• Une surprenante novella d'une centaine de pages, plus thriller que policière, de Daniel French publiée chez Textes Gais en 2019.

    Que dieu me protège de Daniel French

    Le pitch:
     

    Sébastien, un jeune caméraman homosexuel, tue son nouveau colocataire, Nicolas, fraîchement sorti d’une secte religieuse.

    Au fil de l’interrogatoire de police, le lecteur découvre le drame derrière ce geste qui semble, au départ, si gratuit.
    Préface Denis-Martin Chabot.

                 

                     Ξ Ξ Ξ

    Un court roman, à l'accent définitivement québécois, qui se joue en huis clos lors d'une garde à vue.

    Sébastien est seul, transi de peur et et de souvenirs rouges sang qui l'assaillent, il a tué son coloc. Un enquêteur entre dans la pièce où il est détenu et commence alors un long dialogue qui nous restitue le fil des événements sordides qui ont amené un jeune homme bien dans sa peau à commettre l'acte ultime. Il serait bien entendu malvenu de vous la jouer "explications plus claires" puisque la moindre indication serait forcement un spoil. 

    On prend plaisir à découvrir Sébastien à travers ses propres mots et son histoire. Il est difficile de parler d'un style ou d'une plume quand elle vient d'un autre pays même francophone. Il est certain qu'on est face à un vrai parler du pays et c'est tout autant surprenant qu'amusant comme peut l'être un bel accent. Cela, heureusement, ne gène en rien la lecture et nous fait découvrir un tout autre sens de la formulation mais il m'est en revanche impossible d'exercer mon sens critique à ce niveau là.

    Le fil conducteur est rapide et prenant, il crée avec succès sa petite tension même si parfois on sent le héros un peu loin de la panique qu'il est sensé ressentir. L'histoire en elle-même  n'est pas forcement neuve et elle nous renvoie directement sur une Glenn Close hallucinée toute de blanc vêtue. 
    On sent bien que l'inspecteur n'est que le prétexte à la mise en valeur du propos presque "monologue" de Sébastien mais je crois qu'au bout du compte ce personnage aurait gagné à être plus développé  pour nous offrir un réel échange. Un effet miroir des événements qui aurait permis à Sébastien (et à nous) de comprendre comment il en était arrivé la et surtout comment il avait pu laisser les choses dégénérer à ce point. Le rythme du récit souffre donc un peu du manque d'un  autre point de vue qui aurait pu compléter celui du lecteur.

    D'autres personnages évoqués sont également passés un peu à la trappe mais restent suffisamment esquissés pour leur donner une réelle participation au climat froid et clinique de la tragédie. L'ensemble me donne l'impression d'être trop concentré sur le héros principal et prend le risque de perdre de cette nervosité et de cette dynamique qu'auraient pu apporter les personnages secondaires servant souvent à ponctuer à demi mots une tension progressive et angoissante.

    L'aventure est toutefois originale, bien écrite, actuelle et nous révèle un peu de ces dernières années d'un jeune trentenaire gay à Montréal. Le titre et la dernière phrase sont le paradoxe exacerbé de cette sordide expérience que traverse le héros et c'est un point final qui fait preuve d'astuce  et de clin d’œil très pertinent. Un court récit qui me change de mes lectures habituelles, qui dépayse par ses origines et son vocabulaire nappé de sirop d’érable et qui malgré tout fait son petit effet. Yop 

                                                                         

    Que dieu te protège de Daniel French

     

     

    Vous le trouverez ici :Que dieu te protège.


      
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • L'héritage meurtrier de C.S. Poe

    Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 21 Mars 2019

    Aubrey Grant vit dans le paradis tropical de la vieille ville de Key West, où il possède un joli cottage, un vélomoteur, et un travail génial de gérant pour la propriété historique d’un ancien capitaine de la marine. Avec son bientôt-petit-ami, le séduisant agent du FBI Jun Tanaka en visite pour un peu de repos, rien ne pourra nuire à leurs projets de vacances, même pas la narcolepsie d’Aubrey.

    Mais un squelette dans un placard de la maison historique de la famille Smith leur met des bâtons dans les roues. Malgré les tentatives d’Aubrey et de Jun de profiter de leur temps ensemble, l’identité du squelette les entraîne dans un mystère dont les origines remontent à plus d’un siècle. Ils découvrent l’histoire d’un trésor perdu depuis longtemps, le roi des pirates auquel il appartenait et un meurtrier des temps modernes qui ne reculera devant rien pour trouver les richesses cachées.

    Le partenariat improbable entre un agent spécial et un historien peut être exactement ce qu’il faut pour percer ce mystère et enfin mettre un terme à une vieille tragédie de Key West. Mais tandis qu’Aubrey traque le X qui marque l’endroit du trésor, un seul faux mouvement pourrait être le dernier.

     

    &&&&&

     

    Aubrey Grant est un historien en charge d'une maison célèbre ayant abrité un capitaine de marine à Key West  en Floride dont il gère l'entretien et la rénovation avec succès et efficacité. Il est impatient de retrouver l'agent du FBI Jun Tanaka qui est en passe de devenir son petit ami et qui lui rend visite pour de courtes vacances. Mais rien de se passe comme prévu, de congés idylliques dans un lieu de rêve, ils vont se retrouver à enquêter dans le présent mais aussi dans le passé sur les traces de pirates opérant dans la région plus d'un siècle auparavant. Jun se retrouve à suivre un Aubrey au tempérament fougueux et curieux pour démêler bien des mystères.

    L'approche de l'histoire a été pour moi très attrayante d'une part par la couverture et d'autre part par le résumé. Le livre a tenu toutes ses promesses question histoire, suspense, romance, mon seul bémol est sur les personnages de la couverture- bien que magnifique- qui sont trop jeunes par rapport aux ages respectifs qu'ils ont dans le récit. C'est pas vraiment un gros point négatif, il suffit de les imaginer plus vieux!

    Le côté sentimental apparaît différemment des autres romans, car leur relation est déjà un peu esquissée au départ de cette histoire. Ils se connaissent depuis des années et concrétisent enfin la relation qui s'est tissée et a évolué petit à petit entre eux depuis leur rencontre. Ces retrouvailles sont la "cerise sur le gâteau", le "ça passe ou ça casse" pour enfin franchir le pas d'une vraie relation amoureuse. L'auteure a su mêler le côté déluré et volontaire d'Aubrey qu'on devine allant de pair avec son physique et la douceur, la retenue toute japonaise de Jun dont le boulot semble aux antipodes de son caractère. J'ai adoré ce parallèle qui semble improbable de prime-abord mais qui finalement marche super bien et en font une douce romance sans heurt ni anicroche.

    Malgré ce tendre côté sentimental, le thème principal reste l'enquête sur le passé de ce capitaine Thomas J. Smith qui a bourlingué de part les mers et dont l'histoire est loin d'être aussi simple qu'il n'y parait. La recherche d'indices par Aubrey va entraîner Jun le professionnel à mettre son nez dans l'affaire pour protéger l'amateur qui va se fourrer dans des situations assez scabreuses. Le récit montre comment les historiens font leurs recherches à partir de pas grand chose pour finir par émettre une hypothèse voir une vérité sur des faits passés. C'est passionnant de noter l'élaboration d'une théorie à partir d'une petite supposition et toute l'enquête qui s'en suit.

    Parallèlement, une affaire criminelle va occuper Jun et la police locale, où là, on découvre les ficelles judiciaires plutôt qu'archéologiques. Toutes les astuces d'une bonne intrigue sont présentes avec des tas de suspects potentiels, des effractions, des vols, des meurtres, un mélange savamment dosé de suspense pour nous tenir en haleine pratiquement jusqu'au bout. Bien que les deux personnages exercent des métiers différents, ils réussissent à partager chacun leurs talents pour clôturer cette enquête bien dépaysante. Un super bon moment de lecture détente. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce chouette SP.


    Vus le trouverez ici :L'héritage meurtrier

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Quand l’inspecteur Peyton de Scotland Yard arrive à Lays Harbour, minuscule port de pêche du sud des Cornouailles, c’est pour y enquêter sur une étrange affaire de meurtre qui bouleverse cette paisible bourgade. Quatre plaisanciers ont été retrouvés morts dans l’épave de leur voilier et ses investigations s’annoncent délicates, surtout quand il croise le regard d’azur d’un suspect des plus troublants.

    La tempête fait rage autour du vieux phare et l’inspecteur Peyton se trouve face à un terrible dilemme. Et si l’implacable assassin qu’il poursuit ne faisait qu’un avec celui qui a ravi son cœur ? Il est prêt à tout pour le découvrir, quitte à mettre en jeu sa carrière. Et sa vie. 

    Date de parution :Novembre 2016     Publié par : Editions Voy'el

    Tempête sur Cave Bay  Inspectuer Peyton, CID-1  de Isabelle Wenta

     

    La première chose qui ressort de cette lecture c'est son ton. Le lecteur à cette impression d'être immergé dans un polar bien noir. "Tempête sur Cave Bay" est un roman policier à n'en pas douter. On y trouve le détective qui mine de rien mène son enquête en ayant un coup d'avance sur les événements, un lieu plus ou moins clos avec d'horribles homicides, des personnages quelques peu dépaysants. 

    Bien que le récit soit contemporain, le cadre lui semble être figé hors du temps. On sent la touche de ces séries de détectives à la fois modernes et vieillottes. Étrangement, ce style s'impose de lui-même. Le tout s'accorde parfaitement et ne dérange pas la lecture. On voit très bien ce village dont les habitants ont cet air revêche et où la technologie n'a pas su corrompre les esprits. C'est une atmosphère particulière qui s'attache le lecteur dès les premières pages. 

    Comme dans tout bon roman policier, on ne cesse de s'interroger au fil de des pages. Mais qui est donc ce meurtrier que l'inspecteur Peyton recherche ? Le mystère reste aussi épais que le brouillard qui s'empare du lieu jusqu'à la fin. Si peu d'indices, voir aucun, dispersés ça et là. Je dois bien confesser n'avoir pas su les voir pour ma part,  mais je me fais tout le temps avoir de toute façon. 

    J'avoue que la dernière partie de ce polar, et notamment les quelques pages de fin, m'a particulièrement troublée. On est si loin des fins que j'ai pu lire jusqu'ici. L'auteur nous sort de notre zone de confort que ça nous plaise ou non. On en ressort avec un cerveau travaillant à cent l'heure sur le devenir de l'histoire et aux interactions futur entre Gabriel et Lawrence. 

    Gabriel Payton est de ces flics taciturnes qui suivent les procédures et font du bon boulot. Il est tiraillé entre son attirance pour ce gardien de phare tellement sexy, le fait de succomber à ses charmes et son enquête. Il est la caricature de l'homme droit pour qui le devoir a beaucoup d'importance à ses propres yeux. Lawrence, ou Laurie, est plus jeune d'une dizaine d'année. Son père étant dans l'incapacité de prendre soin de son plus jeune fils, c'est lui qui prend la relève. Pour cela il devient le gardien du phare et s'occupe de son frère. Il reste un mystère comme c'est le personnage de Gabriel nous semble l'être. On entrevoit de petites choses mais les personnages ne se connaissent pas assez pour tisser ces liens qui les feront se dévoiler.

    "Tempête à Cave Bay" est un roman sombre qui envoûte son lecteur alors que celui-ci se demande déjà ce que la suite des aventures de l'inspecteur Peyton lui réservera. 

    Manon



    Vous le trouverez ici : Tempête sur Cave Bay


    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Au nom de la vérité de K.C Wells

    Éditions : Dreamspinner Press

    Sortie : 29 Janvier 2019

    Jonathon de Mountford a décidé de se rendre au village de Merrychurch pour passer un peu de temps avec son oncle Dominic, mais son séjour commence mal quand celui-ci oublie de venir le récupérer à la gare. Quand Jonathon retrouve le corps de son oncle sans vie dans son bureau, à la suite de ce qui semble être une chute, son monde se retrouve bouleversé. D’une part, il est l’héritier du manoir. D’autre part, il n’est pas si sûr que ce soit un simple accident. Il se met en tête de prouver sa théorie avec l’aide de Mike Tattersall, propriétaire du pub local – si tant est qu’il puisse se concentrer assez longtemps sans être distrait par la beauté de cet homme.

    Ensemble, ils établissent une liste – de plus en plus longue – rassemblant les personnes qui avaient une raison d’en vouloir à Dominic. Quand la situation prend un tournant inattendu, les détectives amateurs restent perplexes. Pour compliquer les choses, l’inspecteur de police qui est envoyé pour résoudre cette affaire est la dernière personne que Mike a envie de voir, surtout quand il leur demande de ne pas fourrer leur nez dans cette enquête.

    Autant dresser un drap rouge devant un taureau…

     

    @@@@@

     

    Au fin fond de l'Angleterre, dans le petit village de Merrychurch, un crime a été commis dans le bureau du Manoir de Mountford Hall. Le jeune Jonathon est venu passer un court séjour chez son oncle mais retrouve ce dernier mort. Avec le barman du coin, ex-policier Londonien, Mike Tattersall, il va jouer au détective pour tenter de percer à jouer le meurtrier.

    Je me suis tout de suite régalée à la lecture de ce polar à la Agatha Christie. Certes l'époque décrite est contemporaine mais tous les codes des enquêtes feutrées y sont présentes et fort bien décrites. Pas de violence et de peur à avoir à toutes les pages, Jonathon et Mike mènent l'enquête à la Hercule Poirot voir même plutôt à la Miss Marple. Moi qui suis fan de ce genre de littérature, j'ai passé un moment exquis hihih... La recherche d'indices, les commérages entre voisins, les découvertes sensationnelles au sein de ce petit village pourtant si tranquille d'apparence vont mettre à mal la population qui pensait tout savoir sur tout le monde et c'est jubilatoire en tant que lectrice.

    K.C Wells a réussi son coup en imaginant des histoires dans les histoires, sous le couvert de retenue et de douceur de vivre à l'anglaise, le tout étant plus que cohérent, je n'ai rien vu venir. Des tonnes de spéculations sont émises puis réfutées, elle nous mène sur une piste dont on croit dur comme fer que c'est la bonne et bam même pas, tout tombe à l'eau en un claquement de doigts. Je ne suis pas sûre que j'aurai assuré en tant qu'enquêteur car j'ai été bluffée jusqu'au bout, prise dans les méandres de tas de coupables possibles pour finir bien surprise du final.

    La romance entre les deux protagonistes est présente, réelle, mignonne et presque naturelle, sans confrontation, mais elle reste vraiment au second plan. Il n' y a pas d'homophobie prononcée, ni de recherche de soi, juste une rencontre amoureuse sur fond de meurtre. L'attirance se comprend très bien mais elle n'obnubile pas Jonathon - le héros- dont les hormones ne figurent pas au premier plan. Il se centre beaucoup plus sur son oncle qu'il aime tendrement parce que c'est ce même oncle qui lui a fait découvrir tellement de belles choses dans la vie contrairement à son propre père trop orienté sur sa carrière. On découvre tous les hommes de la famille Mountford et surtout leur traits de caractère, Jonathon en apprend bien plus sur son oncle et son père que ce qu'il pensait savoir au départ. Il finit par comprendre des tas de choses qui lui semblaient illogiques à la base.

    Que dire si ce n'est de foncer découvrir ce polar car c'est vraiment un polar pas noir du tout avec du sang et des organes partout, non pas ce genre là mais une intrigue ficelée aux petits oignons qui vous tient en haleine jusqu'au bout !!! Rose Taylor 

     

    Merci DSP pour ce chouette SP .


    Vous le trouverez ici : Au nom de la vérité
     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Éditions : Juno Publishing

    Sortie: 17 Janvier 2019

    La corde se resserre autour du cou de Don Stefano Marino. Alors que Silvio Spadaro passe à l’offensive et attaque les gangsters russes qui menacent le pouvoir de Stefano, la mutinerie se prépare dans la famille du crime de Stefano. Son sous-chef, Augusto Viero, défie son autorité. Bientôt, il devient clair qu’il ne peut faire confiance à personne – à l’exception peut-être de Silvio.

    Mais la présence même de Silvio risque de détruire tout ce qui est cher à Stefano : sa place dans la mafia, le respect de ses hommes, et enfin, son mariage. Lorsque le frère de Silvio, Franco, revient de la légion étrangère française, un tireur d’élite qualifié est certainement le bienvenu en pleine guerre de gangs, mais deux Spadaro pourraient bien être bien plus que ce que Stefano peut gérer.

     

    # # #

     

    Dans la continuité du tome un, on suit Stefano Marino, un petit mafioso qui règne sur une partie de la côté ouest des États-Unis et de Silvio, le sicario -le tueur à gage- de Gianbattista Falchi, un parrain à la retraite résidant en Italie avec qui il a une sorte d'entente.

    Après avoir sévèrement tabassé Stefano pour des guerres de territoires, les russes se font aborder par un prostitué qui n'est autre que Silvio infiltré et déguisé. Après de bonnes parties de jambes en l'air, les russes sont dessoudés par le tueur. Silvio prend les choses en main pour redresser les affaires de Stefano.

    Les relations entre Stefano et Silvio sont de plus en plus tendues, ils se tournent autour sans vraiment sauter le pas. Le sicario veut Stefano dans son lit, il veut se soumettre aux moindres de ses fantasmes sexuels même les plus violents sans penser aux conséquences que ça engendrerait. De son côté, Stefano lutte de plus en plus contre son cœur et les sentiments qu'il juge au départ inacceptable pour un homme, même si son cerveau lui fait encore bien comprendre que dans la famiglia , l'homosexualité est proscrite et que Donata, sa femme, n'acceptera jamais cet état de fait.

    Là-dessus, réapparait Franco le frère de Silvio, ancien légionnaire, sniper au palmarès incroyable, un gars irascible et tout aussi traumatisé que ses frères par les comportements licencieux de leur père. Ce dernier se retrouve à devoir entrainer Silvio au tir et l'aider à éliminer les dernières menaces russes qui pèsent sur Stefano. Ils vont y réussir en beauté et sauver les fesses du mafioso. Par contre les tensions internes au clan Marino, elles, qui se développent de plus en plus,  ainsi qu'un conflit avec sa femme vont conduire Stefano à ne pas voir le vie en rose  et à tout faire pour se sortir de la mouise dans laquelle il s'est fourré.

    Un récit pas très long où l'on retrouve les règlements de compte entre clans, l'auteur parle vraiment très bien et d'une façon légère -malgré le sujet- des rangs, des traditions, des comportements qui existent dans ce genre de famiglia. Ça donne tout de même froid dans le dos, c'est pas simple d'être chef de gang. Il n'y a pas de temps mort, l'histoire va de rebondissements en rebondissements, de la mort d'un gros bonnet au massacre des ennemis. On n'a pas le temps de s'ennuyer et cette facette de l'histoire m'a bien plu, par contre j'ai eu beaucoup de mal à appréhender la sexualité de Silvio. Par brides, on approche du passé traumatisant de cet homme auprès d'un père sans scrupule sans vraiment savoir ce qui lui est arrivé. Il a vécu, près de huit ans - donc de dix-sept à vingt-cinq ans- auprès de Falchi qui le soumet à son bon vouloir, il aime la violence dans le sexe et ne s’embarrasse d'aucun code de moralité. Je suis loin d'être prude mais c'est vraiment ce côté-là qui m'a déprécié le livre, je lui ai trouvé un petit côté malsain qui a dérangé ma lecture. C'est un  peu dommage car c'est vraiment très bien écrit.... Rose Taylor

     Merci Juno Publishing pour ce SP.

    Vous le trouverez ici : Âme obscure: Volume #2  
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Editions : Dreamspinner Press

    Sortie : 01 Janvier 2019

    La vie de Duncan Stiel n’a jamais été facile. Son enfance a été un vrai cauchemar, et son boulot d’agent de police infiltré l’oblige à cacher sa véritable identité et le fait atterrir de temps à autre à l’hôpital. Puis, quand il rencontre enfin l’homme idéal, il n’est pas surpris de voir tout s’effondrer autour de lui. Mais Duncan ne s’attend pas à ce que l’obstacle le plus difficile à surmonter avant de pouvoir faire sa vie avec Aaron Sutter soit celui qu’il porte en lui.

    Tout le monde pense qu’Aaron a tout pour lui – la beauté, l’argent, la renommée et un succès démesuré. Tout le monde, sauf Aaron. À la fin de ses journées, les flashes des appareils photo s’éteignent, ses amis retournent à leur propre vie, les affaires de sa société sont gérées et Aaron se retrouve toujours seul. Dès l’instant où il rencontre Duncan Stiel, Aaron sait qu’il fera tout pour garder cet inspecteur hors du commun. Mais, quand il se rend compte que l’argent ne lui achètera pas le bonheur ultime, Aaron doit avoir la force d’offrir à Duncan quelque chose de bien plus important : son cœur.

     

    &&&&&

     

    Après avoir suivi les tribulations de Jory Harcourt et Sam Kage - oh là là là chaud chaud chaud ces deux là - on découvre enfin les liens qui vont unir Aaron Sutter le milliardaire, et accessoirement l'ex de Jory, et Duncan Stiel l'inspecteur de police. Aaron et Duncan se sont rencontré grâce à une entourloupe de Jory et ça a matché physiquement entre eux tout de suite.

    Mais leur emploi du temps hyperbooké à tous les deux vont avoir du mal à coïncider, l'un voyageant de par le monde pour ses affaires, l'autre étant un agent de terrain infiltré dans le milieu de la drogue. Le début de leur histoire s'en trouve assez compliquée mais l'attirance, intense des deux côtés, va les faire se retrouver pour vivre passionnément leur relation. Étant tous les deux plus ou moins dans le placard, ils doivent faire très attention à leurs moments de retrouvailles. Aaron, en conflit avec son père pour le contrôle des sociétés Sutter et Duncan craignant de stagner dans son job, ils décident de la jouer discret et de ne pas afficher leur relation au grand jour, jusqu'au moment où les sentiments, l'appartenance vont se mêler de leurs ébats sexuels super chauds et instiller d'autres besoins. De plus, une enquête dans l'univers restreint de la haute société va les forcer à ouvrir les yeux et à tenter de trouver un équilibre entre le professionnel et le personnel dans leur vie.

    Ahhhhhhhhhhhhhhh retrouver encore une fois cette saga a été une surprise et une joie de gamine, apprendre à découvrir Duncan et Aaron la cerise sur le gâteau. Aaron n'était pas vraiment un de mes personnages préférés mais connaitre son histoire, sa vie, a changé ma vision du bonhomme. Pour Duncan, aucun souci et aucun à priori, il est de la même trempe que Sam donc lui m'a facilement emballé dés le départ. L'histoire est bien ficelée, on se laisse happer facilement par l'intrigue, on vit leurs déboires avec la crainte au ventre, leurs rapprochements avec des vapeurs, leurs joutes sexuelles caliente, très caliente avec de gros coups de chaud et oui j'en veux encore! Je ne suis pas vraiment objective car j'aime tout ce qu'écrit Mary Calmes, ce n'est jamais qu'une histoire de fesses -même si elle sait y faire- mais elle nous entraîne toujours dans des histoires dures, décrites sans fioritures et sans trop de longueurs qui peuvent plomber le bouquin. Même si ça reste romancé, on a l'impression d'approcher de près la réalité des conditions de vie des policiers infiltrés, elle nous fait bien comprendre les tenants et aboutissants de leurs actes et l'implication que ça peut avoir sur leur vraie vie quotidienne et privée.

    Mon côté "J'aime Jory et Sam" aurait été encore plus comblé s'il y avait eu plus d'interactions entre eux quatre, mais bon ils ont déjà eu quatre livres rien que pour eux, c'est pas rien ! Ma fan-attitude des Marshalls a adoré grappiller ces quelques miettes parce que je n'ai aucune envie de les quitter tous autant qu'ils sont. Rose Taylor


    Merci à Dreamspinner Press pour ce SP

    Vous le trouverez ici : Salve d'honneur (Tout vient à point... t. 5)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Adepte comme moi de beaux mâles de nos forces de l'ordre et de ces vilains méchants qui les entraînent toujours plus loin dans le coté obscur de la force, voici pour toi Addiction Clandestine de Hayley B.James publié en  2015 par Dreamspinner Press en Français.

     

    Addiction clandestine (Désirs défendus t. 2) de Hayley B.JamesLe pitch: 
    Connor Bishop est inspecteur à la BRP – brigade de répression du proxénétisme – de Seattle et ce qu’il préfère dans son métier, ce sont les missions clandestines d’infiltration – ‘sous couverture’. Sa dernière affectation concerne un trafiquant d’êtres humains. Riley Drapeau, acculé par le FBI, a dû accepter de devenir leur informateur et Connor est censé lui soutirer tout ce qu’il sait de son réseau criminel. Pourtant, en se rapprochant de Riley, il découvre un homme très différent, auquel il ne s’attendait pas du tout.


    Il s’implique de plus en plus avec Riley, qui cherche à se disculper et affirme avoir été piégé, ses anciens complices ayant fabriqué de fausses preuves pour lui faire porter le chapeau. Saisi par le doute, Connor s’appuie lourdement sur son partenaire à la brigade, Lucas Banner, son seul lien avec le monde réel lorsqu’il travaille sous couverture. Immergé dans les sombres bas-fonds du trafic humain, Connor préfère croire Riley que le FBI, surtout quand il découvre qu’un ripou parmi les forces de l’ordre renseigne les trafiquants. Et son dilemme se complique encore quand Lucas lui avoue ses sentiments pour lui et son rêve d’une vie à deux loin du danger. 

    Connor comprend alors que Riley est le seul homme qu’il veut vraiment. Ce qui l’oblige à reconnaître que son addiction à l’adrénaline pourrait bien le conduire à aimer un criminel.

     

    Addiction clandestine (Désirs défendus t. 2) de Hayley B.James

     

    Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas sentie captivée par une trame policière digne de ce nom (alors que le premier tome était loin de m'avoir convaincue). Pas un polar noir ou un thriller mais une vraie aventure avec plein de flics infiltrés et d' agents du FBI noyés dans une affaire super trouble qui va de surprise en rebondissement.
    Une enquête palpitante où chaque mot posé ne se justifie que par la tension croissante du récit. Une plume sans aucune autre formalité que son efficacité, sans forcement de charme propre mais complètement  vouée à un esprit d'action policière.

    Connor Bishop est un agent infiltré qui sombre entre les limites et les frontières qu'il dépasse allègrement pour un indic qui ne cesse de nous surprendre et de nous charmer.  Une histoire qu'on aurait pu cataloguer de dark par sa thématique sur les esclaves humains mais qui, dieu merci, ne l'est pas. Donc point de monstre qui torture et que l'on va idéaliser sous l'angle aveugle de l'amour. Riley et Connor, ce sont deux mondes qui s'entrechoquent avec passion, violence et sensualité. Pas la violence de l'un pour l'autre ou de l'un envers l'autre mais celle de leurs milieux respectifs qui tissent une toile oppressante sur leur relation improbable et pourtant évidente depuis le début. Riley Drapeau, l'homme aux multiples identités, est un personnage surprenant par sa douceur première et son terrible sens des "affaires" faisant de lui un subtil mélange de prince monstrueux si fatal à ce cher Bishop. Il est impossible de ne pas le comprendre et de ne pas céder à cette même attirance létale qui noie le flic infiltré et comme lui, on passe le reste de l'histoire à tenter de trouver la justification la plus crédible à ses actes.

    Un travail scénaristique assez bluffant, sur l’enquête où chaque petit détail a déjà le mérite d'exister et pas seulement un squelette d’enquête vaguement dégrossi. Ici nous avons un vrai fil rouge, nourri à chaque chapitre par un peu plus d'intrigue, un peu plus de personnages secondaires qui prennent ou perdent de l’importance au fil du récit. Un savant travail de mise en avant de certains perso que l'on ne voit pratiquement pas apparaître mais dont les ombres planent constamment sur les enquêteurs. Une ambiance à la fois glauque et sensible, où failles,  doutes et horreurs humaines se croisent dans une logique assez frappante pour laisser la place à une histoire actuelle passionnante.

    Connor et Riley, deux hommes qui se trouvent au premier regard et qui, malgré les mensonges et les trahisons, auront eu au bout du compte une vraie relation depuis le départ, faite d'attraction incontrôlable pour l'un  et d'admiration innée pour l'autre.  Des sentiments qui ne sont jamais vraiment niés pour une relation trouble qui les affecte tous les deux et qui permettent  au lecteur de découvrir la force de caractère de chacun. Deux hommes qui ne sont pas vraiment héroïques dans leurs pulsions ou leurs faiblesses mais terriblement humains dans leur défaillance et leur lutte. Deux personnages suffisamment charmeurs par leur constructions pour que l'auteur n'ait pas jugé nécessaire de nous étouffer par de sempiternels physiques  parfaits et mannequinés. Deux vraies personnalités qui, comme le reste de leur univers policier ou criminel, n'empeste pas la virilité bodybuildée mais bien un réalisme, plus ou moins concret, mais en tout cas suffisamment sobre pour que ce soit hyper efficace. 

    Connor et Riley, un couple qui me plait beaucoup, une intrigue qui me satisfait dans sa conception  et ses facilites de scénario, que je vous invite à découvrir très vite si ce n'est pas déjà fait. Yop.

                                                     Addiction clandestine (Désirs défendus t. 2) de Hayley B.James

     

    Vous le trouverez ici : https://amzn.to/2CNGKAI
     
     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Les Agents Spéciaux Ty Grady et Zane Garrett sont de retour au travail, et s’installent dans une relation professionnelle et personnelle construite sur une attitude férocement protectrice et une passion brûlante. Aujourd’hui, ils ont pour mission d’usurper l’identité de deux membres d’un réseau international de contrebande – un couple marié et ouvertement gay – lors d’une croisière dans les Caraïbes à Noël. Comme leur supérieur l’a souligné, ils préféreront sûrement s’embrasser plutôt que se faire tirer dessus ; il ne savait pas à quel point ils étaient d’accord.

    Se faire passer pour des criminels nécessite un changement particulier dans l’attitude de Ty et Zane tandis qu’ils essayent de gérer l’attente frustrante de leur mission. Alors que cela commence à affecter leurs agissements en privé, ils se rendent compte qu’être partenaires signifie plus que de surveiller leurs arrières, et quand l’affaire prend une tournure inattendue et menace la vie de Ty, Zane et lui devront naviguer sur une mer de pieux mensonges et de secrets tumultueux, y compris les leurs.

    Date de parution : 2016             Edité par : Dreamspinner Press

    Mascarade en croisière    -Ty et Zane tome 3-   de Madeleine Urban et Abigail Roux

     Pour une fois, je dirais que je suis mitigée dans ma lecture. Pas que je n'ai pas passé un bon moment mais je dois bien avouer que le volume précédent m'a beaucoup plus touché.

     Dans ce roman-ci, on retrouve toujours nos agents préférés. Et on s'amuse un peu de la situation dans laquelle ils sont impliqués bien malgré eux. Les voilà obligés de jouer au couple marié et de s'afficher à la vue de tous pour ne pas compromettre leurs fausses identités et l'affaire sur laquelle ils ont été assigné. Ce qui me gêne est l'importance des couvertures qu'ils doivent revêtir et qui prennent trop de place face à leurs personnalités. La frontière entre le personnage, que chacun doit incarner, et leurs véritables caractères faussent un peu la donne. Du coup, comme Ty et Zane, on se sent un petit peu perdu. Comment démêler le jeu de ce qui ne l'est pas ? Les personnages qu'ils incarnent sont presque tout le temps présents et il est parfois difficile de dire de qui, entre les personnages de couvertures ou bien des agents qui endossent ces rôles, vient le geste amoureux ou le petit mot doux dont l'autre bénéficie. On se doute, bien sûr, que certaines scènes sont plus intimistes dans les échanges entre les deux agents fédéraux et que le jeu de rôle dans ces cas-là s'efface. Et on perçoit également une nouvelle étape dans l'évolution du couple. Car celui-ci se rapproche, se renforce et se retrouve mis en lumière. Les marques d'affection, même partagées sous le couvert des rôles qu'ils jouent, se font aux yeux de tous, aux yeux de tous puisque les deux hommes dont ils ont pris la place sont mariés. C'est là aussi une sorte de tournant dans la relation de Ty et Zane qui, jusque là, ne s'affichait pas en public. Baisers et caresses ayant lieu loin de tous regards. 

     Je crois que c'est l'intérêt de cette série. Avoir assez de temps pour faire en sorte que les sentiments et les personnages évoluent peu à peu sans avoir la pression du point final d'un roman unique. Une étape est ici franchie. L'un des deux hommes a réussi à mettre des mots sur ce qu'il ressent et surtout : l'accepte. L'affection que tous les deux se portent est mise en évidence. 

     Bien entendu, je suis consciente que chaque roman de cette série possède ses propres qualités et défauts. Tout cela ne m’empêchera pas de lire la suite. D'autant plus que certains éléments distillés dans "Mascarade en croisière" me donnent à penser que la suite devrait être croustillante. 

    Manon

     

    Vous le trouverez ici: Mascarade en croisière

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • La série Marshals de Mary Calmes est sans nul doute ma drogue, ma dope, ma coke, mon crack
    mon amphétamine, ma caroline comme le dirait un autre MC.
    On les attendait donc avec impatience et, une fois plus, nos marshals ne nous déçoivent pas avec ce troisième tome, Destins liés qui sort chez MxM Bookmark  le 26 Septembre 2018



    Marshals - Destins liés: T3Le pitch:
    Miro Jones vit la grande vie : son travail en tant que Marshal Adjoint des États-Unis est excitant et épanouissant, il a une magnifique Greystone dans la banlieue de Chicago, une famille adoptive qu’il adore et, surtout, l’homme qui a capturé son cœur, Ian Doyle. Le problème est qu’Ian n'est pas seulement son partenaire de travail – Ian est un soldat pur et dur. Cet engagement qui l'éloigne souvent de Miro à l’improviste jette une ombre sur ce qui pourrait être tout ce dont celui-ci pouvait rêver.

    Le travail n'est pas le même sans lui. La maison non plus et Miro se retrouve à affronter ses peurs seul... comment tenir le coup au bureau, comment survivre aux menaces du passé qui planent sur lui et, pire que tout, comment continuer à vivre sans la solide présence d’Ian à ses côtés ?
    Sa vie est un vrai sac de nœuds, mais si les dénouer nécessitait quelque chose de plus permanent ? Qu'est-ce que cela signifierait pour Ian et lui ? Miro est coincé entre deux mauvais choix et parfois la seule façon de s’extraire de la pelote de nœuds est de s’accrocher de toutes ses forces au fil conducteur de votre vie et de tirer.

    * * *

    Un tome explosif comme un feu d'artifice tellement il s'y passe toutes sortes de choses, un tome aussi plus sombre et plus introspectif sur la relation de nos deux chouchous qui vont naviguer sur les écueils de leur mode de vie avec beaucoup d'émotions. 

    Le récit que nous sert cette fois l’auteure est une vraie  toile d’araignée construite autour d'une  myriade de personnages que l'on a pu croiser dans les tomes précédents mais aussi dans ces autres romans et ça c'est un vrai bonheur. Encore une fois Doyle et Jones auront à faire front à beaucoup d’adversité que ce soit Ian et ses hommes ou Miro et ses ennemis éternellement accrochés à lui comme son prince charmant. On y retrouve également toute cette constellation familiale et amicale, avec les amies de Miro qui sont toujours aussi déjantées, ces femmes que Mary Calmes a su si bien construire autour de personnalités fortes et pleines d'humour, ce foyer reconstitué dont Miro a plus que jamais besoin.
    Le roman est tout aussi palpitant entre intervention, enquêtes, meurtres et séparations auxquels sont confrontes nos deux marshals mais aussi leur entourage. Ça part dans tous les sens comme une vie qu'on ne maîtrise plus, comme une voiture sans freins lâchée à toute vitesse.  La perte de contrôle, c'est la thématique principale de ce troisième volet. Ce moment où Miro réalise qu'aimer n'est pas si facile ni moins douloureux quand celui qu'il passe son temps à attendre n'est peut-être pas le garant du bonheur qu'il espère. 

    Le temps des remises en question est arrivé pour l'un comme pour l'autre et l'auteure nous livre des chapitres sombres et angoissants sur la suite de leur histoire. De ceux qui nous font vibrer et se ronger les ongles en suivant l'introspection de Miro qui semble arriver à bout. Un Miro que l'on retrouve avec encore plus de plaisir car sa perfectitude s'effrite pour nous laisser voir un homme déchiré et sensible; qui a grandi sur des failles trop profondes pour les combler sans la présence de son partenaire. Miro qui souffre, qui se fragilise et voit ses relations aux autres complètement changer. Les ennemis ne sont plus clairement définis, les amis peuvent parfois vous trahir et votre pire cauchemar peut se révéler plus troublant qu'on ne le croyait. L'impression  que tout tourne autour du marshal Jones est naturelle puisque la narration, depuis le début de la série, lui est consacrée, mais ici on souhaiterait vraiment être l'épaule dont il a besoin. Ian semble passer en second plan et pourtant il est, encore et toujours, l'axe autour duquel tourne l'avenir de Miro, l'ancre qui lui est fondamentalement  vitale pour continuer. 
    Le récit est plein de tout un tas d'événements, de personnages divers et pourtant c'est bel et bien cette exploration de leur couple qui est présente à chaque page et je dois bien dire que j'ai adoré ce fouillis organisé et replonger à nouveau dans leur univers. On apprécie aussi l'humour caustique bien plus présent grâce cette pluralité de personnages et l'évolution de la plume qui semble moins redondante dans ses dialogues (même si moi, je peux les lire se dire je t'aime pendant des lustres ! ).

    Tout les personnages de cette série sont une pièce de puzzle importante à sa cohésion et à la puissance de son addiction. On est accro à Ian et Miro ou on passe son chemin. C'est un des couples de la littérature mm les plus impactants (en ce qui me concerne) par leur amour sans bornes et leurs différences qui risquent de mettre à mal leur relation.
    Ici Mary Calmes va vous faire frémir à coup de séparation qui se suggèrent douloureusement, de reconquêtes de l'autre toujours aussi intenses, de larmes jamais en trop car elles sont rares et précieuses, de jalousie difficilement maîtrisée mais ô combien jubilatoire et de ce terrible sentiment que la vie c'est parfois plus fort que simplement s'aimer beaucoup.

    Un tome qui laisse aussi présager beaucoup de nouvelles donnes surprenantes et peut-être même dérangeantes dans une suite qu'on va attendre encore pendant un an en se traînant comme des âmes en peine. Décidément, cette série est, pour moi, une des plus réussies de Mary Calmes, dont je suis déjà très fan, regroupant tout ce que je demande à un bon shot de tequila: du peps en perfusion, des yeux qui se brouillent, un cœur qui palpite déraisonnablement et des jambes qui tremblotent. 

    Alors quand on me dit :
    - Oui mais, ne penses-tu pas que la dichotomie de la relation laisse un peu à désirer quand à l'essence de la thématique amoureuse?
    Je réponds juste: 
    - Bordel mais ferme-la ! Y a Ian qui retourne Miro sur le ventre là !

    Pour finir : foncez, bavez et serrez les dents, un tome 4 nous attend. On a une raison de plus de vivre ! Yop.

    Merci à MxM Bookmark pour ce SP.

     

    Marshals - Destins liés: T3

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2D4GmQ7
      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Raptor ce n'est pas le dernier bébé échappé du parc jurassik mais la trilogie particulière de Catherine Epfel sortie en 2015 chez Éditions Amalthée. Une série de trois tomes donc, qui réussissent à nous vriller à la fois le cœur, le cerveau et les yeux !

     

     

    Trilogie Raptor de Catherine EpfelRaptor - Rencontre improbable - Tome 1

     Deux ans. Deux putains d’années. Qu’il est sorti du Centre. Qu’il tue. Encore et encore. Des gens qu’il ne connaît même pas. Des hommes. Des femmes. Il a refusé les enfants. Il ne pourrait pas (…)

    Il est tueur à gages, il est flic. Il est solitaire, il est marié et père de famille. Voisins dans le même immeuble, au hasard d’une lettre glissée sous une porte, ils vont se rencontrer. Sous pression dans son métier de flic et sa vie auprès d’une femme trop parfaite, Kévin est intrigué par cet homme différent et sauvage, auprès duquel il va trouver refuge pour quelques instants d’évasion. De son côté, Yann se laisse tenter par cette compagnie inattendue, qui l’aide à repousser ses démons. Mais qui est réellement Yann ? Quel secret se cache derrière ce personnage décalé et mystérieux ? Quand Kévin prend conscience du danger, il est déjà trop tard…

     

     

    Trilogie Raptor de Catherine EpfelRaptor - Tome 2 - Amour interdit 

    (…) je ne veux pas, je t’en empêcherai, cet autre, je l’arracherai, je sais moi que tu n’es que douceur, amour (…) Kévin ne sait plus envisager de vivre sans Yann. Malgré l’angoisse que Yann ressent à l’entraîner dans son enfer, il ne peut renoncer à Kévin. Mais Kévin parviendra-t-il à se séparer d’Agnès, qui est depuis toujours la femme de ses rêves ? Yann réussira-t-il à convaincre Max de l’aider à retrouver sa vie ? Sur le présentoir de leur église à Berck, les bougies luttent pour ne pas s’éteindre, mais Raptor impose sa présence de noirceur et de violence. Kévin saura-t-il arracher chez Yann cet « autre », certainement le plus terrible obstacle à leur amour interdit ? Sans oublier que dans l’ombre, le Centre veille… « Mes personnages ont une vie propre, qui m’échappe bien souvent, sans compter mes petites mains, ces coquines, qui m’entraînent parfois vers des chemins insoupçonnés… » L’aventure continue dans ce second tome, où Catherine Epfel emporte les lecteurs, comme Yann et Kévin, dans un tourbillon d’émotions, à travers un récit plein de surprises inattendues.

     

     

    Trilogie Raptor de Catherine EpfelRaptor Tome 3- Ultime combat.

    Tu as tué. Tout le monde ne tue pas à 20 ans. Tu étais mauvais. Et la vie s’est vengée. Tu l’as mérité. Sa main tremble une fraction de seconde. Sur le fusil. Des gouttes de sueur. Viennent se noyer sur son front maculé. Rigolent lentement. Jusqu’entre les sourcils. La tête commence à douter. Il ne sait plus. Kévin aux mains du Centre, Yann va devoir prendre la décision la plus difficile de sa vie. Pourra-t-il encore compter sur Max pour se libérer de ses chaînes, et surtout, parviendra-t-il à se délivrer de

    Raptor à jamais ?
    Au plus profond de lui, son coeur devra se débattre avec ses démons, pour livrer l’ultime combat vers la rédemption et la liberté. Auront-ils, un jour enfin, le droit de s’aimer pour devenir les Anges de l’éternité ?

     

     

     *********

    Ces trois tomes sont une sorte de condensé de deux fanfics : l'une axée sur le film Nikita de Luc Besson et l'autre me semble inspirée de deux des personnages de la série Les bleus, Kévin et Yann.

    Selon que l'on accepte ou non d'accorder le même crédit à une fanfic qu'à un roman, on appréciera donc de manière différente la portée de cette histoire. Si le fil général reste tout de même assez proche du pitch originel, l'ascendance que les héros finissent par prendre développe une attraction certaine à coups d’émotions fortes et de personnalités non moins enivrantes.

    L'histoire de deux hommes qui vivent à quelques étages l'un de l'autre, dans le même immeuble, et qui finissent, grâce à une lettre perdue, par se croiser autour d'Alain Delon et de beaucoup de jus d'oranges (trop de jus d'oranges!!). Deux mondes qui ont tout pour s'opposer, le crime et la justice, qui se percutent  avec la puissance des silences et des sentiments nouveaux. Deux vies qui vont radicalement changer pour chercher désespérément une issue possible pour un amour extrême qui les frappe de plein fouet.

    D'où vient la vrille me direz-vous ? Et bien, de l’écriture tout simplement ! Une vraie torture pour le cerveau, les yeux  et le cœur, la torture pouvant être plus retorse qu'il n'y parait.

    Les yeux.
    Une écriture surprenante voire dérangeante qui abuse du point et oublie trop souvent la virgule. Une succession de phrases courtes qui frôlent tout autant le charme de la surprise que l'agacement de la langue martyrisée. On aime ou pas, il ne peut y avoir de demi mesure sur ce choix, ce style, cette plume.
    En ce qui me concerne, j'ai souvent navigué entre la fatigue visuelle, presque cérébrale, et les clignements de paupières ébahis par les émotions décrites. Nos yeux habitués à une typo normée, peinent à s’accommoder du procédé mais pourtant ils le font peu à peu. Ce qui était un problème, une difficulté au départ devient alors un genre propre et on parvient enfin à s’empêcher de reconstruire les phrases pour les accepter telles qu'elles sont.

    Le cerveau.
    Un récit qui ne laisse pas le lecteur simplement gober les mots pour enregistrer l'histoire tant on se force, d'une certaine manière, à ré-encoder les choses pour suivre. Une lecture que l'on ne qualifiera pas de doudou car tout ici est noirceur et claustrophobie. La vie de Yann est un enfer pour lui et pour les autres. Une vie qui nous étouffe autant que lui, qui nous pousse à trouver tolérable ce qui ne l'est pas. Un amour né dans des conditions difficiles et troubles, qui justifie beaucoup de choses pourtant pas très honorables pour l'un comme pour l'autre.

    Le cœur.
    Certains ressentiront une gêne, un essoufflement, je dirais, à suivre ce flot arythmique, d'autres seront boostés comme sous ecsta par l’enchaînement passionnel et létal des événements. On respire par à-coups sur cette romance assez noire et on a quelques moments de répit avec les interventions familiales des deux hommes. Le flot émotionnel est ultra présent et même trop à mon sens ! Tout est exacerbé, à fleur de peau et même là où les hommes devraient être blasés.

     
    Yann vit seul depuis des années avec les exutoires de ses peurs et de ses remords. Kévin vit en famille, depuis des années, avec ses habitudes déjà toutes tracées par une femme parfaite à laquelle il a laissé les commandes entières de sa vie et de ses choix. Yann croise un jour le bleu des yeux de Kévin qui se noie dans le vert des siens. La flamme est désormais allumée, inexorable. Le jeune capitaine de police sera celui qui sortira Yann de sa vie à jamais gravée sous le signe de la mort quand celui ci sera le nouvel horizon que Kévin ne pensait même pas vouloir. L'histoire d'un amour lancinant, d'un amour fou, d'un amour tendre, passionnel et inconditionnel.

     

    On rentre difficilement dans l'histoire car l'auteure ne nous facilite pas la tache mais on y tombe cependant bel et bien... ou alors on renonce aux premières pages. L'ambiance sourde générée est à la fois pesante et envoûtante, pénible comme le flot de larmes constant que l'on y trouve à chaque page et lyrique comme les envolées amoureuses éclairées à la lueur d'une tv bloquée sur la filmographie de Delon.

    Les personnages  secondaires ont tous leur aura de mystère parfait, que ce soit dans le rôle de la femme solaire, aimante et directive de Kévin ou de l’éminence grise, sombre et sexy qu'est Max (#tcheckykaryoforeversexyman ), le "créateur" de Yann. Deux personnages contre-poids qui heureusement raccordent une part de réalité qui nous sauve un peu de cette ambiance surréaliste. Deux ombres du passé et du présent qui vont, malgré elles et grâce à des ficelles scénaristiques que l'on approuvera ou pas, devoir s'effacer pour laisser une chance à un futur ensoleillé de naître dans un coin du Pérou.

    Raptor, c'est sombre jusque dans les sentiments amoureux, c'est étouffant comme une passion qui détruit tout mais qui n'existe que pour elle et c'est flamboyant comme un phœnix qui renaît sur les cendres du corps des autres. Une trilogie, dont l'apogée laisse des traces, de celles qui font qu'on se souviendra de ne pas avoir été capable de choisir entre l'adoration, le rejet ou le simple trouble mais dont on saura parler à nouveau. Yop.

    Trilogie Raptor de Catherine Epfel

     


    Vous les trouverez ici: 

    https://amzn.to/2MqzbkF https://amzn.to/2CUsIPA https://amzn.to/2Oo3TwU

          

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique