• Jurassic Heart d'Anna Martin sorti en 2018 chez Dreamspinner
    Un grand merci à ma collègue Manon de m'avoir ramené ce livre que j'attendais avec impatience du Salon Du Livre (et oui la petite veinarde a pu se balader au milieu des stands et se laisser aller à plusieurs craquages !!)

    Le pitch:
    Quand le paléontologue Nick Eisenberg apprend qu’on pense avoir déterré les os d’un vélociraptor dans l’Alberta, au Canada, sa curiosité surpasse son envie de rester vivre à Londres. Après tout, en tant qu’éminent spécialiste des prédateurs préhistoriques, il a toujours voulu découvrir les cousins nord-américains du Velociraptor. Un seul problème se pose : Hunter Joseph, un défenseur de l’environnement. Pendant que Nick supervise la fouille, Hunter rassemble les gens de la région pour s’opposer à la destruction du paysage provoquée par son équipe, dans sa recherche des précieux os de dinosaures.

    Impossible pour Nick, l’intello étroit d’esprit, et Hunter, le rabat-joie moralisateur, de s’entendre. Néanmoins, ils devront trouver un moyen de travailler sur le même site sans se sauter à la gorge, d’autant plus que quelqu’un semble bien déterminé à causer à Nick plus de soucis qu’il n’aurait jamais pu imaginer.

     

     

    Une belle couv et un résumé tout aussi séduisant qui me titillaient depuis l'annonce de la parution de ce dernier opus de l'auteure, je me lance donc frénétiquement dans cette lecture en une soirée (182 pages c'est jouable!!)

    J'ai, en quelque sorte, déjà surfé sur la vague des plaisirs avec Anna Martin, j'entends par là que certains de ses romans m'ont ravis et d'autres un peu moins, mais on peut lui reconnaître une qualité de plume toujours bien présente.
       L'histoire de Nick et de son aventure paléontologique est le grand point fort du roman, on ne peut pas dire le contraire! Bien documentée , l'auteure parvient à merveille à nous immerger dans ce monde de fouilles et de recherches , et ce , sans que cela paraisse lourd d'informations; juste ce qu'il faut , là ou il faut! Le fil rouge est donc plutôt très bien fait , je me suis sentie captivée par l'aspect technique (on a droit à un prologue en forme de Dinothèque très instructif) même si l'intrigue parait,elle ,un peu plus légère.
       Intrigue qui semble donc un peu mise de coté , car au bout du compte elle n'est pas hyper présente, et ne crée pas de tension particulière, au profit d'un travail plus élaboré sur les personnages secondaires que j'ai beaucoup aimé découvrir. Une galerie de personnalités bien construites , avec une vraie présence et de vraies interactions; aka Trique et ses dreads, aka les jumelles goths!! On ne peut nier un fait, il y a une vraie ambiance dans ce livre et on visualise très facilement le déroulé de l'histoire ainsi que ses protagonistes.

    Mais au milieu de ces fouilles ,il a bien fallut que j'y trouve un os (oui je sais j'ai même pas peur et j'ose l'humour à deux cents).Os plutôt gênant car il concerne directement la relation des deux héros principaux, pourtant charmants au demeurant à l'exception de la queue de cheval de Hunter (pitié amis auteurs, lâchez une bonne fois pour toutes les catogans et queues de cheval qui ramènent lamentablement mon esprit à l'image de Francis Lalanne ou de Candeloro et brise définitivement chez moi, toute capacité à craquer pour le pauvre héros affublé de cette protubérance capillaire #demandepersonnelleetinfondéeterminée).

      Une relation donc qui m'a frustrée,je m'attendais à plus d'affrontement entre deux fortes personnalités pour les voir finalement craquer vraiment trop vite l'un pour l'autre et en plus , dans un climat pas très passionnel! Nick passe du "t'es un gros connard" à "je me couche vas y je suis open bar!" en l'espace d'une seule scène ; autre frustration, ce même Nick semble peiner à faire évoluer ses sentiments alors qu' Hunter lui,se transforme en un espèce de mi adulescent /mi père protecteur transi . Il a tout de même l'avantage d'exprimer ses sentiments ,chose qui semble ne jamais arriver chez Nick, on se demande comment un couple peut se construire la dessus? 

    Donc un moment de lecture qui fut agréable quand à sa thématique principale avec une alchimie romanesque qui, pour moi, n'a pas fonctionné mais qui se tolère facilement grâce à la présence d'un panel pertinent de rôles secondaires. Yop

    Jurassic Heart d' Anna Martin

     

     

    Vous le trouverez ici:
    https://amzn.to/2KRqWho

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers

     

     

     Benjamin Alire Saenz. Éditions PKJ. 

    Ari est un adolescent de quinze ans en colère et silencieux dont le frère est en prison. Dante est un garçon expansif et sur de lui. Ils n'ont à priori rien en commun, mais ils vont pourtant nouer une profonde amitié, de celle qui change la vie à jamais. C'est donc l'un avec l'autre, l'un pour l'autre, que les deux garçons vous découvrir les secrets de l'univers.

     1987 : Aristote est triste, tendu silencieux en ce début d'été. Il adore ses parents mais leur silence lui pèse. Son père est hanté par le Vietman, sa mère par son fils en prison. Quand il rencontre Dante, un garçon expansif et gai, fils unique de parents tout aussi expansifs et joyeux, son été prend une autre dimension. Il l'ignore encore mais il ne sera plus jamais seul.

     

    Les livres destinés aux adolescents ont le pouvoir de changer leur vie. Aristote et Dante fait sans conteste, partie de ces récits initiatiques qui vous prennent par la main et vous guident vers le monde. À l'image du grand Meaulnes, de l'attrape-coeur de Salinger, de l'écume des jours ou du plus récent Harry Potter, c'est un livre ami, de ceux dont on a le sentiment qu'ils vous parlent à l'oreille. Il donne envie, comme Holden Caulfield, le héros de l'attrape coeur, de prendre le téléphone et d'appeler l'auteur pour lui dire à quel point ce livre nous a bouleversé. Ari  le silencieux belliqueux, rongé par les secrets rodant autour de son frère, Dante l'expansif, à qui sa famille fait sentir qu'il est trop intégré au monde américain font partie des héros qu'on n'oublie pas. Un livre grave, où les sujets sérieux, voir dramatiques ne sont pas éludés, mais où on n'a pas le sentiment qu'on vous écrase la tête avec une chape de plomb pour vous faire comprendre à quel point le monde est dur pour les adolescents gays. Leurs parents sont d'ailleurs aimants et compréhensifs, même si parfois maladroits. Comme tous les parents. La narration est très dialoguée, ce qui n'est pas pour me déplaire. Il est d'ailleurs presque dommage de le classer en M/M. Il est bien plus que ça. 

    C'est un livre qui accompagne toute la vie et sera toujours à nos côtés, comme un ami à qui on peut tout dire. Tous les adolescents tous les enfants doivent lire ce livre. D'urgence. Ari et Dante leur tendront la main sur le chemin de la vie. 

    Janis. 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • UnPrison de Yamila Abraham édité chez Homoromnce Editions


    Une petite surprise que ce récit sur une romance dans l'univers carcéral... une surprise agréable je dois dire ,la couverture m'ayant un peu fait craindre un livre plus trash et plus cliché qu'il ne l'est réellement.

    UnPrison de Yamila Abraham

     

    Le pitch (court , tres court ) :

    Un frêle étudiant de première année à Princeton se retrouve en prison où il devient la propriété d’un détenu puissant, mais pourtant compatissant.

     

    UnPrison de Yamila Abraham

     

     

    Une histoire plutôt simple , avec un début de scénario quelque peu invraisemblable mais qui ne dessert pas pour autant la suite des événements. L’écriture nette et ciselée crée d'emblée un climat angoissant ,le tout agrémenté d'un travail de précision très appréciable sur l'univers carcéral. Par le biais de Donnie , une cartographie comportementale très riche du lieu est dressée platement et froidement perpétuant cette atmosphère étouffante tant par la peur qu'elle génère que par l’implacabilité du destin de notre jeune étudiant fraîchement débarqué en prison.
        Ryan Burgess , 25 ans , fils de riche et habitué a une vie facile sait toutefois faire montre de maturité face à la situation qu'il sait pertinemment être très dangereuse pour sa condition. L'auteur nous épargne donc cette éventuelle naïveté un peu stupide que personne ne saurait éprouver aujourd'hui face aux cliches circulant sur le Orange World , en faisant de son personnage un jeune plutôt malin et prêt a tout pour s'adapter au mieux .Elle parvient avec finesse à dresser un portrait psychologique de ses héros assez juste, portée un choix de vocabulaire simple et efficace qui ne lasse pas . Que ce soit l'angoisse de Ryan ou l'attitude un peu circonspecte d'Harrison , son "protecteur", tout s'imbrique parfaitement (pas de mauvais jeux de mots voyons, voyons!!!) et on suit avec excitation l’évolution de leur relation comme dans tout bon m/m qui se respecte.


        On assiste par moment à une curieuse jonglerie passé simple vs passé composé qui m'a un peu surprise sans forcement me gêner tant la thématique des différents aspects de la vie pénitentiaire et de ses règles ont su me garder bien captive (ouch elle était facile celle la!!!)
    La tension érotico-sentimentale apparaît avec autant de douceur qu'il est possible dans un monde plutôt brutal, le tout bercé par la routine de leurs petites magouilles .Des scènes très sensuelles, dans un contexte trouble d'hétéros qui prétendent se contenter d'une sexualité homo par défaut, qui peu a peu se transforment en ébats très hot , parfois crus, mais aussi  très matures balayant suffisamment l'aspect romanesque pour n'en laisser que les miettes d'un couple en devenir .On a droit à notre fin heureuse, qui même si elle semble facile et elle l'est certainement , est toutefois habilement amenée pour que ça passe sans effort (noooooon toujours pas de messages sous marins désolée!!!)


    C'est trippant et percutant sans jamais être vulgaire . La lecture est souple et sans lourdeurs, sans coquilles, quelques rares fautes , sans trop de clichés ni même de répétitions, bref c'est un moment de lecture que j'ai apprécié à sa juste valeur: un bon moment! Yop

     

    UnPrison de Yamila Abraham

     

     

    Pour le trouver: https://amzn.to/2GOsK8x

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je l'ai déjà exprimé à plusieurs reprises je suis une grande fan de mary Calmes ; donc rien de bien étonnant à ce que je chronique ses livres y compris les moins récents.
    L'acrobate figure, parmi ses opus, probablement dans ma top liste car on y trouve déjà la trame psychologique future des deux héros de Marshals , celle pour laquelle je suis tombée raide dingue de cette auteure.


    L'acrobate de Mary CalmesLe pitch (même si tout bon lecteur de m/m le connait déjà):
    Le professeur d’anglais Nathan Qells, quarante-cinq ans, est doué pour donner de l’importance aux personnes qui l’entourent. Cependant, il est moins bon quand il s’agit de préserver une relation. Il est sympathique, mais il a du mal à discerner les sentiments des autres personnes. Ainsi, même après tout le temps qu’il a passé à s’occuper de Michael, le lycéen qui habite en face de chez lui, il ne réalise pas qu’Andreo Fiore, oncle et tuteur légal de Michael, a commencé à tomber amoureux de lui.
    Dreo a des problèmes plus urgents à régler que de montrer à Nate qu’il pourrait être un partenaire potentiel. Il élève son neveu, tout en essayant de quitter le monde de la mafia et de monter sa propre affaire, un processus rendu plus difficile lorsqu’une fusillade survient, éliminant quelques personnages clés du milieu. Cela n’empêche pas Dreo de persévérer dans sa quête d’une nouvelle vie dont il pourrait être fier – une vie dans laquelle Nate aurait une place essentielle. Une vie qui pourrait ressembler à celle dont Nate a toujours rêvé. Malheureusement pour Dreo – et pour Nate – la dernière fusillade n’était que la partie immergée d’une restructuration importante de la mafia, et l’amour évident que porte Dreo à Nate fait de ce dernier une nouvelle cible.

    L'acrobate de Mary Calmes

    Pour commencer je vais être honnête et clairement annoncer que vous ne trouverez aucune objectivité dans cette chronique: Mary Calmes c'est ma drogue , ma maman du m/m comme Andrew Grey pourrait être mon papa dans le domaine. Je suis donc faible et fière de l’être en ce qui concerne presque tous ses livres que j'ai lu et relu plusieurs fois pour la plupart d'entre eux.Voila , voila, vous connaissez mon talon d’Achille désormais !!


     L'acrobate tient une place spéciale dans mon cœur littéraire car j'y ai découvert, lors d'une relecture, les prémices de la mécanique MC que j'ai tant aimé dans les deux tomes de Marshals et que l'ont sentait déjà dans Timing : à savoir cet espèce de rapport trouble entre domination, soumission, besoin et amour qui ne cesse de basculer d'un personnage a l'autre sans jamais figer la donne. On y trouve également le fameux postulat de l’être solaire et parfait qui plait a tout le monde et dont la terre entière semble vouloir s'enticher.#Jory, #Stéfan !!
    Postulat qui parfois énerve certes, mais qui pourtant te titille comme le petit bobo que tu tripotes tout le temps sans pouvoir t'en empêcher ! Présence encore si chère à l'auteur , de ce personnage si bon et si tactile avec toutes les personnes de son entourage qui lui amène sympathie et dévotion.


     C'est aussi au cours de ma deuxième lecture que j'ai pleinement fondu dans certains procédés d’écritures et de présentation des scènes qui alternent entre humour, astuces, tendresse et érotisme presque un peu cru mais qui jamais ne choque ! Une intro sous forme de dialogue vif et doux a la fois, qui vous pose les jalons du passé des premiers héros principaux, sans nous plomber dans la lourdeur d'une narration qui aurait été étouffante à la vue de la durée temporelle évoquée.
     Un enchevêtrement de passages drôles, de séductions alléchantes, de scénarisations jouissives (la scène de l'amphi avec Nate répondant à ses élèves inquiets est de mon point vue une des meilleures écrites par MC), qui nous donne l'effet de plonger dans une de ces délicieuses comédies sentimentales que le cinéma nous offre parfois!


    L'auteur nous offre un petit twist que l'on voit arriver (car on est pas des buses quand même , on a lu la 4eme de couv hein!!!) en nous dirigeant sur la fausse piste du couple Nate /Sean pour mieux nous faire tomber en pâmoison quand Andréo fait son apparition tout en "ténébritude ". Les événements rythmés d'un suspens léger et troublant , s’enchaînent parfaitement avec toujours beaucoup de sensualité, toujours exprimée avec les mots justes, ces mots qui te basculent entre un soupir et une respiration bloquée !!
    Une relation amoureuse basée sur la douceur et l'attraction, au départ bloquée derrière les peurs de la nouveauté ,du problème de la différence d'âge qui va peu à peu nous emporter dans un tumulte torride que Mary Calmes a su distiller lentement en trouvant comme toujours sa cadence au 3/4 du livre ! Pas d'abus de scènes hot gratuites toutes les deux pages même si les choses s'intensifient sur la fin et du coup perdent en créativité, Nathan a le souffle coupé un peu trop souvent à mon gout mais bon tant qu'il respire on sait qu'on aura notre fin tant désirée (je vous avais prévenu que je serais de mauvaise foi non ?). Quelques complexités (qui frisent vaguement l’incohérence dirait une mauvaise langue ) dans l'évolution de sa relation avec Duncan, son ex, qui m'ont parfois laissé un peu dubitative mais qui n'entravent pour rien le plaisir de la lecture! (je vous avais pas dit que je serai totalement partiale ?..ah si peut être !!)

    Bref, un roman que j'aime beaucoup, le type de lecture dont on finit par autant aimer les défauts que les qualités, une histoire bien fournie avec beaucoup de personnages secondaires intéressants et bien mis en valeur, d'autres non pas secondaires mais plutôt parallèles, tout aussi attractifs! Le tout est très bien ficelé dans une intrigue évoquée au plus juste sans trop s'y perdre non plus mais qui promène son lecteur entre la romance, l'humour (je vais militer pour que Ashton ait son histoire !!) , la tendresse (qu'elle soit familiale, amicale ou amoureuse) et l'action. Yop.

     

    L'acrobate de Mary Calmes

     

     

    Pour le trouver: https://amzn.to/2J3veor

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Résumé:

    Pour Jamie, tout a basculé le jour du décès de ses parents. Lui qui rêvait de partir étudier à New York, se retrouve à élever son petit frère de cinq ans, dans une ville perdue de l’Ohio. À la suite d’un accrochage de voitures, Jamie rencontre Logan. Ce jeune avocat est tout ce qu’il n’est pas : sûr de lui, brillant et fier. Il ne fait pas mystère de l’intérêt qu’il porte à Jamie, mais celui-ci se demande comment sa petite vie tranquille pourrait intéresser quelqu’un comme lui… Et pourtant…

                       Date de parution: 2016    Publié per: Bragelonne-Milady

    Moment de lecture absolument délicieux qui m'a rappelé les contes de fées de mon enfance. Parce que ce petit livre est un conte de fée. Il ne peut en être autrement. C'est l'histoire d'un prince qui rencontre un roi. OU l'histoire de deux jeunes hommes qui se rencontrent, se plaisent et s'aiment. Jamie est un jeune adulte absolument parfait dont le seul défaut est de ne pas croire en lui-meme Il est à la tête de la famille atypique qu'il forme avec son très jeune frère Damian. Personnage très sympathique qui ne cesse d'illuminer le roman. Puis, il y a Logan qui jette son dévolu sur Jamie sitôt que ses yeux se posent sur lui pour la première fois. Bien sûr, quelques épreuves à traverser. Et on se laisse entraîner par cette romance qui fait rêver, ou chaque page est un pur bonheur et impose de sourire à presque toutes celles que l'on tourne. J'ai l'impression d'être un marshmallow dans un bain de chocolat chaud. Et des fois, c'est juste ce qu'il faut pour se détendre. Des fois, ça me va plus que bien.

                                                                                                                                                Manon

     Pour le trouver : https://amzn.to/2s8kawM

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé:

    Sam, est franchement flippé. Il va avoir 30 ans dans trois semaines et quand il réfléchit à ce qu’il a fait de sa vie, le constat est sans appel : rien de très excitant. Mais eh, il lui reste trois semaines non ? Peut-être a-t-il encore le temps de cocher un maximum des objectifs de sa liste de chose à faire à 20 ans. Pour l’aider, il peut compter par son voisin et ami de longue date : Luke. Luke qui a fait son coming-out à tout le monde… sauf Sam. Et si on rajoute le (faux) coming-out de son fils adolescent, Jeremy, cela donne une situation pour le moins… compliquée.

    Sam, Luke, et Jérémy. Trois garçons qui partagent un passé, et un futur en commun… enfin, s’ils arrivent à régler leurs problèmes d’abord, bien évidemment.

    Date de parution: 2016    Publié par MxM Bookmark

    Petits mensonges et conséquences  de Anyta Sunday

     

    Il s'agit là d'une deuxième lecture que j'ai mille fois plus appréciée que lors de mon premier passage. Comme quoi le moment choisi est important et peut jouer sur le ressenti que je peux éprouver face à tel ou tel récit.

    Je termine ce livre avec un goût de bonheur persistant. J'ai aimé chacun des personnages. Luke, Sam et son fils Jérémy. Chacun devient le sujet principal d'un chapitre et on peut y suivre leurs 'aventures' qui se recoupent toutes les unes avec les autres. Ce côté m'a beaucoup plu. Il m'a donné l'impression de lire trois histoires différentes avant que les parcours de ces différents protagonistes ne se rejoignent de nouveau. Luke est l'épaule amicale et sure sur laquelle Sam peut se reposer. Le super voisin, un ami toujours là par beaux et mauvais temps. Celui qui est toujours présent et sur qui on peut compter. Un pilier en somme. Sam, lui, aborde difficilement le passage à la trentaine. Il rêve un passage sans regrets et pour cela établit une liste de ce qu'il juge être des choses à faire à vingt ans. L'homme a dû mûrir très vite au vu de la grossesse précoce de sa passion d'un soir. Et Jérémy, adolescent bien dans sa peau, qui souhaiterait passer encore plus de temps avec sa petite amie. Mais voila, ses parents ne lui souhaite que le meilleur et veulent éviter à tout prix que leur enfant ne commettent la même erreur qu'eux. Tout cela assorti de non-dits et de malentendus provoque un tel nœud que je me suis demandée comment tout le monde pouvait s'en sortir sans trop de heurts. Le principal étant que tout cela s'imbrique et fonctionne merveilleusement pour nous livrer un roman des plus adorables tout en étant captivant. 

                                                                                                                                                Manon

     Pour le trouver: https://amzn.to/2scn9nb

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Musher  : jusqu'à toi. Tome 1.

     

    Le hasard, qui fait parfois bien les choses, a voulu que ma comparse, Yop et moi ayons lu le même livre la même semaine. C'est donc, dans les étendues neigeuses du Yukon que nous avons été entrainées toutes les deux.

     

    Envoyé au pied levé par sa société dans le Yukon, Anthony doit y retrouver un dénommé Adam Larivière pour l'informer de son héritage. Afin de contrer sa poisse habituelle, son meilleur ami Mikado l'accompagne et ce n'est pas du luxe, car dès l'aéroport, les ennuis commencent. De Whitehorse à Montréal, les deux amis croiseront sans le reconnaitre celui qu'ils cherchent. Arrivés à Teslin, petite ville du Yukon, où le musher vit avec sa meute, l'un d'eux tombera sous le charme de ce pays sauvage et de cet homme exceptionnel élu sportif le plus sexy de l'année.

     

     Quand il fait un froid glacial, comme cette semaine, quoi de plus logique que de se plonger dans un livre qui vous entraine dans la province glacée du Yukon ? Et le voyage en vaut la peine : dès l'aéroport (j'ai senti le choc) nous voilà entrainés dans un tumultueux voyage à la suite d'Anthony et de Mikado, du quartier gay de Montréal à Teslin, suivant les traces laissées par le traineau du musher et de sa meute. Parfois hilarant souvent émouvant, la petite musique d'Eva Justine fonctionne à merveille, comme dans son précédent "bi or not bi" qui avait su me charmer. Les quatre personnages principaux sont bien campés, avec des caractères affirmés, les personnages secondaires sont tout aussi excellents (et ceux qui suivent mes chroniques depuis mon arrivée fracassante sur ce blog :) connaissent mon amour sans limite pour les personnages secondaires. L'exceptionnelle grand-mère du Sud d'Anthony vaut son pesant d'or, sa mère est tout aussi fantastique et la petite communauté de Teslin, tout autour d'Adam ne l'est pas moins. Les descriptions des somptueux paysages du Canada nous donnent le sentiment d'y être, pas moins. 

    En amatrice de sujets légers, mais pas tant que ça, ce musher m'a conquise. Effectivement, qui peut détruire un couple, plus sûrement que la distance ? J'ai en tout cas, hâte de retrouver Adam, Mikado, Leo et Anthony, dans le tome 2. 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire

  • C'est avec une histoire de neige et de musher sexy que j'attaque ma deuxieme lecture d'Eva Justine qui m'avait laissé une forte impression avec son Unité K9.

    Musher, Tome 1 : Jusqu'à toi d' Eva JustineLe pitch:Envoyé au pied levé par sa société dans le Yukon, Anthony doit retrouver un dénommé Adam Larivière pour l’informer de son héritage. Afin de contrer sa poisse habituelle, son meilleur ami Mikado décide de l’accompagner, et ce n’est pas un luxe, car dès l’aéroport, les ennuis commencent. De Montréal à Whitehorse, les deux amis croiseront plusieurs fois sans le reconnaître celui pour lequel ils parcourent des milliers de kilomètres. Une fois arrivés à Teslin, bourgade isolée au milieu des immenses espaces enneigés où le musher vit avec sa meute, l’un d’eux tombera sous le charme de ce pays à la beauté sauvage où la nature est reine et de cet homme hors du commun qui vient d’être élu le sportif le plus sexy de l’année.

    Musher, Tome 1 : Jusqu'à toi d' Eva Justine


    Une fois de plus, je ne suis pas déçue par la plume toujours douce et fondante de cette auteure, des mots qui glissent avec un naturel surprenant avec, dans cet opus, une large découverte sur le vocable québequois qui est un vrai régal.
    On commence par une entrée percutante dans l'univers humoristique de Mikado qui ne va pas nous quitter d'une semelle. Un personnage que l'on pourrait craindre un peu Dramaqueen, qui pourtant révèle très vite une profondeur et une saveur toute fashion face à laquelle on ne peut que craquer complètement. Nos deux parisiens d'adoption nous sont présentés d'une manière toujours subtile nous évitant le lot habituel de descriptions musculeuses, ou clichées a souhait.C'est parti pour un craquage total pour le savoureux paradoxe de retenue et d’exubérance que forment Mika et Anthony.
    Quand on se prépare a s'engouffrer a la fois dans le froid du pays et  dans le début de cette fameuse romance d'un couple que l'on attend toujours , Eva Justine nous réserve la surprise de ne pas se focaliser sur une seule histoire. Et c'est une réussite, car de personnages que l'on pensait secondaires , certains deviennent très vite primordiaux voir vitaux a l’évolution de l'histoire. De caractères que l'ont aurait craint un peu trop vu, elle en exhorte de la tendresse , de la maturité, de la matière et surtout beaucoup d'humour. C'est plutôt rare que je m'esclaffe au cours d'un livre, faire rire n'est pas chose facile et le Mika d’Éva est une vraie mine d'or dans le domaine. La drôlerie de Mika (encore une fois bravo Mme Justine) n'a de cesse de nous réchauffer au milieu de ce climat enneigé.

    La romance est malicieusement amenée par une série de chassé croisés qui fait monter la tension au point de ne pas vouloir lâcher le livre (même à 2h du mat): tabernak, on la veut cette foutue première rencontre ! On est là, transi non par le froid du Yukon, mais par cette expectative d'histoire entre Adam z'yeuxgris et Anthony le timide . Sérieusement qui peut rester indemne à la sensualité de ce trajet voiture , et ne pas trouver qu'un rétroviseur est la chose la plus sexy qu'une voiture puisse t'offrir ? Qui a dit que je n'avais pas mordillé ma tablette a ce moment là ?
    Le premier baiser n'est pas encore passé que l'on est déjà conquis par ce couple mais voila : on bascule vite sur le second un moment oublié. La frivolité de Mikado nous ayant un moment éloigné de son cœur pur et de l'intensité de sa relation à son nounours. L'auteure sait nous frustrer juste ce qu'il faut en nous privant de notre scène torride tant espérée jusqu'assez loin dans l'histoire. On trépigne, on s’excite, on s’énerve (bon ok c 'est plutôt moi en fait et pas l’hypothétique on) et on fond comme neige au soleil (facile je sais!!) quand enfin arrive le premier baiser.
    On sent un travail construit du monde des Mushers articulé autour d'un sens de la scénarisation bien établi : on visualise les scènes les unes après les autres comme dans une bonne comédie sentimentale. On passe un très bon moment avec nos deux couple, on découvre plein d'expression truculentes et d'autres personnages, comme la mémorable mamie d'Anthony, tout aussi surprenants que nous découvrirons probablement un peu plus dans le prochain tome.
    Mon coté tortueux a juste regretté une conquête amoureuse qui se passe trop bien a mon gout (oui j'aime parfois les codes parvenus de la romance et ses retournements calculés) mais Éva Justine a fait le pari d'une histoire douce et sucrée comme une cuillerée de sirop d’érable en prenant soin de nous laisser sur une fin qui vous donnera forcement une envie rageante de lire le tome 2.

    Yop.

    Musher, Tome 1 : Jusqu'à toi d' Eva Justine

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 4 pour 1. Victoire Fayrzac.

     

     

    Quatre pour 1. Victoire Fayrzac. Evidence Éditions. 

     

    Quatre hommes : Aria, Ashem, Jules, Nicolas.

    Les quatre vivent à Paris. Deux s'aiment. Deux autres vont les aimer. 

    L'amour ne se commande pas. Il vous tombe dessus sans crier gare. 

    Quelle histoire ces quatre-là vont-ils vivre ? Comédie ? Tragédie.

    La seule façon de le savoir est de tourner les pages.

     

    Jules est médecin urgentiste, Nicolas, professeur. Ils s'aiment et aiment leurs métiers respectifs, malgré leurs difficultés : pour Nicolas, la médiocrité de sa hiérarchie et les réactions, parfois étranges de ses élèves, pour Jules, les drames humains qu'il côtoie tous les jours aux urgences. Pour se défouler, cet écorché vif écrit des romans BDSM.

    Ashem est traducteur-interprète et passionné par l'illustration. Aria est psychiatre. Tous deux sont jumeaux et très proches. Ashem a été récemment démoli par une relation toxique. Aria garde sur lui un regard vigilant et tendre.

    Un jour, dans l'association où il enseigne bénévolement la langue française aux étrangers, Nicolas rencontre Ashem. Quasiment dans le même temps, aux urgences, Jules rencontre Aria. Nicolas tombe amoureux d'Ashem. Jules tombe amoureux d'Aria. Ashem tombe amoureux de Nicolas. Situation invivable ? Eh bien peut-être pas. 

    Comme tous les romans dont je vous parlerai, 4 pour 1 a été un coup de coeur. D'une plume légère, tendre et humoristique, Victoire nous dépeint quatre garçons amoureux, au coeur d'une situation exceptionnelle. Tous quatre sont attachants, exaspérants, bourrés de défauts, imparfaits et profondément humains. Outre des drames, des questions brûlantes, (trop brûlantes, pour certaines), une gravité en filigrane, cette histoire soulève des questions : quand on aime quelqu'un, cesse-t-on, pour autant, d'aimer l'autre ? Quand le choix est impossible, est-on obligé de le faire ? La monogamie ou la séparation sont-elles vraiment les seules options pour réussir son couple ?

    À ces questions, abordées avec beaucoup de nuances et de subtilité, Victoire Fayrzac se garde bien d'apporter des réponses tranchées. Bien au contraire, si on a deux certitudes, en refermant ce 4 pour 1, c'est que chaque réponse est individuelle et qu'il existe des problèmes bien plus graves que les problèmes sentimentaux. 

    Que vous soyez ou non intéressés et/ou concernés par les amours plurielles, je ne saurais trop vous conseiller de vous laisser emporter par les aventures de ces quatre garçons dans le vent. Ce roman, quelque peu passé inaperçu, est à découvrir et je me permets de vous le recommander vivement. 

    Amours plurielles ou polyamour : vivre des relations amoureuses assumées avec plusieurs personnes. À ne pas confondre avec le libertinage qui ne concerne que le sexe. 

    À noter : Victoire Fayrzac est connue sous le nom de Jeanne Malysa, auteure notamment de la nouvelle "l'anarchiste et l'étudiant". Depuis qu'elle a commencé à écrire, Jeanne tient à mettre des personnages LGBTQ dans ses romans. Ce roman M/M est le prolongement de ses convictions profondes. 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Aimer tome 2 : Tate. Renae Kaye.

     

    Kee Smith ne sait plus qui il est. Il sait ce qu'il était avant : le fils gay mis de côté qui s'était dirigé vers une carrière d'ouvrier pour prendre tout le monde au dépourvu, le soumis qui aimait se faire prendre par des sportifs musclés et masculins qui le remettaient à sa place, le minet élégant habillé dernier cri qui faisait la fête toute la nuit. Mais après que son ex-petit ami l'eut frappé et insulté, Kee s'était retiré de la scène publique.

     

      Après une expérience traumatisante, Kee est perdu. Il n’aimait que les hommes baraqués et dominateurs, mais son ex petit-ami, Matt, qui en faisait partie, l’a un jour, violemment agressé, sortant du cadre du jeu, pour se rapprocher du fait divers.
    Il ne sait plus qui il est, ni ce qu’il veut. Il sait juste, quand il ramène Tate, un minet à la mode chez lui, que c’est ce qu’il veut à cet instant précis. Il ignore encore que cette rencontre va en amener une autre : lui-même.
       Si le tome 1 de cette duologie a été un coup de cœur, le tome 2 ne m’a pas déçu, loin de là. La même légèreté, la même douceur, les mêmes thèmes graves traités sans mélo et sans pathos excessif : la violence conjugale, l’acceptation de soi, le rapport au corps et une évocation de l’anorexie qu’un des personnages frôle dangereusement. La présence de Jamie et Liam est un bonheur supplémentaire.
     Renae Kaye entre dans le cercle très restreint de mes auteurs préférés. Je suis particulièrement sensible à cette légèreté apparente, cachant une gravité certaine.
       S’il faut signer pour un troisième tome, indiquez-moi où se trouve la pétition ! Janis.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique