• Dans le genre chronique complètement subjective et écrite avec des étoiles plein les yeux (et des " ho putain " plein la bouche aussi mais c'est moins glam) Faux départ  de Janey Chapel est un court roman sur un retour du premier amour publié chez Dreamspinner Press en 2014.


    Faux départ de Janey Chapel
    Le pitch: 


    C’est la réunion décennale de l’université de Tucker Locke, et il n’a pas fait grand-chose de sa vie. Bien sûr, il est devenu un brillant avocat avec une belle voiture et un bel appartement, mais sa vie est vide, et Tucker sait pourquoi. Dix ans plus tôt, ne se sentant pas prêt à accepter son homosexualité, il a laissé Whit Jamison derrière lui. 
    70 pages.



                                                                                  *****

    Le sujet est assez traditionnel dans le genre, la plume de l'auteur  et l'intensité de ses mots le sont beaucoup moins. 

    Tucker retourne dans sa ville natale pour une soirée d'anciens et retrouve Whit son premier réel béguin qu'il avait toujours tu et fini par rejeter n'assumant pas du tout son homosexualité naissante.
    Facile, convenu, déjà lu, déjà écrit... oui mais non ! Faire quelque chose d'aussi fouillé, intense et profondément humain d'un sujet moult fois rebattu dans un format assez restreint est en soi un vrai parcours gagnant. Un fil rouge fort où le traitement et l'intonation donnée à l'alternance des points de vue sont assez innovants et surtout séduisants. C'est  presque un dialogue direct avec le lecteur plein de finesse, de drôlerie et de sensibilité en demi teinte. Un pas après l'autre, un souffle derrière l'autre, un mot suivant l'autre l'auteure nous présente ses deux héros avec un affect particulièrement efficace permettant de voir plus loin derrière les images littéraires des amours perdus ou déçus. Elle nous livre une véritable introspection sensible et réaliste de ce qui nous mène à la lâcheté, la fuite, la course lente et épuisante à la normalité que l'on est si prompt à préférer au sprint étourdissant de ses sentiments ou de ses besoins.

    Tucker est ce personnage fuyant, pleutre que l'on pourrait abhorrer si sa propre perception de lui même n'était pas si perspicace et sans fausses excuses. Il se sait, se connaît mais se cache, court encore et toujours, non pas après quelque chose mais pour semer un passé renié qui le talonne. Whit est le gentil, celui qui a souffert, que Tuck a laisse derrière lui pour franchir les lignes trompeuses d'une victoire et d'un avenir amers et sans vie. Il est resté cet homme sain et honnête, de ceux qui se regardent sans rougir dans les yeux des autres et qui prennent la vie comme une randonnée partagée avec eux.

    Alors oui on pourrait croire le schéma facilement tracé de longues lignes bien droites qui nous mèneraient d'un point A à un point B. Et c'est le cas dans ce scénario sauf que voilà Janey Chapel nous prouve que le noir et le blanc dans l'imagerie de la romance c'est vraiment surfait et que toutes les nuances de gris sont bien plus passionnantes. 
    Passionnantes comme cette façon de nous montrer la souffrance et la peur sous les deux angles pas si droits que ça.
    Vivantes parce que la peur et le doute ça use les certitudes même des hommes les plus lâches, que leurs sentiments sont bel et bien présents et qu'une fois qu'on a pris son élan il est parfois difficile de s'arrêter et de faire marche arrière. Que ces mêmes peurs ou doutes peuvent à contrario vous pousser à vous construire, vous accepter et à vous sourire dans la glace.  
    Émouvantes ces nuances quand elles nous montrent aussi qu'il est tellement facile pour celui qui a été abandonné  de juger l'autre et de se dire "moi je ferais ci ou ça " et de réaliser au final que nous n'avons pas tous la même facilité à nous révéler au monde.

    Une nouvelle courte, précise et percutante qui m'a complètement noyée dans sa douceur, sa nostalgie et sa sensualité. Un récit ou chaque mot touche au plus juste des émotions si évidentes,  qui dédramatise cette vision romanesque de la puissance de l'amour au bénéfice de la réalité de la compassion, de la compréhension de l'autre et du pardon.
    C'est  super bien construit, astucieux et drôle quand ça doit l'être, viril et terriblement concret quand il faut et moite comme un tee shirt mouillé après un bon jogging.

    Je le dis clairement  j'ai  adoré  ce roman  et je me fous de savoir si la trame est facile ou pas, si le sujet est classique ou pas, si ces hommes sont crédibles ou pas car Janey  Chapel m'a tout autant convaincue par sa façon de dépoussiérer ce genre de thématique que par l'intensité et le bien fondé de la psyché de ses personnages.
    Une superbe petite histoire où deux hommes partis avec des rythmes différents finissent enfin leur course au coude à coude et qui, petit plus, parviendrait presque à nous motiver pour un jogging (j'ai dis presque hein, faut pas pousser non plus). Yop.


    Faux départ de Janey Chapel

     

     

    Vous le trouverez ici : Faux départ

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les frondes du destin et les flèches de Cupidon, publié en Février 2019 est un petit roman " plaid et cheminée " qui se déguste comme un téléfilm M6 les jours de neige.


    Les frondes du destin et les flèches de Cupidon (Avocats amoureux t. 2) d'Ari McKayLe pitch : Les célèbres avocats Dane Coulter et Cal Monroe sont rivaux au tribunal et amis en coulisses. Mais pourront-ils être davantage ?

    Cal en a toujours pincé pour Dane, mais celui-ci est si profondément dans le placard qu’il ne peut même pas admettre la possibilité d’être gay. Son père, un homophobe enragé qui dirige sa famille d’une main de fer, force Dane à se fiancer… à une femme. Dane entre dans son jeu pour maintenir la paix et protéger sa mère, mais pour Cal, c’est la goutte qui fait déborder le vase.

    Il ne peut pas laisser Dane commettre une erreur qui pourrait gâcher le reste de sa vie et il ne connaît qu’un seul moyen infaillible de lui faire admettre ce qui se trouve dans son cœur. Mais déclarer ses sentiments à son ami pourrait mal tourner, creusant un fossé entre eux. Et même ainsi, le choix doit venir de Dane : vivre la vie que son père désire ou abandonner tout ce qu’il a pour avoir une chance de bonheur dans les bras de Cal.

                              

                                                                       x x x x


    C'est  mignon, succinct et ça va droit au but sans etre trop abrupt. Ari Mckay sait faire de la romance entre hommes, suave et doucereuse, avec la jolie fin qui va bien pour satisfaire les cœurs tendres.

    Dane et Cal sont avocats tout deux, amis et parfois concurrents. De leur rencontre est né un amour plein de non dit largement perturbé par l'omniprésence du père de Dane qui semble régir sa vie depuis toujours. Dane va t il s'émanciper ou se contenter de vivre une destinée par procuration? Grande est la question, gros est le suspens n'est ce pas? 

     Alors oui tout est facile, téléguidé  et déjà lu mais ça a au moins le mérite de tenir la route, d'avoir une bonne traduction et une bonne armature pour nous livrer une romance courte et efficace. Ca sent bon la grande ville américaine et les relents d'Ally Mcbeal, le mythe hollywoodien et la comédie sentimentale qui s'assume. Les deux personnages sont assez crédibles, peu engoncés dans les normes physiques  dont on nous absout pour une fois et leur psyché toute littéraire semble convenir à un un fil rouge classique mais pertinent.
    L'un lutte contre lui même pendant que le second l'attend avec patience et dévotion. On lutte donc nous aussi avec des personnages secondaires bien plus convenus ou clichés  et on attend aussi le dénouement sensuel de cette lutte acharnée pour la liberté de Dane. On retrouve également avec plaisir Erick et Kévin tout droit sortis de la première nouvelle de la série qui poursuivent leur romance avec des sourires pleins de dents!!

    Alors au choix on trouvera ça mignon ou guimauve, trop court ou pas assez poussé : j'avoue  qu'une approche plus précise de leur métier d'avocat aurait été un vrai plus surtout concernant le combat de Cal pour obtenir son cher et tendre. Mais voilà, parfois, la facilité c'est reposant surtout quand elle est assez bien construite et que la plume  est agréable . Un court roman a déguster pour se laver les neurones ou pour se reposer les synapses et pour satisfaire nos envies les plus fourbes de sucreries sans prise de calories. Yop.

     

                                                                         

    Les frondes du destin et les flèches de Cupidon (Avocats amoureux t. 2) d'Ari McKay

     



    Vous le trouverez ici : Les frondes du destin et les flèches de Cupidon

    Et la chronique de Rose sur le tome 1 ici 

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une jolie petite nouvelle pleine de sucre et de paillettes chocolatées avec Joli papa d'Alain Meyer éditée chez Textes Gais en Mai 2015.


    Joli papa d'Alain MeyerLe pitch : Très dur, lorsqu'on est un jouisseur invétéré, de tomber amoureux d'un inconnu rencontré par hasard. Encore plus dur de s'apercevoir que l'objet de vos rêves est l'heureux papa du plus charmant bambin qui ait jamais existé. Avais-je le choix ? J'ai également eu le coup de foudre pour l'adorable bébé. Le fils n'a pas été très difficile à conquérir. Quant au joli papa, ce fut une autre histoire...
    Un récit bourré de sentiments, avec ses joies, ses peines et ses émotions. Aurélien va utiliser tous les moyens pour séduire Michel. Y parviendra-t-il ?

                                                                   ***

    Une histoire douce et tendre qui vous présente un beau bébé  cupidon qui pousse un jeune papa endeuillé à s'ouvrir  à la passion du jeune Aurélien.

    Un sac de course trop plein, une boite de raviolis violemment explosée sous le pneu d'une  voiture et voila notre jeune architecte volage aux prises d'un coup de foudre renversant. Retrouver l'homme qui lui a volé son cœur se révèle une entreprise de longue haleine, une exploration plus que poussée du parc des Buttes Chaumont et des heures assis sur un banc à prier les dieux. 

    Michel est perdu dans son deuil et la gestion de son tout jeune fils qu'il enchaîne sans s'en rendre compte à sa tristesse. Sa rencontre avec Aurélien, déjà perdu dans son amour pour lui sans qu'il  le sache, lui redonne gout à la vie et au sourire. Le coup de foudre a frappé Aurélien  tout comme le jeune Ronan qui ne peut se passer de lui et semble reconnaître en lui cette autre moitie de famille qui lui est nécessaire. Son père, ravi de la joie retrouvée de son enfant, se laisse donc aller à côtoyer Aurélien pour son bien.
    L'histoire non pas d'un mais de deux coups de foudre qui vont désormais irrémédiablement changer la vie des deux hommes.

    Une novella pleine de jolies ficelles romanesques que l'on prend plaisir à tirer dans tous les sens pour voir s'animer deux personnages charmants et presque fleur bleu. On soupire, on sourit et on ronronne en harmonie avec bébé Ronan au contact d'un couple qui se trouve avec beaucoup d'amour après s’être cherché de longs mois aussi douloureux pour l'un que pour l'autre.
    Ça pourrait etre mièvre et trop glucosé pour être autorisé aux diabétiques mais c'est surtout mignon tout plein comme nous les filles on aime tant. Yop

                                                                         

    Joli papa d'Alain Meyer

     

    Vous le trouverez ici : Joli papa
     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une histoire faite de lycra, de cosplay et de corps musclés ça ne peut que nous séduire ! Sorti en février 2019 chez Juno Publishing En attendant Clark d'Annabeth Albert est un court roman de 92 pages très jouissif sur le thème du retour de flamme.

    En attendant Clark d' Annabeth Albert Le pitch: 

    Lorsque Bryce Weyland accepte d’assister à une convention de bande dessinée déguisée en super-héros, la dernière personne qu’il s’attend à voir est son ancien meilleur ami (et son dernier béguin sans espoir), Clark Kenmore. Mais c’est impossible de ne pas remarquer Clark : il porte des collants en spandex, une cape arc-en-ciel et le même sourire désarmant qui hante les rêves de Bryce.

    Cinq ans auparavant, ils ont partagé un baiser qui a torpillé leur amitié. Mais maintenant, Clark est de retour à Portland et il ne souhaite rien de plus que retrouver l’amitié facile qui a caractérisé leurs années d’université. Mais Bryce lui indique clairement que sa mission nécessitera un effort surhumain et plus qu’un peu de chance.

     

                                                                         ∇ ∇ ∇ ∇                   

     La première chose que je me suis dit, tu vas rire (si tu vas rire j'ai dit nanméo !!), en voyant ce roman c'est "punaise j'ai déjà le gif parfait pour ma chronique" et rien que ça dans mon monde c'est un p... de signe ! 
    Un roman court mais très efficace qui sait mettre en avant des sentiments forts et une situation qui fait partie de mes préférées : le retour du premier amour.
    Annabeth Albert nous avait déjà plus que convaincu avec son Status update l'an dernier et elle fait montre à nouveau ici d'un vrai savoir faire en terme de romance tendre et passionnée ! 
    Etre fan à la base de Superbat ne m'a pas aidé à ne pas sombrer dans la soupe plus que délicieuse de cette novella.
    Les deux persos, même si d'emblée on va se poster derrière Bryce (chuuuut ne dis rien) pour avoir souffert du départ de Clark, sont aussi sympa l'un que l'autre. L'un est parti pour réussir  l'autre est resté car très proche de son père. 
    Leurs retrouvailles sont pleines de tension, on s'en doute et on adore ça bien sûr, la charge émotionnelle ne cessant de grimper pour notre plus grand plaisir. La rancœur n'a rien à envier à l'attachement qui est resté très fort entre les deux hommes ayant chacun parcouru leur chemin. Bryce est un homme blessé alors que comme Clark il avait décidé au final que leur histoire n'avait pas lieu de commencer même si, lui, était prêt à prendre le risque. 

    Un retour au bercail pour un  Clark plein de regrets pour participer à un comic-con et faire saliver son ancien et meilleur ami. Et il est vrai qu'il n'est pas le seul à baver sur cette douce histoire, on se régale littéralement de leur rapprochement, des tentatives timides mais fermes de Clark et de la bouderie bien fondée de Bryce. 
    C'est vraiment une histoire touchante même si elle est courte et classique car les émotions et les sentiments sont très bien relayées, pour un format rapide, par l'approche à la fois tendre et grave de cette séparation. Les chapitres parfois divisés entre passé et présent nous immergent dans leur histoire et on se prend au jeu avec une facilité déconcertante !  On se retrouve séduit sans même l'avoir vu venir, en train de craquer en se rongeant l'ongle pour ces deux hommes à cape. Le récit est parsemé de petites graines d'humour qui font mouche à tous les coups et de moments d’introspection partagés avec le lecteur qui révèlent toute la teneur de leur sentiments si longtemps mis de coté.

    Cette thématique est souvent utilisée, c'est vrai, et ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre. Mais c'est surtout pour ça que je suis parfois si agréablement surprise quand une romance répond parfaitement à mes attentes. Arriver encore à me charmer avec un domaine que j'ai lu et relu. De la tendresse, de la rancœur, du toboggan émotionnel, des hommes chauds bouillants un brin engoncés dans leur costume de pudeur et un déroulé automatique qui fait vibrer mon âme de midinette accro au lycra moulé sur de puissantes cuisses musclées (rien que là je t'ai convaincu j'en suis sûre) et un bel hommage à la BD de nos super héros favoris ainsi qu'à quelques références de cinéma.

    Un petit roman fort, intense et torride, qui vous fait chavirer en moins de deux et alterner votre décision entre aimer Bryce ou Clark comme lors d'une bonne vieille partie de tennis. C'est aussi très émouvant car ces deux hommes, loin de leur costumes de scènes de surhommes sont très attachants par leur discrétion, leur sentiments voilés et leur amour de jeunesse si profondément ancrés en eux et ce qu'ils sont devenus. Alors je ne vois aucune bonne raison d'attendre pour se plonger dans leur histoire. Yop.
    Merci à Juno Publishing pour leur confiance.

      Citation: Il ne recula pas. Il soutint mon regard et toute notre histoire se rejoua le temps de deux respirations. Inspire, première année: j'ai tellement envie de Bryce, mais son amitié m'est trop précieuse. Expire, toutes ces histoires ennuyeuses avec des hommes qui n'arriveront jamais à sa cheville. Inspire, le baiser. Expire, il m'a tellement manqué.                                                                     

    En attendant Clark d' Annabeth Albert

     



    Vous le trouverez ici : En attendant Clark

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une jolie histoire pleine de romantisme broussailleux et d'odeurs de forêt, c'est une  fois de plus Sully Holt qui frappe avec sa Chronique d'une Saint Valentin  ratée qui sort le 11 février 2019. 


    Chronique  d'une  s6aint Valentin ratée  de Sully Holt

    Le pitch: 
    Abel vit en ermite depuis des mois, seul dans sa maison perdue au milieu de nulle part. Entre les soins apportés aux animaux qu’il recueille et l’artisanat qui le fait vivre, il mène une existence paisible. Et ça lui convient.Parce qu’Abel déteste les gens.Tous les gens.Jusqu’au jour où une rencontre inattendue avec un homme adorable et maladroit va venir perturber son univers trop calme...


                                                                        ****

    Pas si ratée que ça et même beaucoup mieux encore. Sully Holt nous offre encore un de ses portrait d'hommes comme elle sait si bien les créer.
    Un jeune sculpteur râleur et ermite, après avoir passé des années à fuir le monde, se retrouve embringué malgré lui dans un rencard  presque imposé par un ami commun. Abel donc, comme soumis au jugement divin, voit débarquer chez lui le charmant et terriblement maladroit Caïn qui fait tomber ses barrières au sens propre comme au figuré. Les débuts de leur rdv s'avèrent plutôt houleux quand ils réalisent qui ils sont l'un pour l'autre mais la nature, toujours si chère à l'auteure, oblige aide nos deux jeunes hommes à laisser éclater les flammèches d'une passion en devenir.

    Comme d'habitude  avec Sully Holt, on est plongé dans une ambiance à la fois  toute masculine dans son essence et pleine de romantisme, une nouvelle où bottes pleines de boues côtoient costume cintré, ou la peur de l'autre affronte le sourire de la maladresse sur pattes. Deux personnages rapidement suggérés  à cause du format (maudit format qui nous frustre à chaque fois !!) mais suffisamment pour qu'on leur trouve du corps et de l'âme. Abel et Caïn, deux hommes aux antipodes que le seule envie d'être ce qu'ils sont réunit sous les grincements du vent de février plutôt que sous l'éclairage une bougie fièrement dressée  sur une nappe de resto.
    Une ambiance où la chaleur s'installe très vite, aussi surement que les vapeurs d'un chocolat  chaud ou d'un plaid qui vous réchauffe le cœur devant une bonne comédie sentimentale. On y trouve tout ce qu'on aime justement dans la comédie: cet humour parfois potache mais souvent sensuel que l'auteure sait donner à ses  personnages, ces petits moments difficiles qui dessinent la personnalité et le passé de ses hommes et surtout cette tendresse addictive qui parvient toujours à mêle  des rustres à un romantisme digne de la Saint Valentin.

    Une nouvelle sous le signe du bois qui craque, de la neige qui engouffre le temps et du vent qui noie les soupirs d'une soirée sur un sol pas forcement  confortable mais très caliente quand Abel et Caïn se décident à y faire des galipettes.
    C'est  doux, très suave, toujours bien écrit, ça respire toujours les bois et les forêts ( même si c'est pareil) un peu la marque de l'auteure d'ailleurs et ça se lit avec beaucoup de plaisir . Plaisir qui comme toujours nous pousse à imaginer une histoire plus longue, une suite ou un autre tientoutseul du même acabit.  Mon cahier des réclamations  auprès de Sully Holt n'en  finit pas de s'agrandir et elle parvient petit à petit avec ses hommes âpres et bourrés d'autant de défauts que de tendresse à créer son vrai petit  univers qui me charme à chaque fois. Yop 

                                                                         

    Chronique  d'une  Saint-Valentin ratée  de Sully Holt

     

    Vous le trouverez ici : Chronique d'une Saint-Valentin ratée
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un voyage étrange entre onirisme, parcours initiatique et mythologie religieuse écrit par Nocmyst et publié chez Homoromance en décembre 2018. 

    Le rien éternel de NocMystLe pitch: Matoé est un jeune homme en conflit avec lui-même. Lors d'une journée, il va enchaîner les bourdes, ce qu'il le mènera dans les bras d'un ami proche. Une pensée morbide née dans son cœur. Puis, une semaine plus tard, un chat noir apparaît au seuil de sa porte. D'ici, l'histoire prend un nouveau tournant. Après avoir repoussé Philéas, son ami, une crise cardiaque va le plonger hors de son corps. Un être singulier va le mener jusqu'au purgatoire : première étape pour accéder à la mort. Loin de la vie, Matoé va devoir revivre des scènes d'un passé oublié. Il va se confronté à lui-même, pour enfin comprendre ce qu'il avait mené à repousser Philéas. Étape après étape, Matéo va renaître et accepter son déni, jusqu'à tomber dans Thanatos izanami : nomination du territoire des morts.

     

                                                                          " " "

    Un récit surprenant, à des kilomètres de la romance mm qui nous présente le parcours de mort d'un jeune héros parti dans les limbes des autres mondes de Gaïa.

    Un jeune homme un peu perdu de son vivant qui, au milieu de ses doutes, finit par croiser ce qui pourrait être son vrai amour mais qu'il laisse en suspend pris dans le tourment des peurs et des questions. Phyleas, cet autre homme qui semble parfait et dont il ignorait etre épris jusqu'à ce jour lui permet au même moment de découvrir son vrai moi, l'amour et la mort. Un parcours initiatique bien écrit, avec un style plaisant, créatif, qui fait la part belle aux effets de décors et qui scénarise très bien les lieux et les événements pour nous faire glisser de monde en monde, d'oubli en découverte.

    Une première partie réussie, nous emportant sur les questions et les mises en situation, qui nous inquiète tout autant qu'elle suggère. Un défilé de mondes successifs après la vie qui prête à découvrir à la fois l'imaginaire  très lyrique, et même parfois poétique, de l'auteur et le passé de son héros resté jusque là assez intemporel presque sans visage. Un début de voyage parfois angoissant parfois simplement chatoyant qui fait son petit effet c'est à dire nous garder captif du fil rouge. Un peu de mystère, quelques éléments inspirés du monde artistique de Matoé, d'autres directement tirés de nos croyances humaines et voilà déjà les quelques indices qui nous guident doucement sur le chemin futur du héros pour observer sa destinée encore incertaine.

    La deuxième partie en revanche perd son souffle à force de déshumanisation et d'insensibilisation du héros au monde des vivants. La logique et la cohérence ne sont pas en cause mais à perdre ses souvenirs, ses émotions, ses peurs et ses traumas, le personnage devient un peu comme une âme errante qui ne saurait pas trop où elle va. Le lecteur se retrouve donc un peu perdu dans un univers certes parlant et fort bien décrit mais quelque peu flou et sans réelle direction. On se retrouve donc sans le voir venir sur un épilogue qui clos le sujet sans que l'on ait l'impression  d'avoir eu notre compte. Cette seconde partie aurait grandement mérité  un peu plus d'âme et de justification pour qu'on lui trouve le même intérêt que la première. C'est dommage car le format court,  le style jeune  et sympathique permettent une lecture appréciable d'un univers visiblement assez riche mais pas assez porteur du but de l'auteur.

    Je ne suis pas une grande fan de la fantasy ou de l'onirisme et mes portes de la perception s'arrêtent aux quelques notions de voyages chamaniques lues ici ou là, je ne suis donc peut être pas le meilleur public pour ce type d'écrit. On peut cependant allouer à son auteur son originalité, sa réelle capacité à créer une ambiance poétique, particulière et lui souhaiter de trouver la maturité nécessaire pour exprimer avec plus de précision ses objectifs. Un récit à découvrir si l'on  souhaite s’échapper un peu de la romance traditionnelle car on en est clairement très loin et découvrir une ambiance beaucoup plus mystique accompagnée d'une douce musique de mots toute en couleur. Yop.

                                                                            

    Le rien éternel de NocMyst

                                                       

     

    Vous le trouverez ici : Le rien éternel
     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un petit moment assez court mais très chaud avec  Derrière son objectif de Beth Michele publié  chez Juno Publishing en Mai 2018. Un petit récit de 95 pages plaisant qui même s'il n'apporte rien de neuf nous permettra de faire agréablement un trajet en train par ex (et ouais j'aime bien prévoir mes trajets et mes durées de lectures en conséquent, qui a dit que j'étais une maniaque?).

    Derrière  son objectif de Beth MicheleLe pitch: 

    Parfois, la vie prend un virage à 180 degrés.
    Jake Donovan est le mien.

    C’était censé n’arriver qu’une seule fois. Un cadeau d’anniversaire pour la séduisante Willow.

    Il n’était pas censé avoir cet effet sur moi. Mais il l’a eu.
    Il n’était pas censé me consumer. Mais il l’a fait.
    Il n’était pas censé me toucher à des endroits qu’aucun autre homme n’avait touchés auparavant. Mais il l’a fait.

     

                                         #  #  #


    Un gay for you assez convenu dans son style et sa plume, qui n'offre rien d'extraordinaire si ce n'est un joli moment de lecture assez chaud avec Sean et Colt . Colt qui a failli embaucher Sean pour une partie à trois avec sa girlfriend du moment.
    Colt flashe très vite sur le joli monsieur, qui semble bien plus mûr que son âge réel et cela parait d'ailleurs étrange tant on lui donne plus facilement la trentaine bien entamée que 25 ans, et décide finalement de le garder pour lui tout seul. Sean se montre insistant dès le départ et percute de plein fouet les désirs de Colt et ses certitudes sur sa sexualité. Le tout se joue très vite vu le format, c'est assez habile pour une romance très sexe, suffisamment pour laisser éclore des petits moments introspectifs et d'autres plus tournés sur la tension amoureuse même  si celle ci arrive un poil trop rapidement. Et bien sur comme d'habitude on se plaint de ne pas en avoir eu assez et d'avoir juste le sentiment d’effleurer le thème.

    On obtient au final une novella classique mais plaisante, avec une de ces histoires sans prétentions qui finalise parfaitement ses objectifs malgré une traduction par moment un peu légère mais au moins sans grosses failles. Un moment de chaleur, de romantisme qui comblera  les attentes  des addicts de...romantisme et de chaleur tout simplement. Yop

    Vous le trouverez ici: Derrière son objectif
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'assistant coquin du Père Noël d' Ari McKay

    ME : Dreamspinner Press

    Sortie : 3 Décembre 2018

    Une occasion inattendue se présente pour le timide avocat Kevin Anderson quand il tire le nom du bel avocat Erik Wilson pour l’échange secret de cadeaux de Noël de leur cabinet. Kevin se languit de son ami depuis longtemps, mais il craint de ruiner leur relation de travail si Erik ne lui rend pas ses sentiments. L’anonymat de l’échange lui donnant la chance de lui faire savoir que quelqu’un est intéressé, Kevin transforme donc le cadeau en jeu : douze jours de présents, chacun plus suggestif, se terminant par une rencontre au réveillon – s’il trouve le courage d’aller jusqu’au bout !

    Erik est intrigué par son Père Noël secret, qui lui a donné quelque chose à attendre avec impatience jusqu’aux fêtes pour la première fois depuis des années. Mais alors que Noël approche, il se rend compte qu’il ne veut pas d’un homme mystère ; il désire son meilleur ami, Kevin. Lorsque ses tentatives pour commencer quelque chose avec celui-ci échouent, Erik accepte l’invitation à dîner de son admirateur secret. Il est loin de soupçonner que le vilain petit assistant du père Noël est l’homme qui fera de tous ses rêves de Noël une réalité dans une romance qui passe du doux au piquant pour deux avocats sexy.

     

    §§§

     

    Petit conte de Noël dans un cabinet d'avocats. Chaque année, au sein de cette entreprise, a lieu un échange de cadeaux "Père Noël secret", où chaque employé tire le nom d'un de ses collègues pour lui offrir un beau présent.

    Kevin tire a sort le nom d' Erik son ami dont il est amoureux secrètement depuis longtemps. Il est très timide, a tendance à rougir vite mais voit là une occasion pour avouer à Erik ses désirs. Il va lui concocter une série de douze cadeaux d'avant Noël pour lui démontrer son intérêt. De son côté, Erik qui est d'un naturel plus fonceur, espiègle et sûr de lui se prête au jeu espérant y trouver au final son bonheur.

    Jolie petite histoire de Noël, sans prétention, mignonne, pleine de boules et de guirlandes qui se déguste avec un chocolat chaud, quelques gourmandises au coin du feu. Si on a un besoin express d'une bonne dose de romantisme, d'amour, c'est pile ce qu'il vous faut. Rose Taylor

     

    Vous le trouverez ici : L’assistant coquin du Père Noël

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une jolie découverte pour moi que la plume d'Angie Le Gac à travers cette novella au parfum, très actuel, des tribulations d'un auteur d'aujourd'hui et de son avènement via les réseaux sociaux.

    Un Best-Seller pour Noël d' Angie Le GacLe pitch: 
    Sébastien et Loris se sont rencontrés dans un groupe de passionnés de littérature, sur Facebook. Depuis, ils sont amis.

    La fin de la trêve hivernale approche et Sébastien, artiste maudit, connaît des difficultés financières et risque fort de se retrouver à la rue. En désespoir de cause et ayant déjà vendu tout ce qu'il possédait, il s'apprête à se séparer de son ordinateur, son outil de travail.
    Loris, alarmé par la situation de son ami virtuel, lance une cagnotte destinée à récolter les fonds nécessaires au remboursement des dettes de Sébastien. Le jeune homme parvient à réunir de quoi payer le loyer de son ami pendant quelques mois, mais en contrepartie, celui-ci s’engage à écrire un roman à l’intention des donateurs. 
    Loris pense avoir un plan pour que le futur livre de Sébastien soit un succès… 

                                                              * * * *

    Pour une fois je vais commencer avec le style que j'ai beaucoup aimé, un style fluide (mouhaha vous y avez cru hein au coup du fluide !!!), une plume douce et efficace qui tombe page après page comme des flocons illustrant chaque  passage avec sa géométrie particulière.
    On y trouve en effet de très beaux moments de poésie, des instants de tendresse épurée, des petites doses jouissives de peps qui nous entraînent sur ce Facebook que nous côtoyons tous au quotidien. D'autres aspects plus contemporains avec le combat de Seb et des jeunes écrivains complètement noyés dans leur processus créatif et cette vision plus pragmatique de la réalité de l'édition littéraire présentée par Loris. Le tout est soigneusement écrit par une auteure qui sait dessiner sa vision commune des deux mondes avec une légèreté touchante sans chuter sur la considération trop catégorique. 

    Son récit n'en reste pas moins profond car c'est avant tout l'histoire de deux hommes qui se sont connus dans le virtuel et se sentent retenus par la peur de concrétiser plus sûrement ces liens ténus mais déjà  précieux aux yeux de chacun. Un Sébastien timide, complexé par son physique qui peine à accepter une rencontre in the real life comme c'est si est tendance de le dire. Deux profils, deux amis, deux amoureux qui, avec beaucoup d'hésitation pour l'un et beaucoup d'espoir et de patience pour l'autre, finissent avec bonheur par croiser leur trajectoire et tout ça dans un présent de l'indicatif qui coule merveilleusement.
    Les deux hommes sont émouvants, Sébastien par sa timidité et Loris par sa candeur ultra constructive. Chacun tente de cacher ses petits secrets craignant d'éventuels problèmes ou attendant simplement toujours le bon moment qui ne semble jamais être le bon. Le format court, comme toujours, contraint à quelques facilités obligatoires et une fin assez rapide toujours dans le même esprit amour/amitié que le reste de la nouvelle.

    Une romance aux clins d’œil littéraires parsemés comme des flocons doux, qui nous berce à la fois dans une ambiance actuelle et une douceur presque irréelle entre deux hommes, loin de ces obligations sensuelles de dominance ou de rapport de force. C'est mignon, plein de poésie, ça fait du bien et ça vous remet du baume au cœur. A découvrir donc. Yop.

    Citation: Éclats de rires simultanés, à Rennes et à Paris. Nouvelle communion. On danse sur les tombes, on rit de la détresse pour la rendre supportable. On la nie, on l'efface, et on continue à avancer.

                                                                        

    Un Best-Seller pour Noël d' Angie Le Gac

     

    Vous le trouverez ici : Un Best-Seller pour Noël
     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est un petit recueil de 4 nouvelles axé autour du thème de la rencontre que nous propose Sully Holt dont les bénéfices iront à l'association le refuge.


    Rencontres de Sully Holt Le pitch : 
    Deux hommes au bord du gouffre, réunis au cœur d'une région inhospitalière, réexaminent leur relation après avoir fait la plus surprenante des rencontres. Un agent d'entretien découvre l'amitié au travers d'une correspondance inattendue. Un jeune garçon, perdu dans les affres du plaisir, se retrouve lié à une étrange créature... À travers ce recueil de quatre nouvelles, faites des rencontres insolites, douces ou dérangeantes - parfois drôles, toujours marquantes - et laissez-vous porter par le destin de ces hommes.

                                       * * * *                          

     

     4 nouvelles 4 ambiances toutes tournées sur la nature que ce soit celle de la faune et la flore, celle du climat ou celle plus paradoxale des hommes. Un recueil qui profile une progression d'histoire en histoire sur la prise de pouvoir totale de la nature. A peine existante  au départ, si ce n'est par la nature des hommes elle-même, puis esquissée dans un appartement, rigoureuse et dangereuse dans la troisième nouvelle mais qui vous laisse un échappatoire, la dernière létale, totale et poétique ne laisse que peu de chance à son partenaire. 

    La première nous présente  Elliot et Sam le mécano, qui au sein d'une usine se rencontrent sans se voir. Quand une porte de  casier s'ouvre sur de nouvelles perspectives à coup de petit mots  coincés entre les rayons, une histoire pleine d'humour et de tendresse dans un lieu peu propice au glamour. Deux hommes très conventionnels qui par touches intimes et discrètes tissent un lien imprévu par un biais plus que charmant. C'est  sans conteste  celle que je préfère car elle est un vrai prémisse  à une histoire que l'on adorerait découvrir un peu  plus. C'est  bien dans les habitudes de l'auteure de me frustrer de la sorte moi qui la supplie toujours pour des suites .

    Anti-colocataires aborde bien sur encore un thème citadin où la nature commence à faire son apparition par une invasion végétale contrôlée et imposée à Hyacinthe, venu emménagé dans l'appart de ses rêves  ( même si le coloc imposé aux chaussettes bariolées ne faisait pas parti de ce rêve). Une rencontre où deux tempéraments s'affrontent et s'apprivoisent. Un très joli moment feelgood où le sens de la famille, les étagères qui débordent et un jeune ours poilu viennent changer le sens des priorités du jeune homme.

    Neige explore la relation de deux hommes extrêmes dans un milieu non moins extrême. Le froid, la neige, les expéditions pour découvrir et explorer les animaux sauvages ont toujours réunis David et Yann. Ce sera cette rencontre avec un louveteau blessé qui donnera lieu à un nouveau tournant dans leur vie, une nouvelle rencontre dans leur aspirations profondes enfin révélées . Une nouvelle où l'auteure retrouve son amour des mots consacrés à la nature et qui nous emmène  directement sur la dernière .


    Verte l'eau  est une nouvelle que l'on pourrait presque qualifier de féerique et de poétique, un petit univers créé en peu de pages qui navigue dans une ambiance presque mystique, entre une Ophelie de Millais et Le dormeur du val ; un univers surréaliste fait d'eau, de crapaud, de créatures des étangs et de jeune "prince" un peu dédaigneux. La rencontre fatale et empirique d' un jeune homme qui se noie dans les yeux d'une créature qui ne semble n'exister que pour lui. Une nouvelle tout aussi étrange que fantastique qui ravira les amateurs du genre, de roseaux, de vert et d'ambiance un peu glauque mais toujours émouvante et sensuelle.

    Un recueil très court, qui se lit très vite et qui vous délivre sa dose de tendresse à chaque histoire. Des nouvelles qui ne font que confirmer le talent bien présent de l'auteure qui nous avait séduit avec sa saga Cape Cove et qui si je me souviens bien doit s'atteler à un Tientoutseul que j'attends avec impatience !

                                                                           

    Rencontres de Sully Holt

     

     

    Vous le trouverez ici : Rencontres

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique