• Lorys V est un de ces auteurs que j’affectionne particulièrement aussi bien pour son style que par sa diversité et L'homme objet paru il y a peu est une nouvelle fois la preuve de son talent.


    L'homme objet de Lorys V
    Le pitch: 

    Récemment entré dans la quarantaine, Pierre mène depuis longtemps une vie de célibataire endurci. Profitant d’une prime professionnelle, il décide de réaliser son rêve secret : recruter un jeune homme pour le cloîtrer chez lui pendant une semaine, et satisfaire ainsi ses étonnants fantasmes.

    Mais Guillaume, 26 ans, n’a rien d’un garçon servile. Sentant chez son employeur une fêlure, il se met en tête de l’aider. Il a une semaine pour convaincre Pierre de la nécessité de surmonter un lourd traumatisme jusque-là bien enfoui…

                                       

                                                ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

    Pierre, la quarantaine soucieuse, décide pour une fois de réaliser un de ses fantasmes et de louer les services de Guillaume, prostitué presque trentenaire, le temps d'une semaine. Une semaine à l’épier et le voir obéir à ses moindres désirs. Oui mais voilà, Pierre est un homme inquiet, timide, réservé et refoulé et cependant convaincu du chemin que va prendre son entreprise. Un chemin qui bien sûr ne s'attendait pas à être foulé par un Guillaume patient, charmeur et surtout très observateur, un jeune homme au fait de sa séduction qui perturbe dès le premier instant les savants calculs d'un Pierre reclus dans sa chambre d’hôtel. Un jeu de dupe qui se déroule à huis clos, à quinze mètres d'intervalle, et qui insuffle chapitre après chapitre une intensité et une profondeur qui m'ont énormément touché.

    Sans aller jusqu’à dire que ce roman m'a bouleversé, je mentirais en niant l'impact puissant qu'il porte en lui. L'auteur, habitué à des sujets plus "légers", livre ici une partition duelle très émotionnelle sur une relation au départ un peu trouble (dans son concept) qui va lentement s'affiner en quelque chose de très fin et de très subtil. Un jeu de rôles ou l'on se cache de tous et surtout de soi même, une intimité qui se crée au delà des échanges sociaux habituels et voila d'un coup un dialogue douloureux et pénétrant qui s'instaure malgré les prévisions incertaines de Pierre.
    Voila donc deux hommes mis à nu chacun à leur façon par l'autre, obligés de faire tomber les faux semblants que tout tendait pourtant à créer et de se mettre à jour d'une histoire personnelle clivante pour l'un et handicapante pour l'autre. L'enfermement volontaire de Guillaume  dans cet appartement est en reflet direct avec celui plus lourd de son propriétaire et le signe moins évident d'une nouvelle liberté de faire le point pour lui sur sa vie et ses choix. De l'autre coté, pourtant libre de ses mouvements, Pierre souffre, étouffe et lutte contre tout ce que le jeune homme met à nouveau en lumière dans son mode de vie. Je dois dire que j'ai été bluffée par le brio de l'auteur à évoquer toute une vie sous le poids du regret, du souvenir et des chaînes mentales que l'on s'attache avec tant de détermination sans même en être réellement conscient.
    La douleur et les peurs de Pierre sont palpables, réelles et lancinantes comme les traces des doigts écorchés d'un prisonnier sur les murs de sa geôle. On espère avec lui, on fuit avec lui  et on se surprend à presque ressentir les effets de ses angoisses les plus sombres.

    J'aime toujours autant la façon qu'a l'auteur de donner vie à des personnages aussi réels que romanesques, de leur dédier une personnalité suffisamment détaillée ou parfois un peu éthérée pour que j'y adhère complètement. Il sait pratiquement à chaque fois me séduire et Pierre et Guillaume sont une nouvelle fois un pari réussi. Du calme et voluptueux jeune prostitué, qui représente tous les charmes de la langueur et d'un certain art de vivre, aux peurs aussi naturelles, irraisonnées ou cruelles de Pierre, pourtant symbole d'une réussite sociale aboutie. J'ai une attirance particulière pour ces personnages englués dans leurs angoisses et j’apprécie d'autant plus quand leurs créateurs parviennent avec sensibilité à leur donner corps et âme sans les plonger dans un misérabilisme dénué de réalisme.

    L’écriture toujours dynamique et fraîche de Lorys V n’enlève rien au poids de son intrigue et de son personnage et lui confère au contraire cette lueur positive qui nous éloigne d'un huis-clos trop sombre. Il sait, comme toujours, dessiner les pourtours crus et poétiques d'une relation toute masculine et mener ses deux hommes au bout de leur histoire dans un rythme sans failles. Il m'a rendu voyeuse et amoureuse de ces deux hommes, de cette histoire et de ce duo que j'ai lu se bâtir entre non dits arrachés et démons exorcisés. Le tout est captivant (en tout cas je l'ai lu d'une traite et j'ai vraiment regretté la dernière page), d'une grande sincérité et même la fin épilogue est un pur régal à mes yeux. 

    Quelques mois plus tôt, quand je découvrais cet auteur, et son alter égo Pa Farouche, je sentais les prémisses d'un auteur en devenir et ce roman me prouve qu'il est désormais parti pour se faire une place bien à part dans le monde du MM français. L'homme objet est une bulle dans laquelle se laisser fondre pendant quelques heures sans hésiter (avec ou sans lait d'amande !). Yop
                           

                                                                                    

    L'homme objet de Lorys V



    Vous le trouverez ici : L'homme objet       

                                                        

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Apres Gus, venez découvrir Mace Crawford Le sauveteur et son histoire avec Rob dans la suite de la série 415 ink de Rhys Ford  publié chez Dreamspinner Press le 30 avril 2019.


    Le sauveteur de Rhys Ford : 415 Ink tome 2Le pitch : Dans tout homme bon, il y a un sauveteur, mais parfois, c’est l’amour qui réveille l’homme dans le sauveteur. 
    Mace Crawford, sapeur-pompier de San Francisco, a connu une enfance difficile. Enlevé par nécessité à son épouvantable père, il a été élevé dans le système fédéral, froid et indifférent. Devenu adulte, il consacre sa vie à sauver les autres, y compris les frères qu’il s’est choisis. Second de sa brigade, Mace guide ceux qui sont sous ses ordres ; à 415 Ink, le salon de tatouage familial, il apporte son aide, mais par-dessus tout, il protège sa famille de son secret le plus sombre. 
    Alors qu’il s’est juré de ne jamais aimer, un gros problème apparaît dans sa vie solitaire : Rob Claussen, un des tatoueurs de 415 Ink, l’obsède de plus en plus.
    Mace a édifié de strictes frontières pour protéger son univers contrôlé – et son cœur, mieux barricadé encore. Il ne peut y faire entrer Rob, il ne peut céder à son désir sans risquer d’abattre les fondations mêmes de l’existence qu’il s’est bâtie. 
    Un jour pourtant, un démon du passé refait surface et Mace est alors confronté à un choix : s’accrocher à ses mensonges ou sauver celui qu’il a si peur d’aimer.

                                                                          ♦ ♦ ♦ ♦


    Déjà conquise par Gus et son parcours douloureux, ce fut à nouveau un plaisir de replonger dans l'histoire de cette fratrie particulière. 

    Si le premier tome était assez intense autant par la romance que par le parcours de ces 5 frères, le second est un peu plus intimiste bien qu'aussi  douloureux  dans son intrigue. 
    On y découvre cette fois Mace et son passé horrible, sa dévotion sans faille à sa famille de cœur et surtout sa retenue amoureuse qu'il s'acharne à maintenir envers et contre tout. Un volume ou la présence de la fratrie est un peu moindre, ce qui m'a un peu déçue au départ, mais qui finalement s'explique très bien par le lien serré qui unit Mace à Barrett "Bear". Car c'est certainement à cette amitié, qui est le plus au centre des débuts chaotiques de Mace, que ce roman est le plus dédié.

    Ces deux frères, qui ont su à la force de leurs bras et de leur cœur, construire la maison,   devenue l'asile de leurs frères plus jeunes, sont les piliers de cette famille reconstituée. On plonge donc un peu plus dans cet amour fraternel et surtout dans la personnalité protectrice de l'un comme de l'autre. Le relationnel est donc plus confidentiel même si les trois autres frères ( sans oublier Earl bien sur) font quelques apparitions et cette formule fonctionne très bien. Mace est tout autant que Gus un pur produit de la violence et de la déchéance parentale et l'auteure nous montre cette fois des aspects plus sombres que la "simple" folie maternelle. Le parcours similaire des uns et des autres nous amène à retrouver ces mêmes thèmes autour de l'abandon mais aussi du racisme, de l'homophobie et de tout ce qui pousse la haine à devenir un choix éducationnel.
    Rhys Ford retranscrit avec brio ces sensations physiques et traumatiques que laisse une enfance torturée à travers un personnage principal profondément touché et un autre moins marqué mais tout aussi affecté. Elle établit un sorte d’échelle de valeurs qui permettent a chacun de se situer mais aussi de se réajuster par un processus de comparaisons qu'on a tous tendance à systématiser sans qu'il soit justifiable pour autant.  

    On est aussi beaucoup plus axé sur une relation Rob /Mace qui semble moins rebondissante que celle du précédent volume mais qui nous réserve encore la surprise d'un présent difficile à gérer. Rob a sa façon devient très vite le chaînon manquant de Mason et leur relation a une portée plus fleur bleue et paradoxalement moins compliquée que celle de son jeune frère. C'est un personnage discret (mais pas en apparence) qui d'emblée tombe sous le charme d'un patron grognon et qui a tout pour rendre celui-ci un peu plus conciliant. Sa mesure et sa ténacité sont à la hauteur des craintes de Mace et c'est par sa douce patience que le présent prend de nouvelles couleurs pour le taciturne pompier. Le roman navigue donc entre souvenirs, traumas assez glauques et moment amoureux plutôt doux révélant un Mason aux antipodes de ce à quoi on s'attendait.
    Le décor continue à s'installer, les passés respectifs à définir les personnalités, la vie du salon et l'amour du tatouage sont plus que jamais présent.

    Un second volet dans la lignée de son prédécesseur mais qui, à titre personnel, m'a un peu moins emballé et uniquement à cause du côté romance un peu rose entre Rob et son "patron". Le roman, lui, conserve la même saveur et le même traitement avec une traduction qui m'a parue un chouia plus complexe.
    Bien sur, les déjà  fan d'Ivo ne seront pas déçus car on devine le troisième tome qui se profile avec un couple qui laisse présager de l'explosif (et mes paris sont tombés à l'eau on dirait bien) ! J'attends personnellement avec une impatience sans nom l'histoire  de Bear et du discret mais non moins surprenant Luke! Et rien que de le dire j'en salive d'avance! Yop.

                                                                           

    Le sauveteur de Rhys Ford : 415 Ink tome 2

     



    Vous le trouverez ici :Le sauveteur
     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Gemini keeps Capricorn d'Anyta Sunday

    Editions : MxM Bookmark

    Sortie : 25 Février 2019

    Il ne suffit parfois que d’un capricorne têtu pour que Wesley Hidaka ne devienne fou et séducteur. Il aime embêter le responsable de sa résidence, Lloyd Reynolds. Il ne peut pas s’en empêcher. Lloyd est concentré, résolu et a les pieds sur terre. Il a cette capacité amusante de suivre les règles. Bien sûr, Wesley veut que Lloyd en brise une... ou trois cents. Il ne suffit parfois que d’un gémeaux souriant pour que Lloyd fasse la loi et raccompagne directement Wesley dans sa chambre. Ce qui n’empêche pas ce dernier de le taquiner encore. Et encore. Et encore... mais bon sang. Lloyd ne craque pas facilement. Il a plein de principes. Il est inébranlable. Il est l’ami parfait quand Wesley a besoin d’aide. Comme par exemple avec son frère qui sèche les cours ou son ancien principal de lycée. Il ne suffit parfois que d’un mensonge pour que Wesley se retrouve faussement fiancé à l’inatteignable responsable de sa résidence. Que peut-il bien dire ? Cela semblait être une bonne idée à ce moment-là...

     

    *****

    Westley est un véritable charmeur  qui, au sein de son étage de dortoir, prend un malin plaisir à dragouiller Lloyd le surveillant. Westley étudiant en droit, et fervent croyant des horoscopes, y voit seulement un jeu car lui est un gémeau et il est évident qu'un gémeau, ça ne pourra jamais coller avec un capricorne comme Lloyd. Ce dernier est un beau gosse, taciturne, mathématicien qui est très à cheval sur les règlements intérieurs de la résidence dans laquelle il bosse. Malgré sa rigidité et sa droiture, on dirait que Lloyd cède facilement tout à Westley. Petit à petit, va se créer entre eux une relation amicale ainsi que certains liens qui vont permettre à Westley de reconsidérer les affinités zodiacales auxquelles il est tant attaché.

    Comme dans les précédents volumes, on retrouve la légèreté et l'humour de l'auteure. Malgré un début un peu cafouillis dans la mise en place des personnages, on a un peu de mal à savoir qui est qui , qui fait quoi et surtout leurs interactions personnelles, l'histoire gagne en intensité et en clarté pour devenir plus compréhensible et facile à dévorer. Une fois cette petite phase passée, ce n'est que du bonheur en boîte, les personnages principaux comme les secondaires deviennent de plus en plus attachants. Westley et Lloyd bien qu'ayant un caractère en opposition, sont adorables, on craque sur eux dés le départ, pas d'antipathie vis-à-vis de leurs défauts, on a même très envie qu'ils ouvrent les yeux bien plus rapidement.

    Des guests stars comme Théo et Jamie de Leo loves Aries ( le tome 1 ) font une petite apparition ce qui n'est pas pour déplaire parce qu'ils possèdent toujours leur petit grain de folie qui rajoute un petit plus.

    Le récit ne parle pas vraiment des études mais plutôt de la vie à côté, des petits boulots qui cantonnent nos héros dans leur parcours voir leur passion, des fêtes et soirées qui jalonnent la vie estudiantine , des difficultés à concilier la famille et les préoccupations de jeunesse, des amis qui sont là envers et contre tout mais aussi et surtout de la recherche de l'amour, l'acceptation de cet amour quel qu'il soit. Il n'y a pas de moments pénibles même si les héros ont des hauts et des bas comme tout le monde, ce n'est pas le monde des Bisounours mais le misérabilisme n'est pas présent non plus. La folle-attitude de Wesley est super rafraîchissante et tout comme le self-control de Lloyd en font une suite digne des précédents volumes. C'est une bien chouette lecture qui donne vraiment très envie de découvrir la suite. Rose Taylor





    Vous le trouverez ici : Gemini Keeps Capricorn: L'horoscope amoureux, T3


    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • MJ O'Shea nous offre un adorable road trip réparateur avec Au bout du chemin publié  chez Dreamspinner Press en 2018.


    Au bout  du  chemin  de M.J O'SheaLe pitch: Angus vit depuis dix ans avec le même homme. Quand son petit ami rompt avec lui le soir de son trentième anniversaire, avant d’annoncer ses fiançailles avec un jeune homme de vingt-deux ans dix heures plus tard, Angus est effondré. Pour dire les choses gentiment. Il passe ses journées au lit, boit à s’en anesthésier chaque soir, et finit par perdre son travail et son appartement. Son meilleur et plus vieil ami, Reece, décide qu’il est temps d’intervenir. Et de changer d’air.

    Reece et Angus partent en voyage à travers les États-Unis. Ils n’ont pas vraiment de plan, ils vont où la route les mène. Il faut deux jours à Angus pour répondre autrement que par des grognements quand Reece lui parle, puis, peu à peu, il s’ouvre. Ils roulent, parlent, guérissent, crient, boivent parfois un peu trop, dansent, rencontrent de nouveaux amis… et quelque part entre Portland, Oregon, et Portland, Maine, ils tombent amoureux.

    Ce qui est bien la dernière chose à laquelle Angus s’attendait.


                                                                    ♥ ♥ ♥ ♥


    Une romance tendre qui prend le temps de se mettre en place au cours d'un voyage impromptu que Reece, le meilleur ami de toujours, propose à Angus totalement perdu après sa rupture soudaine.  

    Angus pensait, depuis plus de dix ans, être dans une relation de couple certaine et définitive mais la facilité de son compagnon à le quitter lui prouve que toutes ces années n'ont été qu'un leurre et le laissent anéanti, empêtré dans une estime de lui même plus bas que terre.
    La spirale des souvenirs, de l'impression d'avoir été un idiot aux yeux de tous lui font frôler le vide et l'amènent  à une déchéance dans laquelle Reece ne compte pas le laisser. Angus est un personnage charismatique et pourtant presque simple dans sa dynamique, sa dépression le rend à la fois super sensible et indifférent à tout. On devine sans peine la personnalité qui s'est effacée chez lui au bénéfice de son couple et cela nous positionne automatiquement dans la vision qu'à Reece de leurs dernières années d'amitié. Tronquées, cachées et totalement frustrantes. Reece ce compagnon d'enfance, de jeunesse, de toujours, qui, en tant qu'hétéro proclamé par Angus, n'a jamais trouvé le courage ou l'occasion de faire évoluer leur relation, se montre patient et totalement dévoué à la cause de son ami. Reece, calme, fort et rassurant qui pourtant s’ébranle en silence sans jamais faillir à son affection profonde pour un Angus qui, sans lui dire, l'a toujours jugé parfait.

    L'auteure, et Reece, nous proposent donc une ballade à travers les Etats Unis et certains de ses coins les plus caractéristiques ou touristiques. C'est  agréable comme un bon guide de voyage aux multiples photos évidentes et ces étapes permettent aussi aux deux hommes  de lentement se redécouvrir et surtout se découvrir eux même. On a le plaisir de ne pas tomber de suite dans un rapprochement annoncé par le résumé mais plutôt de voir comment une amitié très forte était déjà proche d'un couple depuis longtemps forgé. Reece est adorable de calme et d'attention pour un Angus autrefois un peu foufou qui s'est vu transformé en tout ce qu'il n'est pas vraiment. Un tout que Reece désespérait de voir réapparaître. Une belle histoire sans faux pas particulier qui nous berce dans l'appréhension de perdre ce que l'on connait au bénéfice d'un mieux que l'on désire pourtant très fort.  

    C'est assez touchant, assez soft en terme de ficelles romanesques et le fil narratif dynamique tient son lecteur en haleine jusqu'au  bout. On se pose bien deux trois questions sur le pourquoi du comment quand à cet amour/amitié qui ne s'est pas exprimé plus tôt mais ça n'est pas suffisamment troublant pour gâcher notre plaisir. 
    Si vous aimez voyagez à travers un livre et vibrer entre deux cœurs tendres c'est assurément un bon petit roman pour ça. Yop.

                                                                            

    Au bout  du  chemin  de M.J O'Shea

     


    Vous le trouverez ici : Au bout du chemin
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Encore une plongée réussie dans l'univers de Rhys Ford avec Rebelle publié  chez Dreamspinner Press en avril 2019.

    Rebelle de Rhys Ford Le pitch : La chose la plus difficile à faire pour un rebelle n’est pas de se battre pour une cause, mais de se battre pour lui-même.
    La vie prend un malin plaisir à poignarder Gus Scott dans le dos lorsqu’il s’y attend le moins. Après avoir passé des années à fuir son passé, son présent et le sombre avenir que lui avait prédit les assistantes sociales, le karma lui fournit la seule chose à laquelle il ne pourra – ne voudra – jamais tourner le dos : un fils né d’une nuit passée avec une femme quelques années auparavant après une rupture dévastatrice.
    Retourner à San Francisco et au 415 Ink, le salon de tatouage familial, lui a fourni un abri idéal pour combattre ses démons personnels et se reconstruire… jusqu’à ce que le pompier qui l’avait brisé revienne dans sa vie.
    Pour Rey Montenegro, le tatoueur Gus Scott était une récompense insaisissable, un prix étincelant qu’il n’avait pas eu la force de retenir. Mettre un terme à sa relation avec le tatoueur versatile avait été douloureux, mais Gus n’avait pas voulu de la vie de famille dont lui rêvait, le laissant avec une âme meurtrie.
    Lorsque la vie et le monde de Gus commencent à s’effondrer, Rey l’aide à rassembler les morceaux, et Gus se demande si l’histoire d’amour éternel à laquelle aspire Rey peut vraiment exister.

                                                                     Χ Χ Χ Χ


    Comme quasiment à chaque fois avec cette auteure, je devrais la maudire pour faire de mes moments de lecture de vraies nuits blanches.
    S'il  ne s'agit pas ici du coup de cœur du siècle, il n'en reste pas moins que j'ai vraiment dévoré ce roman. On y retrouve avec une grande joie toute la densité de la plume de Rhys Ford et la noirceur douloureuse de certains de ses personnages. Et ici avec l'histoire de cette fratrie recomposée on est pas en reste loin de là. 

    Une série qui commence donc avec l'histoire de Gus et Rey. Deux hommes qui s’étaient aimés  mais qui, sur la décision du second se sont séparés pour de mauvaises raisons laissant le premier noyé dans un puits de souvenirs sans fond. A travers, Gus c'est toute l'histoire de plusieurs générations d'enfants placés ou ballottés de famille d'accueil en foyers voir en prison pour adolescents. Toute une génération de mômes dont on ne sait pas quoi faire, que l'on ne sait pas gérer et que l'on a préféré laisser parfois dans les bras d'une enfance chaotique à défaut de donner une réponse à leurs besoins. C'est aussi une certaine mise en lumière sur la gestion du social sur plusieurs décennies, ici aux Etats Unis et à San Francisco plus précisément, sur la terrible défaillance et destruction par un système d'êtres encore à peine considérés comme des enfants plutôt que des dossiers. 
    L'histoire est lourde  de sens et de répercussions, elle frappe avec justesse sur les failles des hommes adultes et sur celles qu'ils génèrent chez leurs cadets.

    Rebelle, c'est l'histoire de Gus et de sa rédemption par le biais de son fils et de sa prise de conscience. C'est le roman d'un homme qui sort la tête de l'eau dans laquelle il a été jeté avec violence à un age ou l'on sait à peine nager et qui doit alors construire une autre vision du monde et de lui même. Gus et Rey se retrouvent et les traces d'un passé commun se redessinent douloureusement à l'instar de l'encre qui orne leur peau. Les deux hommes redéfinissent le croquis de leur vie entre flammes et couleurs, entre hier et demain, entre erreurs et possibilités et c'est presque jouissif de voir les codes pourtant habituels se dérouler avec un naturel désarmant.
    La sincérité de Rey est aussi attractive que la douleur de Gus peut être touchante et on ne sort pas indemne de cette relation bercée de l'adolescence à l'age adulte. Les choses sont bien construites et naviguent avec aisance sur une trame présente qui nous assène par à-coup la charge du passé de chaque personnage.

    Rebelle c'est aussi et surtout l'introduction de cette fratrie reconstruite à la sueur des bras de Bear le plus âgé et le plus protecteur de ces cinq "frères". L'auteur livre un très bel hommage à la solidarité,  au sens de la famille, cette famille du cœur au-delà de celle du sang, celle que l'on fixe d'un symbole posé sur sa peau pour être sur de ne jamais la perdre. C'est avec des passages aussi durs que tendres, car ces cinq garçons sont un pur délice chacun à leur facon, que leurs rapports  nous proposent de vrais moments de drôlerie discrète

    En filigrane on devine tout l'amour de Rhys Ford pour le monde du tatouage qu'elle sait restituer  de manière authentique ( San Francisco  est une des capitales les plus créatives du tatouage) et parfaitement crédible. Rebelle c'est une romance "plurielle" car plus que l'amour entre deux hommes, c'est celui des amis, de la famille ou de ces gens avec qui à un moment donné on a décidé de construire quelque chose que ce soit une maison, un bout de chemin, un repas ou un simple tatouage. L'auteure réserve du coup une très belle part à tout un panel de personnages assez fourni donnant encore plus de corps au récit. On devine à peine l'histoire propre à chacun même si elle est ici déjà abordée par cette maison bancale, ce salon de tatouage, ce premier tome et on sait déjà qu'on va mettre le nez dans une série très prometteuse si elle suit le même tracé. 

    Un roman qui transpire la douleur autre que celle  des aiguilles et qui parvient à transformer les  marques traumatiques en des choix colorés qui nous définissent réellement. C'est bon et j'en redemande!  Yop.

                                                                     

    Rebelle de Rhys Ford

     

     


    Vous le trouverez ici : Rebelle
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Blue : le clan des Marian 1 de Lucy Lennox

    Éditions : Juno Publishing

    Sortie : 04 Avril 2019

    Blue : Quand mon ex entre dans le bar avec son nouveau mari à son bras, je ne veux rien de plus que lui prouver que je suis allé de l’avant. Heureusement, l’inconnu sexy assis à côté de moi est plus que disposé à partager quelques baisers au nom de la vengeance. Cela devient encore meilleur lorsque ces baisers brûlants se transforment en une nuit de passion ardente.

    Le seul problème ? Il s’avère que le frère de l’étranger épouse ma soeur plus tard cette semaine.

    Tristan : J’ai une règle : ne pas jouer avec les invités de mon vignoble. Bien sûr, la seule exception que je fais est le frère de la femme que mon frère est sur le point d’épouser. Maintenant, nous sommes coincés ensemble pendant une semaine d’activités de mariage et nous ne pouvons pas éviter la passion qui brûle entre nous.

    Alors d’accord, nous concluons un marché : une semaine. Une semaine pour profiter du corps de l’autre et le sortir de notre organisme. Une fois que les futurs mariés répondront « oui » et que nous serons devenus une famille, tout sera fini entre nous. Pas vrai ?

     

    # # # #

     

    Petite balade au cœur des vignobles californiens pour suivre la douce romance de Blue Marian et Tristan Alexander. Blue se rend au mariage de sa sœur dans un endroit paradisiaque, enfin, qui devrait être idyllique s'il n'y avait pas son ex, invité lui-aussi du mariage, se pavanant avec son nouveau mec. La détresse de Blue est tellement flagrante que Tristan, le bel Apollon accoudé au bar à ses côtés, tente de le distraire et en vient même à l'aider à faire face à son ex. Les deux hommes se lient d'amitié rapidement et se prennent au jeu des "faux petits amis" pour le temps que durera le mariage, mais voilà ce qui n'était qu'un jeu au départ devient bien plus pour eux.

    Une bonne lecture détente sympa et rigolote au sein d'une famille un peu déjantée mais super attachante. Ça renvoie une image de tribu plus ou moins idéale mais très soudée avec une sœur et des tas de frères aux personnalités et sensibilités émouvantes. Une notion de clan qui se soutient toujours et dont on est sûr de retrouver les aventures dans de prochains tomes avec attente et plaisir.

    L'histoire est pleine de romance, de tendresse et débute comme tant d'autres entre un homme en pleine peine de cœur et un autre qui oscille entre les femmes et les hommes jusqu'à ce qu'il rencontre la bonne personne. On se laisse vite emportée par la magie des lieux, l'auteure nous donne vraiment l'impression d'être au milieu des vignes à sentir la terre, les feuilles et le vent tout léger, une douceur de vivre pour profiter sans stress de la nature, des paysages. Pas de drames insurmontables au fil des pages, pas de crises existentielles insoutenables, juste des situations de la vie de tous les jours avec ses joies et ses peines mais dont l'amour triomphe toujours. La simplicité de leur passé nous rend plus proche de Blue et Tristan, on suit avec délice leur complicité naissante qui deviendra un attachement sincère comme la plupart des gens en rêve.

    Une belle pointe de sensualité et sexualité bien chaude pimente cette romance avec des dialogues entre parents, enfants, tous libérés et assumant leurs envies. Le tout -savamment mélangé- apporte une touche supplémentaire de sourires, des scènes hot qui enflamment les draps et émoustillent à fond la lectrice.

    Un chouette roman prometteur d'une belle épopée familiale à suivre juste pour le plaisir. Rose Taylor

    Merci à Juno Publishing pour ce SP.

    Vous le trouverez ici : Blue


    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Quand on perd presque tout, il ne reste de la place que pour les choses dont on ne peut pas se passer. Quelques minutes dans un immeuble en feu ont suffi à Ryan Ward pour perdre son boulot de pompier, certaines amitiés, sa petite amie et presque sa jambe gauche.

    Mais baisser les bras n’est pas une option.

    Il préfère encore trouver un autre job, reprendre ses études et louer une chambre à l’université. Mais quand il réalise qu’il tombe amoureux de son coloc, les choses deviennent compliquées.

    John Barrett sait ce que c’est que de tout perdre. Après avoir déménagé deux fois pour rester en contact avec ses enfants, il ne peut rien faire quand sa femme décide de les emmener en Californie. Louer une chambre à Ryan semble une bonne solution pour combler le vide laissé par le départ de ses enfants dans sa grande maison.

    Mais quand leur amitié se développe en quelque chose de plus et que ses sens et son désir prennent feu, sa grande maison semble presque étouffante.

    Avec leur passé respectif, il n’y a rien qu’ils ne peuvent surmonter ensemble. Mais quand on retrouve des corps sans vie sur le campus - et qu’un d’entre eux est soupçonné - leur avant goût du bonheur pourrait bien partir en fumée.

     

    Date de parution : 2019            Publié par :MxMBookmark

    Un roman qui commence par une belle couverture qui semble nous promettre beaucoup et qui tient ses engagements. L'histoire, elle, débute avec la rencontre de deux hommes sur un campus universitaire. L'un est un étudiant plus âgé que les autres. L'autre est employé par l'université.

    Deux personnages qui s'apprivoisent bien assez vite tant l'évidence de leur attraction leur crève les yeux. Bien sûr tout ceci ne se fait pas du jour au lendemain. On apprécie à la fois cette légère attente et l'acceptation de cette attirance mutuelle. D'ailleurs, j'ai adoré ressentir que le genre de l'autre n'était pas le plus important dans cette histoire. Parce que c'est lui et rien que lui, on pourrait résumer cela ainsi. 

    Les personnages nous donnent envie de les connaître. On devine aisément les hommes justes et droits qu'ils sont. Ryan, ancien pompier, a toujours cette envie d'aider les autres. John, quant à lui, a fait beaucoup de sacrifices pour tenter d'être présent auprès de ses enfants. Leur rencontre marque le début d'une nouvelle ère pour eux mais semble-t-il aussi pour leur entourage. C'est un nouveau départ individuel et en duo pour eux.

    Le roman se lit presque tout seul tant on aime voir évoluer Ryan et John. On découvre également d'autres figures qui, on l'espère, referont très vite surface. Car le lecteur peut le sentir, des difficultés venant de leurs familles respectives devraient venir perturber les deux hommes. Ici, on les découvre à travers une sorte de bulle. L'étudiant en médecine et le responsable des espaces verts ont accepté de vivre un amour différent. Leurs familles en feront-elles de même ?

    Difficile d'en dire assez sans en dire trop.Sachez simplement que ce roman est juste incroyable et que je me languis déjà du prochain tome. 

    Un roman dont on aurait aimé qu'il ne finisse pas. 

    Manon


    Vous le trouverez ici : Se reconstruire

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Déjà conquise par Cara Dee et sa façon bien à elle d'aborder des personnages aux histoires très sombres, je me suis donc jetée à bras raccourcis  sur son Noah publié chez Juno Publishing en Avril 2019.


    Noah de Cara DeeLe pitch: 

    Vous êtes-vous déjà réveillé en vous attendant à voir le chaos partout ?

    En quarante-huit heures, j’ai tout perdu. Je suis rentré chez moi pour trouver ma petite amie depuis quatre ans avec un autre homme. Le jour suivant, un accident d’avion m’a arraché ma famille, me brisant. À bien des égards, je suis mort aussi ce jour-là. L’homme qui aimait s’amuser, qui vivait à cent à l’heure, qui adorait sa carrière dans l’industrie cinématographique a disparu. À sa place, il ne restait que la coquille d’un homme de quarante ans, qui se noyait dans le fond d’une bouteille.

    Une seule personne savait ce que je traversais. Le beau-fils de ma soeur, qui n’était pas dans l’avion. Julian savait aussi ce que c’était de perdre tous ceux qu’il aimait. Il avait arrêté de venir aux repas de famille alors qu’il était adolescent, alors je ne le connaissais pas très bien. Mais je lui ai dit lors du service commémoratif qu’il pouvait venir me rendre visite à L.A. quand il le voulait. Et un jour, il l’a fait, et je suppose que c’était un jour comme un autre pour commencer à ramasser les morceaux et voir ce qui restait de nous.


                                                                     Δ Δ Δ Δ


    Une fois de plus je ne suis pas déçue. Certes l'histoire est bien moins obscure que ses deux anciens volumes parus chez la même maison d'édition mais on y retrouve pourtant cette facette de jeux troubles sur un sujet pointilleux.

     Noah, réalisateur reconnu, navigue dans une sphère cinématographique de succès et de réussite. Le ciel brille pour lui et son univers se partage entre amis, fiesta, tournages et cette facilité certaine que vous accordent l'argent et la renommée. Un beau jour, le monde s'effondre recouvrant l'horizon de nuages si épais que seul l'alcool  et ses amis, devenus sa seule famille, parviennent à repousser momentanément. 
    Julian, son neveux par alliance, vit le même drame à des kilomètres de là. Un enterrement, des retrouvailles qui n'ont le gout que de l'inconnu et du chagrin et ces deux hommes de générations différentes se retrouvent à cohabiter pour partager peine, souvenirs et tentatives de reconstruction.

    Alors, pour commencer, l'auteur à cette fois écrit sur une galerie de personnage plutôt chanceux à la base, des hommes et des femmes qui ont tout et plus encore. Le drame qui les confronte est bien évidemment terrible et on peut la remercier de n'avoir pas versé dans la déchéance totale pour passer d'un extrême à un autre. Les deux hommes, que bien des années séparent mais unis malgré eux par le lien familial, se découvrent d'abords à travers ce lien. La relation amoureuse par chance ne se construit pas à base de pulsions mais plutôt de jours qui s'égrènent à se soutenir et se motiver pour tracer un avenir propre à chacun. 
    Toute la délicatesse du sujet était de ne pas tomber dans une attraction physique qui défiait toutes les règles du tabou social et moral de chacun des personnages. Et en cela, Cara Dee touche à son but. C'est plutôt amené avec sensibilité et parcimonie, et on finit par voir un rapprochement construit sur la connaissance de l'autre, sur la douleur qui rapproche, sur les similitudes qui vous regroupent. Somme toute, une relation presque évidente.  L'auteure parvient à peu près à effleurer tous les écueils prévus par sa thématique sans en omettre aucun du plus simple au plus évident.

    L'histoire de ses deux hommes donc, suit son cours avec logique, sans incohérence et avec un certain doigté. Le panel de personnage permet d'aborder d'autres sous thèmes plus diffus  comme la différence d'âge dans les couples,  l'influence professionnelle  et ses avantages, la vie privilégiée du côté people, les inconvénients de la surmédiatisation. Il nous donne aussi, comme dans dans une production hollywoodienne classique, son duo de méchant un peu facile (cette brave Emma porte sur les épaules tout le poids du mensonge et de la traîtrise faite femme) et surtout sans nuances ce qui est dommage.

    En ce qui me concerne, et c'est au bout du compte pas si souvent, c'est le traitement des scènes de sexe que je mettrais en avant. L'auteure a su faire de ces moments des épisodes très chauds, très sensuels et surtout rondement menés. Point d'abus par le nombre, une certaine sobriété par moments et de la luxure totale à d'autres; le sexe garde cette saveur purement romanesque parfaitement incluse dans de l'explicite sans vulgarité. Et on y retrouve alors toute la façon d'écrire qui m'avait totalement séduite dans ses autres romans.

    Un roman qui ne sera clairement pas mon préféré chez cette auteure mais, qui comme ce que j'ai  lu d'elle  jusqu'ici, est un moment doux /amer où la plume et le style finissent toujours malgré tout par nous atteindre très vite. Yop.

                                                                            

    Noah de Cara Dee



    Vous le trouverez ici : Noah

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Play with fire de Marie HJ

    Éditions : Éditions addictives

    Sortie : 09 Avril 2019

    Sorti de nulle part, Jared enflamme depuis cinq ans la scène et le cœur des fans.
    Rock star, sûr de lui, arrogant et tombeur, il adore sa vie, son groupe et l’adrénaline qui va avec chaque concert.
    Jusqu’au jour où leur manager impose Corey comme figure d’autorité sur la tournée. Corey était autrefois rock star, sous le nom de Stixx. Mais sa carrière a explosé en vol le jour où il a fait son coming out et que son groupe l’a mis dehors.
    Il est froid, renfermé, blessé et refuse tout net de toucher à une guitare, malgré les supplications du groupe qui l’a reconnu et se fiche de sa sexualité : ce qui compte pour eux, c’est son talent !
    Et Jared, surtout, rêve d’en apprendre plus au contact de ce rockeur légendaire. Leurs caractères explosifs font des étincelles, ils s’accrochent constamment… jusqu’à céder à la passion.
    Aucun ne veut engager son cœur : que du sexe, pas de sentiments, et que le temps de la tournée !
    Défi accepté ?

     

    @@@@@

     

    Monter sur scène, entendre scander son nom, faire voler les notes de musique, sentir la puissance d'une gratte, communier avec la foule, voilà la vie de Jared ou plutôt Nicolas le petit français qui perce aux USA au sein des Métal Dolls. Il est magique avec un groupe qui dépote et envoie du lourd. Mais il reste tout de même Nicolas dont une partie de la vie personnelle est vide et qui lui revient, comme un boomerang à la fin de chaque concert lorsqu'il quitte la foule et les hurlements de folie. Son existence va devoir affronter l'ouragan Stiix / Corey ancien guitariste de génie d'un groupe en perdition et qui devient leur manager le temps d'une tournée internationale.

    Mais voilà Corey est ronchon, désagréable parce que, lui, ce qu'il veut vraiment, c'est être tranquille loin de tout ce cirque, au vert, pourtant il se retrouve obligé de subir les projecteurs, les caprices et les journalistes qu'il exècre  alors qu'ils planent autour de lui comme des oiseaux de mauvais augure. Ce que ne savent pas Nicolas ni  Corey, c'est que cette rencontre va changer leur vie à tout jamais, modifier leur façon de vivre aussi....

    Le décor est planté, avec de la musique qui dépote, des concerts dans des pays différents, de la sueur, des beaux gosses au look de bad boys qui nous enchaînent à eux plus que facilement. Et même s'ils traînent des casseroles - comme tout le monde, finalement- ils sont addictifs, charmeurs chacun dans leur genre. La plongée dans l'univers des groupes de rock, des tournées, des groupies, des staffs, des roadies montre l'envers du décor des passionnés de musique, des concerts, des souffles courts, des battements de cœur unissant la musique de ceux qui la font à ceux qui l'écoutent. Cette musique qui fait partie de la vie de tout le monde -oui tout le monde- à différents degrés et de différents sons mais qui nous transforme, nous transporte, nous fait ressentir des émotions particulières ou qui nous apaise. L'auteure a su mettre des mots, des sentiments sur cette félicité qu'on atteint avec juste quelques notes mises bout à bout, avec un rythme qui fait bondir le cœur et bouger nos corps et nous donne l'envie irrépressible d'aller au premier concert qui passe. La passion qui se dégage de l'histoire, les détails des tournées, des engagements à tenir montrent la difficulté de cette vie solitaire que nous simple gens et non idole n'affrontons pas au quotidien mais dont on envie le talent, la notoriété et un peu la vie.

    Et oui  la fan-attitude en moi a adhéré tout de suite à ce roman qui prend le temps de se mettre en place, à voir les personnages principaux comme les secondaires patauger dans leur contradictions, affronter leurs démons, passer outre pour finir par ouvrir les yeux et toucher des doigts, des mains, du cœur, du corps au bonheur tant recherché. On retrouve la plume de Marie aussi amusante et attachante que dans With Love, elle jongle avec les sentiments, nous lie à eux inconditionnellement, j'ai commencé par adorer Corey pour finir par vraiment, vraiment préférer Nicolas, on passe du rire aux larmes mais une chose est sûre, on n'arrive pas à lâcher le bouquin avant le mot fin et on le fait avec tristesse. Rose Taylor

    Merci à Marie HJ pour ce SP.

     

    Vous le trouverez ici :Play With Fire

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est  un détour par D'autres horizons que nous offrent Angie Legac et Tan Hagmann avec leur roman à quatre mains qui est sorti le 5 avril 2019.

     

    D'autres Horizons d' Angie Legac et Tan HagmannLe pitch: 
    Lorsqu’Andrew, architecte à l’avenir prometteur, commet un faux pas en mêlant vie sentimentale et affaires, il se retrouve parachuté à Madagascar pour superviser la construction d’une école de brousse. Loin de Seattle, il vit mal son exil et ne s’acclimate ni au pays ni à ses habitants.Sa rencontre avec Tiana, un jeune autochtone venu de la capitale pour alphabétiser des adultes, est explosive. Si le maire du village n’y prend pas garde, ces deux-là pourraient bien finir par s’entretuer… À moins que Jean de Dieu, un gamin fragile à l’imaginaire très développé, ne parvienne à les réconcilier ?Embarquez pour D’autres Horizons, et vivez avec Andrew le choc des cultures et la découverte d’un monde qui le transformera à jamais.

     

                                                                    ∫  ∫  ∫  ∫

    Une bien jolie romance servie par une écriture propre et sans défaut faisant couler les mots comme un doux ressac pour nous emporter dans une vague dépaysante de chaleur, de sel et de couleurs locales.
    Nous partons donc, car ce récit est un vrai voyage, à la rencontre de Tiana jeune malgache qui se cherche professionnellement et qui a décidé sur un coup de tête de se consacrer à l'alphabétisation des habitants d'un petit village du bords de mer. Parallèlement, c'est l’arrivée d'A.J Turner dans ce même village pour y chapeauter, en tant qu'architecte, la construction d'un nouveau collège  prévu pour l'essor et l'avenir de la population locale. 

    Andrew débarque de son monde fait de lumière et de technologie, de réussite et de perspective professionnelle pleines de reconnaissance. C'est un homme qui rêve de prix, d'excellence et de satisfaire la petite voix paternelle, bien ancrée en lui, de pousser toujours plus loin et de ne jamais baisser les bras pour parvenir à son but. Un homme honorable qui suite à une mésaventure d'un  soir se retrouve dans un village perdu au bout du monde où le temps n'a pas la même dimension. 
    Perdu dans un espace temps qui défie toutes les lois de sa patience et de son caractère, c'est  par l'intermédiaire de sa relation naissante avec Tiana qu'il découvre une autre facette de la vie, des autres et de lui-même. Un personnage dont le petit côté hypocondriaque, tout comme son obsession de tout googliser, sont assez drôles et dont les automatismes vont peu à peu s'envoler dans une brise marine plus forte que lui. 

    Tiana plus jeune, plus émotif et moins sûr de lui, est pourtant le plus raisonnable des deux même si ses racines le prédisposent à s'accoutumer bien plus facilement aux nouveaux changements auxquels il est également confronté. Un jeune homme qui doit faire des choix aussi bien sur son avenir que sur ses désirs. Un duo charmant et plein de douceur qui fonctionne bien et navigue réellement sur le fil d'une écriture toute emprunte de poésie et de savoir faire.
    Les deux auteurs semblent s'être parfaitement trouvées pour nous délivrer un roman à la fois dense dans son contenu social et touristique et léger, touchant dans leur approche simple et concrète de la romance.
    Ici point de corps qui s'emballent  mais plutôt une douce rencontre des âmes et des cœurs qui se découvrent aussi bien mutuellement qu'individuellement et ça se lit avec la langueur du sable fin qui vous file entre les doigts.

    Le récit et son intrigue tiennent parfaitement la route, ou plutôt le chemin sableux, mais, et j'indique cela  vraiment à titre personnel car je ne pourrais en faire un reproche "technique", il m'a tout de même manqué une certaine dose de sensualité entre nos deux héros même si je sens pertinemment que c'est pur volonté d'auteur d'avoir traiter la romance de cette façon plus soft. Et si j'ai énormément apprécié chaque touche d'attention psychologique portée aux différents personnages de cette histoire j'aurais également souhaité  en savoir un peu plus sur celle de nos deux protagonistes phares. Ce sont deux points qui minorent légèrement la romance au profit du vrai héros, le village et ses habitants qui se dressent comme l’élément central du livre.

    Un des plus gros points forts de ce livre, en dehors de sa riche palette de personnages tous plus sincères et attirants les uns que les autres, c'est cette formidable invitation au voyage qu'il nous propose. Une véritable découverte des us et coutumes, des croyances et des difficultés que la population malgache, des villes comme des endroits plus reculés, est amenée à vivre. Du problème vital de l'alphabétisation des campagnes et du développement économique à la persistance des croyances anciennes, mais toujours actuelles, au bénéfice des aspirations nouvelles, de la beauté  des sites et de ses habitants,  de la simplicité  du mode de vie érigé  en philosophie tout est fait pour que notre immersion soit totale et all inclusive. Le tout, qui aurait pu être mortellement ennuyeux, est très habilement mené, discrètement éparpillé au fil des événements pour que les couleurs locales, sans tomber dans la carte postale idyllique, nous offrent leurs plus belles teintes et leurs plus belles saveurs.

    Un très joli moment de détente qui ne se contente pas d'une approche revendicative de l'amour entre hommes, et qui même ne s'en  soucie pas trop, et j'avoue que dans la marée de romans étendards  de la cause du love is love  ça fait du bien de lire simplement un récit où les gens sont simplement ce qu'ils sont. Yop.

                                                                         

    D'autres Horizons d' Angie Legac et Tan Hagmann

     

    Vous le trouverez ici: D'autres Horizons

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique