• Soyez prêt à tomber dans l' Engrenage d'Anna Martin sorti il y a quelques jours chez Dreamspinner Press car vous allez y tomber à coup sûr avec ce doux roman sur toile de fond d'homoparentalité!


    Engrenage d'Anna MartinLe pitch:
     Lorsque James, lycéen, rencontre des problèmes avec son pick-up, Dylan, étudiant en mécanique, vole à son secours. James est à la fois surpris et ravi que Dylan veuille le revoir. Puisque James est nouveau dans le domaine de la romance, ils prennent les choses lentement, et parce que Dylan est à l’université, James garde sa relation naissante secrète auprès de son père surprotecteur. 


    De l’autre côté de la ville, Mark, enseignant et père célibataire de James et de sa sœur, Frankie, rencontre Steve dans un bar pour ce qu’ils pensent tous les deux être un petit coup rapide. Mark ne voit aucune raison de parler de Steve à ses enfants ou d’insister pour que son amant d’un soir lui donne des détails au sujet de son fils adoptif… ce n’est que du sexe entre eux, n’est-ce pas ?

    Deux histoires très différentes grandissent côte à côte, chacune à l’insu de l’autre. Tout change lors d’un barbecue, lorsque Mark décide qu’il est temps que ses enfants rencontrent Steve et que lui fasse connaissance avec Dylan, le fils de Steve. L’inévitable explosion entraîne des explications pour les deux couples afin d’apaiser les sentiments blessés de leur famille – et de leurs amants. 232 pages (selon Amazon).



                                                                    *****

    Ce roman est un pur moment de bonheur, un de ceux qu'on classe, une fois fini, dans sa liseuse et qu'on se dépêche d'aller acheter en version papier pour pouvoir encore et toujours le relire en le caressant obsessivement. Ce qui aurait pu vite être un sujet un peu grand guignolesque est, sous la plume d'Anna Martin, une vraie petite surprise de tendresse et de douceur de vivre. Une histoire ou elle nous offre un magnifique couple de quadra -et bordel  qu'est-ce que ça fait du bien- loin de tout cliché, de toute facilité romanesque pour nous déverser avec talent une histoire d'amour pas si simple mais tellement touchante.

    Deux hommes aussi séduisants dans leur personnalité l'un que l'autre -mais qu'est-ce que j'ai pu aimer leurs échanges à ces deux la- qui se lancent dans une relation qui va compliquer beaucoup de choses pour eux comme pour leurs proches. Leur sensibilité et leur approche de la vie est tout simplement adorable, faisant de leur histoire une de celle que j'affectionne beaucoup: simplicité, réalisme, confrontation des attentes et pragmatisme face à leur condition. C'est chaud, c'est doux ça nous rend tout frétillant et ça vous laisse un gros goût de reviens-y aussitôt fini.
    Le jeune couple n'a rien à leur envier tant leur innocence et leur maturité nous surprennent agréablement et on s'y  attache avec la même facilité. Deux jeunes garçons que l'on oppose pas forcement dans leurs caractéristiques mais que l'on voit découvrir le monde (avec plus ou moins de bonheur et de chance au départ), y réagir et s'y adapter.
    Pour moi, un des grand plus de ce roman fut de lire la construction de ces cellules amoureuses sous un fil narratif toujours doté d'un arrière fond d'humour très subtil qui allège et qui même magnifie un peu plus le récit tout en lui conservant son impact sensible.

    C'est délicieusement tendre et humain, c'est chaud d'une façon si simple et si naturelle qu'on fond littéralement entre coups de chaleur discrets et scènes de vie presque familières.
    Deux couples qui se construisent sur un carrefour les emmenant sur des routes similaires tout en prenant un sens de circulation radicalement inverse. L'un apprend a se connaitre pour passer de la douceur des mots qui titillent aux caresses des corps qui se découvrent, l'autre fonce comme un bolide du point Z au point A pour remonter avec crainte et délicatesse le fil d'une histoire commune. La trame sans être effrénée est aussi palpitante qu'une tranche de vie peut l'être quand elle est articulée autour d'un story-board hyper précis vous imageant, geste compris, les ambiances, les émotions et les angoisses des membres d'une famille au sein d'une petite communauté. Un roman qui ne manquera pas de vous rappeler Feux de joies D'amy Lane tout en ayant son propre charme.
    La structure classique n'a aucunement besoin de quelque fioriture que ce soit, le contenu étant soigneusement évoqué, agencé pour une progression des événements toujours très efficace et surtout très dynamique muni un scénario sommes toutes assez simple. Le simple quand c'est  maîtrisé de cette façon là c'est vraiment très bien, ça nous rend heureux avec des personnages humains, légers et forts de leurs faiblesses. Ça donne une histoire feel good où l'optimisme  est toujours prioritaire sur la difficulté des situations.

    Un roman d'Anna  Martin qui une fois de plus m'a totalement séduite et même emportée dans un moment de douce émotion qui me donne, comme rarement, l'envie de lire encore et encore la suite et tout plein de bonus à cette romance vivifiante. J'ai eu un mal fou à ne pas geindre comme une gamine quand je voyais le temps de lecture filer comme la lumière et je verrais d'un très bon œil une suite à l’histoire des deux papas ! Yop.

    Note à  l'auteure : je suis totalement frustrée par cet épilogue, même si j'adore Dylan et Jay,  je veux absolument en savoir plus sur mes deux quadras, faut pas me laisser dans cet état là. Anna Martin, c'est  un vrai SOS que je vous lance !
                                                                          

    Engrenage d'Anna Martin

     
     
     Vous le trouverez ici : Engrenage

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le maître de stage et sa suite Le stagiaire et son maître sont deux romans publiés chez Textes Gais successivement en février 2018 et décembre 2019 de 130 et 120 pages chacun.
     
    Le maître de stage. Le stagiaire et son maître de BJ Valbornhe Le pitch: 


    Nathanaël doit effectuer un stage de validation de sa formation dans un domaine perdu des Cévennes où on l'a incité à candidater.
    Une année loin de tout sous la férule d'un maître de stage directif et énigmatique.
    Le désir monte et le déstabilise.
    130 pages.
     
     
     
    Le maître de stage. Le stagiaire et son maître de BJ Valbornhe Le pitch: 

    Après quelque mois étranges auprès de son Maître de stage, Nathanaël se révolte.
    Il en veut plus que le sexe rituel des samedis soirs.
    Le jeune et beau berger ouvrira-t-il une autre voie ? Comment réagira le Maître de stage ?
     120 pages.
     
     
     
     
     

    Comme beaucoup des romans de cette maison d'édition, c'est une histoire qui surfe entre romance à peine esquissée et tranche de vie réaliste sur un jeune citadin qui débarque dans les Cévennes pour finir sa formation. Nathanaël est jeune, optimiste, plein de fougue et gay assumé. Quittant sa ville pour un stage dans un domaine en pleine nature il fait la rencontre de son maître de stage, Charles, un homme rustique, mais pas que, qui va peu à peu exercer sur le jeune homme une fascination dominante créant une relation trouble entre les deux hommes.
    Mélangée à une plume tantôt acerbe et crue ( le vocabulaire est parfois presque old school marié à une touche poétique sur les plaisirs d'hommes ), tantôt presque amoureuse de la nature et sensible, une espèce de couple se forme aux vus de tous les occupants du domaine. Un couple où le maître prend et donne peu et où le stagiaire prend ce qu'il peut avoir se berçant de l'illusion sommaire que cette situation charnelle lui convient. 
     
    Le premier tome se concentre sur cette attirance dévorante pour Charles qui anime Nathanaël , sur ce plaisir qu'il prend, qu'il subit à chaque rencontre et sur ces habitudes plus ou moins saines qui se nouent. On découvre en parallèle le décor des Cévennes que l'auteur décrit avec beaucoup de talent, de précision et de beauté et la vie de ce domaine animé autant par ses habitants que par ses murs ou ses cultures agricoles. Des bâtisses au passé très présent qui dicte encore un certain art de vivre. Nathanaël apprend, participe et évolue avec une facilité fragile au sein d'un milieu à des années lumières de son quotidien même si son enfance l'en  rapproche cependant. Les journées sont rudes et les week-ends chauds et brutes avec un Charles qui garde une aura de maître et de dominant au charisme inébranlable. Un Charles, d'ailleurs, dont on apprend très peu pendant un long moment ce qui bien évidement renforce ce côté sombre et mystérieux qui lui donne un certain charme au départ. On finit cependant par lui trouver un cote Dark (même si sa couleur c'est le vert - trop drôle je sais ) avec son comportement à la limite de l'abus de faiblesse. On reste prudent sur cet sorte de magma composé d'attraction, de question et de soumission qui semble enfouir le jeune homme malgré lui. Un tome donc aussi bien consacré la découverte de la nature des hommes que celle des lieux qui nous laisse sur notre faim et l'envie de forcément en savoir plus.
     
     
    Ce pauvre Nathanaël se pense conscient et en accord avec Charles et ce n'est que le tome 2 qui petit à petit va inverser la tendance de leur relation. Quand les espoirs du jeune homme deviennent de vrais besoins c'est vers les montagnes et leur berger qu'il se tourne pour retrouver un peu de liberté  et peut etre avoir une vision plus large de sa nouvelle vie.
    Nathanaël est bien sur consentant sur tous les points mais le cœur a ses aspirations qui parfois contrarient celles du corps même si celui ci est particulièrement satisfait. Mais il est tout de même victime d'une emprise psychologique forte, d'une tension sexuelle plus qu’évidente et du petit jeu pas très clair du maître du domaine. On jongle sans cesse entre cette certitude que Nathanaël est bel et bien un adulte consentant et ce sentiment, qu'il nous révèle par la narration, de dépendance et de souffrance face à la situation. C'est donc une sorte de fuite salvatrice qui va le mener à exiger de son amant un tout autre rapport s'achevant sur une porte de sortie qui n'est pas du tout dans mes choix préférentiels en terme de romance.

    BJ Valbornhe nous offre donc deux tomes ( qui aurait gagné à n'être qu'un seul) sur des sentiments et des sensations d'un parcours plus que sur une véritable histoire. Cette vision plus masculine de la relation, du couple ou pas, du sexe et de la sensualité est assez propre à cette maison d’éditions que j'aime bien pour ces choix différents justement. Et cet auteur n'échappe pas à la règle avec un récit plaisant, parfois déroutant par les directions qu'il prend et parfois surprenant dans sa narration variée. Un roman qui ne comblera peut etre pas les amatrices de vraies romances mais qui aura le mérite d'apporter un peu de fraîcheur et de liberté avec les codes du genre. Yop.


                                                                       

    Le maître de stage. Le stagiaire et son maître de BJ Valbornhe

     

    Merci à Textes Gais pour ce sp.

    Vous les trouverez ici : Le Maître de stage  Le stagiaire et son maître
      
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Il semblerait que dans les séries il doive toujours y avoir un tome moins bon que les autres et bien figurez vous que Marie HJ a décidé de faire du zèle et de déroger à la règle. Zach qui sort le 14 février 2019 est en effet largement à la hauteur de ses deux aînés



    Le pitcWith love: Zach de Marie HJh : 

    Identité : Zachary ClémentProfession : ElectricienSituation personnelle : Compliquée. Ils croient tous me connaître, mais je ne suis qu’une ombre, le reflet invisible de ce qu’ils pensent comprendre. Je n’ai rien à donner, je ne suis personne, et je souhaite le rester. Orientation : Les mecs. Moins ils posent de question, mieux c’est.Loisirs : Décompresser. Trouver une proie, la posséder, puis l’oublier. Prochaine cible : Lui. « Joli Costard ». Il représente tout ce que j’exècre. On va s’amuser un peu…Ombre au tableau : Encore lui. Il m’attire et m’exaspère. M’intrigue et m’électrise. Le papillon devant la flamme. Je l’ai approché de trop près, et je me suis brûlé. Romance MxM comportant des scènes explicites ne convenant pas au public non averti.

     

                                                            * * * * *


    Fans de rires, d'hélium, de hamsters et d'amour torride vous n'allez pas vous en remettre.
    Cette fois c'est le troublant et détonnant Zach qui nous est présenté à travers son parcours chaotique et bouillonnant. Perdu dans une vie d'oubli et de débauche exutoire Zach se noie peu à peu dans l'image faussée qu'il a de lui même et dans l'absence de chaleur sur laquelle il s'est construit. Au cours d'une de ses nuits de libération il rencontre Maxim, nouveau propriétaire de son lieu de prédilection, le Bel Ami. Une rencontre fusionnelle et explosive dès le départ qui va peu à peu bouleverser les habitudes ancrées de chacun des deux hommes. 

    La gouaille et la provocation vont se percuter de plein fouet au calme et à la certitude faisant voler en éclat les fondements et les croyances de deux hommes trop surs de leurs choix.
    Maxim est un homme doux et dominant à la fois, fier de de sa maturité émotionnelle, de son succès professionnel et surtout de son choix d'une vie sentimentale équilibrée. Il a une idée  bien précise de l'amour, du couple et du partage que ces deux notions imposent à sa conception. Bousculé par l'arrogance et le jeu sans filet de Zach il se retrouve vite démuni et nous semble alors trop fragile pour porter leur histoire. Et c'est pourtant cette fragrance de bonheur qu'il dégage qui fait lentement tomber Zach de sa muraille névrotique. 
    Prisonnier depuis toujours d'une histoire familiale lourde et exempte de toute reconnaissance, le jeune électricien s'est toujours maintenu loin de toute attache forte que ce soit avec ses amis, ses relations ou même ses amours. C'est un garçon brisé depuis longtemps, victime du miroir trompeur de son éducation, de son père, qui lui renvoient une image néfaste et destructrice de lui-même.
    Tenter une histoire avec Maxim c'est briser les protocoles toxiques instaurés par son cerveau et son cœur et c'est se sentir en danger. Pour Maxime le danger c'est Zach et sa fougue autodestructrice. Un danger qu'ils veulent fuir mais qui, plus fort que tout, les réunit au delà de la peur. 

    Leur histoire est une histoire touchante et fragile.
    Touchante car Marie HJ aborde très bien et avec beaucoup de précision le cas de ses familles détruites et démunies par la dépression, la psychose, le deuil et l'abandon de l'un des siens. Elle touche du bout des mots l'impact longue durée et aléatoire que peuvent générer ce genre d'influences sans jamais les schématiser ou les rendre incohérentes comme le montre cet attachement si difficile à combattre pour Zach.
    Fragile parce qu'au delà du jugement intempestif, il y a la réalité sourde et concrète de ces parents dépassés par leur histoire, vaincus eux-mêmes par leurs propres souffrances. Touchante car c'est aussi le récit d'une autre famille qui se construit avec ceux que l'on choisi ou qui nous ont choisi. Ces êtres, tout aussi déglingués, qui par leur simple envie de vivre et de résister ont su constituer, un milieu suffisamment équilibrant pour que Zach puisse se reconstruire, se remodeler et enfin se livrer aux autres et à son avenir.
    Fragile car chacun avec ses failles, et leurs tares pour certains, sait que se montrer l'esprit toujours en fête c'est aussi cacher beaucoup de questions et de difficultés  pour être arriver là où il est et avoir oser s'affirmer.

    Le plus fort dans tout ça, c'est que le tout est traité avec une pêche incroyable, un humour piquant et foisonnant et un optimisme à tout épreuve. On rit autant qu'avec Pax et Crevette et la joie de vivre est malgré tout palpable à chaque instant, cette joie que les autres peuvent s'apporter mutuellement et qui rend alors les choses possibles.
    On y retrouve avec bonheur la délicieuse Sheryl, toujours pleine de verve, Pax et ses rimes toujours aussi recherchées, Crevette et son nouveau bonheur et attention, préparez vous bien car vous allez découvrir....tadaaaaam Rémy ! Rémy de qui, d'une certaine façon, je suis tombée  raide dingue, ce type est complètement frappé, complètement décalé et complètement parfait pour un personnage de roman. Alors je veux et j'exige clairement mon tome spécial Rémy!
    Vous retrouverez aussi bien d'autres personnages clés de l'univers de l'auteure que ce soit dans le mm ou le mf.

    Un troisième  tome donc aussi prenant que les autres, qui confirme le savoir faire de Marie HJ dans la romance et sa grande maîtrise  de l'étincelle amoureuse. Alors si vous avez aimé Vadim et Joachim, foncez vous allez adorer Zachary et les surprises que ce roman vous réserve !
    Bon maintenant Marie on va causer sérieux deux secondes toi et moi : James  et Remy  faut que je fasse quoi pour l'avoir ce tome ? #menacemêmepasdéguisée. Yop.


                                           

                                                 With love: Zachary de Marie HJ



    Vous le trouverez ici : With Love #3 Zachary

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Dans la série "fais péter la couv de rugbyman", Devon McCormack,  FU: Fixer Uppers publié en 2019, une romance un brin comédie qui m'a laissée sur ma faim.

     

    FU: Fixer Uppers: Étape 1: Rebâtir de Devon McCormackLe pitch:
    J
    e n'ai jamais couché avec un mec. Pas que parce que les hommes ne m'ont jamais attiré. Simplement parce que l'occasion ne s'est jamais présentée.
    C’est nu dans un couloir que Mikey fait la connaissance de Scott, le meilleur ami et colocataire de son frère, après une sauvage partie de jambe en l’air avec une fille rencontrée dans un bar. Scott semble furieux d’avoir été dérangé par le bruit de leurs ébats et cette colère excite Mikey encore plus que le souvenir de sa récente chevauchée. Il n’a qu’une envie, agripper les boucles brunes de Scott et l’entendre crier son nom pendant qu’il lui donne du bon temps.

    Pourtant, Scott ne veut rien avoir à faire avec lui. En tout cas, c’est ce que pense Mikey, jusqu’au soir où ils finissent par s’arracher mutuellement leurs vêtements avant de se précipiter dans la chambre. 
    Ce qui aurait pu n’être qu’un plan cul devient bien plus : ils découvrent l’un chez l’autre les mêmes fragilités, les mêmes faiblesses. Quand le séjour de Mikey s’achève, cette amitié perdure, jusqu’à son retour.
    Alors qu’ils restaurent la maison de Kate, la sœur de Mikey, ils découvrent qu’ils peuvent combler leurs failles, renforcer leurs fondations, devenir plus solides, ensemble.
    Parce que, parfois, dans la vie, la première étape est simplement de rebâtir.

                                                                           # # 

    On a là une histoire sympathique avec  deux garçons sympathiques et un style sympathique. Un roman aux procédés plutôt classiques mais "addictifs" et donc forcément parfaits pour de la romance.

    Mais alors pourquoi ai-je passé la moitié de mon temps à lever les yeux au ciel ou à grincer des dents ? Et bien parce que tout est fait pour que l'alchimie ne fonctionne pas avec moi. Une trame qui n'en est pas une (enfin si mais de l'épaisseur d'un élastique de boxer #clindoeilsubtil), une fois c'est la rencontre torride du colloc, une autre fois la mission sauvetage de la frangine et sa casba à rénover en trois mois montre en main et parfois l'histoire de cul d'amour entre les deux héros.

    Un style assez neutre qui a le mérite d'être clair mais répétitif, qui enchaîne les chapitres dans le seul but de faire se succéder les deux questions redondantes du pitch et les scènes de lit, matelas, table ou comptoir (tu peux cocher t'as aucune chance de perdre). Alors je ne crache pas dans la soupe du torride ou du sexe soyons clair la dessus mais un roman où les héros passent leur temps à remarquer "qu'ils bandent dur dans leur boxer" c'est un chouia léger pour une psychologie de personnage et ce même pour une comédie. Le déroulé en devient presque adolescent dans les dialogues et les situations mais comme ça baise beaucoup (je me fais beaucoup de soucis pour les sphincters de ce brave Scott) on sait qu'ils ont dépassé la vingtaine. 
    On a droit au grand trauma des deux garçons, l'un fils de famille désunie qui conserve les apparences et l'autre fils de veuf qui n'accepte qu'à contre cœur le choix de carrière de son rejeton graphiste. A ce stade mes sourcils n'ont jamais autant travaillé et je commence à trouver les choses presque risibles. Mikey, hétéro, se lance sans aucune retenue dans sa relation avec Scott, aucun problème d'adaptabilité et ça c'est clairement pas le problème dans la mesure où ça reste  totalement plausible mais voilà-t'y pas que leur amour est impossible car chacun habite un état différent. Et, semble t-il, c'est le méga problème à résoudre !!! Ho my god, mais quel monde cruel où de vilains kilomètres luttent avec vice pour séparer deux hommes qui vivent avec bonheur leur histoire ne présentant aucun nuage à l'horizon !
    Première question redondante donc "notre amour survivra t-il alors qu'il va devoir partir ? "  No comment ! 

    Deuxième redondance assez formidable tout de même, vivre les meilleurs moments de sa vie avec quelqu'un, les meilleures parties de sexes, se sentir en harmonie, avoir toujours envie d'être  ensemble  et conclure chaque baise torride par "Mikey est juste mon ami". Well well ricaner en grinçant des dents devient un sport de compet.

     Alors oui c'est mignon et ça repose le cerveau mais ces deux options peuvent aussi exister avec une histoire un peu plus adulte, avec un minimum de fond et surtout un peu de corps à ses personnages parce que là on est pas loin du vaudeville quand même. Le méchant papa abjecte qui a fauté, la maman lâche qui abandonne son rejeton à une enfance coupable, le papa exigeant et obsessionnel qui réfute sans le dire les choix de son fils parce qu'il veut qu'il gagne plus de sous, la sœur et le frère...heu je cherche encore une once de personnalité à ces deux là. Bref un cheptel complet d'esquisses de personnages qui font que j'ai plus eu l'impression de lire une présentation de roman agrémentée de sexe qu'autre chose.
    Des incohérences du genre mais pourquoi les frères et sœurs ayant vécu dans le même environnement de disputes et de rancœurs semblent en ressortir parfaitement indemnes  (pas grave on te rajoute un poil de secret pour expliquer le tout, le secret c'est bien ça marche à tout les coups), ou sont les fameux modèles de frères et sœurs de Scott, présents à chaque repas, si pénibles et si portés sur l'argent ?
    Moi je vois un grand garçon de presque 30 ans qui pense comme un ado de quinze quand ce n'est pas qu'avec sa queue et un colloc tout mou qui à part tendre les fesses et être canon en bidouillant photoshop n'exprime pas grand chose. Ah si, il est dur assez souvent 'scusez moi ! En quoi l’éducation ou le manque de confiance de son père ont pu lui l’empêcher d’évoluer selon son bon vouloir puisqu'au bout du compte il mène la vie qu'il s'est choisie ? En quoi Mickey, lui aussi, doit-il rebâtir quoique ce soit en ayant une vie faite de job plaisant, de réussite financière faisant de lui un homme séduisant, adonis et enjoué apprécié de tous ? J'ai pour le coup un peu de mal à saisir la notion de "reconstruction" évoquée autre que celle de la maison de sa sœur parce que même la dite sœur semble plutôt bien s'en sortir.

    Un des seuls points positifs que j'accorde  à ce roman c'est, pour contrebalancer mon propos antérieur, d'avoir justement pris en compte l'impact que des famille toxiques mais dites non violentes peuvent avoir sur leurs enfants et leurs effets à long termes. En gros ce qu'on a tous plus ou moins vécu hein parce que la famille parfaite à l'écoute on la cherche tous.  Ce point positif étant malheureusement presque minoré par l'adulescence des personnages, il en perd du coup beaucoup de sa valeur. L'autre point serait cette facilité à rentrer dans le cadre addictif de la romance par son coté facile qui sait utiliser les bonnes ficelles même si elles se répètent un peu trop (le questionnement introspectif, l'amour tellement si fort jamais rencontré avant, la peau qui brûle tout partout..) et les bonnes scènes de sexe indispensables à la romance érotique qui évitent certains clichés textuels habituels (mais quand même respect pour la souplesse des sphincters de ces messieurs !!)

    La fin est à la hauteur avec le "toutquivabien" qui explose comme une jolie chanson de Katy Perry, le coming out de tout le monde ou presque, la famille qui se sert les coudes en l'espace de deux minutes bref... L'auteur nous offre le petit sursaut de recul indispensable à tout bon suspens émotionnel qui relève l'intensité du roman et un Happy End habillé d'un prologue qui laisse présager un avenir radieux. C'est dynamique et ça se lit très vite, ça a le mérite au moins de ne pas lasser le lecteur.

    Vous l'aurez compris j'ai été personnellement extrêmement déçue par ce récit  qui avait tout pour être sympa, attachant et vivant et qui se contente de vouloir rendre compliquées des choses très simplistes. Je reste persuadée  qu'il  trouvera son public et je pense que c'est déjà fait au vu de ses critiques et c'est tout le mal que je lui souhaite. Yop. 

    Ndlr: cet article a été écrit sans jamais penser une seule fois au Mickey de Bernie, c'est promis!


    FU: Fixer Uppers: Étape 1: Rebâtir de Devon McCormack






    Vous le trouverez ici : FU: Fixer Uppers

     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les prémices de la Blackbird: Yliès et Onyx de NM Mass

    Éditions :  Éditions Textes Gais

    Sortie : 16 Novembre 2018

    Retrouver l’amour de son adolescence, vingt ans après, n’est pas ce à quoi Onyx s’attendait, même s’il y avait pensé très régulièrement, utopiquement.
    Yliès avait été tellement pour lui, son tout. Et il avait tout réduit à néant en quelques secondes, juste une fraction de seconde, un geste délibéré qui avait mis fin à ce tout. Yliès est devenu ce qu’il avait prévu d’être, un grand créateur, à la tête d’une maison de couture renommée.
    Onyx lui, se contente de rester cloitré dans son atelier, créant anonymement des robes qui servent à orner la vitrine d’un ami. Lorsque son ancien amant s’intéresse à une de ses robes exposées, il y voit là un signe du destin et refuse de passer à côté de cette deuxième chance que la vie lui offre. Que lui réserve cette seconde opportunité ?

     

    *****

     

    On part à la découverte de l'histoire d'Onyx, d'Yliès et leurs débuts en tant que couple emblématique de la mode. Dans les autres romans de la saga de la Blackbird : fameuse maison de la mode New-yorkaise, on touchait un peu du doigt l'histoire d'Onyx Pietro et son passé dans lequel il est enfermé.

    Dans cet préquel, Onyx vit à la forteresse, en Californie en compagnie de Truck, son père adoptif et de Sky son chien. Il partage son temps entre son atelier où il crée des vêtements magnifiques et son club où il est le "Capitaine" : stripteaseur adulé, coqueluche autant des hommes que des femmes tous les samedis soirs. Sa route va, au grès du hasard, recroiser celle d'Yliès Blackbird après vingt ans de séparation. Ils étaient des adolescents malmenés, malaimés quand Onyx a coupé les ponts à cet amour juvénile mais vital pour tout un tas de raisons qui, à cette époque, lui semblait les meilleures. Cette séparation les a laminé tous les deux à tel point qu'ils ne s'en sont jamais vraiment remis.

    Après vingt ans et un bon nombre d'épreuves vécues, ils seront confrontés à un véritable tsunami d'émotions auxquelles ils n'étaient préparés ni l'un ni l'autre. C'est fort, puissant, intense, tous les sentiments refont surface en un claquement de doigts. Ils vont devoir affronter ça ensemble ou pas, Onyx étant sûr de sa sexualité alors qu'Yliès -ce créateur de renom et PDG d'entreprise à la renommée mondiale- est encore bien enfermé dans le placard.

    Leur passion va finir par être la plus forte, Onyx s'y lance à fond, trop heureux et amoureux pour se rendre compte qu' Yliès est un peu plus dans la retenue par peur d'une possible nouvelle séparation. Ainsi va commencer leur grande époque de créations conjointes avec tout le succès qui va en découler.

    Que dire si ce n'est qu'au départ, j'ai eu un peu peur de ce livre, car faut bien avouer que je détestais Yliès par tous les pores de ma peau. Et puis la tentation a été trop forte parce que je suis fan de l'écriture de l'auteure, j'aime tous ses personnages et leurs façon d'être, d'aimer, de ressentir... On m'a offert cet préquel dédicacé (ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii trop cool), j'ai pas pu résister à plonger illico presto dedans, j'ai pas pu ni le lâcher avant le mot fin ni retenir mes larmes ....Mince j'en suis venue à apprécier, voire à un peu comprendre Yliès mais pas à lui pardonner, Onyx restant mon chouchou et de loin. Il a été impératif d'enquiller sur la suite de la série pour retrouver Khalycé et le cours "normal" -si on peut dire- de l'histoire de la Blackbird. Découvrir l'histoire de cet amour intense d'adolescent puis d'adulte nous fait comprendre le chemin qu'ont parcouru les deux hommes d'un lourd passé vers un plus bel avenir.... Rose Taylor 

     

    Vous le trouverez ici : Les Prémices de La Blackbird: Yliès et Onyx 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un manny si innocent d'Amy Laine

    Éditions : Dreamspinner Press

    Sortie : 08 Janvier 2019

    La famille, c’est parfois une bénédiction et parfois une malédiction. Surtout une malédiction se dit Tino Robbins lorsqu’il se fait enrôler par sa sœur pour l’aider à livrer ses plats italiens tout prêts alors qu’il devrait étudier, pour ses partiels. Mais une seule livraison peut tout changer.

    La vie bienheureuse de Channing Lowell change brutalement lorsque sa sœur décède en lui laissant la garde de son neveu de sept ans. Channing s’engage à faire ce qu’il y a de mieux pour Sammy… mais il va avoir besoin d’aide. De beaucoup d’aide. Lorsque Tino apparaît sur son perron, Channing est déterminé à le faire intégrer la Team Sammy.

    Tino ne veut pas perdre le bénéfice de son diplôme – même si cela signifie renoncer à avoir une relation –, mais plus il tombe amoureux de son patron, plus il commence à se demander s’il doit laisser derrière lui sa toute nouvelle famille au profit d’une carrière prometteuse.

     

    OO

     

    Martin Robbins surnommé Tino par sa petite sœur, termine sa brillante scolarité avec un diplôme en poche, il est prêt à conquérir le monde. Ce qu'il n'a pas pris en compte c'est l'apparition dans sa vie de Channing Lowell -un vrai dieu nordique- et son neveu Sammy.

    Une étrange proposition de Channing va amener Tino à devenir le manny  -la nounou- de Sammy pour les vacances d'été. Depuis le décès de sa sœur -le mère du petit- Channing essaie de sortir l'enfant de son marasme et lui redonner le sourire. Pour cela, la première chose qu'il décide de faire est de revenir habiter dans la belle maison de sa sœur et donc de déménager ses biens et son entreprise dans la région, ce qui lui donne une charge énorme de travail. Tino a donc pour boulot de s'occuper de Sammy avec pleins d'activités qui vont vite les lier.

    Par contre, pour les deux adultes, ce n'est pas la même sauce, une attirance immédiate se fait sentir entre eux. Au départ, ils vont lutter contre elle sans trop savoir pourquoi. Mais Channing épris de Tino va tout faire pour lui faire comprendre qu'une vie sereine, tranquille peut apporter le bonheur à tout le monde.

    Petite nouvelle sur une attirance réciproque entre un homme dans la trentaine, ayant une vie professionnelle plus que réussie, épanoui, bien dans son corps comme dans sa tête et un jeune homme n'ayant pas pu faire ses preuves dans la vie, attaché à des valeurs et traditions familiales bien ancrées, ne connaissant rien de l'amour.

    L'histoire pointe surtout sur les choix de vie qui doivent être fait en fonction de l'âge et qui sont relativement bien décrits et expliqués. J'ai trouvé par contre qu'il y avait beaucoup de redondances surtout du côté de Tino, pour expliquer ses nombreuses hésitations pour son avenir. Je ne sais pas si c'est dû à l'écriture elle-même ou à la traduction mais il y a des passages assez brouillons, répétitifs qui font tourner l'histoire en rond comme pour la faire durer plutôt que d'aller à l'essentiel. Je n'ai pas vraiment été marquée par les deux personnages sauf peut-être Sammy, certes ils sont sympathiques mais je n'ai pas ressenti la petite étincelle, même leurs moments de tendresse semblent aseptisés, comme cachés derrière une sorte de bienséance, comme une certaine fadeur, ce qui est un peu dommage.....Rose Taylor

    Merci à Dreamspinner Press pour ce SP.

    Vous le trouverez ici : Un Manny Si Innocent

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Leçons particulières de Kyann Waters est un court roman (106 pages) aux charmes des histoires universitaires publié par Juno Publishing en janvier  2019. 



    Leçons particulières de Kyann Waters Le pitch:


     Ryan Kane pourrait perdre sa bourse d’études et sa position sur le terrain. Jake Finely propose alors de l’aider. Seulement Ryan et Jake découvrent que leurs leçons particulières ont plus à voir avec des cours d’éducation sexuelle que des cours d’éthiques des affaires. Lorsqu’un professeur titulaire fait une proposition indécente à Ryan contre une augmentation de ses notes, choisira-t-il le football ou Jake ?

                                       + + +



    Ryan est un jeune étudiant soumis à ses résultats scolaires pour pouvoir espérer une carrière sportive professionnelle. En difficulté  dans l'une  de ses matières il se retrouve donc plus ou moins tutoré par l'assistant du professeur de la dite matière. Bien sur le tuteur est grave sexy et celui-ci trouve également Ryan très à son goût (la vie est plutôt belle jusqu'ici ! ). Ryan, en bon mâle sportif, est dans le placard et s'il se lance sans réelle  retenue dans une histoire avec Jake il n'est pas pour autant disposé à se livrer aux autres. 

    Une romance donc assez basique qui coule doucement mais sûrement. Un sujet galvaudé  mais qui, reconnaissons le, marche toujours auprès des lecteurs comme tout bon thème classique. L'histoire fonctionne bien avec assez peu de personnages et d'interactions extérieures aux deux héros et sans être rebondissante son format lui permet une certaine cohérence même si on a un peu de mal, dans le contexte, à saisir les craintes de Ryan à se dévoiler. Rien n'indique en effet un risque ou un jugement dans son univers car cet univers est assez restreint et surtout peu évoqué. Le fil conducteur est donc assez clair, simple: Ryan va-t-il se lâcher ? 

    On comprend très vite que oui (enfin c'est aussi le concept de la quatrième de couv dans la romance d'avoir déjà la réponse n'est ce pas ?) et que malgré ses retenues, ses sentiments largement partagés feront que nos deux tourtereaux parviendront facilement à leur soleil couchant teinté d'arc en ciel.  Bon, c'est pas comme s'ils avaient eu beaucoup d’embûches non plus hein ! Toujours est-il que ça se lit bien, c'est vraiment ce que l'on appelle une lecture détente qui vous fera passer un agréable moment sans trop être exigeant sur la portée de l'histoire. C'est  branché  tendresse et patience, c'est  gentil et c'est reposant quand on sort par exemple  d'une lecture plus forte. 
    Les deux jeunes hommes sont aussi sympathiques l'un que l'autre et les personnalités pâtissent  de la rapidité du déroulé puisqu'elles sont plus esquissées que vraiment établies. Le roman est court, et c'est certainement un choix de le traiter ainsi, alors il est un peu circonspect de réclamer plus de détails, plus d'approfondissements qui au vu de l'intrigue très formelle n'auraient pas forcement amené  grand chose de plus. Le gros bémol est vraiment la qualité très aléatoire de la traduction qui alterne entre de bons passages bien construits et d'autres qui semblent avoir été oubliés à l'étape de la relecture. C'est assez dommageable pour l'impression générale du récit qui est déjà au demeurant  assez classique. 

    En conclusion, on se dira que pour se relaxer sans trop exiger du contenu c'est un mm qui convient parfaitement avec une jolie petite histoire romantique mais si l'on ne peut aborder un écrit qui aurait mérité quelques étapes supplémentaires dans son élaboration, il vaut mieux tenter autre chose. Yop.

    Merci à Juno Publishing pour ce sp.

                                                         

    Leçons particulières de Kyann Waters

               

    Vous le trouverez ici : Leçons particulières
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résumé :

    Dans leur immeuble résonne l'ouverture de Tannhaüser : cela signifie pour Mohamed et ses cousins qu'il est temps de se rassembler autour de Cheikh.

    Dans le plus grand secret, ils travaillent à la préparation d'une attaque terroriste. Bientôt, ils passeront à l'action.

    Si les deux frères sont totalement acquis à la cause, Mohamed se montre plus réservé..Et surtout, il y a cette rencontre avec Julien qui le bouleverse. Mohamed sait pourtant que sa religion condamnera une relation plus intime avec cet inconnu. Doit-il choisir entre sa foi et l'amour ? Pourra-t-il mener sa mission jusqu'à son terme ?

    Un roman audacieux et saisissant d'actualité. 

    Date de parution : 2018       Publié par : Librinova (auto-édition)

    Djiha ?  de Frédéric Lemonnier

    Si je devais vous dire quelque chose sur ce roman, ce serait : ouvrez-le ! C'est une très belle découverte toute en intelligence et finesse. Avec différentes approches du sujet à travers les yeux de plusieurs personnages. Des hommes forgés de contradictions et de pensées aux cheminements tortueux. 

    Au-dessus de ce tumulte d'idéaux parfois bafoués, il y a Mohamed et Julien. Ils ne sont pas le cœur du roman, soyons clairs. Ils en sont la lumière, quelque chose de pur qui vient illuminer les pages du livres et s'opposer à cette obscurité violente et dangereuse que le Cheikh et les deux frères dégagent. Les deux étudiants démontrent une pensée et un savoir dûment mûris et réfléchis. Les autres suivent des ordres et agissent au nom d'une spiritualité qu'ils ne connaissent que peu ou interprètent de telle façon qu'elle légitime leurs addictions les plus sombres.

    Les chapitres s’intéressent tour à tour à chaque personnage et acteur de ce court récit, tout en nous entraînant dans les méandres de leurs esprits. C'est saisissant et intéressant pour le lecteur qui voit des manières de penser s'opposer pour nous livrer ainsi  un nouvel éclairage sur ce qu'est le Djihad pour les uns et les autres. 

    L'écriture de ce roman est magnifique, elle enivre son lecteur et l’emmène sans effort dans le sillage de cet instant de vie qu'elle décrit. C'est beau, puissant et nous pousse à nous interroger sur la complexité humaine. 

    "Djihad ?" est un court roman d'une grande richesse dont il est urgent d'entreprendre la lecture.  Un livre passionnant, aux personnages d'une exquise complexité, qui entre dans mes coups de cœur de l'année. 

    Manon

     

     

    Vous le trouverez ici : Djihad?

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Without You de Kaya.C

    Amaury jeune trentenaire est seul à New York. Il se souvient des années qui viennent de s'écouler et de celui qui a marqué sa vie à jamais. Il avait tout, l'amour, l'argent, le succès, et un jour tout a basculé. Les portes de l'enfer se sont ouvertes et l'ont laissé brisé. Quel sera son futur ? Comment surmonter l'insurmontable ? Pourra t'il se relever après une telle épreuve ?
    La vie va t'elle mettre sur sa route la solution à ses tourments, et lui donner la famille dont il rêve et l'amour qui pansera ses blessures ? A travers sa fuite pour se reconstruire, cette promesse de futur qu'il ne peut trahir. Cette envie de recommencer et de peut être ouvrir à nouveau son cœur, il nous montre le chemin vers un autre futur. L'amour est toujours plus fort et triomphe de toutes les épreuves que le destin avait envoyé.

     

    @@@@@

     

    A la lecture du résumé, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, j'avais beaucoup d'appréhension tant j'avais peur d’être bouleversée. Et c'est bien ce qui c'est passé, plein de peine, des tonnes de larmes, des rires, du bonheur : un savant maelström d'émotions qui m'ont empêché de dormir . Lu d'une traite quasiment, pour apprendre à découvrir Amaury et son parcours du combattant face aux amours de sa vie.

    Amaury et Eden s'aiment depuis dix d'un amour fou, passionnel, fusionnel que rien ne peut égratigner sauf un terrible accident qui va faire basculer leur vie. Ils vont devoir lutter pour affronter la souffrance, au rejet de soi, au deuil, à tous ces sentiments qui font la trame d'une existence. Toute la première partie du livre est un hymne à l'amour, l'amour que les deux jeunes hommes se portent mutuellement, la passion bouleversante qu'ils ont vécu avant mais aussi après l'accident. Amaury affronte le pire comme le meilleur de la vie, on a même du mal à comprendre comment il arrive à survivre à ce tas de malheurs qui le percute de plein fouet. Pour Eden, c'est la même chose, lui qu'on imagine tellement grand, beau, fort se retrouve tellement diminué, fragile, enfermé en lui-même mais aussi si attentionné, altruiste que cela nous ramène face à la réalité de la vie, on en prend plein la tête et le cœur. 

    Amaury affronte ses démons avec une descente aux enfers monumentale, on le suit dans les affres de la colère, du dégoût de soi, de l'auto-destruction jusqu'au déclic et à sa remontée hors de l'eau pour chercher à combler le vide de sa vie. Va ainsi apparaître Sullivan dont le parcours est semé d'autant d'embûches différentes mais toutes aussi destructrices - Sullivan qui va se jeter à cœur perdu dans une passion dont il ne sait pas s'il y survivra, une passion qui l'obsède et le fait tellement culpabiliser. Franchement, on attend avec impatience le moment où enfin le bonheur, la tranquillité, l'amour vont enfin s'asseoir durablement dans chacune des vies d'Amaury, de Sullivan et de tous leurs proches.

    L'auteure a une plume émouvante, décrivant des sentiments forts qui m'ont bouleversé, des situations qui m'ont fait pleurer. Elle relate des événements de vie -comme le handicap- qui m'ont beaucoup parlé ( qui parleront sûrement à tous les gens qui y sont confronté ) et qui nous remettent vite sur les rails d'une vie qui n'est pas que paillettes et cotillons. On ressent comme une sorte de malaise en lisant le long déclin d'Eden et par extension celui d'Amaury. Le savoir c'est déjà quelque chose de lourd mais le vivre au travers des yeux de l'être aimé est bien plus fort. Sullivan, hélas ne sera pas en reste quant à son lot de souffrances physiques et psychiques. Ce livre est un hymne à l'amour au-delà des écueils que la vie envoie: le deuil, le handicap, les violences...l'amour avec un grand A mais aussi le familial, le filial, l'amical qui parsème les vies de chacun.

    Mon premier énorme coup de cœur pour ce début d'année. Rose Taylor

    Merci à Kaya.C pour ce SP.

     

     Vous le trouverez ici ; Without You
     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un roman qui porte très bien son titre puisque la totalité des rapports est en effet basée sur cet aspect. Rapports de force de Benjamin Schneid publié chez Textes Gais en 2010 est tout de même un récit surprenant qui surfe sur pas mal de tendances diverses et qui parvient cependant à en éviter les limites et les écueils. 


    Rapports de forces de Benjamin SchneidLe pitch:

     Alex préfère les amours d’un soir, ce n‘est pas vraiment un sentimental. Lukas, un garçon désorienté, s‘impose pourtant dans sa vie. Leur complicité évolue rapidement en de véritables rapports de force.

    Theo partage la vie de Conny dans une relation libre. Le fantasme de celle-ci : avoir deux hommes dans son lit, dont... Theo.

    Ce dernier finit par chercher conseil auprès de son ami Alex.

     

                                     °°°°
     

    Le point fort est incontestablement sa structure : des débuts de chapitres avec des dialogues/suspens qui laissent peu à peu deviner aussi bien le passé de l'un  des personnages principaux que sa personnalité pas si évidente dans le récit. De petits moments de tendresse sourde qui tranchent carrément avec le reste du roman et nous pousse sans cesse à vouloir connaitre le fin mot de cette histoire.

    Alex semble être un homme détaché, adepte des plans culs réguliers mais fidèles, et surtout pas intéressé par une vraie relation. Sa rencontre avec Lukas bouleverse beaucoup de choses chez l'un comme chez l'autre et entraîne  le lecteur dans des passages très difficiles, tout autant que leurs rapports, que l'on pourrait un peu vite, à tort ou à raison, comparer à de la Dark romance. C'est assez troublant car ce n'est typiquement pas le genre de roman qui pousse le lecteur à s'attacher à ses personnages mais plutôt à la curiosité et l'envie de savoir comment tout cela va finir. 
    Alex a une personnalité probablement aussi trouble que son comparse Lukas même si c'est  plus évident chez ce dernier. Aucun ne semble avoir réellement d'ascendance sur l'autre mais les deux jeunes hommes paraissent très vites noyés dans une attraction destructrice dont ils n'ont pas vraiment conscience. Laisser les choses venir sans jamais leur donner de nom, vivre une histoire sans jamais partager quoique ce soit vraiment et surtout ne pas laisser remonter en surface tout ce qui perturbe chacun d'eux. La violence de Lukas s'accorde  au désœuvrement  d'Alex et sa certaine nonchalance jusqu'à que certaines limites réveillent enfin Alex sur l'impossibilité pour eux de construire quoi que ce soit.

    En parallèle, c'est l'histoire de Théodore, en couple libre depuis longtemps avec la belle Conny, qui se profile avec leurs tentatives toujours plus nombreuses de vivre ensemble et chacun de leur côté en même temps. Une formule qui semble plutôt bien fonctionner pour l'un comme pour l'autre jusqu'à ce que l'idée d'une soirée à trois se dessine dans l'esprit libertin de la jeune femme. Le troisième perturbe énormément le jeune cycliste et remet en cause ses certitudes sur sa sexualité. Rien d’époustouflant de ce côté là, on est même un peu déçu que les choses ne s'y développent pas plus et j'ai eu un peu de mal à cerner l'utilité de cette interaction si ce n'était  pour donner plus de corps à une galerie de personnages secondaires. La problématique étant  de traiter avec autant d'importance cette histoire que la première sans qu'elle prenne vraiment toute son envergure et qu'au final elle nous laisse avec un goût d'inachevé.

    Le roman, si on ne s’arrête pas à sa couverture, est pourvu d'une plume simple mais nerveuse qui oscille entre les mots crus d'une sexualité violente et les passages plus doux d'une recherche propre, d'un deuil du souvenir ou de l'expression enfin libérée de ses attentes. Il révèle une vraie capacité à enchaîner son lecteur dans un contexte pas forcément évident et pas toujours en accord avec les codes roses de la romance mais est-ce vraiment une romance plus qu'une tranche de vie au bout du compte? 
    Alex est assurément un héros un peu hors cadres, se laissant aller à naviguer entre plusieurs  schémas de personnages et qui finit par rejoindre la rive d'une vie plus équilibrée pour nous offrir une fin plus facile. Une fin plus en concordance avec les intros de chapitres et le climat assez lourd du début. Un roman qui réussit à établir même un rapport de force avec son lecteur celui d'y adhérer ou pas. Dans mon cas ça a fonctionné. Yop.

     

                                                                         

    Rapports de forces de Benjamin Schneid

     

    Vous le trouverez ici : Rapports de forces

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique