• Résumé :

    À vingt-six ans, les jours de Gordon sont comptés. Du moins, il espère qu’ils le sont. Lassé de la culpabilité et des regrets qui découlent d’un horrible accident de voiture, deux ans auparavant, dans lequel un homme a perdu la vie, il se réveille chaque matin avec des pensées suicidaires. Alors que la loi l’oblige à travailler pour expier ses péchés, sa rédemption personnelle est beaucoup plus difficile à trouver.

    Puis Minus – un simple sans-abri qui a sa propre croix à porter – sauve Gordon d’un terrible destin. Une nuit, non seulement Gordon trouve une lumière à suivre, et peut-être même un but à sa vie, mais aussi la possibilité que l’amour l’attende au bout du tunnel.

    Il n’aurait jamais imaginé qu’il découvrirait un moyen de se pardonner et, qu’en le faisant, il ouvrirait suffisamment son cœur pour gagner l’acceptation et l’amour de la personne qu’il a le plus blessée.

    Date de parution : novembre 2016            Publié par : Dreamspinner Press

    Collision    de John Inman

     Un livre qui débute sur un prologue assez saisissant. Quelques pages qui expliquent comment trois vies ont été brisées parce que l'un des concernés a bravé tous ce que nous savons ne pas être de bonnes conditions pour prendre le volant. Ces trois premières pages vous prennent aux tripes par leur réalisme. On voit clairement ce trajet dangereux assorti de SMS écrits par un conducteur aviné alors que celui-ci est au volant. Cette histoire commence par le rappel de cette collision. 

     Le premier personnage que l'on rencontre est Gordon. Il s'agit d'un ancien présentateur météo promis à de grands succès. A présent, il vivote et subit les tourments de son passé qui viennent le hanter. Puis vient sa rencontre avec Minus, un jeune homme blond, dont on sait peu de choses. C'est à travers leurs comportements et leurs actes que le lecteur apprend petit à petit à les cerner. Leur rencontre est comme une seconde collision. Alors que la première a provoqué la fin d'une partie de leurs vies et les a plongés dans une léthargie dont les deux hommes semblent s’être accommodés, la seconde fait office de réveil. Celui-ci n'est pas brutal, le temps recommence à s'écouler et les conduit à revivre. Leurs mondes recommencent à tourner. 

     Ce changement se perçoit au fil des pages tandis que l'histoire défile. On a l'impression que la nuit prend fin et que le jour se lève de nouveau. Le personnage de Gordon devient plus gai, il reprend sa vie en main, fait des projets. Minus lui aussi décide d'avancer en acceptant de le faire aux côtés de l'homme qui lui est venu en aide. Parce que c'est de ça aussi qu'il s'agit : deux personnes, qui ne se connaissent pour ainsi dire pas, s'entraident à revenir à la vie. Il y a presque quelque chose de magique, et peut-être d'innocent, lorsqu'on s'attarde sur ce sentiment de confiance presque instantané qui s'instaure entre les deux hommes. La simplicité de ce fait nous le rend encore plus important.   

     Même si le roman n'est pas des plus joyeux, on peut s'amuser de quelques comparaisons et images bien placées qui nous font tout de même sourire. Ce roman-là a un petit goût de "reviens-y". Une histoire qui démarre en nous donnant l'impression que ces personnages vont droit dans le mur et qui d'une certaine façon devient salvatrice pour eux. Une lecture que j'ai appréciée et qui m'appelle déjà pour un autre passage. 

    Manon

    Vous le trouverez ici : Collision
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Première découverte de la plume gracile de Jae Akahone avec Mue-Birdy tome 1 sorti le 1er Novembre 2018 en auto-édité.


    Mue (Birdy t. 1) de Jae Akahone

    Le pitch

    La routine ronge Kirill depuis de nombreuses années et aucune opportunité ne se présente à lui pour la renverser.

    Dépité de devoir travailler pour Noël, il brave le froid et la neige pour retrouver le maigre confort de son petit appartement, ne s'attendant absolument pas à tomber sur le grain de sable qui enraiera sa routine bien trop huilée.

      

                                         * * * * *

    Une jolie histoire assez poétique, assez naïve dans le sens artistique  du genre, ou un jeune homme aide un presque adulte à se trouver et à se construire.

    Un Jasper sorti de nulle part et tombé d'un nid assez douloureux  et qui vient doucement, peu à peu  nicher dans le petit appart de Kirill. Le jeune garçon grandit au fil des semaines, s’épanouit et surtout se remplume nourri par l'affection et l'attention que lui porte son sauveur jour après jour. Quand on croit que c'est l'innocent qui retrouve (ou trouve tout court) goût à la vie, on se rend compte que Kirill lui y renaît aussi peu à peu tel un phœnix endormi depuis trop longtemps. Le quotidien qui permet de retrouver la joie et la plénitude d'observer un détail, la satisfaction d'un sourire ou de la simple pensée d'un foyer qui n'est plus vide.
    Kirill renaît et Jasper mue, Jasper apprend et Kirill redécouvre : deux apprentissages sur un même  plan qui se frôlent toujours tout en douceur. Une relation surprenante, déroutante pour le jeune célibataire perdu dans sa routine, perdu dans une vie monotone et qui malgré lui redonne le gout d'entendre les cris d'oiseaux qui brisent les détails du silence. Kirill retrouve ses sensations perdues, noyées sous les poids des années passées et des angoisses qu'il a su enfouir oubliant ainsi la perte de sa famille.
    Jasper pose un regard curieux et tellement rafraîchissant sur cette vie et sur cet homme qui fait tant pour lui, il volette gracieusement et discrètement autour de Kirill et finit toujours par se poser comme un oiseau lentement apprivoisé avec amour. Mais le petit prince nous a bien montré que l'on apprivoise que ce qui se donne et les leçons s’apprennent dans les deux sens. Kirill par la liberté qu'il offre à Jasper et Jasper par les nouvelles perspectives qu'il offre sans le savoir à son sauveur. 

    Si j'aime assez cette douceur hivernale parsemée au fil des chapitres, j'ai un peu plus de mal à saisir la nécessité de ces scènes d'affrontements (qui n'en sont pas vraiment) entre Jasper et Kirill qui angoissent énormément ce dernier. Ces quelques scènes pèsent sur le rythme et même si on comprend leur présence et leur logique - la peur et la crainte liées à l'âge et l'innocence de Jasper - il me semble que les répéter n’était pas indispensable. Elles dégagent une lenteur préjudiciable en fin de roman.
    C'est aussi l'histoire de ce quotidien loin des vies trépidantes, ce quotidien auquel on cherche tous plus ou moins à s'échapper bien loin des personnages de romans qui réveillent plus le fantasme que le romantisme. Ce canapé et ce chez soi qui signifient la fin d'une journée sans grand intérêt, cet attrait pour le petit confort suffisant d'un sourire qui attend derrière la porte, ce petit confort si discret et pourtant si important qu'il peuple cette même journée de la plus charmante des façons jusqu'à la rendre radicalement différente et totalement irremplaçable.

    C'est comme un conte chaste et romantique où l'on explique plus l'éclosion de ce bien-être qu'apporte la proximité et la découverte de l'autre,  ce cote rassurant qui permet aux sentiments,  à l'amour de naître et de s’épanouir et cela au delà des genres, un amour naissant avant tout entre deux personnes avant d’être homme ou femme. Kirill est un personnage qui fait intuitivement penser à la demi sexualité et peut-être même à la pan sexualité par sa vision très large du sentiment amoureux. Son histoire et le mystère qui rodent autour de Jasper sont une petite ode discrète à la confiance nécessaire pour aimer l'autre, à la douceur d'un simple baiser comme gage aussi puissant qu'une sexualité torride. Un récit  où la tendresse ne nous met pas a l'abri des questions sur les mésaventures de Jasper et qui nous laisse présager un deuxième tome qui je l’espère apportera toutes ces réponses. Yop.
    Merci à Jae Akahone pour sa confiance et ce sp !

     

    Mue (Birdy t. 1) de Jae Akahone

     

     

    Vous le trouverez ici : Mue (Birdy t. 1)
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Musher 2: Jusqu'à moi d'Eva Justine...

     

    Le temps est venu pour Adam Larivière de connaître la teneur du testament de son grand-oncle.

    Heureux de retrouver Anthony, il s'envole pour Paris.

    Mikado traine comme une âme en peine.Triste d’être séparé de Lédonias, il croit rêver le soir où il entend sa voix dans l'interphone.

    Après d'intenses retrouvailles et un séjour a Nice, tous prendront d'importantes décisions qui bouleverseront leur avenir.

     

     

    *************

    Après avoir découvert le grand nord canadien dans le tome un, avoir fait la connaissance de nos deux français s'accoquinant avec deux canadiens, et surtout une grand-mère bien déjantée, on retrouve tous les personnages en France après quelques mois de séparation....

    Adam et Lédonias arrivent sur Paris, l'un pour surprendre son Mikado et l'autre pour retrouver son Anthony et son héritage. Adam, bien que grand sportif ayant gagné maintes courses avec ses chiens, ayant été élu le sportif  le plus sexy ne connait rien de ses origines, ce qu'il va finir par découvrir au sein de ce tome. Il devient le stéréotype du prince charmant : beau comme un Dieu et riche comme Crésus mais sans trop prendre la grosse tête !!

    Les quatre amoureux sont vraiment fondus les uns des autres, je suis quelqu'un de très fleur bleue, j'adore quand les histoires se terminent bien mais j'avoue que là, j'ai été un peu saturée par la surabondance de bonheur, de bons sentiments,de bling-bling. J'ai trouvé que les canadiens s’aplatissaient un peu beaucoup devant leur chéri, notamment Lédonias, qui est genre un gros bûcheron, qui fend de la bûche, voir de l'arbre, tous les jours et qui s'oublie vraiment trop devant Mikado et son excès de rose.... C'est un peu injuste pour lui qu'il s'efface totalement  au profit de l’exubérance, du cliché qu'est Mikado.
    De même pour Adam, qui envoyait tout valdinguer dans le premier tome et qui là, suit Anthony comme un petit toutou. Et même si Anthony est mon personnage préféré, il passe, tout de même un peu pour une petite chose vraiment très très fragile avec un Adam sur-protecteur. J'ai apprécié qu'il y ait  plus de constance dans les personnages français, ils restent fidèles à leur tempérament de départ, tombent amoureux et vivent simultanément un coup de foudre.

    L'écriture de l'auteure est fluide, bien écrite, on ressent bien les sentiments des différents protagonistes, j'adore la grand-mère qui me fait un peu penser à Denise Grey dans la Boum, la relation familiale qu'entretiennent Anthony / sa mère / sa grand-mère et surtout qu'Adam retrouve des racines. J'avoue avoir, tout de même, préféré  Unité K9, même si je lirais le troisième tome pour savoir comment ça finit... Rose Taylor

     

    Vous le trouverez ici :Musher tome2: jusqu'à moi

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Résumé :

    À dix-sept ans, Connor travaille dur pour conserver l’image de garçon parfait qu’il s’est créée. Il a les bonnes notes, les activités supplémentaires, les réussites sportives, la parfaite petite-amie, et un travail à mi-temps dans le magasin de son père. Tous ces détails lui assurent les bourses universitaires qui lui permettront enfin de quitter le trou paumé dans lequel il vit. Son attirance pour Graham, un prodige du football qui porte de l’eyeliner, est donc plus que malvenue lorsqu’elle lui fait remettre en question ses choix, ses rêves, et sa sexualité. Mais plus il lutte contre ses sentiments pour Graham, plus Connor se rend compte qu’ils sont incontrôlables.

    Lorsque la pression familiale, la malchance et les rumeurs menacent de faire voler en éclats les plans de Connor, il se retrouve face à une terrible question : ce futur pour lequel il travaille si dur est-il celui qu’il désire ?

     

    Date de parution : 2016           Publié par : MxM Bookmark

     

    Guyliner    de J. Leigh Bailey

     

     Une envie de relecture soudaine qui m'a prise lorsque je suis passé devant ce petit bijou attendant sagement dans ma bibliothèque que j'y revienne. Il faut aussi dire que "Guyliner" était revenu dans des discussion sur internet. Et là : grosse envie de relire ce roman. Et comme toujours, lorsque je me replonge dans un livre, celui-ci m'a encore conquise. Me voilà donc embarquée dans cette rencontre entre deux lycéens dont l'un se doit d'être parfait pour obtenir un avenir meilleur tandis que l'autre arrive dans un nouvel établissement après avoir vécu une expérience horrible. Quel voyage que cette lecture !

     "Guyliner" est un roman qui est loin d'être léger. Les héros en sont deux adolescents. Graham qui a vécu des choses terriblement difficiles et qui arrive dans une nouvelle ville et une nouvelle école. Le jeune homme ne veut plus cacher qui il est vraiment. Puis, il y a Connor dont le père semble attendre beaucoup de son fils et notamment un comportement irréprochable. Celui-ci semble reporter sur son aîné tous ses espoirs déchus. Aucun faux-pas n'est permis à cet étudiant sous menace de ruiner ses chances d'avenir. Une pression énorme repose sur ses épaules. 

     L'histoire peut paraître dure et cruelle. Les personnages sont confrontés à toutes sortes d'épreuves. Peut-être trop lourdes pour leurs âges. Acceptation de soi, regard d'autrui, homophobie. Mais, au final, tout ceci donne une authenticité au récit. On est loin du parcours sans embûches. Ainsi, on attend fébrilement le moment où Connor et Graham trouveront enfin le bonheur qu'ils méritent, tant ce que ces adolescents endurent peut se révéler éprouvant sur un plan physique et moral.

     Alors oui, c'est bien une redécouverte. J'avais oublié combien ma première lecture m'avait plu. C'est, de mon point de vue personnel, un livre dont on ne se lasse pas et qui, s'en forcément en avoir l'air, aborde des sujets sérieux et difficiles. Un titre que j'ai adoré et que je vous invite vivement à découvrir.

    Manon

    Vous le trouverez ici : Guyliner

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Apres le coup de cœur que j'avais eu pour Par-delà l'océan, je m’étais jetée comme une affamée sur deux trois autres du même auteur. C'est donc, cette fois, dans le froid et la neige que j'ai retrouvé avec plaisir la plume de Keira Andrews dans Passion en Arctique publié en 2016.

     

    Passion en Arctique de Keira AndrewsLe pitch:

    Quand deux étrangers sont piégés par une tempête de neige, la chaleur monte.
    Hanté par ce qu’il a perdu en Afghanistan, le Capitaine Jack Turner se retrouve à la croisée des chemins. Même si le dernier endroit où il veut être, c’est l’Arctique, la mission de routine le sort au moins de son nouveau bureau. Parti du mauvais pied avec le Ranger Canadien qui le guide à travers ce territoire interdit et dangereux, Jack aurait voulu être n’importe où ailleurs que dans la tente qu’il partage avec le Sergent Kin Carsen. 

    L’Arctique fait partie de l’âme de Kin, et il n’arrive pas à laisser la toundra derrière lui. Il aurait voulu vivre en tant qu’homme ouvertement gay, mais le Nord n’est pas aussi tolérant que le reste du Canada. Bien qu’il soit seul, il aime son travail de Ranger, patrouillant dans ce vaste territoire qu’il connait si bien. Toutefois, il est en terrain inconnu lorsqu’il s’agit de Jack, et quand ils se retrouvent coincés ensemble par une tempête de neige, un désir inattendu commence à s’enflammer. Bientôt, luttant pour survivre, tout ce que ces deux étrangers ont, c’est l’un l’autre.

     

                                                                 * * * * * * * *

      Après le soleil, la chaleur et l’océan c'est le soleil, le froid et la neige qui seront le théâtre d'un nouvel isolement forcé pour deux hommes qui ont aussi peu envie l'un que l'autre d’être là (enfin si quand même un peu hein)....


     Autant dire qu'on sait déjà que Keira va de nouveau nous échauffer les esprits et ça malgré l'ambiance glaciale de son roman comme de son Capitaine Turner (qui à l'image d'un bon Damart est froid dehors et chaud dedans). On aime toujours  la manière subtile de l'auteure de marier le passé et le présent de ses personnages ainsi que l'alternance de leur point de vue.
    Kin, sombre et sarcastique, nous plait déjà beaucoup et on sent de suite que le taciturne Turner  va méchamment se faire séduire par le ténébreux canadien aux yeux gris grâce à  l'univers Star Wars qui crée un trait d'union entre les deux hommes.
    La beauté des paysages isolés emporte toute possibilité d’être autre chose qu'eux-même, l'un envers l'autre, forçant chacun à montrer sa vérité sans plier sous le poids de la présence de qui que ce soit ou d'une obligation sociale . Kin est à l'image de son environnement, brut, simple et sincère, de cette façon charmante qu'ont les hommes qui se suffisent à eux-même et qui apprécient la vie comme on leur a donnée. Quand l'aurore boréale leur livre un spectacle grandiose qui réveille leurs sens chacun à leur façon, Jack redécouvre les beautés du monde simplement, avec les yeux d'un homme qui ne voyait plus que ses cauchemars et Kin, amusé et séduit, lui, observe Jack comme une victime du syndrome de Stendhal le ferait avec une oeuvre d'art. Jack est blessé, un peu mort au fond de lui et il n'attendait que la petite étincelle de Kin pour s'ouvrir à nouveau.

     Avec Keira Andrews, il est souvent question de cet amour salvateur, de cette tendresse qui aide l'autre à dépasser ses peurs, ses traumas et à s'en guérir sans jamais tomber dans quelque chose de douloureux. Et même si ce roman m'a moins interpellé que son histoire de crash, il n'en reste pas moins tissé sur la même trame à un degré bien moindre toutefois. On passera rapidement sur la couverture plus représentative du catalogue automne-hiver de La Redoute que de l'histoire  et on  se concentrera sur ce charmant duo tout en charme charismatique ( là je pense qu'on comprend bien hein! ).
    Son écriture toujours précise, claire et sobre sait, comme à chaque fois, aller à l'essentiel et si cet opus est un peu plus expéditif, la recette fonctionne toujours aussi bien révélant une fois de plus une très jolie romance. Keira Andrews sait toujours alterner ses moments de tendresse et de doute, où ses héros se révèlent, à ses moments tellement chauds où deux hommes redeviennent juste les acteurs de leurs désirs. Une fois de plus, l'auteure, avec ses mots justes et ses hommes assez tendres, a su faire fondre la glace de deux passés douloureux qui peuvent enfin calmement se rejoindre sous les lumières boréales. Yop.


    Passion en Arctique de Keira Andrews

     

    Vous le trouverez ici: Passion en Arctique
     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • De tout ceux que j'ai lu, j'ai enfin trouvé mon Amy Lane préféré : Les joueurs publié en 2015 par Dreamspinner Press.

        



     


      Un roman totalement cul, totalement mec, totalement poker. Un roman qui ne tourne pas autour du pot et joue carte sur table. Si tu aimes le sexe entre hommes et l’humour mi-caustique, mi-sarcastique et re mi-caustique derrière (Astier Powa)  alors mise sur ce livre et ça sera le jackpot. Pour ceux et celles, épris d'intrigue profonde et dénuée de sexe, oust, jetez vos cartes et passez votre chemin. Si vous vous acharnez, prévoyez le collyre ça va piquer les yeux assez souvent !

     Quentin et Jason se connaissent depuis leurs études, ils ont été colocs, ont crée leur entreprise et bossent ensemble depuis. Ils vont au sport ensemble, vont au boulot ensemble et surtout jouent au poker ensemble avec leurs potes. En fait Jase et Quent sont déjà un couple depuis longtemps, il leur suffit d'un moment d'égarement dans les vestiaires de la salle de sport, d'une chaude étreinte entre deux serviettes humides pour que la donne change.
     Amy Lane ne s'embarrasse pas de la naissance d'une relation, elle démarre sur les chapeaux de roue dès les premières pages et nous évite tous les cheminements traditionnels de la romance : le rebondissement, la jalousie, la rupture avant le happy end, la peur de s'engager... Non, tout ça se trouve jeté comme un vieux paquet de cartes usées, ici, c'est une année d'une histoire, évidente depuis toujours, écrite sous le prisme des règles du poker.
    Le poker : c'est la vie et c'est aussi ce qui  cimente les certitudes de Jase. Jouer : c'est prendre des risques, gagner ou perdre. Jouer : c'est passer un bon moment et accepter de perdre pour mieux gagner pour Quent. Deux visions d'un même jeu, deux approches, de la vie et de l'amour, éloignées qui ne demandent qu'à se compléter. 

     Un roman que j'ai adoré par sa légèreté, son sexe omniprésent (derrière mon cœur il n'y a en fait qu'une grosse guimauve assoiffée de sexe, je m'en rend compte) et son humour rafraîchissant.
    Un monde d'hommes qui s'assument, d'un petit milieu professionnel géré par une quadra secrétaire qui ne se laisse pas mettre sur la touche et d'un univers du jeu entre amis qui est devenu une nouvelle  cellule familiale pour les deux hommes.
    Alors oui, vous aurez du sexe chaud toutes les trois pages et vous allez adorer ça, oui vous aurez des reparties plutôt délicieuses toutes les trois pages et vous allez rire et oui, on aura une belle histoire d'amour tout du long, sans remous mais tellement adorable, tellement mignonne et addictive que ça a été un vrai bonheur de ne pas tenir compte des coquilles qui restent dans le manuscrit (on a vu bien pire dans les livres traduits de cette auteure). 

     Un livre qui se dévore comme une bonne comédie sentimentale épicée (de celles qui te font baver niaisement pendant que ta moitié meurt dans son vomi) et qui nous bluffe complètement  par sa simplicité et son efficacité. Et là, d'un coup, je me dis que la prochaine partie de poker à laquelle j'assisterai devrait m'entendre lâcher quelques soupirs incongrus. Yop.

     

                                                          Les joueurs d'Amy Lane

     

     

    Vous le trouverez ici : Les joueurs


      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Le surf, deux amis depuis toujours, du soleil et du sable fin : tel est le décor de Dans le bleu de l'océan de Pene Henson publié chez MxM Bookmark en Aout 2018.

     

    Dan le bleu de l'océan de  Pene Henson

     

     

    Une jolie histoire sur l’amitié qui peut devenir une famille, un compagnon, un avenir.
    Tai et Ollie se connaissent depuis toujours et ils côtoient l’océan depuis tout aussi longtemps, le surf, les vagues, le soleil, le sel et la maison bleue, ce havre qu'ils ont su aménager de leur amitié de groupe avec le petit frère de Ollie et leurs deux amies Hannah et Sunny. Plus qu'un habitat, un abri pour un groupe indissociable qui vit avec la force de liens presque familiaux, de l'entraide, du bonheur simple et d'une certaine précarité. Si tous décident, et Tai en premier, de miser sur un retour à la compétition pour Ollie, ils ne savent pas encore que c'est à eux tous qu'ils donnent une nouvelle chance, une chance d'un avenir construit sur leurs rêves et leurs espoirs.

     Ollie est un garçon à part, un jeune homme qui remonte la pente et qui peine à croire en ses chances de surfer à nouveau un jour. Ol ne pense pas comme les autres, il pense vague, tub, planche, sécurité  et bien d'autres choses qui se cloisonnent bizarrement dans son esprit. Quand les choses deviennent sérieuses avec Tai, que son regard sur lui change, il se confronte à ses propres peurs, indécisions et surtout inaptitudes sociales. Comment détecter l'amour quand on ne sait pas vraiment ce que c'est ? Un long chemin qu'Ollie parcourt en même temps que son ascension sportive il doit franchir les différents caps d'une relation, d'une évolution et l’acceptation de sa nouvelle orientation qu'il ne semblait pas réaliser jusqu'à sa nouvelle obsession pour Tai. 
    Tai lui n'a jamais caché ses préférences et son non attachement  à ses petits amis. Il est l'ami idéal qui plait aux uns comme aux autres, le jeune homme souriant et aimable face à son meilleur ami discret et mal à l'aise avec tout le monde sauf lui. Tai sait qu'il est amoureux depuis toujours mais ne risquerait jamais de rompre cette unité qu'ils ont créée avec le temps autour de leur famille reconstituée. Alors, Tai l'aide, l'encourage, lui offre ses plus belles planches, celles justes faites pour Olli et le suit dans cette nouvelle aventure où tant de choses vont se passer.
    Les deux jeunes gens partagent leur temps avec leurs amis, leurs petits boulots, leurs inquiétudes sur l'avenir et surtout sur cette nouvelle attirance qui semble si naturellement concrétiser des années d'amitié.

    L'histoire n'a rien de neuf mais elle se lit avec plaisir même si la narration à la première personne m'a au départ  fait un peu peur pour, au final, se suivre avec une extrême facilité. Une ode au surf et à ses représentants les plus prestigieux, qui sent bon les embruns, le sable sec qui colle à la peau et surtout une immense tendresse qui unit deux hommes qui se sont trouvés et retrouvés sur une vague pour ne plus jamais la quitter. Si ce roman n'est pas un coup de cœur, j'ai cependant beaucoup apprécié cette douce émotion et cette patience que Tai offre à son compagnon, comme cette passion ignorée qu'Ol exprime très maladroitement quitte à blesser celui qui partage sa vie depuis si longtemps.

    Une belle histoire d'amour entre jeunes sans le sous mais pour qui tout s'arrange comme par magie, l'un devient champion, l'autre trouve un mécène pour son business, et encore une autre trouve preneurs pour ses cailloux autour d'une ficelle... bref un vrai conte de fée qui ne s’embête pas de réalisme. Un roman agréable qui surfe sur la vague de la romance feelgood pour notre grand plaisir et surtout pour un agréable moment de lecture. Yop 

    Merci @MxM Bookmar et Netgalley pour ce sp.


    Dan le bleu de l'océan de  Pene Henson

     

     

    Vous le trouverez ici : Dans le bleu de l'océan
      

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Une agréable série de trois tomes, Jeux Nocturnes de Vénusia A., sortie en 2016, qui nous présente deux couples mais surtout un excellent personnage, plus ou moins central selon les tomes, que j'ai beaucoup apprécié.  

     

    Jeux nocturnes- tomes 1, 2 et 3- Vénusia A.

     

      Trois histoires qui trônaient dans ma pal depuis de longs mois et que j'aurais dû attaquer bien plus tôt ! Difficile d'annoncer clairement une préférence pour l'un des trois quand les personnages des deux premiers m'ont peut-être plus séduite mais l’écriture du dernier m'a également plus conquise.

      L'histoire de David et Jayce  (le troisième tome donc) semble plus profonde mais aussi plus aboutie aussi bien dans son écriture que dans son traitement. Les perso sont un poil moins entiers et surtout plus sombres et réfléchis. On est moins  dans l'emportement  des deux premiers tomes mais tout autant dans la passion, cette passion sourde que les non dits tendent à maintenir sous le couvercle. Jayce est un homme sûr de lui à la prestance aguerrie qui laisse  penser qu'il sait où il va et qu'il maîtrise tout, en privé c'est un homme tendre, prévenant et suffisamment vieux jeu pour que ce soit totalement  séduisant. David, qui devrait être le fin et le presque minet timide, est celui qui est sûr de ses sentiments, calme et posé dans son approche de son amant apeuré par l'engagement. Il sait attendre et prendre des initiatives auxquelles on ne s'attendait pas .

      L'écriture de Vénusia est moins incertaine et semble moins influencée par les romances qu'on a déjà lues, elle prend son envol  dans cette troisième histoire par une fluidité agréable et surtout un sens du propos très concret sur les hommes et leurs visions. Des,points de vues que je n'ai pas vu souvent comme la sémantique des petits noms que je trouve moi même ridicule (quel homme de 30 ou 40 ans appelle son mec "mon petit ami" et quelle femme fait ça aussi ? ). 
    Elle sait concéder cette part de romantisme toute féminine au récit sans trop tomber dans l’écœurement et surtout, elle a le sens de la dramaturgie, assez classique on le concède, même s'il n' y a pas 36 façons d'enfiler une chaussette  quoi qu'on en dise), un sens donc de la dramaturgie totalement addictif. Si on a du mal à comprendre le revirement mélodramatique de David quand tout va si bien et que l'on peut regretter la ressemblance sur le manque d’intérêt de Jayce et d'Aaron envers leurs amoureux, ce serait à mon goût les seuls bémols gênants que j'aurais trouvé au déroulement de l'intrigue.
    Tout est précis et indispensable, pas de passage lourd et malvenu qui noie le poisson, le but étant clairement de se consacrer à la romance et rien que la romance. La narration est menée avec un certain savoir faire coupée, ça et là, de ces petits thèmes moins légers qui effleurent les pensées de nos deux hommes : la peur, l'engagement, la vieillesse...

      Les deux premières histoires, plus classiques, étaient une bonne introduction en matière avec deux personnages charismatiques mais surtout un Kyran totalement jouissif : un caractère d'une intelligence rare dans sa construction avec tout ce qu'il faut de défauts et de qualités pour en  faire une palette très attractive. Un séducteur, un manipulateur et en même temps, un être fragile très attachant, c'est un perso que j'ai beaucoup apprécié par sa finesse et la richesse de ses  nuances. Kyran est un homme que l'on sait être multiforme, passant de l'homme androgyne pointilleux dans ses fringues au mec retors et facétieux, un garçon bourré d'humour qui donne toute sa valeur à ce premier tome. Kyran ne tombe dans aucun des clichés qu'on pourrait craindre et c'est vraiment très plaisant de le découvrir petit à petit.
    Aaron, lui, est plus académique, un pompier musclé et sexy, taciturne et jaloux, un peu ce qu'on attend de lui en fait pour rebondir sur son éblouissant partenaire. Il est le ricochet parfait pour semer le trouble et jeter un peu plus de tension dans leur relation.Il n'en reste pas moins qu'on l'aime aussi, bien sûr, mais là où le deuxième couple se partage la vedette dans leur histoire, ici c'est vraiment Kyran sur lequel on met l'accent. Et ça passe très bien car il est suffisamment complet à lui seul pour incarner l’âme d'un roman.

    Vénusia  A. nous livre une petite série pas parfaite qui contient encore quelques ficelles faciles (#allitérationdelamort ) mais on sent poindre un sens du récit et de la tension vraiment très naturel et terriblement efficace. Un point supplémentaire pour ces belles couvertures sensuelles sans trop en faire ,moi qui d'ordinaire ne suis pas très torses !  Il y a une belle subtilité dans le mariage du contenu et du contenant qui m'a assez bluffée je dois dire et je sens que je vais très vite replonger dans les romans de cette dame !! Yop.


    Jeux nocturnes- tomes 1, 2 et 3- Vénusia A.

     

    Vous les trouverez ici: tome 1 et 2  et  tome 3

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Si vous avez envie de découvrir un vrai égoïste au sens pur du terme alors prenez votre pied avec Une année pour s'accepter de Raj And Co réédité par Textes Gais en Septembre 2018.

     

    Une année pour s'accepter de Raj And CoLe pitch:

    Dix ans que Thomas impose à Liam une relation secrète. Quand ce dernier apprend les fiançailles de son amant, il prend la décision de partir en mission humanitaire. Thomas encourage cette décision, espérant que l'homme qu'il aime lui revienne plus amoureux que jamais au terme des quatre mois de séparation. Mais ce qu'il ignore, c'est que Liam s’est, en fait, engagé pour une année...

     

     


    C'est par le biais des quelques lettres envoyées par Liam que l'auteur nous raconte le fil de leur histoire, dans laquelle on se faufile avec aisance, porté par un texte jeune et pas sans défauts (n'ayant pas eu l'occasion de feuilleter la nouvelle mouture 2018 éditée par Textes Gais, mon jugement est donc entièrement basé sur la version auto-éditée que je possède) mais très addictif. On déteste d'emblée ce Thomas égoïste qui impose et ordonne comme un dictateur, le personnage exécrable par excellence et on peine à comprendre que Liam ne l'ai pas définitivement  laissé tomber comme une loque.
    L'amour de Liam est profond et sincère quand celui de Thomas est profondément et totalement intéressé, seul lui, ses désirs et satisfactions comptent au détriment d'une vie de couple de plus de 10 ans.
    Alors, c'est un point qui peut sembler irréaliste mais l'amour inconditionnel étant ce qu'il est, on se prend au jeu car la narration est très rapide et ne laisse pas le temps à la réflexion. On est submergé par les émotions des deux héros, celles, directes de Thomas que l'on suit tout au long du livre et qui n'ont de cesse de nous exaspérer et celles, plus lointaines de Liam par ses lettres et les souvenirs qu'elles évoquent chez Thomas. Comment Liam peut-il seulement pardonner ? C'est cette tension, créée tout du long par le personnage de Thomas, détestable en tout point (le type ment à tout le monde en gros)  qui est la recette majeure du livre, on tombe dedans, on trépigne à se faire monter la tension, on rêve de pic à glace planté profond dans son cœur d’égocentrique et on continue la lecture totalement piégé. Ce jeune auteur a déjà compris la ficelle principale : si un héros te touche ou t’énerve à ce point c'est que c'est déjà gagné.

    Un court récit, succinct par son format et fort en sentiments, pas forcement extraordinaire  ni trop mauvais non plus d'ailleurs mais qui jongle sur des sentiments très exacerbés et des situations non moins virulentes. Si on a de suite envie de câliner ce pauvre amoureux traité comme une merde, on en reste pas moins suspendu au dénouement de leur histoire, à ces événements très courts, ce mélange du présent et des souvenirs de leurs premières fois que l’éloignement ravive. La rapidité des choses nous pousse dans une lecture, à fleur de peau, assez palpitante. Une romance qui m'a plutôt surprise par son intensité, qui pourrait grandement s’améliorer avec un réajustement du texte mais que je trouve assez réussie dans ses objectifs m/m. Un récit qui mérite qu'on y jette un œil, avec ces petits défauts presque attachants des débuts prometteurs, mais il y a certes à parier qu'avec du temps et l'art de conserver cette tension constante, les prochains devraient être de très bon moments que je lirai avec grand plaisir. Yop.

     

    Une année pour s'accepter de Raj And Co

     

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2E04owb

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Si vous souhaitez du dynamisme plein d'entrain, de la tendresse et surtout beaucoup d'humour, Scorpio Hates Virgo: L'horoscope amoureux, T2 d'Anyta Sunday paru chez MXM Bookmark, sera la lecture parfaite !

     

    Scorpio Hates Virgo: L'horoscope amoureux, T2 d'Anyta SundayLe pitch:

    Scorpion, cette année vous devriez guérir de vos peines de cœur. Il est temps de laisser votre négativité au placard et laisser les autres voir votre vous véritable.

    Percy Freedman ne pleure pas. Non, jamais. Et il est persuadé que vendre la maison de sa tante décédée et quitter ses voisins de toujours est la meilleure des choses à faire. Quelle personne saine d’esprit garderait cet endroit qui sent bons les câlins qu’il n’aura plus jamais ?
    Personne, c’est bien ça.
    Enfin… à part ses voisins. Ils semblent tous penser qu’un peu de peinture et quelques nouveaux meubles l’aideront à surmonter cette épreuve. Tous veulent le voir rester.
    Même Callaghan Glover. Son ennemi juré.
    Surtout Callaghan Glover. Son ennemi juré.
    Et voilà que Percy se retrouve à traîner avec ses voisins plus que de raison. Tout en jonglant entre de nouveaux (et surprenants) échanges avec Cal et son amitié naissante avec Gnomber9, Percy se demande si finalement vendre la maison est une si bonne idée.
    Et oui Scorpion, avec un peu de patience votre chagrin pourrait bientôt appartenir au 

     

    Scorpio Hates Virgo: L'horoscope amoureux, T2 d'Anyta Sunday

     

    Une belle romance, pleine de peps, centrée autour des échanges entre Percy et Cal, deux jeunes hommes voisins et ennemis mais qui sont plus du genre à se titiller sans vergogne pour le plus grand plaisir de l'autre. Un roman qui se déguste comme un petit bonheur bourré d'humour, servi par une plume très actuelle et surtout très dynamique.

     
    C'est un récit à la fois tendre, par cette empathie et cette affection permanente qui règnent entre les gens de ce cul ce sac, drôle car Cal et Percy sont dans une joute verbale quasi constante, d'une vivacité incroyable, et très touchant par les sujets douloureux qui y sont évoqués tout en subtilité et  retenue. On navigue avec beaucoup de plaisir dans cet univers clos de quartier familial où les gens ont su avec le temps créer des liens forts et un puissant sentiment de solidarité. La construction du roman, basée à la fois sur des définitions, des lexiques, différents types de dialogues et de médias, donne un rythme qui ne faiblit jamais et qui, couplée au fil conducteur, nous sert une histoire passionnante sans qu'on ait besoin de plonger dans une intrigue réelle. Un poil de mystère par ci, beaucoup de curiosité par là et toujours cette observation minutieuse de ce que fait son voisin derrière les clôtures de ces gentils petits jardins.
    On a droit à une brochette de personnages secondaires tout aussi intéressante, touchante que pittoresque mise en exergue par une espèce de défi-jeu qui amènera nos deux jeunes hommes à se côtoyer plus qu'ils ne l'avaient fait jusqu'ici et surtout à se prouver la valeur de leur attachement.

    Alors, on ne peut définitivement pas appeler ennemis deux garçons qui n'en sont pas depuis le départ, c'est plutôt une certaine loi de l’attraction qui a construit leur relation depuis une fameuse chute en vélo. Percy est plutôt taquin, espiègle, totalement à l'aise avec son homosexualité quand Cal est posé, calme, placide et terriblement efficace dans ses reparties. L'un ne va jamais bien loin sans l'autre et très vite, l'intensité de ces sentiments encore muets devient un vrai personnage à part entière! Derrière les taquineries se cachent aussi de la douleur, de la peur et beaucoup de questions quand à l'avenir ou l'image de la famille que l'on avait auparavant.
    La relation Cal/Percy est super chaude, faite de provocation et de sensualité très habilement  menées, beaucoup de suggestions, toujours très douces, font monter une tension érotique sans que quoi ce soit de sexuel ne se produise pour autant avant un bon moment. Une auteure qui maîtrise à la perfection le maniement du tensiomètre  avec un couple d'opposés, qui ne l'est pas vraiment, deux signes qui se complètent des qu'ils décident de lâcher du lest avec leur relative adversité.Chacun d'entre eux se retrouve un beau jour confronté au deuil, celui d'un être,cher, celui d'une famille idéalisée, celui d'une jeunesse insouciante qui doit faire son entrée dans la vie et ses grands choix.
    On assiste à la lente évolution des sentiments qui étaient pourtant déjà là, à l'acceptation de la perte et au désir de construire un futur sur les bases d'un passé qu'on n'est pas obligé de fuir. Les thèmes sont simples, quotidiens en quelques sortes, et ils n'en sont que plus touchants par cette approche formelle des ces épreuves qu'on est tous amené à traverser sans forcément tomber dans le piège de l'expansif.

     Une très belle histoire sur l'entraide, la vie quand elle a le parfum de l'esprit communautaire,  de l'amour de son prochain. Le gout d'une certaine nostalgie aussi. Une narration super sarcastique qui sert à merveille une belle histoire d'amour où un T-Rex aux petits bras aura finalement su garder près de lui un grand échalas aux vestes bariolées. Une belle romance sous le signe des astres qui, la dernière page refermée, vous a dessiné une banane d'enfer entre les deux oreilles et remplacé le  cœur par une guimauve à la vanille française parsemée de petits grains de folie et de m&ms. Yop.

    Merci a MxMBookmark pour ce SP.

     

    Scorpio Hates Virgo: L'horoscope amoureux, T2 d'Anyta Sunday

     

    Vous le trouverez ici: https://amzn.to/2DC6Use

        

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique