• Isobel Starling me surprend régulièrement avec ses histoires et celle-ci n'échappe pas à la règle, publiée en Novembre 2018.

    Revenir là d’où il vient d 'Isobel StarlingLe pitch: 
    De retour en Écosse après avoir passé cinq ans à travailler en Australie, Kier Campbell se retrouve piégé sur une route des Highlands, le jour du réveillon de Noël. Il doit impérativement rejoindre le prochain village ou il mourra congelé dans sa voiture de location en panne. Tandis que Kier marche le long de la route verglacée, il ressasse les souvenirs de la vie qu’il a fuie – et l’amour auquel il a renoncé revient le hanter. 

    Alors que le blizzard approche rapidement, un automobiliste l’aperçoit et lui propose de l’emmener. Kier est surpris de reconnaître le conducteur. La tempête empirant, il se rend compte qu’il lui sera impossible de regagner la ferme familiale et qu’il est coincé pour les vacances avec son sauveur. 
    Le premier souhait de Kier pour Noël est de réparer l’erreur qu’il a faite, plusieurs années auparavant, mais il découvre qu’un rival inattendu a les faveurs de l’affection de son amant. 
    Avertissement : Cette histoire de « seconde chance en amour » contient des scènes de sexe gay et de Puppy Play (Jeu de rôle canin Woof !) 

     

                                                                    ¤  ¤   ¤


    Une romance sous les frimas écossais  qui voit le retour de Keir, après une absence de cinq ans, auprès des siens pour les fêtes de fin d'années. Un retour sous le signe de la surprise quand sa route interrompue croise celle de son premier amour Douglas.   

    L'histoire est sympathique, pleine de tendresse et de quiproquos qui plonge Keir dans un tourbillon de sentiments plus ou moins agréables : regrets, jalousie, envies, désirs, souvenirs ... Le jeune homme parti vivre en Australie, pour fuir une sexualité qu'il n'assumait pas face aux siens, retrouve Douglas qui semble mener une vie parfaitement réussie. Les questions se posent sans que jamais les deux hommes ne se fassent de reproches, chacun a vécu avec ses doutes et ses espoirs et force est de constater que les projets de chacun ne se sont pas tous réalisés tels qu'ils  le souhaitaient.
    L'auteur nous plonge dans un décor brumeux et neigeux, propice à l'intimité, où les paysages rugueux de l’Écosse réveillent des choses plus secrètes, des désirs plus enfouis que chaque homme avait mis de côté en l'absence de l'autre. La romance et les retrouvailles se mettent doucement en place, on prend le temps de les voir se reconnaître et eux optent naturellement pour retrouver le piment qui épiçait leur union.  
    J'aime  beaucoup  la thématique  de le seconde chance (c'est même une de mes préférées ) et  elle est ici agréablement mise en valeur dans un récit assez court mais suffisamment complet pour qu'on ne soit pas frustré par le format comme c'est souvent le cas avec les nouvelles. La plume est plaisante, joueuse et le texte assez bien traduit pour permettre une lecture divertissante qu'on suit dune seule traite.

    Je parlais de surprise et ici ce sont plutôt les jeux sexuels des deux hommes qui m'ont amusés, le puppy play comme on le nomme. En effet, je ne suis pas fan de ce genre de trips même s'ils restent très gentils et que je peux tout de même apprécier une lecture qui n'est pas dans mes préférences. Mais, et cela reste très personnel, un érotisme porté sur des actes qui m'amusent plus qu'ils ne m’émoustillent aura tendance à amenuiser l'impact de la romance chez moi (je suis comme tout le monde, j'ai besoin d'une part même minime d'identification ou de projection ) et c'est bien le seul reproche, qui, une fois encore, est plus un jugement de valeur personnelle que foncièrement critique, que je ferais sur ce récit. Deux hommes qui jouent aux chiens je peux comprendre le fantasme mais, je dirais qu'il ne touche pas mes fonctions sensuelles ou émotionnelles.
    Le monde est vaste, les désirs et les attirances aussi, il est heureux que chacun puisse y trouver de quoi se satisfaire et je ne regrette pas de découvrir a chaque fois de nouvelles visions de la sexualité surtout quand l'écrit est de bonne facture. La couverture et le titre avec son petit air romantique me promettait des landes et des cheveux roux, des retrouvailles sensuelles entre deux hommes dans une nuit de Noel glaciale et de ce côté-la,  l'histoire tient ses,promesses. J' ai simplement eu le bonus que je n'attendais pas et que peut-etre je ne désirais pas forcement,  qui me fait basculer entre mon cote peut-etre trop classique et mon cote "après tout pourquoi pas ". Les fétichismes ne me choquent pas, ils me surprennent, me questionnent, et parfois comme ici m'amusent  mais si une romance peut sortir des conventions de cette façon et permettre à un plus grand nombre de s'y  retrouver, ce n'est  pas moi  qui vais critiquer cet possibilité !
    Une nouvelle donc qui vous fera slalomer entre romantisme et surprise et qu'il vous faudra lire en optant pour un sens de l'humour,pour la découverte,  pour une ouverture d'esprit d'esprit plutôt qu'un jugement trop rapide. Une nouvelle qui, on peut le dire, a du chien (oui je sais, j'ai osé c'est pas reluisant) ! Yop.

    Merci à Isobel Starling pour ce sp ! 

     

    Revenir là d’où il vient d 'Isobel Starling

     

     

    Vous le trouverez ici : Revenir là d’où il vient
      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Court, mais chaud !

    Petites gourmandises érotiques, que ce soit entre homme et femme, entre hommes, entre femmes, ou à bien plus nombreux ! Homme torturé par ses désirs dans les vestiaires, femme attirant la curiosité d'un hardeur renommé, couple curieux de nouvelles expériences, séance photo qui dérape, recherche de plaisir entre des mains toujours plus nombreuses... Les corps se croisent, les sexualités aussi, et toujours pour des histoires torrides à la fin.

    Date de parution : 15 Janvier 2019        Edité par : Lemon laboratory

    Omg that's hot !   de Valéry K.baran

    Un format atypique pour ce livre qui recoupe plusieurs courtes histoires ayant pour point commun leurs scènes érotiques. Et l'érotisme de ces nouvelles m'a simplement soufflée par la façon dont il a été traité dans chacune de ces dernières.  

    On apprécie la diversité des univers abordés qui fait que chaque lecteur peut y trouver son compte. Monde futuriste, imaginaire, réel .. ce ne sont pas les décors qui manquent ni les diverses situations ou contextes qui habillent les scènes de chacune de ces nouvelles. Leur format court nous amène à entrer plus facilement, et très rapidement, dans la temporalité de chacune d'elles. Il me semble que la force de ce recueil vient aussi du fait que les protagonistes de ces différentes histoires sont des hommes et des femmes. Couple du même sexe ou non, multipartenaires... on ne se lasse pas de ces écrits. D’ailleurs, la lecture peut s'interrompre à tout moment pour revenir sur une histoire spécifique. Il n'y a pas d'aspect chronologique à respecter hormis pour l'une des nouvelles mais cela est mentionné. Bref, il n'y a qu'à suivre ses envies. 

    La table des matières ainsi que chaque début de "chapitres" sont bien pensés puisqu'ils indiquent le type de sexualité impliqué dans l'histoire ainsi que le genre des personnages que l'on y croise. Encore une fois, il y en a pour tout les goûts que vous soyez lecteur de M/M, F/F, M/F... . "Reflets et forces occultes", "Vintage gay men" ou encore "Sa propre normalité" sont les nouvelles que je préfère de ce recueil même, si en étant honnête, j'ai tout autant apprécié les autres. 

    Ce livre se savoure et se dévore tout à la fois. Il happe votre attention, réquisitionne tout votre intérêt. Les textes y sont tous emprunts d'érotisme, de sensualité et de désir. Jamais vulgaires ni pornographiques et c'est là un des traits de ce recueil les plus marquants pour moi. 

    Merci Valéry K.Baran pour ce SP en version papier. 

    Manon

     

    Vous le trouverez ici : OMG that's hot !
      

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Vente aux enchères d'oméga : tome 1 d'April Andrews

    Sortie : 21 Novembre 2018

    Lorsqu’un loup naît omega, il ne peut pas rester avec sa meute. Il est vendu aux enchères, lieu où les loups sont échangés entre meutes. Les acquéreurs recherchent surtout de la main-d’œuvre pour leurs fermes, de la compagnie pour les membres de leur famille, voire parfois, quelque chose de complètement différent…

    Stephen sait depuis tout petit qu’il va finir aux enchères et a toujours vu cela comme une chance de fuir la meute qui l’a rejeté, et de commencer une nouvelle vie ailleurs. Tant qu’il peut trouver un moyen d’emmener le dernier membre de sa famille avec lui, Stephen se fiche de savoir où il atterrira… En tout cas, c’est ce qu’il a toujours cru… Mais le jour des enchères, un inconnu d’une meute lointaine fait une offre pour lui. Ce loup le veut pour une seule et unique raison… le faire se reproduire.

    Stephen fait face à un choix difficile. Il peut accepter son nouveau statut de loup reproducteur et garder sa famille à ses côtés, ou s’y opposer et perdre non seulement sa famille et sa nouvelle meute, mais toute chance de vivre une nouvelle vie.

     

    @@@

     

    Stephen a eu la mal chance de naître oméga au sein de sa meute, ce qui le situe au point zéro de l'échelle des lycanthropes. Il vit en reclus dans la ferme familiale où il a développé maints talents. Malgré son statut, il vit entouré de sa mère puis de Maggie, une autre oméga, jusqu'à ce que son père, le bêta de la meute, le mette sur le marché des enchères.

    Dans un monde où les omégas sont vendus pour faire de la diversité génétique, Stephen sait qu'il devra aussi y passer, soit pour devenir de la main d’œuvre, soit pour la reproduction. Le jour tant redouté arrive enfin et c'est Daryl -bêta de la meute de Gidéon- qui l'emporte et doit le ramener à son alpha auquel il est promis.

    Le retour sur le territoire de la meute va se révéler plus compliqué que prévu pour les deux hommes. Bien qu'il sache que l'oméga n'est pas pour lui, Daryl éprouve une attirance violente et intense pour Stephen et réciproquement. Le désir et l'amour s'en mêlent et créent un situation que nos deux loups vont devoir finir par affronter.

    Petite nouvelle sur les lycanthropes - hum j'aime - et sur les différentes castes , on effleure ici doucement l'omégaverse. L'omégaverse est un particularité génétique permettant à un certain type d'homme -les omégas- de pourvoir tomber enceint et d'enfanter, ce qui relève de la pure fiction mais qui est de plus en plus utilisée dans les mangas yaois et les romans. Même si je suis très cartésienne et une scientifique pure et dure, j'adore l'omégaverse (comme quoi tout arrive), surtout pour son improbabilité je pense.

    Mais revenons à nos moutons loups : ce qui m'a le plus titillé le bulbe, c'est que ce premier tome prometteur est vraiment court, un peu trop court à mon goût, on n'a pas vraiment le temps d'apprendre à connaitre les protagonistes qui sont sympa, attachants et touchants... qu'ils se sont déjà sautés dessus. On effleure un peu plus Stephen avec ses tourments d'omégas qui voudrait vivre mieux que sa condition imposée. Il se débat entre sa position sociale, ses rêves et maintenant ses sentiments tous neufs pour Daryl. Des tourments affectant aussi le bêta qui devra affronter la réprobation de son clan pour avoir transgressé les ordres par envie d'abord puis par amour. L'auteure joue bien sur les peurs et appréhensions des deux loups surtout face à l'autorité mais aussi sur la montée du désir, des pulsions sexuelles. On a envie de vite connaitre la suite . Rose Taylor

    Merci à Twisted E.Publishing pour ce SP.

     

     

     Vous le trouverez ici : Vente aux Enchères D’omegas
       

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Noël pour un vampire d'Aurore Morgenstern

    Sortie : 27 Novembre 2018

    Aldéric est un vieux vampire. Il règne sur l'Europe depuis longtemps, accompagné de ses amis José et Rose-Marie.
    Mais la présence de loups-garous sur son territoire pourrait bien bouleverser ses habitudes.
    Surtout à l'approche de Noël !
    Il est l'heure de faire la connaissance au côté d'Aldéric, de l'un des elfes du père Noël parti en quête de son oncle !

     

    ****

    Jolie petite nouvelle entre un vampire multicentenaire et un elfe du père Noël. Rencontre improbable entre deux créatures mythiques qui n'existent que dans l'imaginaire collectif ou peut-être pas.

    Aldéric est le "père" de son nid donc le chef, il a réussi à maintenir l'ordre au sein de son nid en convainquant toutes les créatures y résidant de ne pas se nourrir des humains sans leur consentement et leur survie. Cette lourde tâche lui a permis de taire leur existence jusqu'à maintenant. Jusqu'à ce qu'une meute de loups-garous s’octroie ce droit et sème panique et mort dans la ville la plus proche. Aldéric voit rouge et décide d'intervenir rapidement avec ses vampires pour nettoyer la ville. Et c'est au moment où il éradique ces lycanthropes qu'il tombe sur Eljas à deux doigts de se faire bouffer.

    Le coup de foudre est immédiat entre les deux hommes. Chacun va se poser la question de savoir si l'autre ressent la même chose et s'ils peuvent écrire un petit bout d'histoire ensemble. Le mélange vampire et elfe de Noël peut être assez surprenant mais ça m'a bien plu. Comme beaucoup de monde, j'ai craqué sur un certain "gentil" vampire et depuis je dévore et mate pleins de trucs sur le sujet donc premier objectif atteint -ouiiiiiiiiiiiiiiiiii- ensuite depuis 15 jours c'est l'effervescence nowelesque chez moi, second objectif atteint aussi. L'ensemble donne une courte nouvelle fantastique et romantique idéale pour la période de Noël à dévorer au coin du feu dans son canapé... Rose Taylor

     

     Vous le trouverez ici :Noël pour un vampire

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'héritier de Noël tome 3 de Johan Fournier

    Après avoir accepté son rôle de père Noël pour l’un, puis enfilé le costume de Jack’O, le roi des citrouilles, pour l’autre, Naël et Elfy sont de retour pour une troisième aventure…

    En cette soirée du vingt-quatre décembre, les deux hommes embarquent à bord du célèbre traîneau, afin d’effectuer leur première tournée. Et autant vous le dire, rien ne se passera comme prévu.

     

    ****

    Troisième volet de l'histoire de Naël et d'Elfy son compagnon aux oreilles pointus. Les choses sérieuses commencent pour le nouveau père noël qui va devoir assurer, comme seul maître à bord, son premier voyage autour de la Terre pour déposer tous les cadeaux commandés par les enfants sages. Il a passé l'année à moderniser ses usines, ses jouets , ses traditions ....afin de faire transparaître sa personnalité, ce qui chamboule un peu tout son petit monde de lutins et d'elfes. Ils vont finir par s'adapter à ce nouveau père Noël très très sexy, à son compagnon un tantinet étourdi mais si mignon, à leur couple qui défraye la généalogie de la famille Noël.

    Naël part donc faire sa tournée avec Elfy -en tête à tête- mais la destinée va semer d'embûches ce parcours. Les deux jeunes hommes vont devoir s'entraider pour faire de ce Noël un moment tout aussi merveilleux que les précédents. Ils vont passer par des situations cocasses, tendues, stressantes mais aussi pleines de tendresse et d'amour.

    La magie de Noël est présente à chaque page, moi qui suis fana de cette période, j'ai été comblée. Rien qu'en lisant, on ressent les effluves de chocolat chaud, de cannelle, d'épices, du bonheur à presque toutes les pages. Mon âme d'enfant - toujours bien présente - a ajouté "lecture de Noël" à la longue liste de traditions que j'inflige à mes proches. L'auteur met en scène un univers idyllique avec de la neige, des endroits qui respirent la tranquillité et le calme, des sapins et des guirlandes partout et une belle histoire d'amour saupoudrée de parties de jambes en l'air dans des endroits surprenants et émoustillants. Merci à lui pour cette chouette parenthèse inattendue... Rose Taylor

    Merci à Johan Fournier pour ce SP.


    Vous le trouverez ici :L'héritier de Noël 3

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est le début des périodes de fêtes et encore plus de celles des nouvelles de Noel, après Isobel Starling, c'est le tour de Johan Fournier de nous faire retomber en enfance avec ces deux nouvelles.

    L'héritier de Noël et L'héritier d'Halloween de Johan Fournier

     Le pitch :

    L’atelier du Père Noël était en ébullition. Cette journée de réveillon se passait à merveille, excepté au poste de garde de la stalactite magique. Elfy, l’elfe maladroit en charge de sa surveillance fit un constat déplorable ; elle fondait. Ceci indiquait que le Père Noël en fonction devait passer le flambeau à Naël, son petit-fils, qui refusait tout lien avec cet héritage. Elfy fut alors envoyé à New York pour le convaincre de revêtir le célèbre costume rouge. Car si Naël n’acceptait pas sa destinée au 26 décembre, la magie de Noël disparaîtrait. Mais sa mission prit un tout autre tournant lorsque leurs regards se croisèrent. Publié en 2016

    Johan Fournier a sans nul doute le sens et le goût de la magie,  ceux de notre enfance et de notre amour des contes de noël dignes de ses comédies américaines ou des Disney d'animation qui nous attendrissent à chaque fois.
    C'est avec une histoire toute en flocons duveteux qu'il nous offre un très joli moment de rêve avec Elfy et son meilleur ami ours Blaise (non n'aies point peur pas de métamorphe dans le coin) chargés par le père noël de retrouver son petit fils Naël pour prendre la succession au pole nord. La magie de noël est en danger et seul un fils Noël peut la sauver en reprenant le flambeau.
    Naëlréfractaire à l'esprit de noël, est devenu un parfait New new-yorkais dans toute sa splendeur, il a atteint son rêve de s'affirmer par la création de son entreprise au sein de la grande pomme et semblait jusqu'ici se satisfaire  de cette réussite. Elfy, le timide, lui découvre peu à peu en quelques heures la chaleur que Naël cache derrière sa nature frileuse et lui fait retrouver le sens de noël, la joie dans les yeux des petits comme des grands et la sensation d'un cœur qui se gonfle de bonheur. Bien des choses qu'une vie faite de succès et d'argent n'est pas parvenue à refaire surgir. 

    Comme dans toute comédie digne de ce nom, nous avons un couple charmant qui se forme sous la plume fantasque d'un auteur qui sait aussi bien se faire plaisir à lui qu'à ses lecteurs, une romance même assez hot pour nous réchauffer un après midi enneigé avec de belles scènes d'amour comme de famille.  Une histoire simple et magique faite  pour rêver, retrouver son âme de gosse et sa libido de prince/princesse où chaque événement se pose comme une parfaite  construction romantique, de celles qui vous laissent ce petit sourire niais avec les lèvres bordées de chocolat et qu'on  rêve de se faire léchouiller à la fin de la séance.
    Johan nous fait rêver  sous la lumière du sapin, nous fait sourire avec son ours Blaise qui est la vraie voix salace du livre et qu'on  apprécie pour l'équilibrage qu'elle apporte à tout ce romantisme certes facile mais Naël c'est noël après tout !  Et on va pas demander à un repas de noël de nous faire perdre du poids  et encore moins à une romance de noël de nous emporter dans les affres d'une histoire compliquée alors qu'on veut juste avoir les yeux qui brillent.

     

    *******

     

    L'héritier de Noël et L'héritier d'Halloween de Johan Fournier


    Le pitch : 


    Vous souvenez-vous de Naël et Elfy ? Un père Noël récalcitrant à tenir son futur rôle et un elfe, dont la mission était de lui faire accepter son héritage… Eh bien, ils sont de retour…
    Dix mois après leur rencontre, en ce jour du trente et un octobre, alors qu’un événement très attendu s’apprête à chambouler leur vie, une nouvelle aventure totalement imprévue les embarque dans un surprenant voyage. Publié en Octobre 2018

     

     Cette fois, c'est pour la fête d'Halloween que nous allons retrouver nos deux héros toujours aussi amoureux et facétieux. Elfes, père noël et Halloween, curieux mélange me direz vous ! Et bien oui,  curieux mais toujours dans la même veine : avec Amour et Coeur qui peinent à se ménager du temps libre pour se retrouver en couple et surtout  l'arrivée de la petite Becky au sein de leur famille. Une jolie façon d'évoquer toute en douceur le désir d'adopter pour les couples gays et de démontrer que le moteur premier reste le même pour tous, l'amour, la fondation du couple  et le sens de la famille.  

    Elfy et Naël comme tout bons personnages sortis de ces histoires magiques parviennent  avec  beaucoup de facilité à obtenir la petite orpheline le soir même d'halloween. Piégés au retour dans un monde de portails différents, ils finissent à la grande joie de Blaise et de Becky dans le monde du 31 octobre où zombies, sorcières  et autres vampires élisent pour la soirée leur Jack'o lanterne. Celui-ci doit, le temps d'une nuit, les guider chez les hommes pour remplir eux aussi leur fiole des peurs humaines garantissant ainsi la survie de leur propre monde.
    C'est ainsi qu'Elfy passe du faiseur de joie au créateur de phobies, phobies plus ou moins effrayantes selon les cas, nos deux compères réalisent au cours de leur périple le besoin de se rapprocher, de ne pas laisser la vie professionnelle (même si c'est celle du père noël) les séparer peu à peu.
    Encore un joli conte que Johan Fournier nous livre en revisitant à sa façon le monde des citrouilles et des fantômes avec toujours ce regard d'enfant sur tous ces univers de rêves... ou de cauchemars. Les mois de fin d'année  sont parfaits pour souffler et se laisser aller à redevenir des gosses le temps  d'une  histoire qui nous offre toute l'imagerie fantastique nécessaire pour le faire. 
    Et ce sera un plaisir de les retrouver pour lire ce que nous réservent  à nouveau  Naël et Elfy dans leurs prochaines aventures  de Noel. Yop.

    Merci à Johan pour ces Sp!!

     

                                                          L'héritier de Noël et L'héritier d'Halloween de Johan Fournier

     

    Vous les trouverez ici : L'héritier de Noël  L'héritier d'Halloween

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Tout comme les magasins commencent déjà leur merchandising de Noêl, les petites nouvelles mm de fin d'année arrivent tout doucement. C'est Fred et Ginger d' Isobel Starling qui va  réveiller notre coté guirlande lumineuse avec cette nouvelle épicée et sa petite danse autour d'un monde fait de sucre et de chocolat (il est interdit de beuguer après le mot chocolat !).


    Fred et Ginger d' Isobel Starling

    Le pitch : 


    Christopher Miller, Chef Pâtissier, travaille au Big Boy Cupcakes, l'unique pâtisserie gay de Londres. Son patron ayant fermé la boutique le 23 décembre, Chris a hâte de profiter de quelques jours de repos bien mérités, et de passer Noël SEUL. Mais son patron l'appelle pour une commande de dernière minute – la commande de ses rêves : pâtisser pour son acteur préféré, Jason Beck.
    Au moment de partir livrer la commande, les rêves de Chris tombent en miettes suite à sa rencontre explosive et catastrophique avec Fred, un labrador chocolat en fuite. Le propriétaire du chien s'avère être Robin Summers, un coup d'un soir rencontré plusieurs mois auparavant... l'homme que Chris n'a jamais pu oublier.

     

    Fred et Ginger d' Isobel Starling


     Un réveil de bien  des sens aussi.
    Ceux de la nostalgie avec cette jolie ambiance de Noël, dans une pâtisserie  gay à la deco de toutes les couleurs sauf celles de Noël et où les boules ne sont pas celles que l'on attend (je sens bien que tu es intéressé là ).
    Ceux des yeux car imaginer un art de la pâtisserie entièrement voué à la reproduction des atouts masculins en pâte d'amande, prétexte à déguster les meilleurs  cup-cakes de Soho, est un vrai plaisir. Visualiser tous ces ornements sucrés et leur maître d’exécution en pleine tache, et en pleines retrouvailles, vous ravira à coup sur.
    Ceux du palais car on sent l'odeur du chocolat comme celle du sucre qui sortent de la chaleur du four pendant que celle des corps en fusion n'est pas en reste.
    Ceux du corps, bien sur, car on va vibrer comme un batteur-mixer avec cette histoire toute mignonne où deux hommes se retrouvent après une première fois avortée. On va se lécher les doigts de leur attirance sensuelle  et se goinfrer trop rapidement comme de bons gourmands de ces instants très chauds qui vont nous faire hésiter  à commander de nouveau chez un pâtissier  (ou peut-être au contraire nous pousser à y retourner des fois qu'on ait droit à une visite impromptue dans les ateliers ).
    En résumé vous allez vous surdoser  en sucres, à en frôler un diabète  émotionnel,  et cerise ... heu non... pénis sur le gâteau vous n'allez pas prendre une calorie... si ça c'est pas le plus beau cadeau de Noël, je ne sais pas ce que c'est !
    Une nouvelle fort sympathique, très bien écrite et bien traduite, que j'aurais cependant préféré au format novella tellement le format court force un rythme trop rapide  pour que la romance puisse complètement s’épanouir et surtout nous en donner pour notre compte ! Deux personnages charmants qu'on aimerait retrouver très vite dans une suite. Yop.
    Merci à Isobel Starling pour ce sp.

     

    Fred et Ginger d' Isobel Starling

     

        Vous le trouverez ici :    Fred & Ginger
                                                                

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Résumé :

    Jeremy est jeune, beau, volontaire et un brin sarcastique.

    Nathaniel est sombre, grognon et un brin directif.

    La rencontre ne pouvait être qu’explosive ! Mais parfois, il faut que les carapaces explosent pour révéler les fragilités qui se cachent dessous.

    Cette nouvelle fait partie de l’appel à texte « Contes et Légendes » version homo-romantique par MxM Bookmark.

    Date de parution : 2016        Publié par : MxM Bookmark

     

    Sweet and Sour   de Reru

     

     

     J'avais ce petit roman qui traînait dans la bibliothèque. Un petit titre que j'ai acheté parce que je voulais le lire et quelque part j'en redoutais la lecture. J'avais un peu peur de ce que pourrait donner une adaptation et je n'avais aucune envie d'être déçue. Et puis finalement, le moment d'ouvrir ce petit livre est venu et, en vérité, j'en ai encore les yeux qui brillent. 

     Je suis une grande fan du conte de le Belle et la Bête. Cette histoire me fascine et me transporte à la fois. J'ai retrouvé dans "Sweet and Sour" l'émerveillement, le rêve, une certaine euphorie ... pratiquement les même émotions ressenties quand j'ai découvert ce conte pour la première fois. Un pur délice ! 

     Bien sûr, on s'amuse de quelques comparaisons comme la redistribution de certains rôles tout de même mythiques et qui me semble très bien choisie dans la finesse de leur adaptation. L'auteur transpose l'univers du conte pour le moderniser. Et c'est particulièrement réussi. On y est et pourtant ce récit réussit à s'affranchir de l'ombre de son aîné. C'est un sacré tour de force car on aurait eu vite fait de tomber dans le piège d'une pâle copie de l'histoire que nous connaissons tous.  

     On retrouve au fil de notre lecture des éléments de l'histoire originelle qui nous font nous réjouir tant les références sont bien placées. Elles vont  jusqu'à si bien nous surprendre qu'on en oublie l'original à la lecture de la version de Reru. Parce que son récit prend son propre envol et nous subjugue pour être lui-même tout simplement. 

     J'ai peut-être attendu trop longtemps pour lire ce fantastique roman mais, au final, cette attente était probablement nécessaire pour savourer cette lecture. Je parle souvent de l'instant choisi pour lire un livre et je dois dire que celui-ci était tout simplement parfait. Autant vous dire que cette adaptation, qui au final ne m'en semble pas une, devient l'une de mes romances préférées. 

    Manon

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2QQenq6
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  •   Le tatouage signé sous le nom du Collectif et publié sous la bannière MxM Bookmark en mai 2018 devait comme son nom l'indique promouvoir plusieurs nouvelles sous la thématique du tatouage.
    Quand on connait le côté galvaudé du thème et surtout la fantasmagorie qu'il règne autour je craignais un peu du lourdingue mais bien heureusement la ligne éditoriale a bien fait son boulot en choisissant des œuvres qui ont su plus ou moins s’éloigner ou s'approcher avec originalité de cet art épidermique.


    Le tatouage - Le collectifLe pitch:
    Juste un point dans un motif, Célia Deiana. Dans ce monde alternatif les âmes soeurs portent le même tatouage.
    The hypocrite's horror show, AurElisa Mathilde. 1958, Tenessee. Quand le surnaturel rencontre la réalité.
    D'ancre à encre, Reru. Deux opposés, deux amis. De l'eau, de l'encre et de l'amour.
    No futur, Soyilana. Il a été choisi. Il a maintenant 13 jours pour intégrer un groupe ou mourir.
    Road Tripping, F.V. Estyer. Un road trip, deux inconnus et une semaine pour apprendre à se connaitre.

     

                                                                              *

       Je commencerai donc par la première nouvelle (putain trop fort la fille !!) avec Stan et Julien qui surfent entre amitié, plage et soirée remise en question. D'ancre à encre, écrite par Reru, que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire, est une petite romance de facture classique mais bien écrite. L'ambiance est agréable, le sujet plutôt bateau, les personnages sympathiques et le tatouage pas très présent mais franchement je dirais que moi je m'en fou royal du thème imposé (et si l'auteur arrive à biaiser c'est un petit côté vicieux qui me plait encore plus) .
    Une jolie nouvelle donc sur l'amitié qui évolue, avec un meilleur ami resté en retrait depuis des années et l'autre copain qui finit par sortir de sa brume.

                                                                             

                                                                                 **

       La seconde c'est clairement mon coup de cœur du recueil : The hypocrite's horror show d'Aurelisa Mathilde m'a pratiquement tiré une larme et c'est genre, mission impossible chez moi (ne vas pas m'imaginer en femme létale et insensible -je peux chialer encore devant un épisode d'un paysan célèbre, torse nu en bretelles, plantant des piquets toute la journée- c'est juste que le pathos dans le mm, il y en a très peu qui le maîtrise sans en faire une pompe à Prozac)!
    Colin et Jimmy dans une Amérique des débuts 60's ou la magnifique et bouleversante histoire d'une tragédie humaine teintée de fantastique. On a là un mélange quasi parfait, le tragique qui aurait pu être étouffant se retrouve d'un coup complètement aéré par l'aspect fantastique du récit et nous entraîne dans la rédemption tout aussi douloureuse des personnages, chacun, complètement brisé par un être disparu qui finit par les réunir.
    Une ambiance superbement travaillée,  oppressante au possible, située dans un contexte à la fois contemporain et pourtant historique pour pas mal d'entre nous. Une approche difficile de la religion et de ses impacts négatifs lorsqu'ils ne font que dissimuler la haine radicale et le racisme culturel d'un peuple pour un autre, d'une intolérance pour un genre.
    Une époque donc, où Joaquim aura pu goûter à la haine des hommes pour avoir aimé ce qu'on ne doit pas, où désespérément accroché à sa rancœur et son désir de vengeance, il finira lui même par tuer. Un récit du désespoir et des marques indélébiles que laissent les blessures du passé ( qui présente également Andrew le personnage de Electric hearts, un autre roman de l'auteur) qui a fait vibrer mon cœur avec son ambiance sombre et palpable tout droit sorti d'un Stephen King oublié dans un tiroir de son bureau d’étudiant.
                                                     

                                                                              ***

      Juste un point dans un motif de Celia Deiana (que je ne connais pas non plus) apporte la touche d'originalité du recueil avec son petit côté bitlit fantasy et sa thématique d’âme sœur. Rien de franchement original puisqu'on remplace par des tattoos inopinés les reniflement d'alpha et omega auxquels on est habitué. L'histoire cependant, surtout en format nouvelle, est assez prenante, bien écrite et suffisamment détaillée dans son univers pour que chaque personnage puisse prendre vie avec aisance et logique. C'est un moment plaisant, qui se suffit à lui même et qui répond parfaitement au devoir imposé du tatouage même si la dynamique des personnages est assez convenue alors que la trame laissait présager plus d'inventivité de ce coté là. La fin est un peu bancale mais c'est un choix ouvert qu'on apprécie ou pas .

                                                            

                                                                              ****

    No future de Soyilana aura été pour moi plutôt No comprendo! Une histoire post-apo probablement idéale pour les aficionados du genre (pourtant j'en suis) mais complètement hors sens pour moi avec une idée trop floue de l'ensemble pour parvenir à lui trouver une vision globale concrète. C'est très bien écrit, en adéquation totale avec le genre même, mais utiliser un magma d'influences de films sf c'est pas suffisant pour créer un synopsis cohérent et un fil conducteur qui tient la route. Il y a un travail d'univers certes mais les personnages sont sans âmes comme perdus dans un monde pas fini même si la plume est très dynamique. L’allégorie sur le monde punk et l'anarchie pour moi c'est vraiment léger et une fois de plus probablement trop succinct ou trop évasif pour lui donner un sens réel. Au final, j'ai plus eu l'impression de lire un chapitre d'une histoire qu'une histoire à proprement parler avec un gros manque de pas mal de chose. Je l'ai quand même lu deux fois pour rester sur les mêmes impressions donc quand ça veut pas, ça veut pas .

     

                                                                           *****

    Avec Road Trip de FV Estyer, on semble bien parti pour retomber dans la tradition du mm ultra conventionnel : le type subjugué qui rencontre, contre son gré, une gravure de mode au sourire sponsorisé par les orthodontistes confédérés. Un road trip avec Ash, le tatoué apparemment désinvolte mais qui cache de lourds secrets (toussa toussa...) et Matt le sage récemment plaqué ,sur la mythique route 66 qui nous donnera l’occasion d'un petit cours de géo. Ça s'annonce bien chaud et surtout bien redondant avec un nombre de "putain mais pourquoi..." incalculable et assez fatiguant à la longue. Bien sûr, on en est même pas surpris, la recette fonctionne, l'alchimie, la tension et la dimension romanesque sans surprise ça marche souvent très bien,faut l'avouer, et du coup ça se lit très facilement mais c'est pas pour autant qu'on en gardera un souvenir impérissable. Le type de nouvelle parfaite quand t'es accro au genre et que tu cherches systématiquement le même type de lecture.

     

    Un recueil parfait pour qui veut découvrir quelques tendances du genre m/m avec des plumes, diverses et variées, qui présentent, chacune, leur propre couleur et leur propre orientation de sous genre. Un groupe de nouvelles idéal pour les addicts qui souhaitent retrouver leurs auteurs fétiches et d'autres moins connus qui gagnent cependant à être lus et se trouver une bonne excuse pour un craquage de cb supplémentaire (ah bon? faut une excuse ? me dit-on dans l'oreillette). Et ce sera donc à votre tour de délibérer sur les plus ou moins de cette sélection d’écrits en espérant que vous y trouverez votre compte. Yop

    Merci à MXM Bookmark et Netgalley pour ce sp.

                                                                    

                                                       Le tatouage - Le collectif

     

     

       Vous le trouverez ici:  https://amzn.to/2omYNW8          
                             

     

                  

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est pas la saison du tricot mais La parade nuptiale des bestioles à fourrure: Les tricots de l'amour, T1 d'Amy Lane paru en décembre 2015 chez Reines -Beaux nous donne tout de même envie de nous y mettre .

     

    La parade nuptiale des bestioles à fourrure: Les tricots de l'amour, T1 d'Amy LaneLe pitch:
    Rance Crawford est éleveur d’alpagas, possède son propre moulin à laine, et s’est auto-proclamé râleur professionnel. Lorsqu’un petit blanc-bec tout gentil nommé Ben McCutcheon s’installe près de chez lui, Rance n’est que trop conscient que cette arrivée porte à deux le nombre total d’hommes gays dans leur minuscule ville. Il se retrouve instantanément et douloureusement épris, mais sait que le moindre geste qu’il pourrait avoir à l’encontre de Ben risquerait d’être perçu comme les avances d’un gars en manque. Se servant de sa meilleure arme (ses compétences préférées), Crawford se lance dans une mission pleine de silences gênés pour s’assurer que Ben ne ressente le froid de l’hiver coloradien sur aucune partie de son corps... en particulier son cœur.

     

    La parade nuptiale des bestioles à fourrure: Les tricots de l'amour, T1 d'Amy Lane

     

    Une jolie nouvelle de Noel avec Rance et Ben, perdus dans une petite ville américaine où les hommes gays  se comptent sur un seul doigt.

    Crawford, avec ses sentences à double tranchant et ses comparaisons jouissives aux alpagas dont il s'occupe, est un bear parfaitement adorable quand,  comme moi, on aime les rustres en mal d'amour. Perdu dans son moulin et son monde de laine, sa solitude, peaufinée depuis de longues années, en fait un personnage rude et attachant, complètement cash dans ses propos et souvent maladroit. Seul gay de sa petite ville,il traîne  une image lourde à porter d'amateur de tricot qui pourtant ne l’empêche pas de personnifier un homme viril en attente de chaleur autre qu'un simple plan cul régulier dans  la ville voisine.

    Quand Ben, fraîchement débarqué de la grande ville et du monde moderne, pointe le bout de son nez tout mignon, c'est comme une délicieuse pâtisserie raffinée qui se promène sous les yeux d'un Craw nourri aux pan-cakes depuis trop longtemps. Rance parade et lui tourne autour a coup de bonnets et d'echarpes en alpaga pour le protéger du froid sous le regard amusé de Ben qui attend patiemment le bon moment.

    Un des Amy Lane que j'ai lu le plus joliment écrit, avec un choix de mots et d' expressions en adéquation parfaite avec la psychologie tortueuse et comique d'un Craw mi-ours mi-homme qui fond totalement pour le jeune lapinou citadin auquel il s'est immédiatement attaché.
    Une très belle histoire de Noel, de tricot et de lapins exaltés, un récit où des hommes tricotent et filent la laine pour leurs amoureux leur offrant autant des mitaines que des recouvres pénis (le patron de l'un de ceux-ci est d'ailleurs en bonus dans le livre, a vos aiguilles!!). Un récit qui sait nous charmer avec sa juste dose de tendresse, d'humour, de joie et de neige bref un délicieux moment feelgood recouvert de poils d'alpagas tendrement filés avec du lapinou tacheté. Yop.

     

                                                                        

    La parade nuptiale des bestioles à fourrure: Les tricots de l'amour, T1 d'Amy Lane



    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2NcVGuI
        

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique