• 3 questions à Anouchka Labonne

    Cette fois ci nous avons décidé de poser chaque semaine 3 questions à un auteur (ce seront plus ou moins toujours les mêmes) plus une question bonus d'un lecteur/lectrice sélectionné.
     
    Nous avons sélectionnées des questions qui nous parlent en tant que blogueuses mais aussi en tant que lectrices sur des sujets que l'on aborde souvent peut être mais qui restent toujours d'actualité. Il nous a semblé intéressant d'avoir des points de vue plus approfondis et individuels sur ceux-ci en laissant totalement la parole à chaque auteur de la semaine.
     
    Nous annoncerons à l'avance l'auteur participant et vous pourrez alors sous ce même post d'annonce posez votre question. Le post final sera bien sûr publié quelques jours plus tard. En espérant que l'idée vous séduit autant que nous, nous vous disons à très vite !



    C'est  donc Anouchka Labonne qui inaugure notre nouvelle rubrique.

    Anouchka :

    3 questions à... Anouchka Labonne  Nourrie de lecture et de fictions sur tous types de supports, j’ai commencé très tôt à écrire mes propres histoires. Découvrant au début des années 2000 le monde particulier des fanfictions homoromantiques, je me suis prise d’une passion toute adolescente pour cette expression des sentiments et de la sensualité, ce qui m’a conduite à m’intéresser de très près aux questions de genre, d’identité et de droits civiques.


      C’est au Japon, au cours d’un voyage autour du monde, que j’ai trouvé le courage d’envoyer mon premier manuscrit à une maison d’édition pour qu’il soit publié et que j’ai reçu une réponse favorable. Cette expérience positive m’a encouragée à reprendre la plume de façon plus professionnelle. Ainsi, au cœur de la Nouvelle-Zélande, j’ai entamé l’écriture du Garçon du port, redonnant vie et corps à une nouvelle écrite dix ans plus tôt alors que j’étais étudiante.

      Après la publication aux éditions Voy’el de Léonie et Le garçon du port, deux fictions historiques homoromantiques, je poursuis désormais mon exploration des questions du genre et de l'identité sexuelle avec la trilogie de fantasy steampunk « La dernière province », actuellement en cours d’écriture. Ces sujets, centraux dans l'intrigue de mes précédents écrits, servent ici de base à la création d'un univers où les enjeux se situent dans les rapports de force entre des individus au cœur d'un système colonial oppresseur.

                                                                       ∂ ∂ ∂

    MIB: -Considérant la mauvaise presse faite à la romance en général, quelle place, vous , lui accordez-vous dans la littérature ?

    AL: 
       Je ne suis pas la meilleure placée pour défendre ce genre littéraire, pour la simple raison que je le connais assez mal, en réalité. Du moins, en ce qui concerne la romance telle qu’on l’envisage de nos jours. De ce que je comprends, le genre est défini par le fait que l’intrigue amoureuse (et j’insiste sur ce terme) est au centre de l’histoire. En ce sens, je n’écris pas de la romance. Bien sûr, l’intrigue amoureuse a une place importante dans les textes que j’écris, mais elle n’est — à mon sens — pas le sujet principal.
       Si mes textes ont été classés « romance » c’est avant tout un choix éditorial. Oui, au début, j’étais un peu sceptique à l’idée d’apposer cette étiquette à mes récits, parce que ce genre littéraire est assez mal perçu dans la littérature française. Pourtant, chez les anglo-saxons, il est bien mieux reconnu : Orgueil et Préjugés est, par exemple, un excellent représentant du genre, d’une grande qualité littéraire. Mais la littérature française s’entête à glorifier ce qu’on appelle « littérature blanche » (comprendre : inclassable) au détriment des littératures de genres, quelles qu’elles soient. La romance en fait les frais.
       Pourtant, la romance a toute sa place en littérature, parce que l’amour est omniprésent dans tous les genres littéraires. C’est une thématique que les auteur‧e‧s ne se lassent pas d’explorer, et il me semble hypocrite, aujourd’hui, de considérer la romance comme un genre moins noble que les autres, alors qu’il met en exergue ce dont absolument tous les autres genres ne peuvent s’empêcher de parler. Aujourd’hui, cela ne me pose pas de problème que Léonie et Le garçon du port soient classés en « romance », ça ne recouvre pas tout ce que je veux transmettre avec ces histoires mais, après tout, quel genre le pourrait ?

    3 questions à... Anouchka Labonne



    MIB: Un débat qui revient souvent et qui nous intéresse en tant que blogueuses est le rapport de l'auteur à la critique ? Comment vous positionnez-vous face aux commentaires Amazon, aux chroniques et à la critique en général ?

    AL:
       Malheureusement pour moi, j’ai assez peu de commentaires, que ce soit sur Amazon ou sous forme de chroniques. Je dis malheureusement parce que j’adore ça. J’aimerais recevoir plus d’avis, parce que si quelqu’un a été marqué par mon texte — en bien comme en mal — suffisamment pour qu’il partage son opinion, c’est que quelque part j’ai réussi mon pari. Mais bon, ne nous voilons pas la face, on vit dans un monde où l’on note tout, tout le temps, et c’est assez épuisant.
      En cela, les critiques perdent un peu de leur valeur : donner son avis devient un réflexe, on le fait parfois sans réfléchir. C’est pour cela que j’aime bien les chroniques : au moins, les chroniqueur-euses prennent le temps de dérouler un peu leur pensée. Je me laisse assez peu influencer par la critique sur internet : cela tient au fait qu’on ne sait pas qui se cache derrière le commentaire. Bijou84 a bien aimé mais a trouvé qu’il n’y avait pas assez de descriptions des personnages ? PtiteFleur78 a adoré sauf la fin ? LutinDesBois06 aurait préféré qu’il y ait plus de scènes explicites ?
       C’est intéressant mais au fond qu’importe : je ne sais pas qui sont ces personnes, ce qu’elles aiment lire habituellement, si elles ont lu mon histoire pour sortir de leur zone de confort ou si elles sont habituées à ce genre de lectures. Je n’écris pas pour elles. Je sais que la communauté qui lit des textes homoromantiques ou homoérotiques est assez uniforme (une majorité de femmes, entre 20 et 45 ans, qui consomme une quantité astronomique d’ouvrages) : je ne cherche pas à leur plaire spécifiquement.
       Attention, qu’on me comprenne bien : j’aime être lue par cette communauté, je les remercie de choisir mes livres et de me soutenir, et je respecte leurs goûts pour la simple raison que je les partage en partie (je suis incapable de lire autant qu’elles par contre !). Ce que je veux dire, c’est que mes histoires, aujourd’hui, trouvent un écho chez ces lectrices, mais que demain je publierai sans doute quelque chose d’un peu différent, qui leur correspondra moins et trouvera un autre public.
      Je ne cherche pas à orienter mes textes pour qu’ils collent à un public spécifique. Je suis toujours un peu étonnée quand l’un de mes proches me fait un retour sur mon livre : ça me touche, parce que je ne les encourage pas vraiment à se procurer mes écrits. Non pas que je n’assume pas, mais je sais que ça ne correspond pas forcément à leur style de lecture, ou du moins à l’idée que je m’en fait. Alors quand ils me disent que ça leur plaît, forcément, ça me fait plaisir, parce que je sais qu’ils ne disent pas ça par politesse : moi, je ne leur ai rien demandé ! La critique est très utile si on n’a personne pour nous aider pendant le processus d’écriture, mais une fois le livre paru, c’est juste un témoin qui nous indique que l’histoire continue sa vie sans nous. Et ça, c’est vraiment un beau cadeau !

    3 questions à... Anouchka Labonne



    MIB: Avez vous choisi de vous éditez seule ou de passer par une ME ?

    AL: 
    J’ai tout de suite envoyé mes textes pour être éditée.
    C’est simple : j’ignorais que l’auto-édition existait ! Et puis, pour être honnête, j’aime l’idée de reconnaissance qu’apporte le fait d’être publié par une maison d’édition. Évidemment, depuis que j’ai découvert le monde de l’AE et les personnes qui y ont recours, je vois bien qu’il y a aussi des pépites qui ne s’embarrassent pas des éditeurs.

    Mais j’aime la relation qui se crée entre l’auteur‧e et sa maison d’édition. Le retour positif d’une ME c’est bien souvent la première marque que votre récit parle à une autre personne qu’à vous-même ! Mieux, c’est l’assurance qu’il parlera à une communauté de lectrices, même restreinte. Je serai incapable de faire le boulot que font les auteur‧e‧s auto-édité‧e‧s : créer une communauté autour de soi, c’est un travail colossal ! J’ai essayé de le faire un peu pour mon prochain roman à paraître, je vois bien à quel point c’est difficile. Alors, bien sûr, les ME prennent une très (trop ?) grosse part du gâteau, surtout les grosses ME, mais cela se justifie grandement par le travail nécessaire pour constituer un lectorat fidèle.
     
     
     
    La question du lecteur:

    Avez-vous un rituel d'écriture ?

    AL:
    Pas vraiment. Mais j’essaye. Je sais à quel point certaines choses aident : se mettre en condition, avoir son petit endroit où on est bien installé, mettre de la musique…
    Je n’ai pas d’heure de prédilection, mais ce qui revient souvent c’est de mettre une playlist de musiques de film (sans paroles, donc), de me faire une boisson (ce que je préfère : le bubble tea), et roulez jeunesse !
    Après, comme j’écris sur mon ordi, je fais souvent plein de choses qui me perturbent en même temps (exemple : j’étais en pleine relecture avant de décider soudain de répondre à cette interview, ahah !).
    Merci pour ces questions et à très bientôt. Anouchka. 


    Merci à toi Anouchka ce fut un plaisir! 
     
                                                                        ∂ ∂ ∂

    N'hésitez pas à découvrir ses œuvres sur 
    le site de l'éditeur comme Le garçon du port dont vous trouverez la chronique ici : Le garçon du port  et Léonie, disponible également sur Amazon.

    Le site de l'auteur ( très joli en plus ) : Anouchka Labonne

    Sa page Facebook où vous pourrez suivre son actu future !! facebook
     

     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Editions : PKJ

    Sortie : 2017

    Simon Snow est entré en dernière année d'école de magie à Watford. Il aimerait étudier tranquillement mais, dès son arrivée, Agatha rompt avec lui et le mage tente de l'isoler pour le protéger de Humdrum. Baz, son ennemi juré, arrive à l'école avec six semaines de retard et se rapproche de lui pour découvrir qui est responsable de la mort de sa mère.

     

    §§§§§

     

    J’ai beaucoup entendu parler de Rainbow Rowell sans jamais lire quoi que ce soit d’elle. Pourtant Eleanor & Park m’a toujours fait de l’œil… Alors quand j’ai eu l’occasion de mettre la main sur Carry On, j’ai sauté dessus. Et j'ai bien fait ! Quel bonheur ! J’ai surkiffé ce bouquin !

    Dans son école de magie, Simon, destiné à devenir l’Élu, vit sa dernière année d'étudiant, angoissé à l'idée de quitter sa meilleure amie Pénélope et sa petite copine Agatha. Le seul qui ne lui manquera pas, c'est Baz, son colocataire vampirique, arrogant et mystérieux au possible. Car il lui mène la vie impossible depuis des années. Mais cette dernière année va se révéler riche en complots, en énigmes, en visites mortelles et découvertes sur soi.

    J’ai adoré l’histoire de Baz et de Simon, leurs disputes, leurs vieille animosité et, finalement, leur relation fragile. Le côté magique façon Harry-Potter-mais-finalement-c’est-différent ne m'a pas gênée parce que je ne suis pas une grande connaisseuse de cet univers. Ça ne m'a pas polluée. Au contraire, j'ai trouvé les éléments magiques top. Pénélope m’a conquise, les intrigues avec le Humdrum et les anciennes familles, les règles de l’école, tout m’a plu. Même Agatha et le mage ! Ce bouquin est fantastique. Une plongée dans un univers surnaturel peuplé de gnomes, de vampires, de dragons et de magie ! Et ce que j'ai apprécié, c'est que toutes les années qui précèdent l'histoire soient condensées et rapportées avec leurs événements clé.

    Il y a beaucoup d’humour, des amitiés à toute épreuve, des scènes de rigolade intenses. Bien sûr, j’attendais le rapprochement entre Baz et Simon depuis le début et quand c’est arrivé, j’ai trouvé ça adorable ! Je suis complètement fan d’eux depuis que j’ai refermé ce livre. Si vous aimez les histoire entre mecs, les amitiés à toute épreuve, la magie, les intrigues, les mystères et les écoles de sorcier, ce livre est fait pour vous. Apparemment, Fan Girl est le livre à l’origine de cette histoire, donc je vais essayer de me le procurer rapidement !

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Cette semaine, c'est Aurore Doignies qui s'est prêtée au jeu des photos ! Elle a publié plusieurs romans chez MxM Bookmark, Edilivre Aparis et chez Juno Publishing ! Son dernier livre est sorti le 02 avril dernier, c'est le tome 3 d'une série chez Juno Publishing : Les ombres du passé.

    Bibliographie :

    Le Loup de Kintail, avril 2009, Edilivre Aparis, collection "Coup de Coeur"

    Série "Entre ses griffes" :
    Tome 1 - Le Tueur à l'as de pique, éditions MxM Bookmark, 21 mars 2015
    Tome 2 - La Nature des secrets, éditions MxM Bookmark, 18 décembre 2015
    Tome 3 - De crocs et de griffes, éditions MxM Bookmark, 18 novembre 2016
    Tome 4 - La malédiction du jaguar, éditions MxM Bookmark, 16 avril 2018
    ​​
    D'ombre et de lumière, éditions MxM Bookmark, 22 juillet 2016
    La meute des Howling Wolves, éditions Juno Publishing, (2 volumes), 3 avril 2017

    Série "Brigade des Vols et Homicides" :
    Tome 1 - L'Affaire Eakes, éditions Juno Publishing, 7 décembre 2016
    Tome 2 - Sous tension, éditions Juno Publishing, 22 mars 2018
    Tome 3 - Les ombres du passé, éditions Juno Publishing, 2 avril 2020

    "Traqués", éditions Juno Publishing, 28 mars 2019 C'est parti !

    Son site : https://oidche.wixsite.com/oidchesbooks…

    Sa page FB : https://www.facebook.com/AuroreDoigniesauteur/?ref=bookmarks

    Retrouvez ses livres sur :

    Amazon : https://www.amazon.fr/Aurore-Doignies/e/B01I2L76MS…

    MxM Bookmark : https://editionsbookmark.com/search?q=aurore+doignies

    Juno Publishing : http://juno-publishing.com/book_author/aurore-doignies/

     

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    La bibli d'Aurore Doignies

    Merci Aurore !!

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Gayscort Agency #1 : Owen de Marie HJ

    Sortie : 01 Mai 2020

    GayScort Agency.
    Notre désir : Votre plaisir.

    Tout le monde poursuit un rêve dans la vie.
    Celui de Lou se résume en quatre lettres : O.W.E.N.
    C’est peut-être la solution la plus simple, finalement. Fantasmer sur l’inconnu, idéaliser sans risque,
    rêver de cet homme sans le connaître, si ce n’est son goût prononcé pour le Latté Noisette, spécialité de Lou.
    Cependant, lorsqu’une carte de visite tombe entre les mains de meilleurs amis bien intentionnés, l’utopie se rapproche dangereusement du champ des possibles et le monde du jeune étudiant menace de basculer.
    Toucher du doigt (ou de plusieurs, si possible) son idéal, tomber follement amoureux (comme si ce n’était pas déjà le cas), perdre pied (ça, ce n’est pas vraiment une nouveauté non plus), tout en espérant une happy end ?
    L’histoire est-elle réellement envisageable, franchement ?

     

    @@@@@

     

    Ce que j'adore, en premier lieu, chez cette auteure c'est sa capacité à changer de genre d'un livre à l'autre, de passer d'un sujet difficile comme le handicap, le mal-être adolescent à un camp de vacances, ou  encore à un journaliste abonné au russe et au bonne sœur  et toujours, toujours tombée à pieds joints dans ses mots. Et cette nouvelle histoire ne fait pas exception.

    Même si le titre met en exergue Owen, mon cœur va balancer pour Lou l'autre moitié de ce duo qui sur le papier au départ semble plus qu'improbable. Lou est à la fois étudiant et spécialiste du latte noisette dans un petit café, il est jeune, timide sauf avec ses amis, un peu gauche quant à nouer des relations amoureuses et en manque d'affection et d'amour. C'est ce qui va pousser ses amis à lui offrir une soirée avec un membre de la gayscort agency. Cette agence est tenu par le canon qui prend tous les matins un latte noisette à Lou et qui aimerait le connaitre mieux.

    Mais aux yeux de Lou, Owen est l'archétype du mec bien dans ses baskets, sûr de lui, de son charisme et quasiment inatteignable, il ne peut que fantasmer sur lui au point de se frustrer lui-même. Quelle n'est pas sa surprise quand il découvre, dans le catalogue de la gayscort agency, son profil là à porter de clic ...

    Ce qui, à première vue ne pourrait être qu'une histoire d'attraction, de phéromones, de chaleur se révèle aussi une tranche de vie sur les apriori, la notion de famille et les liens qu'on peut ou ne pas avoir avec elle.  Comme à chaque fois, le roman mêle pleins de sentiments, mais ce qui ressort de ce livre -surtout en cette période un peu trouble et triste- c'est de la joie, des situations dans lesquelles se fourre Lou sont souvent tellement drôles, que le rire devient le sentiment principal de cette histoire.

    Je ne peux que vous conseiller cette lecture pour passer un excellent moment, le bonheur qui en ressort est plein d'amour, d'humour et de sourires.Idéal pour se changer les idées de la meilleure manière qui soit. Rose Taylor

    Merci à Marie HJ pour ce chouette SP.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 02 Avril 2020

     

    Griff

    J’ai appris très tôt que le moyen le plus simple d’éviter un cœur brisé est de toujours être le premier à franchir la porte. Prendre soin de quelqu’un ou de quoi que ce soit implique d’être déçu. C’est pourquoi j’évite les relations et je cours après les contrats freelances – écrivant des critiques culinaires en prête-nom et des articles sur l’efficacité des phrases de dragues ringardes – au lieu de courir après mes rêves.

    En outre, les rêves ne se réalisent pas pour des gens comme moi. Et personne, pas même le barman sexy en diable du club ne peut me convaincre du contraire. Parce que je ne mettrais plus jamais mon cœur en danger.

    Sam

    En tant que barman, j’ai vu un million de dragueurs à l’œuvre, mais aucun n’a autant de talent que Griffin Marian. C’est un charmeur, promettant du bon temps. Sortir avec lui était censé n’être qu’une aventure. Je n’étais pas censé me soucier de son passé fracturé ou de ses rêves enfouis. Je dois seulement m’inquiéter de mon propre avenir, surtout après que ce stupide critique culinaire a sabordé mes espoirs d’ouvrir enfin mon propre restaurant.

    Mais plus je passe de temps avec Griff, plus je commence à réaliser que mes projets ne signifient rien sans lui. Si seulement je pouvais le convaincre de nous donner une chance de poursuivre nos rêves ensemble.

     

    @@@@@

     

    Quatrième volume d'une série dont je suis bien fan, bourré d'humour, de personnages haut en couleur tant dans le délire que dans les souffrances ayant des tas d'interactions loufoques tirant les rires .

    Griffin -Griff - est un journaliste free-lance qui écrit sur tout un tas de sujets différents un peu comme ça tombe. En ce moment, il enquête dans les bars sur des techniques de drague plus ou moins lourdingues, enfin les bars surtout un où il fait la connaissance du barman grand et sexy Sam. Si Griff a repéré Sam, ce dernier est lui-aussi intrigué par le manège de Griff  tant par son comportement que par ses façon peu subtiles d’appâter les hommes.  Petit à petit, une connivence s'installe, une intimité se crée à tel point que Sam tombe très vite dans les filets de Griff. Lui a plus de mal à se livrer, à envisager du sérieux et même à mettre un nom sur l'étrange relation qu'ils développent tous les deux.C'est avec persévérance et abnégation que Sam va percer, petit à petit, la carapace de Griff tout en se mettant à nu lui-même. La confiance sera le point d'orgue de cette relation.

    C'est la suite de cette série familiale faite d'une tribu de neuf enfants et où l'on apprend à connaitre Griff l'un des enfants adoptés par les Marian. Du fait de son passé difficile, il tente de cacher ses blessures, ses cicatrices et son manque de foi en lui aux yeux de tous, de sa famille comme de ses amis. Mais l'avènement de Sam va changer la donne.

    L'auteure nous embarque dans un univers un peu moins rose, moins protecteur que pour les précédents tomes. Bien que Griff soit désormais un Marian, il a d'abord été l'enfant d'autres parents qui l'ont rejeté, maltraité et amené à des extrémités pour survivre telles qu'il en porte encore des séquelles. Apprendre à comprendre les souffrances de Griff est la mission que se donne Sam même si il redoute les révélations qui lui seront faites, il est bien décidé de se battre pour porter vers le haut cet homme qui l'a chamboulé tout entier.

    Même si l'humour inhérent à cette famille complètement déjantée et addictive est bien présent et apporte toujours sourires et fous-rires lors de la lecture, le sujet principal reste tout de même pesant à savoir l'isolement, la faim, l'abandon, la solitude, la peur au ventre... Un tome bien émouvant pour les deux personnages au parcours douloureux et difficiles pour l'un comme pour l'autre mais dans des registres différents. On y trouve tout de même son lot de bonheur, de chaleur et d'amour.

    La dynamique des Marian est toujours le point culminant du bouquin avec une famille qui ne fait que s’agrandir pour mon plus grand plaisir. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce SP

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La série d'Isobel Starling en 4 tomes qui ressort au mois de Mai en autopublication est une très belle occasion de découvrir un de ses couples tout mignon : Declan et Sam.

    Comme Vous Voudrez (Shatterproof Bond t. 1)  d'Isobel StarlingLe pitch: Un mariage, deux meilleurs hommes et un enfer d'une histoire d'amour!
    Oliver, le frère de Declan Ramsay, va épouser Annabelle Aiken dans un château de contes de fées sur les rives du Loch Ness en Écosse. Les mariés ont décidé que Declan serait le témoin, et le frère cadet d'Annabelle, Sam, qui est gay, partagerait les devoirs du témoin. Declan n'a jamais rencontré le gamin qui va être son équipier. Sam Aiken est à l'étranger, terminant ses études. Il ne rencontrera Declan que quelques jours avant le mariage, alors les deux témoins vont communiquer par email et mettent tout en place pendant plus d'un an. Lorsqu'il rencontre enfin Sam Aiken, Declan est surpris de réaliser que le gamin n'en est pas un, mais un jeune homme grand, blond et athlétique. Declan est certain d'être hétéro, alors il est inquiet par l'attirance féroce qu'il ressent pour Sam. Et comme l'attirance est réciproque, les événements au Château Dunloch changent tout ce que Declan croyait savoir sur lui-même. Mais Samuel Aiken est-il vraiment ce qu'il semble être ?

         

                                                ************************************

    L'Ecosse, un gfy, un malentendu et une franche opposition de caractère  le tout saupoudré de mystère qui plane... qui c'est qui va se jeter dessus comme la sueur sur un bodybuilder? Bien entendu c'est moi !! 

    On a donc droit dans ce premier tome à la naissance du couple qui bien entendu ne se fait pas immédiatement sous les meilleurs augures. Quand Grincheux rencontre Toutsourire forcement ca fait des étincelles ! C'est un début de roman très drôle, assez tendre aussi car on est immédiatement immergé dans les pensées de chaque personnage. Et que celles-ci sont aussi savoureuses d'humour que troublantes de confidence sur l'état psychologique de nos deux hommes. 

    On est clairement dans une comédie sentimentale pour commencer mais l'auteur nous réserve cependant une bonne surprise avant la fin de cet opus. Vous allez naviguer dans les méandres d'un mariage luxueux et plein de surprise qui offre a Declan et Sam l'occasion de faire plus ample connaissance. 

    La bonne surprise pour moi est  l'approche du GFY qui pour une fois est envisagé comme quelque chose de simple même si troublant pour le héros. On a un Declan très respectueux et très en accord avec ses principes. Son processus d'évolution ne s'encombre pas de râles, de questionnement à répétition, il suit simplement ce qu'il ressent  et son instinct. Je dois dire que c'est agréable de montrer un hétéro pour une fois pas complètement noyé sous les doutes et les peurs. Un homme pour qui les vraies questions se situent à un autre niveau que sa sexualité. Les scènes de sexe s'en trouvent donc gagnantes avec une jolie sensualité assortie d'un petit piquant sur lequel on ne crache pas. Il y a meme une ou deux scènes assez cocasses vous verrez!

    L'alchimie des deux personnages est immédiate, spontanée passé les premiers heurts qui ne durent guère. C'est ensuite une jolie relation faite de respect mutuel et de douceur comme c'est souvent le cas chez Isobel (en tout cas sur ce que j'ai lu d'elle) qu'on prend beaucoup de plaisir a lire. Un Sam très séducteur tout en surprise (et ce jusqu'au bout) qui en plus d'être taquin nous montre un coté plus subtil et sensible qu'il n'y paraît au premier abord.

    Un premier tome qui met les choses en place doucement mais efficacement avec un texte particulièrement bien traduit de surcroît
    La cerise sur le gâteau c'est de nouvelles couverture très attractives quand on est sensible aux livres papiers.

    Une série rééditée donc qu'il ne faut pas hésiter à découvrir ou redécouvrir! Yop.

    Vous le trouverez ici : Comme Vous Voudrez (Shatterproof Bond t. 1)

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • À cœur brisé rien d'impossible de Mathieu Bastien

    Editions : MXM Bookmark

    Sortie : 8 avril 2020

    En cette fin d’été, fuyant la chaleur écrasante de la Californie, Tom et son petit ami Dylan font route vers Trenton quand le destin en décide autrement. À quelques kilomètres de leur destination, le pire se produit.
    L’embardée. Les tonneaux. Le choc. Le néant. Quelques jours plus tard, Tom se réveille. Dans une chambre d’hôpital. La douleur se fait plus insupportable encore lorsqu’il apprend que Dylan est plongé dans un profond coma.
    Tiraillé par la culpabilité, le chemin vers la guérison sera longue et difficile. En plus des blessures physiques, les plaies béantes de son âme auront aussi besoin d’être pansées.
    Entouré des proches de Dylan et soutenu par Matthew, un infirmier aussi jovial qu’intrigant et bien décidé à le pousser dans ses derniers retranchements, Tom va devoir se reconstruire.
    Mais sera-t-il prêt à livrer bataille contre ses propres sentiments et à accepter un avenir bien différent de ce qu’il avait jusqu’alors imaginé ? Quand un os se fracture, on l’immobilise pour qu’il se répare. Quand un organe est atteint, on opère, on traite, on suture.

    Mais quand le cœur se brise, se réduit en miettes, existe-t-il un remède ?

     

    &&&&&

    Je savais que ce serait un livre triste, que ça parlerait de perte et d'accident. J'ai quand même eu des difficultés à le terminer. Peu ou pas de joie, mais l'histoire d'une reconstruction difficile d'un homme qui a tout perdu. C'est peut-être l'immersion du point de vue exclusif de Tom qui m'a épuisée je sors un peu mitigée de cette lecture.

    D'un côté, on a un récit dramatique bien écrit, qui explore les conséquences d'un accident terrible. L'auteur parle du deuil, de la famille, de la maladie, du coma, ce sont des sujets que je n'avais jamais lu en romance et c'est l'aspect le plus réussi du roman. Il y a de nombreux flash-back sur la vie de Tom qui viennent s'intercaler entre les chapitres, sa vie d'avant avec Dylan, leur rencontre et leur vie de couple. C'est bien dosé. La romance arrive plus tard, elle est bien décrite hormis certains passages qui m'ont fait rager (oui, rager), tout se tient, il n'y a pas d'incohérences. Je ne suis pas non plus experte du milieu médical pour juger toute la première partie qui m'a paru correcte. En revanche, j'ai était choquée par le début du livre et la retranscription de l'accident, des visions de Tom et son réveil. C'est vraiment un passage bien écrit, très marquant.

    Par contre, il y a des choses qui m'ont agacée. Une accumulation de détails qui passe par des expressions toutes faites et éculées (virilité triomphante, etc...), des dialogues sirupeux, un peu pompeux, qui ont l'air formatés, le sexe très présent dès le début comme s'il fallait placer des scènes ici et là encore et encore comme si on ne pouvait pas montrer autrement la complicité des personnages, les monologues de plusieurs pages de Tom qui m'ont fait lever les yeux au ciel (je déteste les hommes trop bavards) et surtout : la fin. Enfin, un élément de la fin, un truc facile et décevant pour moi dans un livre de ce genre.

    Je dirais que c'est un livre bien écrit, relativement bien rythmé, assez réaliste (le fond est bien traité même si la forme m'a parfois déplu) avec des personnages secondaires attachants. Ça reste quand même sombre, très sombre, triste en dépit du message d'espoir (accrochez-vous ) et je regrette l'absence de légèreté ou d'humour qui aurait allégé l'histoire, apporté un peu d'oxygène à ce récit très sombre et émotionnellement très dur.

    Mathieu Bastien est un auteur que je prendrai plaisir à relire, j'ai vraiment adhéré à certains passages, moins à d'autres, mais "À cœur brisé rien d'impossible" reste une lecture éprouvante qu'il faut être dans le bon état d'esprit pour apprécier.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sur le blog, nous avons décidé de mettre en place une nouvelle rubrique, un rendez-vous quotidien pour faire la lumière sur les auteurs : la bibli des auteurs ! Pour résumer, les auteurs partagent des photos de leur bibliothèque avec nous, ils nous parlent de leurs livres chouchou et, cerise sur le gâteau, ils partagent aussi leur espace de travail ! Avec les filles, on s’est dit que ce serait génial d’offrir une vision plus intimiste à travers leur passion pour les livres ! Découvrez leurs petites habitudes d’écriture, rituels, objets fétiches, sources d’inspiration ! On vous embarque dans l’intimité des « stars » !

    Cette semaine, on commence avec Laurence connue sous le pseudo de Barjy L. Elle a publié plusieurs romans chez Mix Editions, c’est une fille adorable, et nous, on est très heureuses de découvrir sa passion pour les katanas et le nom de ses cales portes ! (Castiel, Dean et Sam pour ceux qui se poseraient la question )


    Barjy. L et sa bibli !!!



    Barjy. L et sa bibli !!!



    Barjy. L et sa bibli !!!


    Barjy. L et sa bibli !!!



    Barjy. L et sa bibli !!!


    Barjy. L et sa bibli !!!


    Barjy. L et sa bibli !!!

     

    Barjy. L et sa bibli !!!

     

    Merci à toi Laurence !!!

    Sa page auteur
    https://www.facebook.com/BarjyLauteur/

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 05 Mars 2020

     

    Quinn Sawyer n’a pas postulé pour un job d’intérimaire au fin fond de l’Alaska, à l’Hermitage O’Connor, parce qu’il veut changer de décor. Non, il aime sa Floride ensoleillée. Il va en direction du Nord pour obtenir des réponses de la part de Declan O’Connor, l’homme qui a fréquenté sa tante six ans auparavant.


    Un jour, Declan avait disparu, et cela avait été le début du calvaire pour Quinn. La majorité des membres de sa famille s’était brusquement mise à le détester et l’accusait encore d’être la raison pour laquelle Declan avait mis fin à sa relation avec sa tante, même si personne ne lui voulait lui dire pourquoi.


    Cela fait maintenant six ans et il n’en peut plus d’être le vilain de l’histoire. Il mérite de savoir en quoi il en est responsable, et il ne laissera pas son béguin pour Declan se mettre en travers de sa route.
    Après avoir enfin retrouvé la trace de Declan, Quinn saute dans un avion – ou un engin mortel, comme il aime à l’appeler. Mais dans sa quête de vérité, il découvre qu’il y a bien plus au « Pays du Soleil de Minuit » que chercher des réponses.

     

    &&&&&

     

    Quinn a pris la décision de partir en Alaska quelques mois, avant d'entamer sa vraie vie en Floride afin d'éclaircir des points d'ombre familiaux datant de six ans en arrière. A l'époque, il était jeune et s'était entiché -sans espoir- du petit ami de sa tante, Declan. Mais ce dernier est parti un beau jour sans se retourner ni donner de nouvelles six ans auparavant, ce qui a bouleversé Quinn. Décidé à le confronter une bonne fois pour toute afin d'élucider ce mystère, Quinn entreprend ce voyage pour comprendre le pourquoi du comment.

    Quelle ne sera pas sa surprise quand il se rendra compte que Declan n'a pas changé d'un pouce,qu'il se souvient  parfaitement du jeune homme qu'il était à l'époque. Ce voyage, même dans ce contexte, a aussi pour but de lui  faire découvrir cette terre moins hospitalière niveau climat que la Floride, les conditions de vie alaskienne ainsi que ses capacités à se débrouiller par lui-même.

    Ayant toujours cru que cette attirance pour Declan était déplacée, le pensant hétéro, Quinn va vite être troublé lorsque l'attraction semble réciproque . Pour Declan, la différence d'âge, la distance entre leur lieu de vie vont être autant de bâtons dans les roues qu'il va devoir combattre même si sa lutte interne est intense.

    Premier tome d'une série sur le grand nord américain où se mêlent la rudesse du climat, les conditions de vie difficiles surtout à anticiper, la découverte de la nature sauvage, brute et authentique mais aussi l'amour, le partage, les liens familiaux, amicaux. Le roman n'est pas très long mais il est rempli de sincérité, de bons sentiments,il est à découvrir pour être dépaysé, à regarder tomber la neige au coin du feu !!! Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce SP.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Editions Dreamspinner

    Collection Dreamspun Desires

    Sortie : 11 septembre 2018

     

    À quel point peut-on se retrouver empêtré dans une histoire d’amour ? Quand Dominic Hartington-George, alpiniste bourru, se met à la recherche d’un sponsor pour sa prochaine expédition, son agent londonien exige que ce soit une personne que les médias jugent sympathique – comme le célèbre mannequin Zeb Z. Zeb ne peut se rendre à leur rendez-vous, alors il demande à son jumeau, Aidan, de le remplacer juste pour la soirée. Aidan, un dramaturge torturé, fuit tellement les feux de la rampe que les gens ignorent que Zeb est son frère, ce qu’il n’accepte de reconnaître qu’à contrecœur. Alors que la duperie doit se poursuivre au-delà du premier rendez-vous, Aidan se bat pour maintenir le simulacre. Dominic s’attache à ce compagnon aussi insolent qu’intelligent, et Aidan commence à tomber amoureux de l’explorateur. Mais combien de temps la conscience d’Aidan peut-elle supporter sa confusion grandissante ? Est-ce qu’avouer la vérité et révéler qu’il est « l’autre jumeau » détruira la confiance qu’ils ont établie ?

     

    §§§§§

     

    Je voulais une lecture courte et sans prise de tête. En cherchant un peu, je suis tombée sur ce titre sorti en 2018 et je me suis plongée dedans rapidement. Bonne pioche ! Nous découvrons des personnages plus travaillés que je ne l'aurais pensé. Aidan, un dramaturge, vit dans l'ombre de son frère qui est mannequin et célèbre, et Dominic, alpiniste, dans celle de son père. J'ai adoré leur relation qui se construit lentement. Ils se tournent autour, ils se cherchent, ça devient très vite brûlant entre eux au fil des rendez-vous, c'est adorable. On sent vite l'alchimie entre eux. Sauf qu'Aidan ment pour couvrir son frère et que son secret risque d'être découvert. Je n'en dis pas plus.

    Le sujet des frères jumeaux a déjà été pas mal utilisé mais ça ne me gêne pas. J'ai trouvé que c'était bien traité. J'aime bien les histoires de quiproquos et de secrets mal gardés avec tout ce que ça entraîne : les mensonges, les situations embarrassantes, etc... C'est une bonne excuse pour inventer des récits peu ordinaires. La trame reste légère, il n'y pas de drames, de rebondissements exceptionnels. Les personnages secondaires sont vraiment marrants. J'aurais voulu en savoir plus sur eux. Et j'aimerais bien une histoire avec Zeb et Lukas, ce serait super ! Le seul reproche à faire, c'est que c'est trop court. Un peu plus de texte aurait permis d'offrir un vrai bon bouquin qui aurait pu explorer toutes les pistes lancées par l'auteur : Zeb et Lukas, la troupe de théâtre, les sentiments entre Aidan et Dom. Et comme ça, la fin aurait pu être plus travaillée avec une pointe de drame ou de tension supplémentaire. C'est dommage, mais il me semble que c'est un peu l'esprit de cette collection.

    Donc, une fin assez prévisible, mais un bon moment de lecture quand même. Ce livre m'a offert quelques heures de plaisir. Faites comme moi si vous avez envie de vous délasser en vous accordant une lecture courte et facile. Noémie

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire