• Éditions : Collection Infinity

    Sortie : 29 Mai 2019

    Il y a trois choses que vous devez savoir au sujet de Fiona Archer... Je vous les dirais bien, mais ensuite je serais forcée de vous tuer.

    En revanche, je peux vous dire que le mari de Fiona ─ l'irrésistible et souvent irascible Greg Archer ─ est désespérément amoureux de sa femme. Il se languit quand elle n'est pas là et est insatiable quand ils se retrouvent. Pourtant, au fil des ans, Greg s'est mis à soupçonner Fiona d'être une ninja. Une maman ninja. Une épouse ninja. Une amie ninja.

    Après quatorze années de mariage, Greg essaye de ne pas paniquer, car le talent de Fiona pour se fondre dans la masse commence à ressembler à un effacement. Mais quand des circonstances inattendues poussent Fiona sous le feu des projecteurs afin de protéger sa famille, sa réaction stupéfait tout le monde, Greg le premier. Apparemment, le souhait de son mari est devenu réalité.

    Sauf que... non.

    Quand tout sera rentré dans l'ordre, Greg pourra-t-il faire face à cette nouvelle version de sa femme ? Son irrépressible irascibilité l'éloignera-t-elle de lui ? Le couple trouvera-t-il un moyen d'aller de l'avant sans être forcé de retourner dans l'ombre ?

     

    §§§§§

     

    Pour ce cinquième tome, on ne parle pas d'une rencontre mais bien d'un mariage. Quatorze belles années que Greg et Fiona sont mariés, heureux avec deux enfants : Jake et Grace. Ils sont toujours aussi fous amoureux l'un de l'autre que lorsqu'ils se sont rencontrés et ça dure encore et encore.

    Leur vie professionnelle a quelque peu changé pour l'un comme pour l'autre. Greg est passé de marine à un boulot d'ingénieur environnemental sur les plateformes pétrolières pour rendre le monde meilleur et moins sale. Fiona, quant à elle, s'occupe de ses enfants à la maison après avoir choisi sciemment d'arrêter son travail d'agent secret. Mais si elle s'épanouissait comme ça au début, le vague à l'âme commence à devenir bien pesant, tout comme le fait d'être seul avec les enfants plus des trois quart du temps. Voir Greg entre deux portes, en coup de vent la laisse de plus en plus démoralisée, heureusement qu'elle profite de ses amies au club du mardi autour d'un verre, d'un plat et d'un tricot.

    Mais un événement particulier va devoir remettre Fiona sur les rails et utiliser ses compétences badass pour sauver son homme, la prunelle de ses yeux et reprendre une vie de famille tous sains et saufs.

    J'attendais ce tome avec beaucoup d'impatience car il est totalement différent des autres. L'auteure nous plonge non pas dans une rencontre mais bel et bien dans un mariage et un mariage qui a déjà de la bouteille par dessus le marché. Les deux protagonistes sont déjà fous l'un de l'autre autant mentalement que physiquement, le rôle de ce roman va plutôt porter sur les relations travail / famille qui peuvent être dures à accorder, la routine qui pourrait altérer les sentiments. L'écriture est aussi un peu différente - ce qui rend le roman encore plus addictif- car il est composé de flash-back alternant avec des moments présents, donc on devine  tout de même une partie de leur rencontre initiale.

    Le savant mélange entre la romance, l'amitié sincère entre amies est parfait. On sent vraiment les liens que toutes ces filles ont entre elles, et pas dû qu'à la laine des pelotes qu'elles chérissent. C'est vraiment un des ressorts que j'aime dans cette série, la fidélité entre copines qui entrainent une famille sans lien du sang mais tout aussi réel et génial.

    Encore une fois, pas de perte de vitesse dans les rebondissements, les différents récits se suivent mais ne se ressemblent pas. Un bon truc pour craquer pour chacun d'eux. Rose Taylor

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une petite romance sympathique parfaite en ces temps de confinement sortie le 2 Avril chez Juno Publishing.

    Dans l'adversité, Tome 1 : Au premier regard de Chris Owen et Tory TempleLe pitch: 
    Lorsque Nathaniel, alias Deuce, arrive chez lui pour trouver son immeuble en feu, il ne peut penser qu'à une chose : sa chienne enceinte. Heureusement, le pompier Trey Donovan la sauve et Nathaniel en est extrêmement reconnaissant. En fait, il traque la caserne de Trey afin de pouvoir lui montrer correctement sa gratitude - et explorer la connexion qu'il ressent entre eux. Trey est intéressé, mais une ex-femme loin d'être amicale et la fille de sept ans qu'il élève rendent les choses... compliquées. Entre tout ce que doit gérer Trey et les chiots dont Deuce doit s'occuper - tout en étant sans domicile -, trouver un terrain d'entente ne sera pas facile. Mais l'étincelle d'attirance entre eux est trop alléchante pour la laisser s'éteindre.

     

     

     

     

     

                                                              ♦ ♦ ♦

    Trey et Deuce c'est une jolie petite histoire de couple qui se forme après un divorce douloureux pour l'un et une grosse frayeur  pour l'autre. 

    L'histoire en elle-meme est assez légère, presque trop à mon gout, et elle se lit tout doucement sans heurts majeurs. Les personnages sont mignons et sexys et leur amour naissant l'est tout autant. Le pitch en disant déjà pas mal je ne vais pas épiloguer sur le contenu scénaristique du roman sans prendre le risque de tout raconter.
    Pour ma part si j'ai toutefois passer un  moment distrayant il m'a manqué quelques degrés de plus dans les points forts qui sont devenus du coup presque des points faibles. 

    Il y a par moment un certain humour, assez subtil, que j'aurais aimé voir approfondi ou tout du moins utilisé plus souvent, cela aurait donné un peu plus de corps aux personnages plutôt que de les voir tourner autour des mêmes sujets de conversations tout trognons soient-ils ( je parle des chiens bien sur )! 

    Le gros point fort du roman est pour moi sans conteste la qualité des scènes d'amour, de tendresse ou de sexe ; elles sont juste délicieuses  mélangeant avec un certain art volupté masculine, sensualité et sexe plus cru : un parfait dosage qui ne laisse pas indifférent loin de là. J'ai beaucoup  aimé cette simplicité et ce naturel dans l'alchimie physique qui s'établit entre Trey et Deuce et rien que pour ça, ca vaut le coup de le lire !

    La tendresse et la douceur émanant des deux personnages principaux est également un des points forts (que j'aurais aimé plus exploité aussi ) nous sortant pour une fois des carcans trop schématiques du pompier fort et charismatique et du geek faible et soumis. Dans leur histoire c'est la patience et le dialogue qui priment, le respect mutuel et l'écoute de l'autre qui donnent naissance à une relation bâtie sur autre chose que l'attraction purement 
    érotique.

    En revanche la légèreté du fil conducteur m'a un peu déçue, c'est certe une histoire basée sur la construction d'un couple ( donc pas obligatoirement un truc explosif à chaque fois c'est sur) mais tout m'a semblé rapidement survolé et mis en place me faisant du coup déplorer un manque d'action. A contrario, c'est assez bien fait pour que l'on ne s'ennuie pas pour autant et que l'on lise le tout d'une traite (je vous l'avais dit les points forts et les points faibles sont étrangement liés pour moi).

    Le monde du feu est aussi peu mis en valeur et en avant si ce n'est par son coté machiste et plein d'a prioris. L'aspect ex- est aussi assez pesant faisant de la femme une personnalité acariâtre sans réelles raisons fondées et plausibles et ca devient un peu usant de voir ce genre de ficelle élimée à force d'utilisation. Il est évident qu'une séparation est toujours complexe et source d'embrouilles mais il est dommage, une fois de plus, que la femme ait systématiquement le sale rôle dans le MM.

    Dernier détail qui m'a parfois dérangé, certaines formulations pas toujours adéquates ou très fines dans le texte auraient mérité un autre traitement pour une lecture plus accrocheuse .

    En bref, c'est un roman sympathique, avec une certaine tendresse qui en émane et qui nous tire plus vers le feel-good que vers la tranche de vie à laquelle je m'attendais avec le pitch et la couverture. En ce moment nous avons besoin de choses tranquilles qui nous dépaysent et ce roman fait parfaitement son office dans cet objectif. Yop.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Scarlet et le loup de

     

    Editions MxM Bokmark

    Sortie : Décembre 2016

     

    Scarlet de Lysia est un jeune et honnête marchand ambulant, suivant les routes sauvages et dangereuses qui mènent à ses parents vieillissants.

    Liall, surnommé le Loup d’Omara, est le chef aussi séduisant que craint d’une tribu de bandits qui bloquent le chemin de montagne que doit emprunter Scarlet.

    Lorsque Liall demande par jeu un paiement en nature pour le droit de passage, Scarlet refuse et leurs deux volontés s’affrontent, avec des résultats catastrophiques. Scarlet est convaincu que Liall n’est qu’un vaurien sans morale mais, lorsque la campagne hostile s’embrase de violence et que Liall vole au secours de la famille de Scarlet, celui-ci est forcé d’admettre que le Loup n’est pas le pire des alliés.

    Mais quel prix ultime devra payer le fier Scarlet pour l’amitié de Liall ?

     

    §§§§§

     

    Je suis contente de parler de MM ici. Merci encore Men in Books d'avoir accepté ma demande ! J'ai découvert ce genre récemment.

    Aujourd'hui, je vous parle du tome 1 de Scarlet et le loup blanc : Le colporteur et le roi des bandits. C'est de la fantasy. Une sage en 5 tomes. Dans ce premier tome, nous découvrons l'histoire de Scarlet, un jeune colporteur de retour chez lui. Mais quand il veut reprendre la route, Liall et sa bande de brigands vont se faire un plaisir de faire tourner Scarlett en bourrique et lui interdire le passage.

    Il y a des moments drôles. Les personnages sont attachants ! Liall est très viril. Scarlet est malin, il refuse de se laisser faire. Il reste encore des choses à apprendre sur eux mais ce premier tome est déjà intriguant. Le début est compliqué avec tous les noms de régions, de peuples, les cultures les guerres... J'ai été un peu perdue... On fini par s'y faire. C'est bien décrit. Il y a de la magie, des intrigues, des conflits... Dans certains passages, mon cœur s'est serré. Le récit est captivant, ne se limite pas à Scarlet ou sa famille, Liall cache aussi des choses. Tout cela promet plein de rebondissements pour la suite, c'est bien pensé.

    Côté romance c'est léger. La relation s'établit lentement entre Scarlet et le loup il n'y a presque pas de rapprochements alors ne cherchez pas de trucs torrides, il n'y en a pas, ça ne m'a pas dérangé ! J'ai bien aimé les scènes quand Scarlett tente de forcer le passage. J'ai retrouvé des petits rappels au conte de fées Le Petit Chaperon Rouge. Les tentatives de Scarlet pour tromper la vigilance de Liall sont très drôles. La fin nous en apprend plus sur les dons de Scarlett et le pays d'origine de Liall. De plus, les personnages évoluent au fil du livre, c'est ce qui est intéressant. Humour, dangers, fantasy, magie... La recette a fonctionné donc je lirai la suite ! Noémie

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La meute de Cloverleah: tome 1 et tome 2 de Lisa Oliver

    Griff Matthews savait qu’il avait un air dangereux, mais pour un métamorphe loup mécanicien, il était plutôt décontracté, enfin la plupart du temps. Heureux que son Alpha se soit finalement installé avec son nouveau compagnon, Griff aspire à trouver l’homme de ses rêves. Il ne sait pas qu’il va le rencontrer le soir même, alors qu’il est trop ivre pour se rendre compte que son beau partenaire est en fait son compagnon. Le problème, c’est quand il se réveille sobre, et que son lit est vide…

    Derrick « Diablo » Franklin est juste à la recherche d’un coup rapide avec un métamorphe quelconque. Le sexy panthère-garou travaille sous couverture pour le FBI et bien que sa mission arrive à sa fin, il a des espoirs concernant sa carrière qui n’impliquent pas de trouver son compagnon. Cependant, après avoir rencontré Griff, Diablo réalise que ses plans pourraient bien changer.

    Mais rien n’est facile pour les deux hommes alors qu’ils combattent le FBI, un chef de gang de Bâton Rouge et une foule de prétendants qui cherchent à éloigner Diablo de Griff.

    Et… qui, diable, est Angel Bandures ?

     

    &&&&

     

    Après Kane, c'est au tour de son cousin et meilleur ami Griff de rencontrer son âme sœur. Mais cet heureux hasard ne va pas vraiment être très traditionnel. Il va se réveiller un beau matin revendiqué après avoir rencontré un homme magnifique et avoir passé une nuit de sexe débridée mais tout ça, ivre. La disparition de son prétendu compagnon, au réveil, est une douche froide pour Griff qui va chercher à en savoir plus sur son compagnon. 

    Très vite, il va apprendre que Diablo -le bel homme sexy qui obnubile ses rêves - est un agent du FBI infiltré, que c'est un métamorphe panthère et qu'il est très souvent seul même sous couverture. Bien que leur relation ne commence pas de façon très orthodoxe, Diablo doit encore remplir une dernière mission avant d'être libéré de ses obligations et pouvoir vivre pleinement avec son compagnon. Il n'aspire plus qu'à ça et à une vie plus paisible depuis qu'il a pris et mordu Griff.

    La situation devient vite scabreuse pour Diablo qui va devoir jongler entre son boulot qui insupporte de plus en plus et son compagnon qui lui manque au plus haut point. Étant seul sans ressource ni recours, c'est Griff qui va très vite lui venir en aide en remuant ciel et terre pour le sortir du pétrin.

    Nouveau tome où l'on change totalement d'ambiance, on va naviguer dans les bas fonds des trafics en tout genre, des agents sous couverture, des exfiltrations, des missions spéciales, des magouilles et des mises en danger ... L'auteure nous conte aussi l'histoire de deux hommes au fort potentiel en tant que métamorphes, deux alphas au tempérament dominant  mais qui vont réussir à tirer le meilleur parti de la situation  pour souder leurs liens de meute mais aussi d'amour. Mine de rien, on sent un peu la montée en puissance de la série à partir de ce livre qui est plus intense, un peu plus sombre mais tout aussi chaud et émoustillant !! Un régal à découvrir. Rose Taylor

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sortie : 10 Avril 2020

      

    « Jonah n’a jamais su simplement me dire oui. Toujours dans la retenue. Tellement sûr de lui en apparence et tellement apeuré sous l’armure. J’ai découvert tant de choses entre ses pages. Tout ce que je brûlais d’entendre, je l’ai finalement lu.

    Trop tard.

    Il m’a affirmé que tout n’était que mensonge. Je sais que c’est faux. Peut-être qu’aujourd’hui il ne pense plus un traître mot de tout ça. Possible qu’il soit passé à autre chose.

    Jonah que je croyais si fort… tellement fragile en réalité.

    Le retrouver malgré lui. Affronter la passion. Essuyer son mépris. Perdre la raison. Voilà ce qui m’attend. »

     

    # # # # #

     

    Je ne sais pas ce qui me fait autant fondre, adorer ou tripper dans les écrits de Marie HJ mais à chaque fois, elle m'embarque dans une valse de sentiments qui me retournent et m'émeuvent. C'est le second roman qui en peu de temps me remue à l'intérieur de par son approche de la maladie, du handicap et de ses conséquences sur la vie quotidienne des gens comme de leurs proches. 

    La construction du roman m'a aussi beaucoup plu car il alterne entre le passé, le présent et les mots de Jonah couchés sur le papier. ll y est raconté l'histoire naissante, poignante d'un amour de jeunesse entre deux adolescents aux origines bien différentes mais qui après s'être rencontrés, se sont découverts puis aimés follement. Mais ça, c'était il y a douze ans, tant d'années que Jonah et Scott se sont perdus de vue suite à la fuite précipitée de Jonah, une nuit. Ce n'est pas par faute d'amour mais plutôt de trop d'amour, que Jonah est parti cacher ses peurs, ses angoisses loin de la vie dorée de Scott.

    Même si cette séparation les a bouleversé, ravagé, ils n'ont jamais vraiment arrêté de s'aimer sans vraiment savoir si l'autre éprouvait la même chose. Les retrouvailles inopinées  ou peut-être pas si fortuites que ça, vont mettre à mal leur présent à tous les deux, réveillé de vieilles comme de nouvelles blessures.

    Si le roman foisonne de sentiments comme l'amour, la passion, le sexe chaud chaud, il s'articule tout de même en premier lieu sur la maladie, celle qui nous rend impuissant, celle qu'on ne fait face qu'en y laissant des plumes. On y suit l'abnégation de Jonah  ainsi que sa lutte constante pour à la fois survivre et ne pas se noyer dans une situation qu'il juge tellement inextricable. Suivre ses écrits, comme une sorte d' exutoire à son mal-être m'a beaucoup parlé, son récit est touchant, parlant pour toutes les personnes qui vivent cette même situation. Je suis assez sensible à ses sujets qui finalement me touchent de près et me rendent très réceptive aux ressentis de Jonah. Ce long voyage qu'il subit entre fatalité du destin, les sentiments qu'il doit cacher, taire, refouler pour continuer à avancer et pour soutenir la seule personne qui l'a aimé depuis le début de sa vie. L'éclaircie qu'il a touché du doigt avec Scott, son étoile dans un univers sombre, et la lutte acharnée qu'il mène pour vivre le rendent attendrissant, attachant .

    Les mots ne sont pas tout comme il est dit plusieurs fois dans le roman mais comme les actes, ils s'avèrent nécessaires même lorsqu'ils sont dévastateurs. L'auteure nous entraine encore une fois dans la tourmente, dans les liens à retisser, pour comprendre les chagrins, les errances de l'âme qu'on développe lorsqu'on a une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

    Lu d'une traite, dévorant chaque page, tremblant à chaque tourment, j'ai dévoré chaque mot avec bonheur, impatience et envie. Même si le sujet traité est lourd, ça n'en reste pas moins une belle histoire d'amour. Rose Taylor

    Merci à Marie HJ pour ce SP.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sortie : 07 Janvier 2020

    Alors qu’il vient de finir ses études, Laurent décide, avec sa meilleure amie Lola, de quitter la capitale pour le sud de la France où ils vont débuter leur vie active. Son objectif avec ce déménagement : prendre son indépendance et devenir maître de sa vie.À son arrivée, il fera la connaissance de Dominique, le frère de Lola et de Gabriel, son meilleur ami. Gabriel, ce géant aux yeux saphir, avec cet air de bad boy, cet homme qui assume pleinement ses choix de vie. Mais derrière ces apparences se cachent de profondes blessures.Alors quand les deux hommes se rendent compte qu’ils sont attirés l’un par l’autre, des choix vont devoir se faire. Entre Gabriel qui refuse toute idée d’une relation sentimentale autre qu’éphémère et Laurent qui se pense hétéro, mais qui est incapable de se sortir cet homme de ses pensées ; assumeront-ils leurs sentiments naissants ? Pourront-ils remettre en question leur perception de leur vie et se projeter sur un avenir commun ? C’est une histoire d’acceptation de soi, qui pose la question de l’être et du paraître. Un long parcours sur ce chemin, que l’on appelle la Vie, composée de chemins de traverse.

     

    @@@@@

     

     

    Premier essai d'Emy Bloom réussi, transformé, avec succès. J'ai de suite accroché au couple amical, fusionnel de Lola et Laurent. Eux qui se sont rencontrés en faisant leurs études ensemble ne se sont jamais quittés depuis. C'est donc tout naturellement qu'ils décident de quitter Paris pour s'installer dans le sud, auprès de la famille de Lola, d'aménager ensemble et de travailler ensemble.

    Kiné de formation, l'une orientée vers les personnes âgées, l'autre vers les sportifs, ils débutent tous les deux avec enthousiasme dans le même établissement. Très vite, ils vont créer de nouveaux liens, tant par leur travail que grâce au frère de Lola qui les intègre au sein de ses amis. Parmi eux, il y a Gabriel, au physique de rugbyman, à la gentillesse débordante et qui lance des regards de braise à Laurent. Mais le hic, c'est que Laurent est hétéro, et pendant un bon moment, il ne se rend compte de rien si ce n'est sa présence apaisante, amicale et réconfortante.... jusqu'au jour où ça dérape !!

    Et là commence pour Laurent une véritable introspection car il s'est vite rendu compte qu'il n'était pas aussi insensible que ça au charme de Gabe, mais comment appréhender son attirance pour un homme et surtout un homme qui semble ne pas vouloir d'attaches.

    Si quelques fois, je mets plusieurs pages pour rentrer dans une histoire, là ce ne fut pas le coup, je suis tombée immédiatement sous le charme de ce couple amical qui change complètement de vie. J'ai retrouvé tout ce que j'aime dans les romans, les liens amicaux, filiaux, amoureux, passionnels qui font que la vie est plus belle et qu'on a toutes les raisons de rester optimiste. On entend presque le chant des cigales, le douceur du soleil, les odeurs de cuisine du sud, les embruns de la Méditerranée, qui m'ont dépaysé ce qui est vraiment un plus surtout en ce moment. On a presque envie d'aller faire un tour dans le midi pour toucher à cette douceur de vivre.

    Même si le roman traite d'un bouleversement total de vie, de pensées , de confiance en soi mais aussi d'acceptation, tout se fait sans heurts, sans déferlement ni de haine, ni de larmes. Laurent se retrouve face à ses interrogations sans tomber dans les excès ou les caricatures, c'est ce que j'ai trouvé top dans ce livre, il se pose beaucoup de questions mais se rend vite compte que l'amour est ce qu'il veut vraiment dans la vie quelque soit sa forme, de plus comment résister à des yeux doux de couleur saphir !!

    Autant dire qu'il faut le découvrir, le dévorer même si l'attente du second volet devient inévitable et que mon impatience est à son comble. Rose Taylor

    Merci à Emy Bloom pour son SP.

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • La belle et le barbu : le club des tricoteuses anonymes # 4 de Penny Reid

    Éditions : Collection Infinitny

    Sortie : 14 Novembre 2018

     

    Il y a trois choses que vous devez savoir sur Ashley Winston :

    1) Elle a six frères et ils sont tous barbus,
    2) c'est une grande lectrice, et
    3) elle sait tricoter.

    Le moyen de défense préféré d'Ashley Winston, ancienne reine de beauté, est la fuite. Il y a huit ans de cela, elle a fui sa petite ville du Tennessee, son ignoble père, ainsi que ses six frères. À présent, elle fuit le quotidien grâce à son addiction au 1-Click pour Kindle d'Amazon.

    Mais lorsqu'une tragédie familiale la contraint à rentrer chez elle, Ashley se retrouve dans l'incapacité de fuir Drew Runous ─ garde-chasse local, montagnard solitaire, pourfendeur d'ours, philosophe et chouchou de ces dames. L'agaçante manie qu'a Drew de philosopher à propos de tout donne à Ashley l'envie de retourner vers les gratte-ciel, d'autant plus que le jeune homme semble incapable de garder ses opinions exaspérantes pour lui, pas plus que son âme poétique, son soutien inébranlable et ses mains merveilleuses. Rapidement, la jeune femme qui voulait simplement s'évader de la grande ville découvre qu'elle a égaré son cœur dans une petite ville du Tennessee.

     

    §§§§§

     

    C'est avec Ashley que l'on va poursuivre nos aventures de tricoteuses, elle est infirmière urgentiste dans le même hôpital  où sévissent déjà Elizabeth et Sandra. Même si elle bosse, vit et tricote à Chicago, l'intrigue de ce nouveau volume va nous dépayser pour nous plonger dans les paysages du Tennessee.

    Ashley se voit dans l'obligation de rentrer à la maison auprès de ses frères qui sont à l'origine de sa fuite pour aller voir si l'herbe était plus verte ailleurs. Huit ans auparavant, ils n'étaient que tourmenteurs, taquins et un peu méchants avec elle, au point qu'elle n'avait qu'une envie : partir. Mais de retour dans la maison de sa maman adorée, elle ne s'attendait pas à les trouver aussi beaux, barbus, ténébreux et surtout bien plus agréables, protecteurs envers elle. Tout serait presque parfait si il n'y avait pas la maladie incurable et surtout la fin de vie de sa maman qui se profilaient à l'horizon. Ashley ne sait pas comment elle va gérer cette épreuve et ce n'est pas la présence surprenante du beau Drew qui va arranger le problème. Il est aussi séduisant que ces frères, aussi blond que les autres sont bruns,  et semble autant enclin à la rendre folle.

    Devoir palier à la future absence de sa mère, retisser les liens avec ses frères, comprendre pourquoi le grand viking blond semble être comme chez lui au sein de sa famille, dans sa maison va mettre Ashley à mal. Elle va surnager dans un déferlement de sentiments , des ressentiments afin d'affronter le pire et peut-être aussi le meilleur. Mais voilà sa vie est toute tracée à Chicago, tomber en amour pour Drew pourrait lui faire plus de mal que de bien!

    Quatrième tome très testostéroné avec des tas de beaux garçons, de muscles, de barbes, bref des mecs caliente et badass. L'auteure nous entraîne dans les liens distendus d'une famille qui ne demandent qu'à se renouer pour affronter une des plus dures épreuves de la vie. L'apprentissage du deuil devient la pierre angulaire du bouquin. Ce volet est plus poétique, plus triste avec des remises en question personnelle, professionnelle, amicale, fraternelle. Bien que loin d'elle, les tricoteuses sont toujours bien présentes pour Ashley et voient leurs liens encore plus consolidés. Malgré tout, cette histoire touchante reste une histoire d'amour, de tendresse, de famille à découvrir absolument. Rose Taylor

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Une double histoire, écrite comme dans un palais des glaces tant le nombre de reflets y est important, parue fin 2019 chez Mix Editions.OUi je sais, pas une nouveauté mais confinement oblige je peux enfin replonger mes yeux avides et papillonnants (comprenez de myope) dans ma PAL ! 

    Douleurs miroir de Barjy L. et Charly ReinhardtLe pitch: 
    "Un regard sur notre histoire " de Barjy L :
    L’intolérance
    Jonas la connait bien, il la côtoie tous les jours.
    Il la subit. Il en est responsable aussi, parfois.

     Est-ce qu’une après-midi et un vieux photographe pourraient changer les choses ?

     Peuvent-ils suffire à transformer le regard des autres, et celui qu’on pose sur sa propre existence ?

     

    " De bleu et de rouille " de Charly Reinhardt:

     Pour lui, tout n’est que couleurs et sexe.

     Des corps, de la crasse, des teintes qui l’obsèdent et dont il ne parviendra jamais à restaurer les nuances. Une addiction trop ancrée en lui pour qu’il puisse s’en défaire.

     À moins que la rouille et le bleu qui s’invitent dans sa vie ne constituent un début de réponse ?

     

                                                                      ****

    Deux histoires, deux auteurs, deux visions de la douleur ! 
    Un livre qui porte réellement bien  son nom tant par le reflet des deux histoires l'une face à l'autre que ceux plus discrets que l'on peut également  discerner entre leurs lignes. Par choix personnel je ne dirai que très peu de choses sur les intrigues en elles-mêmes, les histoires sont courtes et donc facilement spoilables ( mon pote le dico me dit que si, d'abords, ce mot existe dans un monde parallèle ou Mr Larousse n'a pas son mot à dire ).

     

    L'histoire de Barjy est une très belle leçon de douceur  et de souvenirs amers. Une rencontre entre deux générations autour d'une même douleur. L'un, jeune et le monde devant lui est en plein doute sur  son avenir avec son amoureux secret; l'autre au crépuscule de sa vie n'a plus que ses rêves et ses regrets sur ses épaules.
    Jonas assiste donc pendant un de ses cours à un échange aussi douloureux que salvateur avec   une ancienne victime de guerre . En face de lui , c'est le reflet  grisonnant et désuet de ses propres questions, ce reflet modifié par le prisme de l'histoire et du temps qui donnent aux hommes une chance inégale d'accomplir leur destin. Un vieil homme rescapé des événements qui y a en revanche laissé son ame soeur.
    Touché par le regard malicieux et perspicace de ce vieux briscard au coeur déjà mort d'amour, Jonas y puise le courage de faire front a ses propres peurs. L'un n'a pas eu de choix l'autre l'a mais la douleur et la crainte se rejoignent dans une meme constatation intemporelle de l'intolérance et de ses conséquences dévastatrices.

    Au delà du reflet de l'histoire officielle, c'est la petite histoire des hommes, encore moins glorieuse, qui jaillit page après page, d'une époque à l'autre. De la bêtise hypocrite d'un monde révolu, où l'homosexualite n'etait pas si rare, à une actualité plus concrète, où il est devenu normal d'assumer une liberté d'expression toute aussi crasse et destructrice, les deux hommes se livrent l'un à l'autre dans un discour muet et très émouvant. La jeunesse du matin voudrait voir la certitude du soir effacer cette trouille bleue d'être un adulte affirmé à midi. 

    Ce premier reflet du miroir c'est cette douleur officielle, respectable, reconnue et indéniable. De celles que l'on ne songerait jamais à remettre en cause ou à juger (aujourd'hui en tout cas pour la plupart des gens pourvu d'un minimum de sensibilité et d'intellect), elle est honorable et juste aux yeux de tous et elle est le côté lumineux et éclairé de l'histoire qui lui succède.


    Si l'on était dans la lumière avec Barjy , sa consoeur, elle, nous entraîne dans les méandres du côté obscur de ce que l'on appelle un être perdu.

    Greg se noie dans le sexe, l'alcool, la luxure, la crasse et la douleur. Cette douleur qui est la dernière chose qui le rend vivant ou plutôt survivant. La morale de ses actes ne le touche même plus et le regard des autres encore moins. Se baigner dans le mépris et le rejet est devenu son quotidien et cela semble lui convenir entre  overdoses d'alcool et  manques de nicotine. Cette histoire pue le renfermé, la solitude et le précipice (et probablement le sperme de la veille et le vomi aussi).  Elle porte haut l'étendard du m'enfoutisme et de la perdition avec un héros qu'on serait rapidement tenté de juger et de mépriser. 

    Mais que j'aime ces personnages cabossés et complètement hors champ ! S 'il est bien une douleur que les gens ne sont pas prêts comprendre c'est bien celle de la descente aux enfers et de la destruction. Greg se met en danger, met les autres en danger et continue marche après marche à gravir les échelons de la déchéance. Deux jumeaux très attractifs, comme le reflet d'un seul et même homme, occupent un moment son quotidien puis font la passerelle pour sa rencontre avec Seb. 
    Seb au regard noir qui lui renvoie en pleine face ses faiblesses et ne lui fait aucun cadeau. Seb qui n'épargne ni sa fierté déjà bien écrasée ni son coeur  rongé par la maladie de vivre en suspen. Seb est dur avec lui et dans un monde  où Greg a perdu ses couleurs, cette dureté lui fait un bien fou. Elle l'englue tout autant qu'elle le libère et elle le jette face à lui-meme comme ce reflet qu'on croise sans jamais le vouloir au détour d'un couloir.
    Ici on fait pas dans le rose rédempteur, dans l'amour salvateur, on fait dans le glauque malaisant et dans cette réalité pourtant bien ordinaire de nos défauts les plus sombres. Nul ne peut juger cette attraction morbide qu'exerce la peur et la certitude de la fin, nul ne peut lui faire plus de mal que lui-même. Greg c'est un miroir brisé qui ne perçoit plus que les nuances de gris, un être pour qui le verbe espérer n'a aucun sens. 
    La psyché tordue alliée au processus de création de Greg sont probablement les deux aspects qui m'ont le plus troublés et touchés. Cette monochromie ambiante est chavirante à en être étouffante et cette toile barbouillée qu'est devenue sa vie, la véritable palette d'actions toutes moins recommandables les unes que les autres. Greg n'est pas fantasmatique  et Seb n'est pas un prince charmant qui édulcore les problemes de Greg.
    Pour moi et je dis bien pour moi on a pour une fois la vraie recette d'une dark romance:

    -point de héros abusif qui saurait rendre "Bébé " heureux malgré lui  à la dixième page après une ch'tite fessée

    - pas de compassion sur le malheur de Greg pour nous le rendre plus sympathique

    -pas de prince guérisseur qui se transforme de brute épaisse en  chamallow en cuir, Seb est un con et reste un con avec une vie à deux balles.

    Non juste deux mecs qui se percutent et qui croisent leur vie tout en restant ce qu'ils étaient ( c'est magique hein un peu comme nous)  le reste c'est leur histoire et leur possible et c'est ce seul possible qui force Greg a laissé à nouveau entrer peu à peu la couleur dans sa vie et dans ses croquis. Le reste c'est a eux de voir !


    Le miroir de Barjy était vif et éclatant de sincérité juvénile, celui de Charly est sombre et piqué. La douleur de Jonas est honorable quand celle de Greg est  à peine tolérable ou excusable et pourtant?  
    Et pourtant c'est probablement cette opposition en tous points de nos convictions les plus sûres et les moins avouables qui font peut-être la vraie saveur de ce duo.
    Yop 

                                                                       

    Douleurs miroir de Barjy L. et Charly Reinhardt

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sortie: 20 Mars 2020

    Il y a moi, et le diagnostic qui est tombé. Moi, et cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Moi et cette poussée qui m’a fait entrer dans la maladie, en m’offrant la possibilité de continuer à vivre comme avant, au moins pour un temps. Moi, et la tempête de terreur née de cette découverte.
    Et il y a ce jeune homme, plus beau et lumineux qu’un coucher de soleil sur la mer en été. Ce jeune homme si souriant. Ce jeune homme qui a traversé une seule et unique poussée, et n’en est pas sorti indemne, mais qui sourit. Ô comme il sourit. Et comme il m’aide à écarter les nuages qui m’entourent.

     

    &&&&&

     

    C'est avec plein de sentiments ambivalents que j'ai commencé la nouvelle qu'Aurore Morgenstern m'a confié. L'auteure, avec sa grande gentillesse, m'a proposé de découvrir un pan de sa vie professionnelle qui l'a marqué et dont elle a su parfaitement retranscrire les tenants et aboutissants. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que l’histoire qu'elle nous conte, l’expérience qu'elle raconte est, indirectement, un peu la mienne.

    Affronter la pire des nouvelles quant à sa santé fait basculer Sébastien dans un état secondaire. Il aurait perdu pied si Kaïs, un malade lui-aussi au vu de sa béquille ne l'avait pas abordé , rassuré et même fait sourire dans cette salle d'attente de l'aile neurologique de l'hôpital. L' enthousiasme du jeune homme, son optimisme vont apporter à Sébastien plus qu'il ne l'aurait imaginer, d'une rencontre inattendue va naître une amitié précieuse et même un amour indéfectible.

    L'annonce de cette terrible bataille qui se joue dans  leur propre organisme, la compréhension qui doit suivre pour assumer un changement de vie souvent drastique, la perte de repères dans tous les domaines du quotidien, l'acceptation même si elle ressemble à une mauvaise farce du destin, sont les premières phases par lesquelles passent Sébastien et Kaïs. Ensemble, ils vont grandir, passer par des phases plus ou moins lourdes physiquement et mentalement. Mais la personnalité solaire de Kaïs ainsi que sa force d'âme montrent à quel point l'optimisme peut soulever des montagnes et envisager d'avoir une belle vie malgré les tourments de la maladie.

    Face à tout le jargon scientifique dont on est vite submergé à l'annonce d'une telle nouvelle, l'auteure trouve les mots justes, simples et tellement proches de la réalité que l'histoire en devient presque plus simple à accepter. L’optimisme qui en ressort à la lecture est comme un baume que devrait découvrir tous les acteurs liés de près ou de loin à cette maladie.

    J'ai été d'autant plus touché par ce roman -presque témoignage- car ça m'a ramené à ma propre expérience, à ce tabouret de cuisine, à mon amoureux assis dessus pleurant -une des rares fois de sa vie- me disant que notre vie allait changer, qu'elle serait faite d'hôpitaux, de séances de kiné, de poussées et de la lente détérioration physique et mentale et surtout qu'il avait peur pour nos enfants.

    Toutes les craintes et les questionnements dont fait preuve Sébastien sont tellement justes que la lecture en ait troublante, chargée de vérité. Le duo Séb / Kaïs fonctionne d'autant bien que l'un relève l'autre au moment où il le faut et que l'inverse est aussi vrai.

    Le livre d'Aurore Morgenstern n'est pas un livre sur la maladie et ses tourments mais sur l'amour, tant le filial, l'amical que le romantique et passionnel. C'est une belle leçon de vie pour pouvoir dire et prouver que de tout malheur peut en sortir quelque chose de bien et bon , différent certes mais qui rend plus fort et peut-être aussi plus compréhensif envers les autres.

    Merci beaucoup, Aurore, pour ce partage pleins de douceurs, d'optimisme et pour ta confiance. Rose Taylor

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Piratage amoureux : Le club des tricoteuses anonymes, T3 de Penny Reid

    Éditions : Collection Infinity

    Sortie : 30 Avril 2018

     

    Il y a trois choses que vous devez savoir à propos de Sandra Fielding :

    1) Elle fait pleurer tous ses premiers rendez-vous,

    2) Elle n’a pas été embrassée depuis plus de deux ans, et

    3) Elle sait tricoter.

    Sandra a du mal à retirer sa casquette de psychothérapeute. Sur ses trente derniers rencards, vingt-neuf se sont terminés de la même manière : avec un homme sanglotant de manière incontrôlable. Après une énième catastrophe de ce genre, Sandra ─ au bord du désespoir et peut-être légèrement éméchée ─ se laisse aller, pour une nuit, dans les bras de son séduisant serveur, Alex.

    Chamailleur, secret et froid, Alex est sans doute l’opposé de tout ce qu’il lui faut. Mais à présent, celle qui a passé toute sa vie à aider les personnes à changer pour le mieux doit accepter de tomber amoureuse de quelqu’un qui refuse catégoriquement de changer.

     

    $$$$$

     

    Troisième livre, troisième tricoteuse, troisième amie avec Sandra la psychologue pédiatrique. Elle est habituée aux premiers rendez-vous qu'elle donne toujours dans le même restaurant indien près de chez elle, ces premiers rendez-vous qui finissent toujours à l'eau pour elle, avec les pleurs de ses prétendants. Tous ses échecs commencent à peser sur sa bonne humeur, son enthousiasme et elle finit par penser qu'elle n'est peut-être pas la bonne candidate au bonheur. Mais c'est sans compter Alex, le serveur qui la sert depuis des années, il est aussi beau que ténébreux et semble la voir elle et non ses aptitudes à la psychologie. Et c'est lors d'un énième rencard qu'il l’interpelle et se lance dans un flirt assez charmant.

    Petit à petit, elle va se laisser séduire malgré ce qu'il semble cacher. Il est attentionné et l'embarque dans lieux emprunts de magie, l'embrasse à perdre haleine, mais rien de plus au grand dan de la jeune femme qui pense que quelque chose cloche. Sa patience va être mise à rude épreuve mais Alex va tout faire pour lui faire comprendre qu'elle est très spéciale, que lui, lui cache son passé pour de bonnes raisons et qu'il ne veut pas entacher la vision qu'elle a de lui.

    Mais à jouer au chat et à la souris va finir par laisser Sandra malgré sa forte attirance, Alex va devoir se livrer ou la perdre !!!

    Comme pour les précédents tomes, une belle romance tendre est au cœur de l'histoire. On y parle de psychologie avec Sandra et on entre dans le monde des hackers avec Alex. L'auteure centre toujours le récit autour de la dynamique de ce groupe de tricoteuses qui partagent les bons comme les mauvais jours. Elles sont soudées entre elles et affrontent les espoirs comme les désespoirs de chacune. La même folie se retrouve dans ce volume, avec des analyses de cervelle pas toujours les bienvenues, des agents de probation mettant des bâtons dans les roues, des montées d'hormones pas toujours assouvies mais aussi des écharpes, des baisers et pleins d'aides extérieures qui vont rendre leur histoire unique et romantique à souhait.

    Je ne peux, encore une fois, que vous encourager à plonger dans cette romance rouge comme une tite robe affriolante et une chevelure de feu, émoustillante comme un jeune homme ténébreux et hésitant, le parfait mélange de douceur et de sensualité. Rose Taylor

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire