments de cruauté, c'est en réaction à un événement perturbateur fort ou non. 

    Dire que j'ai aimé ou pas cette histoire est précoce. Le roman met à peine en place les situations, personnages et encore je n'ai presque rien perçu des buts de cette histoire. Je lirai la suite car elle m'intrigue. 

    Manon




    Vous le trouverez ici : Faim Funeste

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • A dévorer tout cru, la suite de P'tit loup, Les fils de Séléné, sorti en auto-édition le 5 Avril 2019  est un quatre mains particulièrement réussi et passionnant.


    Les fils de Séléné: P'tit loup T2 d'Alessia Dan et Paula StéfanLe pitch: 

    Jordan et Jayrel profitent de vacances bien méritées après une année difficile. Mandragore et d’Entremont sont loin derrière eux. Du moins le pensent-ils jusqu’à ce coup de fil de Darcy qui les oblige à regagner Fontainebleau suite à la visite inquiétante du capitaine Renard et de l’inspecteur Lavory. Seraient-ils toujours soupçonnés de meurtre ?! 
    Hélas, ils comprennent rapidement que cela va bien au-delà d’une simple enquête pour homicide. En effet, à leur grande surprise, ils apprennent que la région parisienne compte de nombreux loups-garous qui s’affrontent dans une guerre sans merci. Si les deux camps souhaitent recruter Jayrel, Jordan en revanche est une gêne et son existence même est remise en question. Les deux amants se retrouvent bien malgré eux mêlés à ce conflit « fratricide » qui s’insinuera au sein de leur couple de manière inattendue. Surmonteront-ils les épreuves à venir ? Leur amour résistera-t-il à cette nouvelle tempête ?

     

                                                                          + + + + +

     

     Nous retrouvons donc Jayrel ou P'tit Loup (devenu grand loup) avec son désormais compagnon Jordan dans la suite de leurs aventures en pleine chaleur de la capitale.

    Pensant prendre mon temps a lire ce roman je l'ai finalement dévoré d'une traite comme une goulue. On y retrouve avec un grand bonheur cette ambiance parisienne  toute particulière que Alessia Dan avait deja donné à son Midnight Détective. Là ou il y avait la nuit et la pluie on retrouve ici le jour et la canicule, paradoxalement, pour une histoire de garous et, vous savez quoi, ca fonctionne aussi très bien. Pêle mêle vous allez retrouver de gentils poilus cachés au milieu des hommes, de méchants griffus qui veulent tout dominer et surtout tout éradiquer, de simples mortels un peu perdus qui découvrent avec, au choix, horreur ou soulagement la nature de leurs proches, du sang, des crocs (trés gros), des meutes, du sang, du sexe, du sang, de l'horreur (qu'on saura vous restituer sans vous degouter pour autant) et quand même de beaux moment d'amour...bref il y a tout ce qu'il faut pour ce genre de roman. Le seul et unique bémol sera pour moi la couv qui aurait pu largement se passer du djeunss en basket en premier plan, le pauvre semble s'être perdu là on ne sait pas trop pourquoi.

    Le moins que l'on puisse dire que ces deux auteures ont l'art de véritablement vous emporter dans une  aventure aux scènes très cinématographiques. On suit les héros et leur déboires avec beaucoup de plaisir comme happé par un écran scriptural qui distribuerait avec beaucoup de légèreté et de finesse tout un tas d'émotions plus ou moins agréables. L'écriture est un vrai régal. On a presque l'impression qu'elle coule de source entre les deux auteurs, entre simplicité littéraire qui va toujours justement à l'essentiel et un degré très maîtrisé de la scénographie qui vous permet à tout moment de visualiser les choses  sans étouffer sous trois tonnes de descriptions ou de détails. Elles font un parfait usage du mélange de leurs mots et de la liberté laissée au lecteur de s'imager l'histoire sans pour autant nous laisser voix à quelques questions que ce soit. Tout est parfaitement évoqué, calibré, reflechi. Rien ne reste en suspens, aucune incohérence de récit ou de psychologie de personnage: bref c'est pas loin d'être parfait pour moi.

    A la base je ne suis pas forcément ultra versée sur le monde lupin mais là, le récit est tellement bien agencé, surfant toujours entre angoisse sourde et action efficace mais limitée, que l'on suit le tout avec un naturel désarmant. Je parlais de simplicité plus haut et je l'évoquais vraiment dans sa sémantique de précision comme un coup de griffe féroce: nette et tranchante. Elles sont parvenues à créer en moi des emotions aussi variées que la colère, l'enthousiasme ou le frisson et surtout ce qui m'arrive plus rarement, à faire en sorte que je m'attache à chaque personnage. Non mais franchement, même leurs méchants sont tops, grincants, vicelards, retors et égocentriques comme j'aime. de ceux qu'on aime détester et comprendre en meme temps leur motivation aussi pourries soient elles.
    Les gentils? Ben pas si parfaits que ca au bout du compte et c'est ca qui est bien aussi, des hommes ou des loups tantôt fiables et sincères, tantôt un peu lâches et convenus.

    Jayrel qui avait tout pour être la victime vengeresse est aussi un homme en pleine évolution qui se dépatouille comme il peut avec une double nature impliquant des devoirs là où des instincts priment parfois. Une dualité qui en font un personnage aussi charismatique que parfois immature et peut etre même égoïste face à un Jordan qui n'a jamais pu jusqu'à maintenant quitter son role d'éducateur. L'amour chamboule beaucoup de choses dans leur psyché individuelle et demande à chacun d'eux d'avoir à prendre de nouvelles décisions et surtout de savoir s'y tenir ..ou pas. Une histoire de couple plus profonde que le simple côté fantastique de leur rencontre ou la différence d'âge, la pérennité des sentiments, le deuil de la famille, de ses souvenirs mais aussi de la recherche de ce qu'on désire vraiment, le sens de la fidélité, le rôle de chacun dans un couple se côtoient avec subtilité et presque un peu de mélancolie. Il est difficile de ne pas se sentir en osmose avec Jordan qui est plein de patience, d'amour éperdu et éternellement dévoué, de ne pas ressentir son questionnement quant a sa position face à son P'tit Loup et ses agissement pas toujours sympas. Mais en meme temps on comprends tout à fait la pleine énergie qui dévore Jayrel et ses actes souvent irréfléchis. L'un ne peut réellement fonctionner sans l'autre mais est- ce forcément pour leur bien?  Ca je vous laisse le découvrir ! 

    Les personnages secondaires constitués par les amis du présent et du passé et surtout des méchants et des "neutres" un peu troubles, offre une palette richement travaillée, elle aussi pas si binaire que ca. Le couple Adam/Lobo mérite à lui seul de s'y pencher sérieusement (mesdames les auteures, j'dis ca j'dis rien hien!). La relation de Jayrel et Bastien était elle aussi très intéressante ne faisant pour une fois pas simplement basculer un personnage d'un extrême à un autre pour une facilité de scénario. Les choses ne sont jamais aussi nettement définies qu'elles le paraissent et c'est toute la délicatesse de cette ironie de la vie qui rend ici chaque personnage humain et proche de nos propres incertitudes. Tout un monde surnaturel qui évoque en reflet toute la condescendance et les travers du notre: le racisme, la difference, l'indifference, le copinage et les abus des pouvoirs en place.

    Les fils de Séléné c'est une belle histoire, une belle legende, un moment de lecture ultra prenant qui laisse un arrière gout doux-amer sur ce que peut être l'amour et ses concessions et surtout un excellent moment d'évasion. Je vous le recommande chaudement!! Yop.

    Note aux auteures: je veuuuuux que Jordan se venge, je veuuuuuuuuux !! 
                                                                           

    Les fils de Séléné: P'tit loup T2 d'Alessia Dan et Paula Stéfan


     

     

    Vous le trouverez ici : Les fils de Séléné: P'tit loup T2

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Aphantasia: tu es ma chair, tu es mon sang de Natacha Rousseau et Rochel Kirst

    Sortie : 17 Juin 2019

    Isaak Rheinardt survit dans la forêt avec sa grand-mère, aussi loin que possible des vampires qui règnent désormais sur le monde. Hélas, malgré sa prudence, il tombe dans les filets de la Milice. Il connaît le destin fatal qui l’attend alors : être tué ou réduit en esclavage, comme tous ceux de son espèce. Un homme lui propose alors un marché : pour espérer sauver sa vie et celle de sa grand-mère, il devra aider à faire tomber le puissant vampire Aldéric Melfort.Il accepte, et rejoint les proies d’une chasse à l’homme. La sauvagerie indomptée d’Isaak attise immédiatement l’intérêt du vampire, qui le prend en chasse. Mais le hasard n’a pas sa place dans cette rencontre et Aldéric, en jetant son dévolu sur le tzigane, tombe dans le piège qui lui est tendu.Entre passion réfrénée et attrait refoulé, sincérité et tromperie, appétits carnassiers et charnels, une dangereuse valse commence…

     

    # # #

     

    Petite incursion dans un monde où les vampires sont passés maîtres et supplantent tout le règne humain / animal. Ils ont la main mise sur tout malgré leur condition de non-mort se cachant du soleil et poussent la cruauté à chasser les humains qu'ils finissent toujours par débusquer.

    C'est le cas d'Aldéric, un vieux vampire, maire de Paris de surcroit, qui jette son dévolu sur Isaak et l'éloigne férocement, dés le départ, de ses autres congénères. Isaak a, à coup sûr, quelque chose de différent, et Aldéric se promet de tout faire pour le découvrir, même à passer pour plus étrange qu'il ne l'est déjà aux yeux de ses serviteurs, de ses amis et aussi de sa propre famille.

    De son côté, Isaak, privé de son libre-arbitre et de sa liberté, essaie de survivre dans une demeure remplie de suceurs de sang, de protéger son intégrité et de tenter de trouver un moyen de retrouver sa grand-mère Nouna qui l'a élevé et qui doit bien l'attendre quelque part.

    L'histoire d'Isaak et Aldéric est singulière, pas vraiment d'attaches, une certaine attirance mais ce n'est pas vraiment la finalité du bouquin. On découvre au fur à et mesure des réponses aux maintes questions qui se posent à la lecture du récit. Les filets qu'Aldéric tissent autour d'Isaak sont complexes et déstabilisants.

    Le départ du roman est assez confus, même si le thème m’enthousiasmait beaucoup, très vite l'abondance de vocabulaire m'a prise de cours. Le style grammaticale comme toute l'écriture sont au top, par contre l'utilisation un peu massive de superlatifs, de descriptions un peu alambiquées m'ont rendu cette découverte un peu ardue. Je voulais vraiment connaitre l'histoire des ces deux personnages donc je me suis accrochée pour passer au-dessus de ma première impression. Au fil des pages, on voit tout de même arriver des éléments de réponses, le roman prend bien le temps de s'installer. De mon point de vue, je ne parlerai pas d'une écriture fluide et facile type roman feel-good, de détente mais plutôt d'une œuvre plus littéraire avec une richesse de détails, de métaphores, de comparaisons, une abondance de précisions.

    J'ai tout de même très envie de connaitre la suite de ce premier volume pour savoir ce qui va arriver à nos deux protagonistes. Rose Taylor

    Merci à Natacha Rousseau et Rochel Kirst pour ce SP

     Vous le trouverez ici :Aphantasia

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Dylan Warner, hipster maigrichon et discret, était le genre de gars à qui les autres hommes ne jetaient qu’un coup d’œil à peine, jusqu’à ce soir où ses indiscrétions avec un bel inconnu ont fait de lui un loup-garou. Désormais, en dépit d’un léger handicap capillaire, il ne veut qu’une chose : vivre une vie ordinaire (tant pis pour la solitude) en tant qu’architecte. Il essaie de garder ses pulsions sauvages sous contrôle, mais après un nouveau fiasco évité de justesse, Dylan abandonne sa vie citadine et déménage en campagne, où il aura beaucoup moins de chance de blesser quelqu’un. Son nouveau chez-lui est une charmante maison en ruines mais au potentiel énorme, agrémentée d’une ancienne plantation de sapins de Noël, et d’un voisin solitaire : le sexy et rustique Chris Nock.

    Dylan engage Chris pour l’aider à rénover le corps de ferme et découvre rapidement que ses hypothèses concernant son voisin sont fausses… et qu’il aimerait beaucoup voir Chris devenir partie intégrante du décor de sa vie et de sa maison. Entre devoir faire ses preuves face à son patron, les attraits séducteurs de son dangereux ex-amant, et ses expériences limitées en amour, Dylan a beaucoup de mal à s’exprimer : comment pourrait-il lancer la conversation sur son besoin mensuel de hurler à la lune ?

    Date de parution : Octobre 2016        Publié par : Reines-Beaux

    Une bonne ossature  de Kim Fielding

     

    C'est une histoire attachante que j'ai découverte.  Attachante de part ses personnages. L'un est un loup-garou et l'autre un type lambda. Pour être plus juste disons plutôt deux types lambda qui en rénovant une maison délabrée vont peu à peu construire des bases solides sur lesquelles ils pourront bâtir un futur à deux. 

    Dylan, devenu une créature de la nuit de façon brusque, tente de gérer au mieux cette part de lui qui refait surface chaque mois sans faute. L'achat d'une propriété dans un coin reculé et plein d'espace lui permettent de souffler entre sa vie et son gros secret. Il faut bien dire que de vie il n'en a pas vraiment. L'architecte semble passer son temps à travailler et travailler et encore travailler. Son voisin est un type étrange et même mystérieux si j'ose dire. Chris n'a pourtant pas de secret tel que d'être un loup-garou cependant ce personnage a cette aura, ce quelque chose qui le rend plus opaque que Dylan. Est-ce parce que l'architecte est celui à travers qui on vit l'histoire ? Ne pas pouvoir lire en Chris renforce l'humanité de Dylan en appuyant que le fait que si le physique de ce dernier a spectaculairement changé depuis qu'il a été mordu, celui qu'il est profondément et qui aspire à l'amour et tout ce que cela comporte, demeure toujours présent.

    Cette hésitation à ne pas vouloir officialiser les choses, à simplement mettre des mots sur ces non-dits qui planent peu à peu comme une menace, confortent les deux voisins dans une situation semblant leur convenir alors qu'il n'en est au final rien. On contemple Dylan se retenir de prononcer des mots et d'espérer plus que ne lui donne déjà son atypique voisin. Chris, même si il peut nous paraître exubérant, est celui qui fait preuve de plus de retenu. Il ne dévoile presque pas ses désirs et c'est son langage corporel qui parle le mieux pour lui. Ces comportements mènent à une incertitude, presque confortable, qui force ces hommes à aborder leur relation au jour le jour.

    Un court roman très prenant qui se fixe plus sur la danse relationnelle entre ses personnages,  Dylan et Chris, que le fait que l'un soit un métamorphe. 

    Manon


    Vous le trouverez ici : Une bonne ossature t.1

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une jubilante plongée dans le monde sf de Charly Reinhardt avec son Destination  Providence, publié chez Mix Editions qui vous assurera un voyage haut en couleur, en protons et en émotions.



    Destination Providence de Charly Reinhardt Le pitch: 

    Drew le sait : un contrat qui n’inclurait pas de risquer sa vie et celle du reste de l’équipage du Providence ne serait pas une vraie mission.

    Lyn, la capitaine du vaisseau au caractère bien trempé, X7, le mécano krisk, Shaaki la guerrière qurax et lui-même se sont d’ailleurs plutôt bien habitués à la douce mélodie des combats et aux plans foireux. Ainsi lorsqu’une éminente scientifique vient les trouver pour récupérer un système d'intelligence artificielle égaré, ils ne sont pas dupes une seconde. Les ennuis se profilent à l'horizon.

    Mais pour espérer se frayer un chemin jusqu'au cœur de Burastni où a été emportée l'IA, ils auront besoin d'un guide. Et qui de plus qualifié pour le job qu'un ancien esclave de cette planète prison ? Malgré tout, Drew a quelques doutes au moment de recruter Patch. Aussi désagréable que séduisant, cet humain semble lui aussi avoir de bonnes raisons pour se joindre à cette mission. Même s'il tient à les garder secrètes...

    Drew est cependant loin de se douter que ce voyage pourrait bien remettre en cause le fragile équilibre de la galaxie... Et ses certitudes.

      

                                                                        ζ  ζ  ζ  ζ


      N'étant pas la fan absolue de sf, de space opéra ou autres joyeusetés fantastiques, je me dois pour être honnête de signaler que je ne serais pas la meilleure juge en la matière préférant en général la dystopie ou l'anticipation. C'est donc à la fois curieuse et méfiante que j'ai plongé dans les soutes du providence telle une lectrice clandestine.  

      Mon premier réflexe fut de retenir un soupir et de presque laisser mes rétines se dresser vers le ciel tant ces noms de races d'aliens en X, K ou Y finissent par me sembler trop systématiques et cet univers de tentacules trop 50's à mon goût  ( #et pourtantedwoodiloveyou). Mais bien vite, j'ai ravalé mon soupir à peine éclos grâce à la rencontre de la fine équipe élaborée par l'auteure. Nous voilà donc parti dans la galaxie (là où personne ne peut m'entendre glapir ou râler, ou se sentir obligé de lire cette foutue chronique) dans une aventure somme toute très palpitante, un voyage entre planètes, trafics et survie où croyances, espèces et sociétés se mêlent dans des conceptions aux décors futuristes mais aux intentions bien actuelles. Une belle part est donnée aux aspirations, aux utopies,  aux espoirs toujours présents de mondes égalitaires et aux réalités économiques qui semblent ici être développées comme inhérentes à toutes les espèces.
    Le Providence est un vaisseau unique tant par sa fonction que par son équipage, une espèce de mixte entre Les gardiens de la galaxie et certainement un bon nombre de jeux vidéo que je ne saurais même pas épeler. Une équipe qui m'a totalement raccrochée au roman par son énorme capital sympathie et sa pluralité des palettes. 

      Commençons par l'histoire en elle-même. Pour moi rien de fondamentalement neuf, une quête, une histoire dans l'histoire, un groupe déjà constitué qui s'affine au gré des événements, des rencontres et une bonne dose de décors que l'on appréciera  selon ses humeurs ou ses goûts .  Le tout crée une ambiance sf (et une porte ouverte d'enfoncer, une !! ) très réussie avec tout ce que j'aime et tout ce que je reproche au genre. J'ai apprécié le côté sombre ou coloré, étouffant ou aérien, vide  et surpeuplé des descriptions comme j'ai pu parfois trouver le tout un peu lourd. En gros ce que j'ai pu ressentir, à quelques rares exceptions près, sur toute la sf que j'ai lu. Le sujet de l'IA est en fait peu évoqué si ce n'est dans sa contingence matérielle potentiellement dangereuse ou dans sa relation créateur/objet. Cela n'était certainement pas le but non plus d'en faire une thématique plus philosophique. Le décor et les ambiances sont riches et denses, on les sent très importants aux yeux de l'auteure, et je reconnais que cela donne encore plus de corps à l'univers et à la crédibilité  de cette équipe. Vous l'aurez compris, les descriptions c'est le demi-bémol du roman pour ma part et à la décharge de l'auteure je reconnais toute la difficulté à me satisfaire entre trop ou pas assez (en gros je suis une pénible ouais!). 

      L'action est un moteur aussi puissant que ceux du vaisseaux (et là non, tu ne te risques même  pas à me demander de quels types de moteurs est équipé ce foutu Providence), elle est distillée avec une belle précision et un grand sens de l'à-propos lui conférant ainsi tout l'impact nécessaire à chaque moment. De ce point de vue là,  c'est un vrai régal, c'est aussi visuel que sonore et le côté olfactif n'est pas en reste  (mince il semblerait que ces foutues descriptions ne m'aient pas tant gênée que ça).  On prend beaucoup de plaisir à se ronger l'ongle (quand tu lis autant que moi t'es obligé de vouer un ongle par livre sinon t'attaques les phalanges) tout en suivant les héros dans les dédales, les ruelles ou au milieu des champs d'astéroïdes, en évitant les rafales de toute armes qui finit par plasmique, laser ou à pompe, en comprimant les blessures et les peurs ou en tentant désespérément de se figurer les armures et corps de chacun .
      Tout cela est remarquablement bien écrit, bien composé et bien structuré. Le déroulement file comme un saut intergalactique ( ben oui hein j'ai quand même  compris deux trois trucs faut pas croire) sans jamais créer de temps mort, dispersant entre deux combats quelques notes d'humour, quelques références que chacun appréciera ou pas (je reste dubitative sur les références très terriennes et très Disney de certaines) et pas mal de positivisme au milieu de situations parfois assez noires. Loin d'un monde post-apo ou dystopique, on y retrouve surtout pas mal de la couleur du nôtre avec ses travers et ses paradoxes multipliés à l'échelle de l'univers, des considérations sur la guerre et ses ordres, la puissance et ses applications, la moralité et ses modèles systémiques. Des considérations que j'aurais parfois préférées moins convenues même si elles sont pourtant réelles et bien fondées. Je me serais attendue à d'autres aspirations venant d'espèces différentes comme si  l'univers du roman n'avait en fait qu'un mode de fonctionnement typiquement terrien. C'est en même temps logique, trois humains composant l'équipage dont on suit les points de vues respectifs. Le fil rouge est cependant tellement intense et bien agencé que cela ne reste qu'une considération toute personnelle que j'ai déjà éprouvée face à bien d'autres roman du genre. 

      Le gros point fort pour moi c'est ce satané équipage avec une flopée de "poushran" de personnages comme diraient Lyn ou Drew.
      Une capitaine de vaisseau extra tant dans sa féminité combative que dans sa nonchalance expérimentée, une image de femme comme on les aime, justement faible dans sa force et forte dans ses défaillances assumées, une femme qui se bat avec ses atouts tout personnels sans qu'elle soit une Lara Croft hyper sexuée. un personnage dont la gniak est compulsive, libératrice et communicative: on se lève tous pour Lyn!!
      Drew, un pilote de chasse (on dirait bien que c'est le big love de l'auteure celui la !) sensible, tenace et discret dont tout le sex-appeal émane de sa force de caractère immuable et de ses sous-harmoniques probablement aussi sexys (nooooon ne me faites pas dire qu'on passe un certain temps à s'imaginer ce que cache ce corps de griffes, de peau tannée et de cornes, je ne suis pas si futile... #silenceétouffant). Je vais devoir cependant m’appesantir sur le beau Darius car je suis ravie que l'auteur ait pris le temps de se poser sur les problématiques physiques de sa relation avec Patch échappant à la facilité des phéromones aliens qui filent la trique à tout ce qui bouge et rend les hommes tout amoureux en deux secondes chrono.
      Ajoutez une guerrière démesurée, adepte des armes les plus lourdes et à la gouaille d'une Ripley, un X7 évanescent et wikipedien qui aurait pu être le meilleur pote d'un Groot (haaan genre la chroniqueuse elle a vu un seul film de sf dans sa vie quoi !). Greffez leur un humain grognon, mystérieux et tentateur de Triv, une scientifique utopiste et inconsciente et son IA  et vous avez l'équipe au complet. Une assemblée unie, cohérente, riche de personnalités aussi diverses que crédibles qui apportent chacune leur part à l'édifice, au vaisseau et à leur mission sans que jamais l'un d'eux ne paraisse de moindre valeur. 

      Des caractères forts et tangibles, construits sur un passé élaboré avec finesse, dont l'histoire  personnelle s’égrène avec justesse au fil des chapitres. L'auteure nous épargne nombre de clichés  sur des personnages pourtant aisément soumis à la caricature en temps ordinaire et au schéma très usités ces dernières années par les grands studios de cinéma. Elle sait nous les rendre très proches dans leur réactions, lucides, hésitants, toujours confrontés au danger avec un état d'esprit presque un peu inconscient comme le sont ces héros un peu désespérés. Une vraie équipe de bras cassés qui passent leur temps à jongler entre fuite, vol, trafic, qui n'hésitent jamais à se jeter dans le vide quand leurs sentiments le leur dictent. Bref, on les aime, on les suit à la trace, on vibre pas mal avec eux et surtout on s'attache beaucoup à cette petite famille galactique. 


    Destination providence aurait pu être un roman assez sombre tant par ses décors que par ses sujets mais il reste cependant porté par le dynamisme de ses personnages, leur envie de vivre et surtout leur bonheur à simplement barouder ensemble comme un art de vivre. N'hésitez pas à embarquer sur le Providence, vous y trouverez en fait une très belle aventure nourrie à l'énergie, l'amour de la sf et une équipe du tonnerre qui a su faire de ses différences une véritable cohésion comme un seul et même héros. Yop. 

                                                                           

    Destination Providence de Charly Reinhardt



    Vous le trouverez ici : 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé : 

    À vingt ans, Sean a quitté sa famille de cœur pour tenter de se trouver. Une quête difficile pour cet hybride génétiquement modifié, mi-loup mi-vampire, qui se considère comme une aberration de la nature. Quelques années plus tard, une fois en paix avec lui-même et parvenu à garder sous contrôle ses pulsions de sang et de mort, il est temps de rentrer chez lui retrouver les siens. Ses pères, la meute… Et Cody. Mais il n'est pas toujours facile de retrouver sa place dans une famille, et plus encore, dans le cœur de celui qui n'a cessé de lui manquer. Surtout quand un bébé, des fantômes du passé et de vieux ennemis viennent semer le trouble. Il y a plus à perdre qu'un bonheur encore fragile, quand le monde lui-même est menacé de destruction !

    Date de parution : Novembre 2018          Publié par : Milady

    Sean   -Les loups de Riverdance T.5-     de H.V. Gavriel

     

    Il a fallu un peu de temps avant que je me plonge de nouveau dans les aventures des Loups de Riverdance. 

    J'ai éprouvé un réel plaisir à retrouver tous ces personnages et à découvrir Sean. Il est loin l'adolescent qu'on apercevait de-ci de-là au fil des tomes précédents. Ici, Sean est devenu un adulte de retour auprès des siens. 

    On ressent beaucoup les thèmes de la quête d'identité, de trouver sa place au fil de la lecture. D'abord avec Sean qui s'est exilé loin de sa famille pour se trouver et concilier ses natures de loup et vampire, puis en revenant vers celle-ci avec l'idée de cette dernière chose à faire pour être en paix. Cody, lui, sait qui il est. Il a juste besoin de définir sa place aux yeux des autres. On le savait mais on le ressent encore : la meute des loups de Riverdance possède une très large ouverture d'esprit. 

    Dans ce tome, les personnages ont vieillis, évolués. Le temps a continué sa course et pourtant le passé plane toujours et refait surface. De terribles épreuves sont au rendez-vous pour ces personnage que l'on suit depuis le début de cette série. Mon cœur s'est serré à plusieurs reprises sous le coup de l'émotion. 

    Mon tome préféré restera celui sur Elijah mais, pour être honnête, "Sean" referme cette série sur une note de justesse parfaite. 

    Manon

    Vous le trouverez ici:Les Loups de Riverdance, T5 : Sean

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Petite incursion plus que réussie au sein des Loups de Stockton, série écrite par Lisa Oliver. 

     

    Résumé tome 1 :

    Shane West avait l’habitude d’être le seul loup métamorphe du Département de Police de Stockton. Ses sens accrus l’aidaient efficacement dans son travail et il était fier de garder le contrôle sur ses instincts animaux. Gay depuis sa première transformation, il s’attendait à vivre sa longue vie seul, ce qui signifiait qu’il n’avait pas à entrer en contact avec son ancienne meute. Cela lui convenait très bien. Jusqu’à ce que Dimitri Polst lui soit assigné comme nouvel équipier.

    Homme à femmes assumé, Dimitri Polst connaissait Shane avant même de prendre sa forme animale. De deux ans plus âgé, il s’était donné comme mission, adolescent, de faire subir autant de douleur et d’humiliation que possible au beau jeune homme qu’était Shane. Mais, huit ans plus tard, il part à la recherche de ce jeune homme, à présent adulte, avec une mission très différente à l’esprit.

    Être des âmes sœurs liées par le Destin est déjà suffisamment dur, mais quand l’un est hétéro et que l’autre n’a aucune raison de lui faire confiance, ça ne peut que faire des étincelles. Ajoutez à cela un tueur en série, qui s’en prend à la communauté gay, et la possible implication d’un métamorphe, et Shane et Dimitri se retrouvent avec beaucoup de choses à surmonter avant d’obtenir leur happy end.

    Les Loups de Stockton de Lisa Oliver

    Premier tome pour ceux et celles qui souhaitent découvrir les aventures des Loups de Stockton.

    Dans ce volume, on assiste plus à la mise en place de cette meute à travers ses deux premiers membres : Shane et Dimitri qui sont originaires du même endroit. Seulement, Shane a quitté son ancienne meute, et sa famille, dès qu'il a pu. Dimitri, lui, voulant se convaincre qu'il pouvait vivre sans son âme sœur, qu'il a reconnue en Shane, a eu besoin d'un long cheminement avant de prendre une décision face à cet accouplement. 

    L'enquête policière apporte son lot d'action à l'intrigue. Elle rapproche aussi les deux loups qui s'apprivoisent peu à peu. Tout n'est pas parfait entre les deux policiers et justement, les voir hésiter, se tromper, s'amadouer est un vrai plaisir.

    D'autres personnages font aussi leur entrée. Il me tarde d'en savoir plus sur chacun d'entre eux. 

    Une lecture appréciée qui a le mérite d'aborder les thèmes des garous d'un autre point de vue. 

     Vous le trouverez ici: Lâche l'Affaire

    Résumé tome 2 :

    La vie de Sin a été complètement bouleversée lorsqu’il a appris l’existence des métamorphes et des âmes sœurs, six mois auparavant. C’est arrivé quand, lors d’une rencontre, il est tombé fou de désir, puis d’amour pour un jeune loup-garou, prénommé Ben. Au cours des mois qui ont suivi, il a déménagé, partageant sa vie avec la petite meute de Stockton et son lit avec Ben. Il pense que tout se passe bien. Mais ça, c’était avant que l’Alpha lui apprenne que Ben a des problèmes et que, visiblement, il en est le responsable.

    Ben est malheureux, mais il ne peut pas en parler à Sin. Il a essayé, une fois, mais il s’est heurté à un mur, violemment. Sin est un humain, un Dominant reconnu, et même s’il confine son autorité dans la chambre, à l’extérieur, les deux hommes sont bien trop occupés à vivre une vie normale. Ben lutte pour garder son loup sous contrôle – un loup qui veut revendiquer Sin selon sa nature. Mais, à moins que Sin change d’avis, Ben pourrait en être réduit à prendre des mesures drastiques. Il y songe sérieusement.

    Avec une nuit d’accouplement qui débouche sur des répercussions inattendues, un tueur en série dans la nature qui porte l’odeur d’un ours et qui s’en prend à de jeunes hommes qui ressemblent à Ben, la vie devient un peu plus compliquée. Une rencontre avec Gabriel apporte encore plus de surprise dans la vie de Sin et de Ben – et ni l’un ni l’autre ne sait vraiment comment faire face à cet homme sexy.

    Un mariage à planifier, un meurtrier à trouver, un ours dans une meute de loups ? Que se passe-t-il dans la meute de Stockton ? Et Sin, Ben et Gabriel resteront-ils en vie suffisamment longtemps pour explorer leur relation ?

    Les Loups de Stockton de Lisa Oliver

    Ce tome-ci nous raconte l'histoire de Ben, Sin et Gabriel. 

    Bien qu'au final on sache peu de choses : les parents de Ben (en particulier sa mère) n'acceptent pas son homosexualité, Sin ne s'intéresse pas à son passé mais plus à son présent et futur auprès de ses compagnons, Gabriel incarne, quant à lui, la sagesse et la force tranquille de ce trouple. 

    Une histoire qui tourne autour de la recherche d'un assassin sadique et qui donne lieu au rapprochement de trois âmes sœurs. Les liens entre ces trois hommes se mettent peu à peu en place. Les personnages concernés s'installent dans ce trio entre erreurs de jugements et resserrement des liens. 

    Un tome 2 sympathique que j'ai laissé bien volontiers me guider dans les dernières pérégrinations de la meute de Stockton. 

     Vous le trouverez ici: Faire Face au Péché

     

    Résumé tome 3 :

    Roan ne s’attendait pas à être mis en cellule par l’homme qui était censé être son compagnon. Mais ce n’était pas comme si la vie avait déjà été tendre avec lui. Dans son monde, les loups omegas sont vendus dès qu’ils deviennent utiles et il a été formé durant toute sa vie à l’art de garder une maison propre et de rendre un Maître heureux. Malheureusement pour lui, s’occuper de lui semble être la dernière chose que souhaite ou ait besoin son compagnon.

    Mace est assez satisfait de sa vie. Les femmes semblent être attirées par son look de bad boy et son attitude revêche. Elles ne restent jamais dans les parages, mais puisqu’il est marié à son job, cela ne le dérange pas de passer ses nuits seul. Et puis, il a une meute. D’accord, il n’a peut-être pas été élevé avec ce genre de croyances, mais il a passé suffisamment de temps avec Shane, Dimitri et le reste de la bande pour savoir qu’ils sont comme tout le monde. Ils se couvrent simplement de fourrure à l’occasion et courent sur quatre pattes au lieu de deux. Alors, lorsque Dimitri le confronte au fait que le joli petit shifter qu’il a arrêté la veille est son âme sœur, cela lui donne matière à réflexion – faire face aux attributs d’un homme est le moindre de ses problèmes. Il est certain de ne pas vouloir ni avoir besoin d’un compagnon, point barre.

    Un tueur en série ayant des femmes blondes dans son collimateur, une multitude de malentendus et les facéties possessives de Kalel, le plus mignon des félins du monde, sont certains des obstacles que les deux hommes vont devoir affronter avant d’avoir leur happy end.

    Les Loups de Stockton de Lisa Oliver

    La dynamique de ce tome est encore différente de celles des précédents livres de la série. 

    Ici sont mis en lumière la rencontre et les débuts d'une relation amoureuse, et d'âmes sœurs, entre un shifter et un humain. Le point intéressant est que le shifter soit un oméga à qui il a été inculqué qu'il n'avait pas son mot à dire sur quoi que ce soit et de, à ses propres yeux, ne pas avoir d'importance ni pour lui ni pour les autres. Roan est un personnage attachant qui m'a donné envie de le réconforter. Pourtant l'oméga n'est pas si faible qu'il y paraît. J'avoue avoir voulu secouer Dimitri pour s'adresser à lui en tant que "chiot". Probablement une question de dynamique de meute.  

    Quant à Mace... ce personnage n'éprouve pas de difficulté particulière à se retrouver dans les bras d'un autre homme (même si la question s'est posée). Un peu de recul, des faux-pas, et le policier se montre aussi protecteur envers son oméga que toutes les paires liées de shifters. 

    J'ai apprécié la légère dominance humaine entre les deux hommes. En d'autres termes que Mace soit assimilé à l'alpha du couple même si Roan peut et sait faire preuve de caractère quand il est question de son âme sœur. 

    Un tome trois que j'ai apprécié d'autant plus que Kalel y a son petit rôle. 

     Vous le trouverez ici:Le Réveil de Mace


    Résumé tome 4 :

    Trent Summers garde un sourire de façade, même s’il a l’impression de mourir intérieurement. Depuis son horrible agression au couteau par un tueur en série ours garou, il a des problèmes d’anxiété et des crises de panique. Savoir que la plupart de ses amis sont des métamorphes immunisés contre ce genre de choses n’aide pas. L’accouplement de Mace avec Roan lui donne de l’espoir, mais trouver son propre compagnon n’est qu’une chimère. En attendant, il doit mettre ses peurs de côté et aider ses amis à appréhender des vampires assassins – ce qui n’est pas vraiment un remède contre le stress.

    Le Prince Alexi Vandermot est plus qu’énervé contre le chef de son nid. Il y a des vampires tueurs en ville, et il est prêt à les traquer. Le problème, c’est que son cousin le lui interdit. Les choses empirent lorsque la police vient frapper à leur porte, amenant un consultant avec eux. Gérer des métamorphes est aisé, mais Alexi est atterré de découvrir que le consultant est son âme sœur… humain, effrayé et hétéro.

    Revendiquer son compagnon est une chose, le garder en sécurité en est une autre. Quand ils découvrent que les meurtriers ont des liens familiaux avec le nid et que l’un d’entre eux rêve de mordre Trent, le nid et la meute vont devoir faire équipe pour s’assurer que le nombre de cadavres n’augmente pas. Lorsqu’un problème éclate au sein du nid, Alexi commence à se demander s’il aura assez de temps pour apprendre à connaître son anxieux compagnon.

    Les Loups de Stockton de Lisa Oliver

    J'irais droit au but : après lecture de ce tome, je peux dire que j'ai un énorme faible pour lui. Je l'ai encore plus apprécié que les autres. 

    Ici, c'est Trent qui se voit attribué un rôle principal au sein de cette série. Il est anciennement inspecteur de police. Il a démissionné et à ouvert une boîte de consultant avec Mace, sont meilleur ami et ex partenaire dans la police. Trent fait la connaissance d'Alexi, beau vampire qui le foudroie d'un regard (foudroie ... c'est bien le mot !... pas d'éclairs cependant.) Alexi est heureux de rencontrer son âme sœur. 

    Il y a toujours les balbutiements du début qui rendent chacune des histoires de la meute de Stockton touchantes chacune à leur tour. Le vampire prend ce rôle de renfort, d'appui qui permet à Trent de se remettre des séquelles  physiques et psychologiques de l'attaque dont il a été victime. La fragilité et la force que montrent peu à peu Trent dans son parcours ont été un véritable plaisir à observer. 

    J'exagère à peine si je vous dis que cette histoire se boit comme du petit lait. 

     Vous le trouverez ici : Ne Mords Pas


    Résumé tome  5 :

    L’Agent spécial Niclas Draig est en mission… du moins, il est censé l’être. Mais quand il est envoyé à Stockton avec son équipier, Jack, afin d’enquêter sur ce qui ressemble à l’œuvre d’un tueur en série, il se retrouve face à son compagnon, dès qu’il entre dans le bureau du Capitaine. Un compagnon dont la délicieuse odeur est gâchée par la déception lorsqu’il ment effrontément au visage de Nico.

    Le Capitaine Anthony Reynolds est lassé par la manière dont le monde surnaturel joue avec la loi et sa propre vie. À dix-huit mois de la retraite, la dernière chose à laquelle il s’attend quand le FBI entre en jeu est d’avoir une telle réaction vis-à-vis de l’un des agents. Lorsque ledit agent l’attaque deux semaines plus tard en l’accusant de mentir, Tony sait que sa vie est sur le point de changer. Il traîne depuis suffisamment longtemps avec des êtres paranormaux pour savoir exactement ce que le mot compagnon signifie. Mais cela ne veut pas dire qu’il doit l’accepter.

    Un instant d’inattention, un coup de dents, et la vie des deux hommes bascule. Leur accouplement pose de nombreux problèmes et… un bonus inattendu. Un enlèvement, une bombe, la famille intrusive de Nico… Tony et Nico vivront-ils leur happy end ?

    Les Loups de Stockton de Lisa Oliver

    C'est au tour du Capitaine Anthony Raynolds d'avoir son moment dans cette série. 

    Deux choses m'ont plu ici : Tony est au courant de l'existence des Shifters et du concept d'âmes sœurs et la question de la différence d'âge qui fait une légère apparition en début de roman et pousse à une légère réflexion. Pas que ce soit quelque chose qui importe dans le monde paranormal de cette série mais c'est un point qui n'est pas souvent évoqué. Cela vaut la peine d'être dit. 

    Tony semble blasé par tout ce qu'il a vu en commençant par tous ces shifters. Il n'attend qu'une chose : sa retraite bien méritée ainsi que le versement de sa pension. Sa rencontre avec Nico est un choc sans en être un. Il sait déjà tout ce qu'il y a à savoir et surtout que c'est inéluctable. Nico nous donne encore à voir un autre aspect des shifters. Il est très protecteur envers son compagnon mais c'est la manière dont sa partie humaine et sa partie animale cohabitent qui est nouvelle. 

    Ce tome clos en apothéose cette série. Il a ce quelque chose en plus qui fait que je n'ai pas été déçue. Je lui trouve une touche d'humour encore plus forte que dans les autres tomes. A vrai dire, je n'ai aucun regret face à cette fin. Elle me donne même envie de relire la série depuis le début. 

    Vous le trouverez ici: Dis-moi la Vérité

     

     

    /////////////////////////////////////

    Dans son ensemble "Les loups de Stockton" est une série qui mérite d'être lue car elle vous garantit de très bons moments en compagnie de chacun de ses membres. Chaque tome se démarquent des autres d'une manière ou d'une autre si bien que tout le monde peut y trouver son bonheur. Les histoires m'ont entraînée avec elles chacune leur tour dans de délicieux instants de lectures. 

    Manon

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Faim funeste, une nouvelle dark romance de Katze Snow qui sort le 19 avril  chez Men Over The Rainbow.


    Faim funeste de de Katze SnowLe pitch: Vincent Hudson est un chasseur de vampires et sa vie se trouve sur le point d’être anéantie lorsqu’une chasse se termine en tragédie. Il est forcé d’accepter l’impensable : se réfugier au Sanctuaire de Hope, où chaque famille doit nommer un membre afin qu’il fasse partie du conseil de la ville. C’est apparemment un prix infime à payer en échange d’une aide médicale et d’un abri. C’est aussi un piège dangereux et, inconscient de la triste réalité, Vincent se porte volontaire afin de sauver ses compagnons.

    Désormais, une vie de guerre l’attend… et de captivité auprès d’un maître vampire connu sous le nom de Maddox Caine. *

     

                                                    ****


    *Alors il est important avant de se lancer dans ce type de lecture de signaler à nouveau qu'elle n'est  forcement pas destinée à tous les publics et de bien prendre garde aux warnings figurant en préambule. 

    Faim funeste nous entraîne donc dans un monde futuriste rongé par l'effondrement climatique et forcément économique, un monde où survivants humains se retrouvent à combattre ou cohabiter malgré eux avec une caste de vampire qui semble avoir désormais les pleins pouvoirs bien que confrontée à une résistance active.

    Vincent, l'un  de ces résistants, coule des jours pénibles auprès de sa femme et de son fils, leur vie est régie par les combats de son rang de Chasseurs du crépuscule et c'est enclavés dans un sorte de bunker naturel que lui et les siens espèrent un avenir meilleur. Au loin, et sur divers continents, de grandes villes abritent d'autres survivants sous l’égide d'une famille de vampires premiers nés  aux pouvoirs multiples. Ce choix ne se fait pas sans conséquence puisque pour chaque famille en sécurité un des membres doit se sacrifier pour devenir l'esclave d'un maître  dominant au sein de ces mégalopoles où les techniques de survie sont poussées à l'extrême. 

    Face à un énième combat décimant une partie de son clan Vincent se voit contraint de rejoindre la ville gouvernée par Maddox Caine l'un des vampires les plus puissants et c'est sur le choix de ce dernier qu'il  deviendra donc son esclave. Maître, esclave, dystopie, fantasy, un curieux mélange pour un roman que je pensais  s'orienter plus clairement sur du bdsm mais qui au final nous livre une histoire plutôt bien construite même si parfois un peu brouillonne. Les scènes dites difficiles ne sont  pas plus perturbantes que cela (et je précise bien que c'est personnel soyez vigilant à votre propre sensibilité) car elles semblent se couler dans l'histoire avec une certaine logique. 

    Ce roman étant un premier tome il est un peu complexe de clairement définir la trame de l'histoire  et surtout les,objectifs du gouverneur Maddox qui sont à la fois justes et troubles. Dualité qui s'explique toutefois par sa nature même qui en fait un personnage violent mais conscient loin des cliches romantiques du vampire mélancolique. Sa démarche est donc encore incertaine pour le lecteur même si on voit peu à peu les choses se dessiner doucement. L'action est assez bien menée,  le monde bien décrit et bien expliqué et les personnages parviennent chacun à avoir un impact réel malgré la dynamique vampire super classe, puissant et sexy (dieu merci on nous épargne le sujet hyper vital de la taille de son sexe) et humain débonnaire plein de cicatrices mais surement sexy aussi. L'opposition dominée de Vincent le transforme sans changer son tempérament profond et on espère fortement que le tome 2 n'entraînera pas un  changement radical chez lui pour ne laisser qu'une bête enchaînée totalement enamourée de son dominant. Pour le,moment la relation est vraiment établie dans un rapport de prisonnier soumis sans encore effleurer quoique ce soit de romantique même si l'on  sent bien que c'est terriblement sous-jacent. 
    J'aurais également aimé comprendre pourquoi ce contrat de soumission passe forcement par la force et la violence ( bien que dans le cas de Vincent on comprend vite les objectifs cachés  de Maddox à lui enlever toute volonté ) alors que ce n'est pas systématiquement nécessaire pour les autres.

    Je suis donc agréablement surprise par le contenu mais un peu moins par le contenant : il reste en effet pas mal de coquilles et de fautes, même si fondamentalement ça ne devrait pas perturber plus que ça votre lecture. Le choix de la fin m'a laissé également un peu frustrée. 
    Pour conclure, moi qui ne suis pas fan de domination et de soumission, j'ai cependant pas mal accroché à cette histoire car pour une fois ce rapport peut aussi s'expliquer par autre chose que de l'orientation sexuelle pure mais bien par une confrontation des genres et des contextes. J'attends  donc avec impatience la suite en espérant quelle ne se fasse pas trop attendre. Yop.

                                                                                                                                  

    Faim funeste de de Katze Snow

     

    Vous le trouverez ici :Faim funeste

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Bienvenue à Dim Sum Asylum : un San Francisco où personne n’y regarde à deux fois quand un flic doit pourchasser une idole divine de soixante centimètres dotée d’une impressionnante moustache quand elle se met à arpenter les rues de Chinatown, disséminant une vague de chaos et de magie érotique sur son passage.

    L’inspecteur-chef Roku MacCormick à la Division des Crimes occultes de Chinatown fait face à de nombreux défis qui vont bien au-delà de son héritage humano-féérique, des dragons mécontents qui gardent les portails de la cité, ou encore des explosions des usines à nouilles. Lorsque l’une de ses affaires tourne mal, Roku se voit affublé d’un nouveau partenaire en qui il n’a pas confiance, Trent Leonard ; sans parler de sa famille liée au syndicat du crime dont il n’a pas envie et du serial killer adepte des arts magiques qu’il a désespérément envie de retrouver.

    Bien qu’il préférerait rester chez lui avec Bob le Chat et descendre son whiskey jusqu’à s’endormir, Roku saisit son badge et son flingue tous les jours, bien décidé à servir et protéger la ville qu’il aime. Mais quand la pègre aux mœurs mystiques fait de sa vie un cauchemar et que son enquête devient mortelle, Trent assure ses arrières, et protège même son cœur... même si de ce que Roku peut voir, Trent est aussi dangereux que les monstres et les criminels qu’ils ont juré d’amener devant la justice.

    Date de parution : 2018          Publié par : MxM Bookmark

    Dim Sum Asylum   de Rhys Ford

     Le moins que l'on puisse dire à propos de ce roman est que son histoire est littéralement entraînante. Le lecteur se voit pris dans un tourbillon d’événements au fil des pages qui ne lui laisse aucun répit ainsi qu'au héros Roku MacCormick.

     Voila donc un roman intense et captivant. Quelques lignes et il ne nous en faut pas plus pour nous retrouver plongés au cœur de l'action et immergés dans l'univers particulier de cette histoire où humains, créatures mystiques, faes...se côtoient. A ce stade, je n'ai qu'un seul reproche à faire : certains termes spécifiques à la nourriture ou à la dénomination de créatures issues du folklore asiatique ou autres auraient mérités une note en bas de page pour nous expliquer de quoi exactement il en retourne. Mais, heureusement, ce petit bémol ne chamboule pas notre lecture puisqu'on arrive à suivre les événements palpitants qui tissent les journées des policiers.

     En suivant Roku dans son enquête, on croise une pléthore de personnages qui appuient ce sentiment de foule et de fourmillement tout autour de l'inspecteur. Du coup, ce sont des relations filiales complexes qui peu à peu se révèlent à nous. Alors que Roku souhaite rester à l'écart de sa famille liée au syndicat du crime, celle-ci reste cependant très présente autour de lui. L'arrivée de son nouveau coéquipier l'amène à prendre conscience de la solitude dans laquelle il s'était sciemment retranché pour ce qui est de sa vie privée. Les deux personnages de Roku et Trent, bien qu'ils n'aient pas eu le même parcours, ont tous deux étaient marqués par leurs passés respectifs. Leur rencontre est comme une nouvelle bouffée d'oxygène qui les ramène à l'instant présent. 

     C'est un roman pleins de rebondissements et d'action, bien loin de nous laisser tomber dans un quelconque ennui. Une incursion au sein de Dim Sum Asylum est fortement conseillée tant il serait fâcheux de passer à côté de ce tourbillon étrange et fascinant. 

    Manon

     

     

    Vous le trouverez ici :  Dim Sum Asylum
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique